Are You Experienced

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Are You Experienced

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pochette américaine.

Album par The Jimi Hendrix Experience
Sortie 12 mai 1967
Enregistré du 26 octobre 1966 au 4 avril 1967
aux studios CBS, De Lane Lea et Olympic (Londres)
Durée 40:12
Genre rock psychédélique, blues rock, hard rock
Producteur Chas Chandler
Label Track
Classement 2e (Royaume-Uni)
5e (États-Unis)

Albums par The Jimi Hendrix Experience

Singles

  1. Hey Joe
    Sortie : 15 décembre 1966
  2. Purple Haze
    Sortie : 17 mars 1967
  3. The Wind Cries Mary
    Sortie : 5 mai 1967

Are You Experienced est le premier album du groupe The Jimi Hendrix Experience, sorti en 1967. Il est considéré comme l'un des albums emblématiques du rock psychédélique, ainsi que l'un des meilleurs premiers albums de l'histoire du rock.

Courant 1966, le guitariste américain Jimi Hendrix entre en contact avec l'ex-Animals Chas Chandler. Chandler et Michael Jeffery deviennent ses managers et l'invitent à venir enregistrer à Londres. Deux musiciens britanniques, le bassiste Noel Redding et le batteur Mitch Mitchell, sont recrutés pour l'accompagner au sein d'un groupe baptisé « The Jimi Hendrix Experience ». Le trio signe chez Track Records au mois d'octobre et commence à travailler sur ses premières chansons. Les séances d'enregistrement de l'album prennent place dans trois studios londoniens et durent jusqu'au début du mois d'avril suivant.

Are You Experienced paraît au Royaume-Uni le 12 mai 1967 chez Track Records ainsi qu'aux États-Unis le 23 août chez Reprise Records et connait un succès immédiat. L'album fait sensation en devenant le 2e album classé au Royaume-Uni derrière l'inaccessible Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles. Il s'agit également de l'album le plus vendu de l'année 1968 aux États-Unis.

La version américaine de l'album présente un contenu légèrement différent, certaines chansons ayant été remplacées par les faces A des trois premiers 45 tours du groupe, parus entre décembre 1966 et mai 1967. Les ventes sont excellentes des deux côtés de l'Atlantique, et l'album se classe dans le Top 5 des deux pays. Jimi Hendrix devient une star internationale avec son jeu de guitare flamboyant.


Contexte[modifier | modifier le code]

The Jimi Hendrix Experience en 1968.

En mai 1966, Jimi Hendrix s'efforce de gagner sa vie comme guitariste dans le circuit R&B new-yorkais. Lors d'un concert au Cheetah Club, l'une des boîtes les plus courues de la ville, il est repéré par Linda Keith, la petite amie de Keith Richards, le guitariste des Rolling Stones. Elle le recommande au manager des Stones Andrew Loog Oldham et au producteur Seymour Stein (en), mais les deux hommes ne perçoivent pas son potentiel et déclinent toute collaboration avec lui[1]. Linda Keith le recommande alors à Chas Chandler, le bassiste des Animals, qui vient de quitter le groupe et souhaite se reconvertir dans le management et la production d'autres musiciens. Il est persuadé qu'avec le bon artiste, il pourrait produire un 45 tours à succès avec la chanson de Billy Roberts Hey Joe[2]. Impressionné par l'interprétation qu'en donne Hendrix sur scène avec son groupe Jimmy James and the Blue Flames (en), Chandler l'invite à Londres le 23 septembre 1966 et lui fait signer un contrat avec lui et Michael Jeffery, l'ex-manager des Animals[3].

Chandler ne perd pas de temps à recruter des musiciens pour former un groupe destiné à mettre en valeur les talents du guitariste : The Jimi Hendrix Experience[4]. Hendrix fait la connaissance de Noel Redding lors d'une audition pour les New Animals ; il est impressionné par sa maîtrise des progressions d'accords du blues. Chandler lui propose de tenir la basse au sein de l'Experience, et Redding accepte[5]. C'est par l'intermédiaire d'un ami commun que Chandler entre en contact avec le batteur Mitch Mitchell, fraîchement renvoyé de Georgie Fame and the Blue Flames (en). Hendrix, Redding et Mitchell répètent ensemble, et leur intérêt commun pour le rhythm and blues les rapproche. Le courant passe si bien que Mitchell n'hésite pas lorsque Chandler lui propose de rejoindre l'Experience[6],[7]. Fin octobre, le groupe signe chez Track Records après avoir été refusé par Decca[8]. Track est une jeune maison de disques fondée par Kit Lambert et Chris Stamp, les managers des Who[3].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Are You Experienced est enregistré en l'espace de cinq mois, entre fin octobre 1966 et début avril 1967, durant le temps libre laissé par les tournées du groupe en Europe. Seize séances d'enregistrement lui sont dédiées dans trois studios londoniens : les studios CBS, De Lane Lea et Olympic. La majeure partie des séances ont lieu aux studios Olympic, car ils bénéficient d'une meilleure acoustique et d'un équipement dernier cri, bien qu'on n'y trouve encore que des enregistreurs quatre pistes alors que les studios américains sont déjà passés aux huit pistes[9].

En raison de son budget limité, Chandler s'arrange pour réaliser la pré-production de l'album avec Hendrix dans leur appartement[10]. Il s'efforce de limiter au maximum l'apport créatif de Mitch Mitchell et Noel Redding. Par la suite, il s'explique : « Ça ne me préoccupait pas que Mitch ou Noel aient l'impression de ne pas avoir voix au chapitre […] J'avais été membre d'un groupe pendant des années : ça se finissait toujours sur des compromis, et personne ne faisait jamais ce qu'il voulait vraiment faire. Je ne voulais pas que ça se passe comme ça avec Jimi[11] ». Aussi, lorsque l'Experience entre en studio, les séquences d'accord et les tempos pour Mitchell sont d'ores et déjà écrits, et Chandler dirige de près les parties de basse de Redding[12].

