Bill Wyman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wyman.
Bill Wyman en 1975.

Bill Wyman (né William George Perks le 24 octobre 1936 à Lewisham, près de Londres) est un guitariste bassiste britannique. Il est surtout connu en tant que membre historique des Rolling Stones, de la formation initiale du groupe en 1962 à son départ en janvier 1993.

Au-delà de son travail avec les Rolling Stones, il est aussi compositeur, producteur, chanteur et écrivain. En solo, il a enregistré six albums, écrit cinq livres (et trois autres comme coauteur) et produit des musiques de films et de télévision. Depuis 1997, il a fondé son propre groupe Bill Wyman's Rhythm Kings.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts musicaux[modifier | modifier le code]

William Perks alias Bill Wyman est né le 24 octobre 1936 à Lewisham près de Londres. Son père, William Perks, né en 1914[1], est maçon et il passe son enfance dans l'une des rues les plus dures de Lewisham. Dans sa biographie, Stone Alone, il se décrit comme un enfant "terrifié par la pauvreté"[2]. Il suit une scolarité normale, tout d'abord à l'école primaire Oakfield de Penge (Surrey) puis au lycée de Beckenham. Il obtient une bourse d'étude, mais son père le retire du lycée pour l'envoyer travailler. De 1955 à 1957, il fait son service militaire dans la Royal Air Force, sur la base britannique d'Oldenbourg en Allemagne[3].

A l'âge de huit ans, il débute l'étude du piano tout en commençant à écouter les précurseurs du rhythm and blues que sont Dave Brubeck, Jimmy Reed et les Everly Brothers. En 1959, peu après son mariage avec Diane Cory, il s'achète sa première guitare de la marque Burns, néanmoins, il jette assez rapidement son dévolu sur la guitare basse. En 1960, il joue dans un groupe du nom de The Saints avec Spencer Davis. Bill Wyman passe pour être l'inventeur de la basse fretless. Bricolant souvent ses instruments, il aurait enlevé les frettes de sa basse entre deux concerts et aurait joué un concert avec le groupe The Cliftons avec un tel instrument. Il prend le pseudonyme de Bill Wyman, patronyme d'un camarade de service militaire et s'investit dans de nombreux groupes londoniens, tout en travaillant comme technicien à Streatham, dans le sud de Londres. En 1961, il accompagne en concert le groupe de Richie Valens[4].

En 1962, doté d'une formation de technicien aéronautique dans la Royal Air Force, Bill Wyman est retenu par Brian Jones pour former la partie rythmique des Rolling Stones (Charlie Watts,les rejoindra l'année suivante au poste de batteur) après avoir répondu à une petite annonce parue dans le Melody Maker. Il est par ailleurs un ami de Tony Chapman, premier batteur des Rolling Stones avec qui il a joué un temps dans The Cliftons. Cette base solide restera la même durant trois décennies. La légende dit que Bill Wyman aurait été engagé en raison de la qualité du matériel qu'il possédait dont un énorme amplificateur sur lequel on pouvait notamment brancher une deuxième guitare. Bill Wyman déclarera plus tard : Ils ne m'aimaient pas, mais j'avais un bon ampli et ils avaient sacrément besoin d'amplis à l'époque! Alors, ils m'ont gardé[5]

Au sein des Rolling Stones[modifier | modifier le code]

Bill Wyman va jouer de 1962 à 1993 au sein des Rolling Stones, néanmoins, malgré sa longévité au sein du groupe, il aura beaucoup de difficultés au début à s'intégrer à celui-ci. Parce qu'il est marié, parce qu'il est plus vieux (il a sept ans de plus que Mick Jagger et Keith Richards) et parce qu'il travaille, il sera considéré comme étant à l'écart des autres membres du groupe[6]. Même s'il forme peu à peu avec Charlie Watts la base rythmique essentielle au groupe, Bill Wyman se sentira pendant toute sa carrière à l'écart des Rolling Stones. Peu porté sur les drogues, plus âgé, assez effacé sur scène, il ne nouera finalement de bonnes relations qu'avec les deux seuls autres Stones ayant comme lui, quitté le groupe: Brian Jones (dont il sera un des deux Stones à assister aux funérailles en compagnie de Charlie Watts) puis Mick Taylor.

