Éric Fottorino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Elsa Fottorino.

Éric Fottorino

Description de cette image, également commentée ci-après

Éric Fottorino au salon du livre Radio France, le 26 novembre 2011.

Nom de naissance Éric Chabrerie
Activités journaliste, écrivain
Naissance (53 ans)
Nice
Distinctions Prix Amerigo-Vespucci (1998)
Prix des Libraires (2004)
Prix Femina (2007)

Œuvres principales

Éric Fottorino, né Éric Chabrerie le à Nice[1], est un journaliste et écrivain français. Après avoir été grand reporter au quotidien Le Monde, en être devenu rédacteur en chef puis le directeur de publication, il est nommé président du directoire du groupe La Vie-Le Monde en . Il est révoqué de cette dernière fonction en décembre 2010[2].

En avril 2014, il lance, avec Laurent Greilsamer, un nouveau journal hebdomadaire d'actualité, Le 1[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1984, après des études à la faculté de droit de l'Université de La Rochelle et Paris X puis à l'Institut d'études politiques de Paris[1], Éric Fottorino débute comme pigiste à Libération et La Tribune de l'économie[1].

Il entre au quotidien Le Monde en 1986[4], d'abord pour suivre les dossiers des matières premières, puis de l'agriculture et de l'Afrique[5]. Ensuite il devient grand reporter (1995-1997), avant de devenir rédacteur en chef en 1998[4], puis chroniqueur en 2003[1]. Le traitement de l'information qu'il réserve alors à une prétendue agression à caractère antisémite sur la ligne D du RER en juillet 2004 est critiquée par plusieurs analystes de la presse[6],[7].

Après avoir préparé une nouvelle formule du quotidien, lancée en [4], il est nommé directeur de la rédaction du journal Le Monde en [1].

En , après l'éviction de Jean-Marie Colombani à la suite du vote négatif de la Société des rédacteurs du Monde, il est élu directeur du journal avec plus de 60 % des voix[8].

Le 19 décembre 2007, il démissionne de son poste en compagnie des deux autres membres du directoire du groupe La Vie-Le Monde, Pierre Jeantet et Bruno Patino, en raison de désaccords d'ordre financier avec la Société des rédacteurs du Monde (SRM)[9]. Dans une déclaration à France Inter, il accuse celle-ci de « jouer les pompiers-pyromanes » en remettant en cause la stratégie du groupe[9]. Le , alors que Pierre Jeantet et Bruno Patino confirment leur démission, Éric Fottorino décide finalement de ne pas aller au bout[10]. Le , dans l'éditorial du journal, il explique qu'il revient sur sa démission pour ne pas ajouter la crise à la crise[11] et se porte candidat au poste de président[12] du directoire du groupe La Vie-Le Monde avec le soutien de la SRM, d'abord pour un mandat de six ans[13]. Fort de ce soutien, il décide finalement de postuler à un mandat complet, afin d'éviter qu'Alain Minc, président du conseil de surveillance poussé lui aussi vers la sortie, ne nomme un administrateur provisoire[14].

Après un premier refus provisoire de sa candidature le 14 janvier[15], il est finalement élu à la présidence du directoire le [16], succédant ainsi à Pierre Jeantet. Il dresse un bilan critique de la direction du Monde sous Jean-Marie Colombani et Edwy Plenel. Ce premier lui répond en lui reprochant d'avoir précipité en trois ans et demi « la faillite » du journal[17].

Bien qu'ayant fait partie des supporters de l'offre de rachat Bergé-Niel-Pigasse du groupe Le Monde[18], il est révoqué, le 15 décembre 2010, par le conseil de surveillance du Monde et doit céder son fauteuil de président du directoire à Louis Dreyfus, un proche collaborateur de Matthieu Pigasse[19].

Peu après son renvoi du Monde, Éric Fottorino déclare que « Le Monde a rejoint la cohorte de ces titres renommés dont le sort est désormais lié au capital et au bon vouloir des capitaines d’industrie ou de finance »[20].