Octobre-décembre 1966[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 1966, l'Experience enregistre Hey Joe aux studios De Lane Lea, avec Chandler comme producteur et Dave Siddle comme ingénieur du son[13]. Le groupe féminin The Breakaways (en) assure les chœurs[14]. Une dispute ne tarde pas à éclater entre Chandler et Hendrix, le premier trouvant que le second joue trop fort avec son stack d'amplificateurs Marshall. Hendrix menace de rentrer à New York, ce à quoi Chandler lui répond d'aller « se faire foutre » en étalant le passeport et les documents d'immigration du guitariste sur la console de mixage. Hendrix éclate de rire, et le travail peut reprendre[11]. Dans son journal, Noel Redding note que deux chansons sont enregistrées le 23 octobre. La seconde pourrait être une reprise de Killing Floor ou Land of a Thousand Dances[15].

Chandler souhaite que le premier 45 tours du groupe soit composé de deux chansons originales, et il incite Hendrix à se mettre à l'écriture[16]. Le guitariste compose sa première chanson pour l'Experience, Stone Free, dès le lendemain[14],[N 1]. Toujours en vue de réduire les frais de studio, Chandler loue Aberbach House pour que le groupe puisse y répéter ses nouvelles chansons, mais il ne tarde pas à arrêter lorsqu'il se rend compte que les musiciens peuvent les apprendre lorsqu'ils s'échauffent dans le studio[17]. L'Experience retourne aux studios De Lane Lea le 2 novembre 1966. Ce jour-là, le trio met en boîte Stone Free, ainsi qu'une démo de Can You See Me[18].

Mécontent de la qualité sonore à De Lane Lea, Chandler réserve les studios CBS sur le conseil de Kit Lambert[19]. Après cinq semaines de concerts (huit en Allemagne et trois en Angleterre), l'Experience retourne en studio le 13 décembre[20]. Cette séance s'avère particulièrement productive : les pistes instrumentales des chansons Love or Confusion, Can You See Me et Third Stone from the Sun sont mises en boîte, ainsi que le chant et les instruments de Foxy Lady[21]. Durant cette séance, l'ingénieur du son Mike Ross enregistre la guitare d'Hendrix en plaçant le micro à trois mètres de distance dans une grande salle, une démarche « essentielle pour la puissance unique du son de l'Experience » d'après lui[22]. Le groupe joue dans des conditions live, avant d'overdubber le chant et les chœurs[23]. Bien que l'argent commence à manquer, Chandler encourage le trio à enregistrer plusieurs prises de chaque chanson jusqu'à en être complètement satisfaits[24]. L'Experience fait sa première apparition télévisée après cette séance, dans l'émission Ready Steady Go![25].

Les quatre pistes enregistrées le 13 sont finalisées deux jours plus tard[N 2]. Chandler apprécie la qualité des studios CBS, mais il se brouille avec leur propriétaire, Jake Levy, sur des questions d'argent : alors que Chandler comptait régler le prix des séances une fois l'album terminé, Levy souhaite être payé d'avance. Chandler trouve cette exigence déraisonnable, mais il est contraint de payer pour récupérer les bandes de l'Experience. Il se promet de ne plus jamais faire affaire avec CBS[26]. Une cinquième et dernière chanson est enregistrée dans ces studios : Red House[27]. Tous ces enregistrements sont en mono, le son stéréophonique étant encore peu populaire. Le mixage des chansons est réalisé très rapidement, jamais en plus d'une demi-heure d'après Ross[28].

Mitch Mitchell arrive souvent en retard aux répétitions et aux séances d'enregistrement. Il ne se déplace même pas lors de la séance du 15 décembre, ce qui incite Hendrix et Redding à envisager de le renvoyer. Ils font passer une audition à John Banks, un ami du bassiste, qui se débrouille si bien qu'ils lui offrent le poste de batteur. Banks préfère décliner, souffrant d'aviophobie. D'après Redding, les retards de Mitchell cessent lorsque Chandler cesse de lui verser sa paie hebdomadaire[29].

Le premier 45 tours de l'Experience sort au Royaume-Uni le 16 décembre 1966, avec Hey Joe en face A et Stone Free en face B[30]. Comme Track Records n'est pas encore actif, le disque paraît sur le label Polydor[31]. Il se classe no 6 au début de l'année 1967[32]. Le groupe retourne aux studios De Lane Lea le 21 décembre 1966 pour enregistrer deux versions de Red House et commencer le travail sur Remember. Ces deux chansons subissent d'importantes modifications en avril 1967 aux studios Olympic[33].

Janvier 1967[modifier | modifier le code]

Après trois semaines loin des studios, notamment marquées par une apparition dans Top of the Pops le 29 décembre, l'Experience retrouve les studios De Lane Lea le 11 janvier 1967[34]. Le trio commence à travailler sur son deuxième 45 tours, avec une nouvelle composition d'Hendrix prévue pour la face A : Purple Haze[35]. Les arrangements de cette chanson sont plus complexes qu'à l'accoutumée, et elle requiert quatre heures de travail pour être achevée, ce que Chandler juge extravagant. Le solo de guitare est le premier enregistré par Hendrix avec une pédale d'effet Octavia[36]. La face B, 51st Anniversary, est la première où le groupe utilise les overdubs au lieu de réenregistrer toute la chanson : cinq overdubs sont assemblés pour sonner comme une seule guitare[35]. Bien que Mitchell et Redding n'aient jamais entendu la chanson avant, 51st Anniversary est bouclée ce jour-là[37]. Third Stone from the Sun est réenregistrée, mais pas achevée, et il faut sept tentatives pour aboutir à une version de travail acceptable de Fire[38]. Le trio se consacre ensuite à la ballade The Wind Cries Mary. Comme 51st Anniversary, c'est une chanson totalement nouvelle pour Mitchell et Redding, mais une seule prise suffit pour l'enregistrer ; Hendrix y ajoute ensuite plusieurs overdubs de guitare[39]. Le batteur et le bassiste commencent à se plaindre de leur participation limitée à la création des chansons, mais Chandler refuse d'écouter leurs protestations : « on ne pouvait pas se permettre de perdre du temps là-dessus[39] ».

Du 12 janvier au 2 février, l'Experience donne vingt concerts en Angleterre, dont un pour l'émission Top of the Pops le 18 janvier[40]. Chandler est mécontent de la qualité sonore des bandes du 11 janvier, et le voisinage commence à se plaindre du vacarme qui sort des studios De Lane Lea durant les séances d'enregistrement[41]. Brian Jones et Bill Wyman lui conseillent d'essayer les studios Olympic, qui sont alors considérés comme le meilleur studio indépendant de Londres. Malgré le succès du 45 tours Hey Joe, l'argent reste un problème pour Chandler. Le propriétaire des studios Olympic exige d'être payé d'avance, mais Track n'a pas encore reçu les débours de Polydor. Ces derniers garantissent néanmoins à Chandler un crédit à Olympic[41].

Février 1967[modifier | modifier le code]

Chandler peut donc réserver les studios Olympic sans réserves d'ordre financier. L'Experience s'y rend pour la première fois le 3 février 1967[41]. L'ingénieur du son Eddie Kramer utilise une méthode d'enregistrement différente pour répondre aux plaintes d'Hendrix concernant les limites de l'enregistrement sur quatre pistes. Jusqu'ici, le groupe enregistrait basse et batterie en mono sur deux pistes, mais Kramer préfère enregistrer la batterie en stéréo sur deux pistes, la basse et la guitare rythmique occupant les deux autres pistes. Cette méthode inhabituelle permet d'utiliser les quatre pistes disponibles pour capturer le son live du groupe[42]. Kramer et Chandler mixent ensuite ces quatre pistes sur deux pistes, afin d'en libérer deux pour la guitare principale et le chant. Ainsi, le perfectionnisme d'Hendrix est satisfait, de même que le désir de Chandler de limiter autant que possible le nombre de prises requis pour obtenir une piste de base (et réduire les coûts). Kramer apporte également des modifications au positionnement des micros pour la guitare d'Hendrix, en ajoutant des micros placés à proximité de l'instrument. Certains des micros qu'il utilise sont des microphones à ruban Beyer M1 60, qui ne sont généralement pas utilisés pour de la musique aussi forte[43].

La séance du 3 février est consacrée à l'amélioration de Purple Haze : Hendrix réenregistre les parties de chant et de guitare principale, et un autre overdub de guitare avec pédale est accéléré et intégré à la fin de la chanson. Quatre jours plus tard, le 7 février, le travail sur Purple Haze continue, avec l'enregistrement de la guitare rythmique d'Hendrix et des chœurs de Redding. Le mix final de Purple Haze est bouclé le lendemain, après l'ajout d'effets sonores overdubbés. Ce même 8 février, Fire est presque entièrement reprise à zéro : de la version enregistrée à De Lane Lea, seule la ligne de basse de Redding est conservée et doublée afin de renforcer les fréquences basses. La deuxième ligne de basse est placée sur une piste dédiée et l'originale est surimposée à la nouvelle partie de batterie enregistrée par Mitchell. Enfin, Foxy Lady est également retravaillée, avec une nouvelle ligne de basse et des overdubs de guitare et de batterie. Une fois les chœurs de Redding et le chant d'Hendrix enregistrés, Kramer peut préparer le mix final de la chanson[44].

Hendrix n'aime pas qu'on le regarde chanter, et il demande aux ingénieurs d'Olympic de monter un écran entre lui et la salle de contrôle. Cet écran cause des problèmes : lorsque les lumières sont basses, les ingénieurs ne peuvent plus du tout le voir, et ses indications gestuelles sont impossibles à saisir[45]. Comme à De Lane Lea, son utilisation d'amplificateurs en série à un volume très élevé donne lieu à des protestations de la part des voisins[46]. L'opérateur George Chkiantz se rappelle que la musique d'Hendrix ne suscitait pas toujours des réactions positives : « Chas était persuadé de tenir quelque chose, mais tout le monde n'était pas de cet avis[47]. » Les nombreuses fans du guitariste constituent un autre problème. Hendrix ne fait aucun secret de ses déplacements, si bien que beaucoup de ses admiratrices le suivent en permanence, y compris dans les studios. Les employés d'Olympic sont chargés de les tenir à l'œil et de s'assurer qu'elles ne perturbent pas le travail[47].

Le 20 février 1967, des problèmes d'horaires aux studios Olympic contraignent Chandler et le groupe à retourner aux studios De Lane Lea[48],[49]. I Don't Live Today est enregistrée ce jour-là, avec un effet wah-wah (en) manuel[50]. Hendrix réenregistre le chant à Olympic par la suite[49].

Mars-avril 1967[modifier | modifier le code]

The Jimi Hendrix Experience à la télévision néerlandaise en mars 1967.

L'Experience retourne à De Lane Lea le 1er mars 1967, après une semaine de pause entrecoupée de concerts. Les musiciens tentent d'enregistrer Like a Rolling Stone, une reprise qui figure depuis longtemps dans leur répertoire scénique, mais ils ne parviennent pas à mettre en boîte une piste de base acceptable, en grande partie parce que Mitchell n'arrive pas à garder le tempo[51].

C'est également le 1er mars que paraît le 45 tours Purple Haze / 51st Anniversary. Il entre dans le hit-parade britannique le 23 mars et se hisse jusqu'à la troisième place des ventes[32]. Le mois de mars est consacré à des concerts en Belgique, en Allemagne et en Angleterre ; le groupe se produit notamment dans l'émission télévisée de Simon Dee (en) et dans le Saturday Club (en) sur les ondes de la BBC[52].

Une nouvelle séance a lieu aux studios De Lane Lea le 29 mars[53]. Un premier mix de la chanson Manic Depression est réalisé, mais abandonné par la suite au profit d'un autre mix produit à Olympic[53]. Le 3 avril, le groupe retrouve les studios Olympic pour une session de huit heures, « très organisée » d'après Kramer, qui voit l'enregistrement de trois nouvelles chansons : Highway Chile, May This Be Love (en) et Are You Experienced?[54]. Chandler termine également les mixes finaux de I Don't Live Today, May This Be Love et Are You Experienced? ce jour-là[55].

Le lendemain, le trio se tourne vers Third Stone from the Sun. Chandler estime qu'il vaudrait mieux abandonner la démo du 11 janvier pour reprendre la chanson à zéro. Are You Experienced?, Highway Chile et Love or Confusion sont remixées afin de libérer deux pistes sur chacune pour le chant et la guitare d'Hendrix[56]. Deux mixes de Highway Chile sont réalisés, l'un en mono et l'autre en stéréo. Chandler préfère le premier et le choisit pour figurer en face B du troisième single du groupe, au dos de The Wind Cries Mary. Le groupe retourne aux studios Olympic le 10 avril, pour une séance principalement consacrée à l'enregistrement de fragments de dialogue, qui sont ralentis avant d'être intégrés à Third Stone from the Sun[57].

Durant les deux semaines qui suivent, l'Experience donne des concerts et participe à divers événements promotionnels, dont des apparitions sur les plateaux de Monday Monday et Late Night Line-Up (en)[58]. Le mixage de l'album est bouclé vers 3 heures du matin le 25 avril[59]. Après quelques heures de sommeil, Chandler se rend aux bureaux de Polydor pour faire écouter une démo de l'album à Horst Schmaltze, le président du département A&R[60].

« J'ai commencé à avoir des sueurs froides quand Horst a déposé l'aiguille sur le disque. Je me suis dit : … quand il va entendre ça, il va me faire interner… Il a écouté toute la première face sans dire un mot, puis il a retourné le disque pour écouter l'autre face. Je commençais à me demander ce que j'allais bien pouvoir lui dire pour me tirer de ce pétrin. Il est resté silencieux un moment après la fin de l'album, et puis il a dit : « C'est excellent. C'est la meilleure chose que j'aie jamais entendue ». »

— Chas Chandler[60]

Paroles et musique[modifier | modifier le code]

Are You Experienced brasse de nombreux genres musicaux[61],[62]. Le journaliste Chris Welch remarque que « chaque titre possède sa propre identité[63] ».

Foxy Lady, la chanson qui ouvre la version britannique de l'album, est le produit d'une unique séance aux studios CBS, à l'exception de quelques overdubs ajoutés plus tard. Ses paroles parlent d'Heather Taylor, une célébrité londonienne de l'époque qui épouse par la suite Roger Daltrey, le chanteur des Who[64]. Elle débute sur un fa qui monte jusqu'à un fa dièse grâce à l'usage du bend. Le volume augmente lentement jusqu'à créer une boucle de feedback, puis Hendrix attaque l'accord en F♯m7 qui domine la chanson[65]. Le son de guitare distordu est issu de la combinaison de plusieurs pédales d'effet[66]. Le solo est construit sur le système pentatonique et illustre l'approche inhabituelle de la mélodie par Hendrix[66]. Peter Doggett rapproche la lenteur de son rythme de la Memphis soul (en)[67], tandis que David Stubbs y voit un précurseur des groupes de heavy metal comme Black Sabbath[68].

Contrairement à la majorité des chansons rock, écrites en 4/4, Manic Depression présente une signature rythmique en 3/4, comme une valse[69]. Le jeu de batterie de Mitchell rappelle les motifs jazz d'Elvin Jones[53],[70]. Le musicologue Andy Aledort souligne l'utilisation du chromaticisme (en) dans les premiers accords de la chanson et les bends qui annoncent ce qu'il juge être l'un des meilleurs solos d'Hendrix[71]. Can You See Me est un rock énergique, avec un chant redoublé et un bend inspiré par Hank Marvin[72],[73]. Le solo de Love or Confusion, avec sa guitare qui sonne comme un sitar, témoigne de l'influence du raga rock (en)[74].

Pour le journaliste Ritchie Unterberger, les paroles sombres de I Don't Live Today évoquent davantage du rock gothique que le psychédélisme exubérant de la musique qu'elles accompagnent[75]. Hendrix s'appuie sur le rythme tribal de la chanson pour produire des improvisations regorgeant de feedback[75],[76]. En mémoire de ses origines cherokee, il dédie cette chanson aux Amérindiens et autres minorités[77].

Deux chansons témoignent des genres de prédilection d'Hendrix avant son arrivée à Londres : le blues de Red House et le rhythm and blues de Remember[78],[79]. Une particularité de Red House est l'absence de guitare basse : Noel Redding joue à la place de la guitare rythmique, égalisée sur des tons de basse[80]. Il s'agit du seul twelve-bar blues (en) écrit par Hendrix[81]. À l'opposé se trouve la chanson-titre, un échantillon de rock psychédélique présentant des passages à l'envers qui s'avèrent particulièrement délicats à reproduire en concert, en particulier pour Mitch Mitchell[82],[55].

En 1967, Hendrix explique le sens de Third Stone from the Sun à un journaliste. Après avoir examiné l'espèce humaine, un extra-terrestre la juge incapable de régner sur la Terre, détruit la civilisation humaine et confie la planète à une autre race : celle des poulets[83],[84]. Cette chanson psychédélique inspirée par la science-fiction se compose de deux parties distinctes. Dans la première, une mélodie jazzy à la Wes Montgomery est jouée à la guitare sur un tempo rock, tandis que dans la seconde, Hendrix improvise en mode mixolydien (en) sur un rythme jazz[85],[86]. La chanson utilise des segments parlés, ralentis de moitié pour donner l'impression d'un voyage interstellaire[86]. Ritchie Unterberger y distingue également des motifs de surf music rappelant les Ventures, un groupe qu'Hendrix aurait eu l'occasion d'entendre dans son enfance[87].

Les paroles de Purple Haze, qui ouvre la version américaine de l'album, sont souvent interprétées comme le récit d'un trip à l'acide[88], mais d'après Hendrix, elle s'inspire d'un rêve durant lequel il « marchait sous la mer[89] ». D'après Redding, le guitariste n'a découvert le LSD qu'après avoir écrit cette chanson[90]. Elle débute sur une harmonie guitare/basse utilisant le triton, un intervalle aux connotations diaboliques[91]. Ritchie Unterberger considère le riff d'ouverture de Purple Haze comme « partie intégrante du vocabulaire du rock[92] ». La reprise de Hey Joe devient l'une des chansons les plus demandées à Hendrix en concert[93].

Fire est un mélange de funk et de soul mené par la batterie de Mitchell[63],[76], tandis que les ballades May This Be Love et The Wind Cries Mary témoignent de la capacité d'Hendrix à écrire des mélodies subtiles et des paroles réfléchies[94]. Écrite par Hendrix après une dispute avec sa petite amie Kathy Etchingham[95], The Wind Cries Mary présente une progression d'accords inspirée de Curtis Mayfield et des paroles qui reflètent l'admiration du guitariste pour Bob Dylan[96]. Avec Stone Free, il exprime son désir de liberté et son rejet du conformisme et des relations durables[97]. Ce thème se retrouve également dans 51st Anniversary et Highway Chile[98].

Parution[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

The Jimi Hendrix Experience à la télévision néerlandaise en juin 1967.

Le troisième single de l'Experience, The Wind Cries Mary / Highway Chile, sort le 5 mai 1967 au Royaume-Uni, alors que Purple Haze est encore no 3 des ventes. Sortir un nouveau 45 tours alors que le précédent est encore dans les charts est inhabituel, de même que le choix d'une ballade comme The Wind Cries Mary, très différente de Purple Haze. D'après Chris Stamp, c'est une décision mûrement réfléchie : « Nous voulions montrer qui était cet homme musicalement[99]. » The Wind Cries Mary se classe 6e en mai[32].

Are You Experienced paraît le 12 mai 1967 au Royaume-Uni sous le label Track Records[100]. L'album aurait dû paraître deux semaines plus tard, mais sa date de sortie est avancée en raison d'une gaffe de Polydor, qui envoie par erreur 2 000 exemplaires du vinyle aux disquaires londoniens[101]. Il entre dans les charts le 27 mai et y reste pendant 33 semaines ; il s'y trouve encore lorsque paraît Axis: Bold as Love, le deuxième album de l'Experience[102]. Sa meilleure position est no 2, derrière Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles[32].

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

En dépit de son succès européen, le 45 tours Hey Joe ne se classe pas dans le Billboard Hot 100 à sa sortie sur le sol américain, le 1er mai 1967[103]. C'est le passage de l'Experience au festival international de musique pop de Monterey, le 18 juin, qui lui permet de percer aux États-Unis. Recommandé aux organisateurs par Paul McCartney, le trio donne ce soir-là une performance mémorable, qu'Hendrix conclut en mettant le feu à sa guitare sur scène[104],[105],[106].

Après le succès de Monterey, la maison de disques Reprise Records accepte de distribuer Are You Experienced aux États-Unis. Le 45 tours Purple Haze / The Wind Cries Mary, sorti le 16 août, ne dépasse pas la 65e place du Billboard Hot 100, mais il tourne beaucoup sur les radios underground, ce qui constitue une bonne publicité pour l'Experience[107],[60]. Reprise alloue un budget promotionnel de 20 000 $ pour l'album, du jamais vu pour un artiste devant encore faire ses preuves[108]. Are You Experienced sort le 23 août et se classe no 5 du Billboard 200[109]. Il reste dans les charts pendant 106 semaines, dont 27 dans le Top 40[110].

L'édition américaine de l'album se distingue de la britannique par une pochette et un contenu différent. L'ordre des chansons est bouleversé et Red House, Remember et Can You See Me y sont remplacées par les faces A des trois premiers 45 tours de l'Experience, Hey Joe, Purple Haze et The Wind Cries Mary[81]. Les trois chansons écartées ne paraissent aux États-Unis qu'en 1969, sur la compilation Smash Hits. La version stéréo de Red House qui figure sur cette compilation provient d'une autre séance d'enregistrement que la version d'Are You Experienced[27].

Pochette[modifier | modifier le code]

La pochette de la version britannique de l'album, conçue par Chris Stamp, présente Hendrix dans une « pose à la Dracula[111] », vêtu d'une cape noire qu'il étend sur Mitchell et Redding, placés en contrebas. La photographie du groupe est réalisée par Bruce Fleming, qui a déjà travaillé avec les Hollies, les Dave Clark Five et les Animals. La séance photo se déroule au mois de février, après que le photographe a assisté à plusieurs répétitions et concerts de l'Experience. Il réalise plusieurs clichés du groupe, en noir et blanc et en couleur. Chandler insiste pour que les visages des trois musiciens soient clairement visibles : « pour qu'ils se fassent une place, il fallait que l'on voie bien leurs visages, afin que les gosses puissent les reconnaître[112] ». Parmi les photos prises par Fleming, Track Records en choisit une en couleur, qui n'est pas celle que préférait le photographe. Le lettrage est réalisé par Alan Aldridge. Pour une raison inconnue, seul le titre de l'album apparaît sur la pochette, et pas le nom du groupe. Pour la sortie européenne de l'album, Polydor rajoute le nom « Jimi Hendrix » au sommet. Avec ses tons sombres, brun-vert, et la manière dilettante dont posent les trois sujets, la pochette ne fait pas grande impression. De l'aveu de Stamp, « c'est une très mauvaise pochette. J'ose croire que nous nous sommes rattrapés avec les suivantes[113]. »

Hendrix n'apprécie pas cette pochette, et souhaite faire appel au designer Karl Ferris, dont il a découvert le travail avec la pochette de l'album des Hollies Evolution, sorti en juin 1967. Après avoir assisté aux répétitions du groupe pour leur deuxième 33 tours, Axis: Bold as Love, et écouté avec attention leurs productions, Ferris développe l'idée d'un groupe « voyageant à travers le cosmos dans une biosphère, se rendant sur Terre pour y apporter leur musique étrange[114] ». C'est avec cette idée en tête qu'il prend en photo le groupe à Kew Gardens, à l'aide d'un objectif fisheye. Il prend le groupe en contre-plongée afin d'attirer l'attention sur les mains du guitariste, et travaille également sur les couleurs pour accentuer l'étrangeté de l'image. Ferris choisit lui-même les vêtements de Mitchell et Redding, achetés le jour même dans des boutiques sur King's Road, tandis qu'Hendrix porte une veste au motif d'yeux offerte par une fan. Sa petite amie Kathy Etchingham le coiffe en afro, un style qui plaît à Mitchell et Redding et qu'ils adoptent à leur tour. Ferris choisit un fond jaune pour la pochette et conçoit un lettrage exubérant. Reprise refuse sa proposition d'un emballage texturé, jugée trop coûteuse[115].

Accueil critique et postérité[modifier | modifier le code]

Are You Experienced

Compilation des critiques
Périodique Note
Allmusic 5/5 étoiles[116]
Blender 5/5 étoiles[117]
Down Beat 5/5 étoiles[118]
Encyclopedia of Popular Music 5/5 étoiles[119]
Q 5/5 étoiles[120]
The Rolling Stone Album Guide 5/5 étoiles[121]

Are You Experienced est généralement considéré comme l'un des meilleurs premiers albums de l'histoire du rock. Il rencontre un succès commercial foudroyant, dépassant le million de copies écoulées en l'espace de sept mois[122]. Il est certifié quadruple disque de platine par la RIAA en 1998[123] Melody Maker salue son intégrité artistique et l'usage de tempos variés[63]. NME le décrit comme « une tentative audacieuse de produire une forme de musique originale et excitante[62] ». La critique n'est néanmoins pas unanime pour applaudir l'album à sa sortie. Dans Rolling Stone, Jon Landau se montre ainsi négatif à l'égard du chant et de l'écriture d'Hendrix, jugeant les paroles ineptes[124].

Avec le recul, Ritchie Underberger décrit Are You Experienced comme « l'un des albums essentiels de l'ère psychédélique[116] ». Noe Goldwasser, fondateur du magazine Guitar World, le considère comme « le mode d'emploi de ce qu'un musicien peut faire avec son instrument[125] ». Le journaliste Charles Shaar Murray estime que l'album « a bouleversé ce que l'on pensait de la guitare, non, ce que l'on pensait de la musique[126] ». Le critique Robert Christgau souligne la façon dont l'Experience utilise de simples structures pop comme cadre pour le jeu de guitare lourd et complexe d'Hendrix, une technique innovante qui a attiré l'attention de nombreux jeunes auditeurs[127]. L'album figure en 15e position dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps établie par le magazine Rolling Stone en 2003[109]. Quatre chansons tirées de l'album figurent dans leur liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps : Purple Haze (17e), Foxy Lady (153e), Hey Joe (201e) et The Wind Cries Mary (379e)[128].

Are You Experienced est l'un des cinquante enregistrements ajoutés au Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès en 2005, signe de son « importance culturelle, historique et esthétique[129] ».

Titres[modifier | modifier le code]

Il existe six versions différentes de Are You Experienced. Depuis 1997, les rééditions au format CD reprennent l'intégralité des titres parus sur les deux éditions originales, la britannique et l'américaine, soit dix-sept chansons au total : les onze enregistrés pour l'album, et les six parus en 45 tours avant sa sortie[130].

Édition britannique et internationale[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Jimi Hendrix

Face 1
No Titre Durée
1. Foxy Lady 3:22
2. Manic Depression 3:46
3. Red House 3:53
4. Can You See Me 2:35
5. Love or Confusion 3:17
6. I Don't Live Today 3:58
Face 2
No Titre Durée
7. May This Be Love 3:14
8. Fire 2:47
9. Third Stone from the Sun 6:50
10. Remember 2:53
11. Are You Experienced? 4:17

Édition américaine[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Jimi Hendrix, sauf mention contraire. 