Les deux seules compositions dont Bill Wyman fut crédité pour les Rolling Stones sont In Another Land (qu'il chante lui-même) paru sur l'album Their Satanic Majesties Request et en single, et Downtown Suzie, paru sur Metamorphosis. Le titre de cette dernière chanson avait été choisie par l'ancien producteur des Stones sans l'accord de Wyman; le titre originel était Sweet Lyle Lucy. Dans son autobiographie Stone Alone, il affirme avoir trouvé le riff de Jumpin' Jack Flash même si la chanson ne fut pas créditée à son nom mais aux seuls Jagger/Richards.

Il quitte les Rolling Stones en 1993. En 2012 pour fêter les cinquante ans du groupe à The O2 Arena (Londres), il est invité sur scène avec un autre ancien membre du groupe Mick Taylor.

En solo[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière avec les Stones, Bill Wyman a mené une carrière solo intense, n'ayant jamais totalement digéré le fait que seul le duo Jagger/Richard signait pratiquement toutes les compositions du groupe (rejoignant en cela le sentiment qu'éprouvera également son cadet, le guitariste Mick Taylor successeur de Brian Jones après son éviction). Durant la période Some Girls, Bill Wyman cherche à voler de ses propres ailes et à développer ses propres idées qu'il ne peut exprimer au sein des Stones en cette « période disco ». En 1974 il sort Monkey Grip; en 1976, c'est Stone Alone (l'album est dédié à son chien). En 1981 il prendra une des premières place des hits avec le titre Si, Si, Je Suis Une Rock Star. En 1982, son album solo s'appelle tout simplement Bill Wyman.

Fin 1992, après avoir assuré les lignes de basse des Rolling Stones durant trente ans, il quitte le groupe. Il sera remplacé par Darryl Jones pour l'album Voodoo Lounge. Bill Wyman se consacre désormais essentiellement à son restaurant londonien, Sticky Fingers Café. Ce n'est qu'une semi-retraite puisqu'en 1993, il sort un autre album solo, Struttin Our Stuff, qui est le premier album d'une trilogie comportant 56 morceaux, une anthologie de la musique de la seconde moitié du vingtième siècle abordant divers styles de musique tels le swing, le blues, le rhythm & blues et bien sûr, le rock 'n' roll. Il est accompagné, par des musiciens prestigieux tels, Eric Clapton, Peter Frampton ou Stevie Winwood. Lors de la promotion de l'album, ils donneront trois concerts à Hambourg, Amsterdam et Londres sous le nom de "Bill Wyman's Rhythm Kings". Bill Wyman participe pleinement à la légende des Rolling Stones. Il restera pour l'image du groupe sur scène le bassiste immobile toujours placé dans la pénombre, ni timide, ni effacé, mais mystérieux et énigmatique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Contrairement aux autres Stones, Bill Wyman n'était pas un gros consommateur de drogues et passait beaucoup de temps à noter et à collecter des informations sur les moments de sa vie. Il fut en cela la mémoire du groupe et a édité des livres issus des notes prises dans le journal qu'il a toujours tenu: Stone Alone et Rolling with the Stones. En revanche, il avait un appétit sexuel compulsif tournant même selon lui à l'addiction[7]. Selon Keith Richards, Bill Wyman était incapable de passer une nuit sans une fille dans son lit[8]. Cela le rendait malade[8]. Dans sa biographie Stone Alone, il annonce qu'il a fait l'amour avec plus de mille femmes, bien plus que les autres Stones, sauf peut-être Mick Jagger[9].

En dehors de ses aventures extra-conjugales, il fut marié de 1959 à 1969 à Diane Cory dont il eut un fils, Stephen, né en 1962. De 1967 à 1983, il fut le compagnon d'Astrid Lündstrom. En 1989, à 53 ans, il épouse Mandy Smith qui a 18 ans et avec qui il a des relations sexuelles depuis qu'elle a 13 ans. Le couple divorcera en 1991. La même année, il se remarie avec Suzanne Accosta avec laquelle il aura trois filles: Katherine Noelle (née en 1994) Jessica Rose (née ne 1995) et Matilda Mae (née en 1998).