Le , Éric Fottorino annonce lancer en avril 2014 Le 1, un hebdomadaire, à 2,80 €, au format « resserré » et « innovant ». Le 1 ne traite qu'un seul grand thème d'actualité à travers les regards d'écrivains, chercheurs ou artistes[21].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Entre 1992 et 1995, Éric Fottorino a été enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris[1].

Amateur averti, Éric Fottorino a participé au Grand Prix du Midi libre 2001, une épreuve cycliste de moyenne montagne (organisée alors par le groupe Le Monde), expérience qu'il relate dans ses livres Je pars demain et Petit éloge de la bicyclette.

Éric Fottorino est également connu comme romancier et comme essayiste, ayant reçu un grand nombre de prix pour son œuvre, et notamment le Prix Europe 1 et le Prix des Bibliothécaires pour Un territoire fragile (2000), le Prix François Mauriac de l'Académie française (prix annuel de littérature créé en 1994) pour Caresse de rouge (2004), le Prix Femina pour Baisers de cinéma (2007)[22] et le Prix des lectrices de Elle 2010 pour L'homme qui m'aimait tout bas[23].

En 2013, pour le 100e tour de France, Éric Fottorino monte l'équipe tour de Fête, effectuant toutes les étapes de la grande boucle un jour avant les professionnels. il reçoit en décembre 2013 le Prix des Mouettes dans la catégorie Création littéraire, prix organisé par le département de la Charente-Maritime.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Éric Fottorino » sur La République des Lettres,
  2. « Louis Dreyfus devient président du directoire du groupe Le Monde » sur Le Monde.fr,
  3. « Le 1 », nouvel hebdo lancé par Éric Fottorino, pour « comprendre le monde qui vient », 7 mars 2014
  4. a, b et c « Éric Fottorino a été élu président du directoire du Groupe Le Monde » dans Le Monde du
  5. Éric Fottorino a été élu président du directoire du Groupe Le Monde, Le Monde du 27 janvier 2008
  6. Médias culpa (3) : Il faut de tout pour faire Le Monde, Henri Maler, Acrimed, observatoire des médias, analyse de l'affaire, 1er septembre 2004
  7. Le Parti de la Presse et de l'Argent mord à l'hameçon, homme-moderne.org, juillet 2004
  8. « Éric Fottorino, nouveau directeur du journal Le Monde », Le Monde.fr,
  9. a et b « Démission du directoire du Monde: Fottorino accuse la Société des rédacteurs », AFP,
  10. « Le Monde : 2 démissions sur 3 au Directoire », sur JeanMarcMorandini.com,‎ 5 janvier 2008
  11. Editorial du Monde du 6 janvier 2008 par Éric Fottorino.
  12. Éric Fottorino candidat à la présidence du directoire du Groupe Le Monde, Le Monde, 9 janvier 2008.
  13. Éric Fottorino doit présenter son plan devant les actionnaires le 14 janvier, Le Monde du 12 janvier 2008
  14. Éric Fottorino a été élu président du directoire du Groupe Le Monde, Le Monde, 27 janvier 2008.
  15. « Les administrateurs partenaires du groupe Le Monde n'ont pas donné leur accord à la candidature d'Éric Fottorino » LeMonde.fr,
  16. « Un nouveau patron pour Le Monde mais des tensions subsistent », sur JeanMarcMorandini.com,‎ 26 janvier 2008
  17. Éric Fottorino, patron du Monde, a-t-il signé sa disgrâce ?, Nolwenn Le Blevennec, rue89.com, 8 novembre 2010
  18. Le Monde : Fottorino « déçu » et « trahi », lejdd.fr, 7 décembre 2010
  19. Éric Fottorino révoqué de la présidence du directoire du groupe Le Monde, Le Monde du 15 décembre 2010
  20. Serge Halimi, Vingt années qui ont changé « Le Monde » Le Monde diplomatique, juillet 2012
  21. Éric Fottorino, l'ex-dirigeant du Monde, lance un hebdo à 2,80 €, Challenges, 7 mars 2014
  22. Courte biographie, en anglais
  23. Éric Fottorino – Questions à mon père, enfinlivre.blog.lemonde.fr, 9 juin 2010