Wes Montgomery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wes Montgomery

Nom de naissance John Leslie « Wes » Montgomery
Naissance 6 mars 1923
Indianapolis
Décès 15 juin 1968 (à 45 ans)
Indianapolis, États-Unis
Genre musical Jazz, bebop, swing, West-Coast blues
Instruments guitare Gibson L-5 CES
Labels Riverside, Verve, A&M
Site officiel wesmontgomery.com

John Leslie « Wes » Montgomery (né à Indianapolis le 6 mars 1923 - mort à Indianapolis le 15 juin 1968) est un guitariste de jazz américain. Il est généralement considéré comme un des guitaristes de jazz majeurs, arrivant avec Django Reinhardt et Charlie Christian et influençant de nombreux guitaristes de jazz comme George Benson, Kenny Burrell, Royce Campbell, Grant Green, Jimi Hendrix, Steve Howe, Russell Malone, Pat Martino, Pat Metheny, Lee Ritenour, Joe Diorio, David Becker, Randy Napoleon, et Emily Remler.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Son surnom "Wes" vient du diminutif de son deuxième prénom, Leslie[1].

Wes Montgomery a 19 ans quand il écoute Solo Flight, de Charlie Christian : il court s'acheter une guitare électrique. Il commence à jouer en imitant son idole. Un an plus tard il rejoue les solos de Charlie Christian dans des clubs locaux... C'est un autodidacte qui n'aura pas le temps d'acquérir une formation musicale.

Ses deux frères sont également musiciens : Monk est bassiste, Buddy vibraphoniste. Ils forment un trio, les "Montgomery Brothers" qui se produit dans les clubs d'Indianapolis et enregistre quelques disques.

En 1948, Wes est engagé dans l'orchestre de Lionel Hampton : il passera deux ans en tournée avec lui avant de rentrer à Indianapolis rejouer avec ses frères.

Marié jeune, il doit nourrir une famille nombreuse de huit personnes. Il travaille le jour comme soudeur dans une usine de composants électroniques : à 15 heures il rentre se reposer, puis il joue dans les bars, puis sur la scène de clubs de jazz presque toute la nuit.

En 1959 il est découvert par Cannonball Adderley, qui produit deux de ses disques : The Wes Montgomery Trio, accompagné de l'organiste Melvin Rhyne, puis The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, ce dernier étant jugé par la critique comme étant l'un de ses meilleurs.

Il joue avec les meilleurs musiciens de jazz de l'époque : Milt Jackson, Johnny Griffin, John Coltrane, Wynton Kelly, Cannonball Adderley, Jimmy Smith, Jimmy Cobb, etc...

Il meurt à 45 ans à la suite d'une crise cardiaque.

Wes Montgomery est le grand père de l'acteur américain Anthony Montgomery.

Technique[modifier | modifier le code]

La technique de jeu de Wes Montgomery se distingue de celle des autres guitaristes de jazz par l'usage du pouce de la main droite en lieu et place du médiator. Selon la légende, il aurait appris et développé cette technique pour ne pas gêner sa femme et ses voisins qui se plaignaient du bruit[2]. Plus précisément, sa femme se plaignait essentiellement du fait qu'il puisse réveiller les enfants (nombreux). Ce qui a eu pour conséquence qu'il mette au point une technique au toucher d'une légèreté rarement, voire jamais, égalée.

Il utilisait son pouce avec une rapidité surprenante, et frottait les cordes dans les deux sens : de haut en bas et aussi de bas en haut. Il en ressort un style unique et facilement reconnaissable.

Par ailleurs, il fut le guitariste de jazz qui popularisa le jeu en octaves (en doublant la note à l'octave ou en double octave), bien que Django Reinhardt ait largement abordé la technique dès l'avant guerre. Il a aussi initié avec succès la technique du comping (jeu en accords des pianistes).

D'après le professeur de guitare Wolf Marshall, Wes Montgomery improvisait souvent ses solos en trois parties: il commence en jouant des répétitions de notes venant des gammes et modes utilisés; après quelques séquences il joue une mélodie en octave pendant encore quelques séquences et il finit sont solo en utilisant des accords.

Carrière[modifier | modifier le code]

Wes Montgomery a tourné avec l'orchestre du vibraphoniste Lionel Hampton de juillet 1948 à janvier 1950 et peut être entendu sur les enregistrement de l'orchestre de cette période. Wes Montgomery est ensuite retourné à Indianapolis et n'a pas enregistré jusqu'à décembre 1957 (exceptée une session en 1955) quand il a enregistré avec ses frères Monk et Buddy ainsi qu'avec le trompettiste Freddie Hubbard qui a fait ses premiers enregistrements avec Wes. La plupart des enregistrements de Montgomery et ses frères furent produits par le label Pacific Jazz records[3].