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Techniquement, il incarne la basse Rock ‘n’ Roll, un jeu efficace bien pensé rythmiquement en cohésion parfaite avec la batterie : très peu de fioriture mais une grosse puissance de jeu sans défaillance dans le groove. Il joue essentiellement avec un médiator de la main droite et parfois avec les doigts. Bill Wyman est un bassiste d’une efficacité redoutable. Beaucoup de musiciens pensent que la musique des Rolling Stones est facile à interpréter, ce qui n’est pas toujours vrai. Les bassistes qui rentrent complètement dans le style de Wyman sans se contenter de planter des croches sur les fondamentales d’accord, se rendent compte rapidement que ses parties de basse sont généralement plus complexes qu’elles n'y paraissent. Il les fait sans cesse évoluer, y insérant souvent des deads-notes ou des hammer-on. Bill Wyman possède parfaitement la connaissance des gammes blues, il utilise particulièrement la gamme blues au premier stade et lie fréquemment le quatrième et le cinquième degré en mettant en évidence la blue note. On remarque également dans son style de basse, la présence de nombreuses syncopes. Cette caractéristique s’applique assez souvent à l’ensemble du groupe. La musique des Rolling Stones a été omniprésente dans la seconde moitié du vingtième siècle et de nombreux bassistes ont été influencés par son style, parfois sans même s’en rendre compte. La basse de Wyman participe pleinement à l’originalité du son des Rolling Stones. En effet la rythmique du groupe semble être en mouvement permanent alors que Charlie Watts ne bouge pas d’un millimètre. Wyman maîtrise parfaitement le groove. Il sait jouer avant le temps quand cela est nécessaire et pousser la rythmique afin qu’elle avance en permanence comme dans Sympathy for the Devil (en fait c'est Keith Richards qui joue la basse dans la version studio de ce titre comme on peut le voir dans le film de Jean-Luc Godard alors que Bill joue des maracas). Il sait aussi jouer plus à fond dans le temps et faire balancer irrésistiblement la rythmique comme dans Harlem Shuffle.

Sans pouvoir affirmer que Bill Wyman ait beaucoup influencé l’évolution de la technique de la basse, il reste cependant un musicien incontournable et représente l’archétype des bassistes de Rhythm & Blues moderne. Il produit des lignes de basses remarquables, très riches rythmiquement et en constante évolution. De nombreux bassistes font de nos jours du "Bill Wyman" sans le savoir surtout ceux qui ont la fibre Rhythm n' Blues.

Instruments[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Discographie solo[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Monkey Grip
  • 1976 : Stone Alone
  • 1982 : Bill Wyman
  • 1985 : Willie and the Poor Boys
  • 2002 : A Stone Alone: The Solo Anthology 1974-2002

Bill Wyman's Rhythm Kings[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Struttin' Our Stuff
  • 1999 : Anyway The Wind Blows
  • 2000 : Groovin'
  • 2001 : Double Bill
  • 2004 : Just For A Thrill
  • 2005 : Rhythm Kings Live

Participations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Stone Alone, The story of a rock'n'roll band, Da Capo Press, 1997

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rolling Stone, de François Bon, éditions Fayard, 2002, page 74.
  2. ^ Wyman, Bill (1990). Stone Alone. Viking. p. 41. ISBN 0-670-82894-7.
  3. Rolling Stone, de François Bon, éditions Fayard, 2002, page 77.
  4. Rolling Stone, de François Bon, éditions Fayard, 2002, page 83.
  5. Le Grand Livre des Rolling Stones, Massimo Bonano, 1990, ISBN2-85956-862-X, p.11
  6. ^ Wyman, Bill (2007). "Wyman Official Webisite-Video Diary". "The Day I Joined the Stones" Wyman on video recollecting his past with his diary.. Video page in website. Retrieved 28 September 2009.
  7. http://www.timeisonourside.com/bill2.html
  8. a et b http://www.timeisonourside.com/girls.html
  9. http://fr.wikipedia.org/wiki/Mick_Jagger#Vie_priv.C3.A9e
  10. Rolling Stone, de François Bon, éditions Fayard, 2002, page 82.
  11. Collectif, Les dieux du blues, Éditions Atlas,‎ 1995, 312 p. (ISBN 2731217901), p. 194

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :