Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique Santa Croce.
Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem
La basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem.
La basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem.
Présentation
Nom local Basilica di Santa Croce in Gerusalemme
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Rome (siège)
Début de la construction IVe siècle
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Ville Rome
Coordonnées 41° 53′ 16″ N 12° 30′ 59″ E / 41.887778, 12.51638941° 53′ 16″ Nord 12° 30′ 59″ Est / 41.887778, 12.516389  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem

La basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem (en latin : Basilica Sanctae Crucis in Hierusalem, en italien : Basilica di Santa Croce in Gerusalemme) est une basilique catholique de Rome. C'est l'une des sept églises de pèlerinage de Rome.

Selon la tradition, la basilique a été consacrée vers 325 comme maison des reliques de la Passion ramenées de Terre Sainte par sainte Hélène de Constantinople, mère de l'Empereur romain Constantin Ier. À cette époque, le sol de la basilique est couvert de terre venant de Jérusalem, acquérant ainsi le titre en Hierusalem.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église est construite autour d'une pièce du palais impérial d'Hélène, le palais du Sessorium, qu'elle avait transformée en chapelle vers l'an 320. Quelques décennies plus tard, la chapelle est transformée en une véritable basilique, appelé Heleniana ou Sessoriana. Après son effondrement dû à la négligence, l'église est restaurée par le pape Lucius II (1144-1145). À cette occasion, elle reçoit une apparence romane, avec trois nefs, un clocher et un porche.

L'église est modifiée au XVIe siècle, mais elle reçoit son aspect baroque actuel sous le pape Benoît XIV (1740-1758), qui avait été le titulaire de la basilique avant son élévation à la papauté. De nouvelles rues sont ouvertes pour relier l'église aux deux autres basiliques romaines liées à Jésus, Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure.

La façade de Sainte-Croix est conçue par Pietro Passalacqua et Domenico Gregorini.

Le pape Sylvestre II y meurt le , pris d'un malaise, alors qu'il célèbre un office[1].

Reliques de la Passion[modifier | modifier le code]

La chapelle des reliques

Les célèbres reliques, dont l'authenticité est contestée, sont maintenant conservées dans une chapelle (la Cappella delle Reliquie), construite en 1930 par l'architecte Florestano di Fausto.

Des traditions tardives mentionnent la translation de ces reliques dans la basilique. Elle comprennent : un tiers de l'Elogium ou Titulus Crucis[2], c'est-à-dire le panneau pendu à la Croix du Christ : découvert dans l'église en 1492 (découverte opportune le jour où la nouvelle de la prise de Grenade, dernier bastion musulman lors de la Reconquista, arrive à Rome[3]), le fragment montre le mot "Nazaréen" écrit en hébreu, en latin et en grec ; deux épines de la Sainte Couronne[4], un clou incomplet[5], un grand fragment de la croix du bon larron et trois petites pièces de bois[6] de la Vraie Croix elle-même[7]. La tradition de cette Croix rapportée par sainte Hélène et déposée dans la basilique Saint-Jean-de-Latran ne date que du XIIe siècle et ce n'est qu'au XVe siècle que des sources hagiographiques mentionnent la translation de cette relique par Hélène dans la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem[8]. Un morceau beaucoup plus grand de la Sainte-Croix a été transféré de Sainte-Croix-de-Jérusalem jusqu'à la basilique Saint-Pierre sur instruction du pape Urbain VIII au cours de l'année 1629. Elle est conservée près de la statue de sainte-Hélène, achevée en 1639 par Andrea Bolgi.

Au cours des siècles, Sainte-Croix a reçu également d'autres reliques un doigt de saint Thomas (os de son index qu'il aurait placé dans les plaies du Christ ressuscité)[9], un reliquaire contenant comme petits morceaux : du pilier de la flagellation, du Saint-Sépulcre (tombeau du Christ) et de la grotte de Bethléem[10].

Chapelle de Sainte-Hélène[modifier | modifier le code]

Les reliques étaient autrefois dans l'ancienne chapelle Sainte-Hélène, qui est en partie en sous sol. Le fondateur de l'église y avait dispersé un peu de terre du Calvaire, d'où le nom de Hierusalem de la basilique. Dans la voûte, se trouve une mosaïque conçue par Melozzo de Forlì (avant 1485), représentant Jésus bénissant entouré des évangélistes. Une ancienne statue de Junon découverte à Ostie, transformée en statue de Sainte-Hélène, trône sur l'autel.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

L'abside de l'église comporte des fresques racontant les légendes de la Vraie Croix, attribuée à Melozzo de Forlì, à Antoniazzo Romano et Marco Palmezzano.

Le musée de la basilique abrite une icône mosaïque du XIVe siècle, faite, selon la légende, après une vision du Christ du pape Grégoire Ier (Messe de Saint Grégoire).

Le tombeau du cardinal Francisco de los Ángeles Quiñones a été réalisé par Jacopo Sansovino (1536).

Pierre Paul Rubens, arrivé à Rome en passant par Mantoue en 1601, est commandité par l'archiduc Albert d'Autriche pour peindre un retable à trois panneaux de la chapelle Sainte-Hélène. Deux de ces peintures, Sainte Hélène et la Vraie Croix et Raillerie du Christ, sont désormais à Grasse, en France. La troisième, l'élévation de la Croix, est perdue. L'archiduc avait été fait cardinal dans cette église en 1577.

Jardin et église rattachée[modifier | modifier le code]

L'amphithéâtre Castrense, construit vers le IIe ou IIIe siècle, est utilisé comme jardin annexe de la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem.

La basilique administre également directement l'église Santa Maria del Buonaiuto, qui constitue depuis 1476 un oratoire attenant et adossé au mur d'Aurélien prolongeant l'amphithéâtre.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paolo Coen, Le Sette Chiese, Newton Compton, Rome
  • Claudio Rendina, La grande Enciclopedia di Roma, Netwon Compton, Rome
  • (en) Kristin Lohse Belkin (trad. de l'anglais), Rubens, Oxford Oxfordshire, Phaidon,‎ , 1e éd., poche (ISBN 978-0-7148-3412-2, LCCN 98229704), p. 63-66
  1. Historia numéro 806, février 2014, page 96.
  2. Reliquaire exposant le titulus
  3. Frédérique Lemerle, Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Institut de recherches historiques du Septentrion,‎ 2009, p. 227
  4. Reliquaire exposant les deux épines
  5. Reliquaire exposant le clou
  6. reliquaire de la Vraie Croix
  7. Le reliquaire central de la Cappella delle Reliquie contient la croix, celui du dessous à gauche contient le clou, celui de droite le titulus ; enfin le reliquaire en haut à gauche expose un morceau de la colonne de Flagellation, à droite expose les deux épines.
  8. (en) Sible de Blaauw, « Jerusalem in Rome and the Cult of the Cross », in Pratum Romanum. Richard Krautheimer zum 100. Geburtstag, R.L. Colella, M.J. Gill, L.A. Jenkens et al., Wiesbaden, 1997, p. 65-66
  9. Reliquaire avec le doigt de saint Thomas
  10. Reliquaire avec un morceu du pilier de flagellation

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]