First Rays of the New Rising Sun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

First Rays of the New Rising Sun

Album de Jimi Hendrix
Sortie 22 avril 1997
Enregistré 1968-1970
Durée 69:25
Genre rock
Producteur Jimi Hendrix, Eddie Kramer, Mitch Mitchell, John Jansen
Label MCA

Albums de Jimi Hendrix

First Rays of the New Rising Sun est un album posthume de Jimi Hendrix sorti le 22 avril 1997.

Genèse[modifier | modifier le code]

L’héritage discographique officiel de Jimi Hendrix a connu trois périodes :

  • La période Michael Jeffery, de 1970 à 1973 ;
  • La période Alan Douglas, de 1974 à 1995 ;
  • La période Experience Hendrix LLC depuis lors.

Si les deux premières décennies présentent une certaine continuité (au moins en Europe, où la première vague de rééditions CD reprend, à quelques exceptions près, l’existant), les années 1990 marquent une volonté de remise en ordre du patrimoine. Mais lorsqu'Alan Douglas décide de supprimer The Cry of Love du catalogue en faveur de Voodoo Soup, il crée la plus grande controverse discographique depuis Crash Landing.

C'est donc avec soulagement que la plupart des amateurs du guitariste apprennent en 1995 que la famille de Jimi Hendrix prend le contrôle de son héritage musical. D'autant que le père de Hendrix (Al) et sa demi-sœur adoptive (Janie) décident de recourir aux services d'Eddie Kramer et de l'archiviste John McDermott. Les deux hommes n'ont-ils pas cosigné l'excellent Hendrix: Setting The Record Straight dont le seul titre résume l'ambition légitime ?

La reprise en main du catalogue par la famille (Experience Hendrix LLC) se traduit ainsi le 22 avril 1997 par la réédition des quatre albums sortis du vivant de Hendrix, ainsi que de First Rays of the New Rising Sun, qui remplace ainsi Voodoo Soup, mais aussi The Cry of Love dans le rôle du quatrième album studio de Jimi Hendrix.

Les titres[modifier | modifier le code]

Chansons écrites par Jimi Hendrix.

  1. Freedom - 3:27
  2. Izabella - 2:50
  3. Night Bird Flying - 3:50
  4. Angel - 4:22
  5. Room Full of Mirrors - 3:20
  6. Dolly Dagger - 4:44
  7. Ezy Ryder - 4:09
  8. Drifting - 3:48
  9. Beginnings - 4:13
  10. Stepping Stone - 4:12
  11. My Friend - 4:36
  12. Straight Ahead - 4:42
  13. Hey Baby (New Rising Sun) - 6:04
  14. Earth Blues - 4:21
  15. Astro Man - 3:34
  16. In From the Storm - 3:41
  17. Belly Button Window - 3:36

Note : "Straight Ahead" reprend la musique de Pass It On avec de nouvelles paroles.

Le quatrième album studio de Jimi Hendrix ?[modifier | modifier le code]

First Rays of the New Rising Sun ne présente aucun titre inédit. Nous invitons donc les lecteurs de cet article à lire celui consacré à The Cry of Love, qui revient sur les enjeux de ce quatrième album studio (qui n'ont pas changé depuis le 18 septembre 1970), mais aussi ceux sur Rainbow Bridge et de War Heroes, dont on retrouve certains extraits ici (ce sont les mêmes prises, et le même mixage), et dans une moindre mesure celle de Voodoo Soup, auquel répond largement First Rays of the New Rising Sun.

Les deux principaux arguments développés par Experience Hendrix LLC pour promouvoir First Rays of the New Rising Sun étaient alors les suivants : d'une part la qualité audio du nouvel opus serait nettement supérieure aux précédentes rééditions car seuls leurs pressages proviendraient des enregistrements originaux de première génération, mais surtout, d'autre part, First Rays of the New Rising Sun correspondrait au projet tel que Jimi Hendrix l'avait véritablement envisagé. Selon Eddie Kramer, c'est la pression de la Warner au début des années 1970 qui explique le fait que le projet initial de Jimi Hendrix ait été éparpillé sur trois albums successifs.

Une meilleure qualité audio ?[modifier | modifier le code]

Si l'utilisation des enregistrements originaux de première génération est considérée comme un véritable plus, le manque de dynamique lié à un volume sonore général excessif est par contre tout à fait critiquable. En effet, le mastering de George Marino est loin de faire l'unanimité parmi les audiophiles. Car George Marino nous livre des enregistrements qui se plient aux exigences contemporaines du gros son... mais au détriment de toutes les nuances qu'un niveau sonore global plus faible permettraient de percevoir.

Le reflet des dernières volontés de Jimi Hendrix ?[modifier | modifier le code]

C'est ce qui a été annoncé de façon péremptoire dans la presse en 1997, en précisant que les notes manuscrites de Jimi Hendrix avaient servi de référence. Ce n'est pas exactement le cas. La dernière liste connue, assez précise, est en effet la suivante :

Face A

  1. Dolly Dagger
  2. Night Bird Flying
  3. Room Full of Mirrors
  4. Belly Button Window
  5. Freedom

Face B

  1. Ezy Ryder
  2. Astro Man
  3. Drifting
  4. Straight Ahead

Face C

  1. Night Bird Flying [cité deux fois]
  2. Drifter's Escape
  3. Come Down Hard On Me
  4. Beginnings
  5. Cherokee Mist
  6. Angel

Face D : Aucune indication[1].