A partir de 1959, Wes Montgomery a signé avec le label Riverside Records, où il restera jusqu'en 1963 à cause de la faillite du label. Les enregistrements de cette époque son largement considérés par les historiens du jazz comme les meilleurs moments et les plus influents du musicien. Deux sessions d'enregistrement en Janvier 1960 on menés à l'album The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, enregistrés avec le pianiste Tommy Flanagan, le bassiste Percy Heath and drummer Albert "Tootie" Heath. Cet album contient deux des compositions les plus connues de l'artiste : "Four on Six" and "West Coast Blues"

Presque tous les enregistrements de Wes Montgomery sous le label Riverside le présente dans une petite formation, souvent un trio (et toujours avec l'organiste qui l'accompagnait à Indianapolis, Melvin Rhyne), un quartet ou un quintet, jouant un mélange de hard-swing et de ballade. La seule exception, l'album Fusion, est le premier album enregistré par Wes avec un ensemble à cordes. Un des sets les plus mémorables est celui enregistré avec le virtuose du vibraphone Milt Jackson.

En 1964, Wes Montgomery change de label pour Verve Records pour une période de deux ans. Durant cette période, il sortit beaucoup d'album accompagné d'un orchestre, orientés sur les cuivres (Movin' Wes), orientés sur les cordes (Bumpin', Tequila), ou mélangeant les deux (Goin' Out of My Head, California Dreamin').

Il est considéré comme l'inventeur du Smooth Jazz, l'album Bumpin' est un modèle pour beaucoup d'enregistrements plus moderne.

Au moment de la sortie de son premier album sous le label A&M Records, il avait presque abandonné le jazz pour le marché plus lucratif de la pop. Les trois albums sortis pendant la période 1967-1968 sont accompagnés d'un orchestre et reprenne les titres célèbres de l'époque ("Scarborough Fair", "I Say a Little Prayer", "Eleanor Rigby", etc.), avec Montgomery utilisant les octaves pour jouer la mélodie. Ces trois albums furent les plus grands succès de la carrière et furent considéré comme les plus commerciaux (entrée du titre "Windy" dans les charts américains)[4].

Matériel[modifier | modifier le code]

Wes Montgomery a toujours utilisé les guitares de marque Gibson. Il jouera principalement sur le modèle "L-5 CES" à table massive mais utilisera aussi de temps à autre la Gibson ES-175 surtout au début de sa carrière.

Décès[modifier | modifier le code]

Au matin du 15 juin 1968, alors dans son domicile d'Indianapolis, Wes Montgomery se réveilla et annonça à sa femme qu'il ne se sentait pas bien. Il s'éffondra quelques instant plus tard, et décéda d'un arrêt cardiaque quelques minutes plus tard. Âgé seulement de 45 ans au moment de son décès, il revenait d'une tournée avec son quintet. Il était au sommet de sa gloire et avait atteint un degré de renommée que seul peu de musiciens de jazz de cette époque avaient atteint[5]. La ville d'Indianapolis a nommé un parc en son honneur en 1970.

Discographie[modifier | modifier le code]

Riverside (1958–1964)[modifier | modifier le code]

  • 1958: Fingerpickin'
  • 1958: Far Wes
  • 1959: The Wes Montgomery Trio
  • 1959: Yesterdays
  • 1959: Pretty Blue
  • 1960: The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery
  • 1960: Cannonball Adderley and the Poll-Winners
  • 1960: Movin' Along
  • 1961: So Much Guitar
  • 1961: Wes and Friends
  • 1961: Bags Meets Wes! (avec Milt Jackson)
  • 1962: Full House
  • 1963: Fusion!: Wes Montgomery with Strings (arrangé par Jimmy Jones)
  • 1963: Boss Guitar
  • 1963: Portrait of Wes
  • 1963: Guitar on the Go
  • 1963: The Alternative Wes Montgomery
  • 1964: Panorama

Verve (1964–1966)[modifier | modifier le code]

  • 1964: Movin' Wes
  • 1965: Bumpin' (arrangé et conduit Don Sebesky)
  • 1965: Smokin' at the Half Note (avec Wynton Kelly Trio)
  • 1965: Goin' Out of My Head (arrangé et conduit par Oliver Nelson)
  • 1966: California Dreaming (arrangé et conduit par Don Sebesky)
  • 1966: Further Adventures of Jimmy and Wes (avec Jimmy Smith)
  • 1966: Tequila (arrangé et conduit par Claus Ogerman)
  • 1966: Jimmy & Wes: The Dynamic Duo (avec Jimmy Smith)
  • 1969: Willow Weep for Me
  • 1970: Eulogy

A&M (1967–1968)[modifier | modifier le code]

  • 1967: A Day in the Life (arrangé et conduit par Don Sebesky) (A&M Records/CTI Records)
  • 1968: Down Here on the Ground (arrangé et conduit par Don Sebesky) (A&M/CTI)
  • 1968: Road Song (arrangé et conduit par Don Sebesky) (A&M/CTI)

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « NPR Jazz profiles the life and music of Wes Montgomery »
  2. « préface de William Bay »
  3. « AllMusic Biography (en) »
  4. « Biographie Universal Music »
  5. « avis de décès de Wes Montgomery (en) »