Face 1
No Titre Durée
1. Purple Haze 2:46
2. Manic Depression 3:46
3. Hey Joe (Billy Roberts) 3:23
4. Love or Confusion 3:15
5. May This Be Love 3:14
6. I Don't Live Today 3:55
Face 2
No Titre Durée
7. The Wind Cries Mary 3:21
8. Fire 2:34
9. Third Stone from the Sun 6:40
10. Foxy Lady 3:15
11. Are You Experienced? 3:55

Musiciens et production[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les premiers crédits d'écriture d'Hendrix remontent à 1966 : Hornet's Nest et Knock Yourself Out, deux instrumentaux parus sur un 45 tours du groupe Curtis Knight and the Squires (Roby et Schreiber 2010, p. 210).
  2. D'après Mike Ross, deux sont terminées le 13 et deux le 15, mais le journal de Noel Redding signale l'absence de Mitch Mitchell le 15, et il est possible que l'Experience n'ait rien enregistré ce jour-là (Egan 2013, p. 106-107).

Références[modifier | modifier le code]

  1. McDermott 2009, p. 17-18.
  2. McDermott 2009, p. 18-21.
  3. a et b McDermott 2009, p. 20-22.
  4. Shadwick 2003, p. 84.
  5. Shadwick 2003, p. 83.
  6. McDermott 2009, p. 21-22.
  7. Shadwick 2003, p. 83–85.
  8. Egan 2013, p. 93.
  9. Roby 2002, p. 71-72.
  10. McDermott 2009, p. 22–23.
  11. a et b McDermott 2009, p. 23.
  12. McDermott 2009, p. 22-23.
  13. Egan 2013, p. 67-71.
  14. a et b McDermott 2009, p. 22-24.
  15. Egan 2013, p. 73.
  16. Egan 2013, p. 73-74.
  17. Egan 2013, p. 90-91.
  18. Egan 2013, p. 89.
  19. McDermott 2009, p. 26.
  20. McDermott 2009, p. 24-27.
  21. McDermott 2009, p. 26-27.
  22. Egan 2013, p. 104-105.
  23. Egan 2013, p. 105-106.
  24. Egan 2013, p. 106.
  25. Black 1999, p. 66.
  26. McDermott 2009, p. 27-28.
  27. a et b Egan 2013, p. 109.
  28. Egan 2013, p. 112.
  29. Egan 2013, p. 112-113.
  30. McDermott 2009, p. 28.
  31. Egan 2013, p. 115.
  32. a, b, c et d Roberts 2005, p. 232.
  33. McDermott 2009, p. 28-29.
  34. McDermott 2009, p. 28-33.
  35. a et b McDermott 2009, p. 32.
  36. Heatley 2009, p. 88.
  37. Egan 2013, p. 126.
  38. McDermott 2009, p. 32-33.
  39. a et b McDermott 2009, p. 33.
  40. McDermott 2009, p. 32-35.
  41. a, b et c McDermott 2009, p. 35.
  42. McDermott 2009, p. 36.
  43. Egan 2013, p. 136-137.
  44. McDermott 2009, p. 36-38.
  45. Egan 2013, p. 144.
  46. Egan 2013, p. 146-147.
  47. a et b Egan 2013, p. 147.
  48. Egan 2013, p. 150.
  49. a et b McDermott 2009, p. 39.
  50. Shadwick 2003, p. 103.
  51. McDermott 2009, p. 39-40.
  52. McDermott 2009, p. 40-41.
  53. a, b et c McDermott 2009, p. 41.
  54. Egan 2013, p. 159-160.
  55. a et b McDermott 2009, p. 43.
  56. McDermott 2009, p. 44.
  57. McDermott 2009, p. 45.
  58. McDermott 2009, p. 44-45.
  59. McDermott 1992, p. 57.
  60. a, b et c McDermott 2009, p. 46.
  61. Doggett 2004, p. 8.
  62. a et b Shapiro et Glebbeek 1995, p. 169.
  63. a, b et c Egan 2013, p. 184.
  64. Egan 2013, p. 108-109.
  65. Whitehill 1989, p. 86.
  66. a et b Shadwick 2003, p. 93.
  67. Doggett 2004, p. 12.
  68. Stubbs 2003, p. 29.
  69. Shadwick 2003, p. 104.
  70. Shapiro et Glebbeek 1995, p. 170.
  71. Aledort 1996, p. 14.
  72. Egan 2013, p. 195.
  73. Shapiro et Glebbeek 1995, p. 173-174.
  74. Shadwick 2003, p. 90–91.
  75. a et b Unterberger 2009, p. 182–183.
  76. a et b Heatley 2009, p. 64.
  77. Unterberger 2009, p. 182-183.
  78. Egan 2013, p. 202.
  79. Roby 2002, p. 72.
  80. Egan 2013, p. 110.
  81. a et b Aledort 1996, p. 49.
  82. Egan 2013, p. 160.
  83. (en) Keith Altham, « Hendrix Is Out of This World », dans Chris Potash, The Jimi Hendrix Companion, Omnibus,‎ 1996 (ISBN 978-0-7119-6635-2), p. 4.
  84. Shadwick 2003, p. 112.
  85. Shadwick 2003, p. 98.
  86. a et b Whitehill 1989, p. 76.
  87. Unterberger 2009, p. 184.
  88. Moskowitz 2010.
  89. Levy 2005, p. 34.
  90. Egan 2013, p. 119.
  91. Whitehill 1989, p. 6.
  92. Unterberger 2009, p. 145.
  93. Whitehill 1989, p. 20.
  94. Egan 2013, p. 199.
  95. Stubbs 2003, p. 27-28.
  96. Shadwick 2003, p. 97.
  97. Moskowitz 2010, p. 10-11.
  98. Egan 2013, p. 173.
  99. Egan 2013, p. 172-173.
  100. McDermott 2009, p. 50.
  101. Egan 2013, p. 174.
  102. Egan 2013, p. 174-175.
  103. Shadwick 2003, p. 109.
  104. Cross 2005, p. 184.
  105. Moskowitz 2010, p. 22.
  106. Shadwick 2003, p. 110-115.
  107. Egan 2013, p. 179-181.
  108. Egan 2013, p. 180-181.
  109. a et b George-Warren 2005, p. 429.
  110. McDermott 2009, p. 61.
  111. Egan 2013, p. 169.
  112. Egan 2013, p. 170.
  113. Egan 2013, p. 169–171.
  114. Egan 2013, p. 175-176.
  115. Egan 2013, p. 175-177.
  116. a et b (en) Ritchie Unterberger, « Are You Experienced? - Jimi Hendrix », sur AllMusic (consulté le 1er avril 2014).
  117. (en) Robert Christgau, « Back Catalogue: Jimi Hendrix » (consulté le 1er avril 2014).
  118. (en) « Review: Are You Experienced », Down Beat,‎ août 1997, p. 61 (lire en ligne).
  119. (en) Colin Larkin, Encyclopedia of Popular Music, vol. 4, Oxford University Press,‎ 2006 (ISBN 0-19-531373-9), p. 249.
  120. (en) « Review: Are You Experienced », Q,‎ décembre 1993, p. 136 (lire en ligne).
  121. (en) Nathan Brackett et Christian Hoard, The New Rolling Stone Album Guide, Simon & Schuster,‎ 2004, 4e éd. (ISBN 0-7432-0169-8), p. 374-375.
  122. Murray 1989, p. 49–50.
  123. (en) « RIAA Database » (consulté le 1er avril 2014).
  124. Egan 2013, p. 183.
  125. Whitehill 1989, p. 5.
  126. (en) Charles Shaar Murray, Crosstown Traffic: Jimi Hendrix and the Rock 'n' Roll Revolution, St. Martin's Press,‎ 1989 (ISBN 978-0-312-04288-2), p. 49-50.
  127. (en) Robert Christgau, Grown Up All Wrong: 75 Great Rock and Pop Artists from Vaudeville to Techno, Harvard University Press,‎ 1998 (ISBN 0-674-44318-7), p. 96-97.
  128. (en) Jann Wenner, 500 Greatest Songs of All Time, Rolling Stone,‎ 2010 (OCLC 641731526), p. 120.
  129. (en) Gail Fineberg, « National Recording Registry Grows », Library of Congress,‎ mai 2006 (consulté le 1er avril 2014).
  130. Doggett 2004, p. 6–11.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andy Aledort, Jimi Hendrix: A Step-by-Step Breakdown of his Guitar Styles and Techniques, Hal Leonard,‎ 1996 (ISBN 0-7935-3659-6).
  • (en) Johnny Black, Jimi Hendrix: The Ultimate Experience, Thunder's Mouth Press,‎ 1999 (ISBN 978-1-56025-240-5).
  • (en) Charles R. Cross, Room Full of Mirrors: A Biography of Jimi Hendrix, Hyperion,‎ 2005 (ISBN 978-0-7868-8841-2).
  • (en) Peter Doggett, Jimi Hendrix: The Complete Guide to His Music, Omnibus,‎ 2004 (ISBN 978-1-84449-424-8).
  • (en) Sean Egan, Jimi Hendrix and the Making of Are You Experienced, Askill,‎ 2013 (ISBN 978-0-9545750-5-2).
  • (en) Holly George-Warren (éd.), The Rolling Stone Encyclopedia of Rock & Roll, Fireside,‎ 2005 (ISBN 978-0-7432-9201-6).
  • (en) Michael Heatley, Jimi Hendrix Gear: The Guitars, Amps & Effects that Revolutionized Rock 'n' Roll, Voyageur Press,‎ 2009 (ISBN 978-0-7603-3639-7).
  • (en) Joe Levy (éd.), Rolling Stone's 500 Greatest Albums of All Time, Wenner Books,‎ 2005 (ISBN 978-1-932958-61-4).
  • (en) John McDermott, Hendrix: Setting the Record Straight, Grand Central,‎ 1992 (ISBN 978-0-446-39431-4).
  • (en) John McDermott, Ultimate Hendrix: An Illustrated Encyclopedia of Live Concerts and Sessions, BackBeat Books,‎ 2009 (ISBN 978-0-87930-938-1).
  • (en) David Moskowitz, The Words and Music of Jimi Hendrix, Praeger,‎ 2010 (ISBN 978-0-313-37592-7).
  • (en) David Roberts (éd.), British Hit Singles & Albums, Guinness World Records Limited,‎ 2005 (ISBN 978-1-904994-00-8).
  • (en) Steven Roby, Black Gold: The Lost Archives of Jimi Hendrix, Billboard Books,‎ 2002 (ISBN 978-0-8230-7854-7).
  • (en) Steven Roby et Brad Schreiber, Becoming Jimi Hendrix: From Southern Crossroads to Psychedelic London, the Untold Story of a Musical Genius, Da Capo,‎ 2010 (ISBN 978-0-306-81910-0).
  • (en) Keith Shadwick, Jimi Hendrix: Musician, BackBeat Books,‎ 2003 (ISBN 978-0-87930-764-6).
  • (en) Harry Shapiro et Caesar Glebbeek, Jimi Hendrix: Electric Gypsy, St. Martin's Press,‎ 1995 (ISBN 978-0-312-13062-6).
  • (en) David Stubbs, Voodoo Child: Jimi Hendrix, the Stories Behind Every Song, Thunder's Mouth Press,‎ 2003 (ISBN 978-1-56025-537-6).
  • (en) Ritchie Unterberger, The Rough Guide to Jimi Hendrix, Rough Guides,‎ 2009 (ISBN 978-1-84836-002-0).
  • (en) Dave Whitehill, Hendrix: Are You Experienced, Hal Leonard,‎ 1989 (ISBN 978-0-7119-3654-6).