Il est intéressant de comparer les différentes listes existantes, notamment celle de Roby, avec les titres remixés lors des ultimes séances studio à l'Electric Lady fin août 1970 (selon l’Encyclopedia) :

  • Angel
  • Astro Man
  • Beginnings
  • Belly Button Window
  • Bleeding Heart
  • Bolero (dont il n'existe aucune version officielle à ce jour)
  • Dolly Dagger
  • Drifter's Escape
  • Drifting
  • Ezy Ryder
  • Freedom
  • Hey Baby
  • In From The Storm
  • Lonely Avenue (ce titre est inconnu, mais c'est peut-être une jam)
  • Message to Love
  • Midnight Lightning
  • Night Bird Flying
  • Power of Soul
  • Room Full of Mirrors
  • Straight Ahead

On constate que trois des titres datant du Band of Gypsys, présents sur First Rays of the New Rising Sun sont incertains : Earth Blues, Izabella et Stepping Stone. Mais peut-être ces titres étaient-ils suffisamment avancés pour que Jimi Hendrix ne revienne pas dessus lors de ses dernières séances ?

Dès lors, que penser du choix opéré par Experience Hendrix LLC ?

Manifestement, My Friend ne doit sa présence sur First Rays of the New Rising Sun qu'au choix initial de Kramer et Mitchell de l'inclure dans The Cry of Love. Ce titre n'avait pas été retenu sur Electric Ladyland (il date de 1968) : Jimi Hendrix n'était pas du genre à se retourner en arrière. Quitte à tout remettre à plat, il fallait attendre South Saturn Delta pour réintroduire ce titre dans le catalogue officiel.

L'absence de Bleeding Heart et de Drifter's Escape s'explique peut-être tout simplement par des raisons financières : le texte d'Elmore James et le titre de Bob Dylan constituaient autant de manques à gagner pour Experience Hendrix LLC. Peut-être Hendrix aurait-il remplacé Bleeding Heart par Come Down Hard On Me (dont la composition est très proche) ?

Concernant Midnight Lightning, l'avancement du titre explique sans doute la décision de ne pas l'inclure dans le recueil. Il en va de même pour Cherokee Mist.

First Rays of the New Rising Sun n'est donc pas tant une véritable tentative de recréation du dernier album studio de Jimi Hendrix qu'une Deluxe Edition de The Cry of Love. Eddie Kramer légitime ainsi son travail de producteur du premier album post mortem. Et Experience Hendrix LLC pensait sans doute satisfaire les amateurs du guitariste, tirant les conséquences de l'échec critique de Voodoo Soup.

Là où le bât blesse, c'est qu'on ne retrouve ici ni la force, ni l'équilibre présents sur The Cry of Love. La force parce que là où The Cry of Love nous proposait 10 titres musicalement irréprochables, First Rays of the New Rising Sun nous en propose 17, mais dont certains ne méritaient peut-être pas d'être retenus (Izabella, Beginnings) : un plus quantitatif peut se traduire par un moins qualitatif. La plupart des amateurs de Jimi Hendrix s'accordent sur le fait que l'absence de Pali Gap est difficilement justifiable. Pali Gap était certes absent des fameuses listes du guitariste, mais il aurait avantageusement remplacé Beginnings, d'autant que First Rays of the New Rising Sun ne tient pas toujours compte des listes en question. En ce qui concerne l'équilibre du projet, le format du CD pénalise sans doute l'entreprise (Cf. l'équilibre des faces de The Cry of Love), mais l'ordre des titres est lui aussi discutable : placer Izabella dès la deuxième plage est pour le moins déconcertant.

Informations supplémentaires[2][modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Jimi Hendrix – guitare, chant, chœurs, basse, piano, production, mixage
  • Billy Cox – basse, chœurs
  • Mitch Mitchell – batterie, production, mixage
  • Juma Sultan – percussions
  • Buddy Miles – batterie (pistes 5 & 7 ), chœurs
  • Albert Allen (The Ghetto Fighters) – chœurs sur Freedom
  • Arthur Allen (The Ghetto Fighters) – chœurs sur Freedom
  • Billy Armstrong – percussions sur Ezy Rider
  • Buzzy Linhart – vibraphone sur Drifting
  • Emmeretta Marks – chœurs
  • The Ronettes – chœurs
  • Steve Winwood (Traffic)– chœurs sur Ezy Rider
  • Chris Wood (Traffic) – chœurs sur Ezy Rider
  • Ken Pine (The Fugs) – 12 string guitare sur My Friend
  • Stephen Stills – piano sur My Friend
  • Paul Caruso – harmonica sur My Friend
  • Jimmy Mayes – batterie sur My Friend

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Black Gold - The lost archives of Jimi Hendrix de Steven Roby
  2. McDermott, John (1997). Album notes for First Rays of the New Rising Sun by Jimi Hendrix, pp. 7–33 [booklet]. Experience Hendrix, L.L.C..