Note de musique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Note.
Audio a.svg

En musique, une note désigne soit un symbole permettant de représenter la hauteur et la durée relative d'un son, soit la hauteur elle-même d'un son.

Le symbole solfégique[modifier | modifier le code]

Dans le solfège, la note de musique est littéralement « notée » sur une partition afin d'être lue par le musicien interprète. On lui attribue quatre caractéristiques principales : durée, hauteur, intensité et timbre.

La note représente par sa forme une durée (dimension horizontale du solfège). De par sa position sur la portée, elle représente une hauteur (dimension verticale).


\relative c'
\new Staff \with {\remove "Time_signature_engraver"}
{
\time 8/1
\autoBeamOff
\clef treble
\override Rest #'style = #'classical

c1 d e f g a b c 
}
\addlyrics {
do ré mi fa sol la si do
}

Fréquence[modifier | modifier le code]

Tout son musical (ou note) possède une fréquence fondamentale correspondant à sa hauteur. Deux notes dont les fréquences fondamentales ont un ratio qui est une puissance de deux (c'est-à-dire la moitié, le double, le quadruple...) donnent deux sons très similaires. Cette observation permet de regrouper toutes les notes qui ont cette propriété dans la même catégorie de hauteur.

Dans la musique occidentale, les catégories de hauteurs sont au nombre de douze. Sept d'entre elles sont considérées comme les principales et portent pour noms : do, , mi, fa, sol, la et si. L'intervalle compris entre deux hauteurs dont la fréquence de l'une vaut le double (ou la moitié) de l'autre s'appelle une octave. Pour distinguer deux notes de même nom dans deux octaves différentes, on numérote les octaves et donne ce numéro aux notes correspondantes : par exemple, le la3 a une fréquence de 440 hertz dans la norme internationale. Cette fréquence de référence est donnée par un diapason.

Dans la gamme tempérée, la formule permettant de mesurer la fréquence d'une note par rapport à une note de départ est : f_n = f_0 \times 2^{n/12}. Avec n le nombre de demi-tons au-dessus de la note de départ f_0. On s'aperçoit que la fréquence croît de manière géométrique par rapport à la note.

Fréquences des hauteurs (en hertz) dans la gamme tempérée
Note\octave 0 1 2 3 4 5 6 7
Do 32,70 65,41 130,81 261,63 523,25 1046,50 2093,00 4186,01
Do♯ ou Ré♭ 34,65 69,30 138,59 277,18 554,37 1108,73 2217,46 4434,92
36,71 73,42 146,83 293,66 587,33 1174,66 2349,32 4698,64
Ré♯ ou Mi♭ 38,89 77,78 155,56 311,13 622,25 1244,51 2489,02 4978,03
Mi 41,20 82,41 164,81 329,63 659,26 1318,51 2637,02 5274,04
Fa 43,65 87,31 174,61 349,23 698,46 1396,91 2793,83 5587,65
Fa♯ ou Sol♭ 46,25 92,50 185,00 369,99 739,99 1479,98 2959,96 5919,91
Sol 49,00 98,00 196,00 392,00 783,99 1567,98 3135,96 6271,93
Sol♯ ou La♭ 51,91 103,83 207,65 415,30 830,61 1661,22 3322,44 6644,88
La 55,00 110,00 220,00 440,00 880,00 1760,00 3520,00 7040,00
La♯ ou Si♭ 58,27 116,54 233,08 466,16 932,33 1864,66 3729,31 7458,62
Si 61,74 123,47 246,94 493,88 987,77 1975,53 3951,07 7902,13

Degré et échelles musicales[modifier | modifier le code]

Disposition des notes sur un clavier.

Dans la théorie de la musique, on parle de « degré ». Celui-ci représente une hauteur relative appartenant à une échelle musicale donnée. En effet, il existe de nombreuses possibilités pour choisir les fréquences des notes dans une octave. Le choix des échelles dépend des époques, des instruments et des types de musique.

Selon l'échelle, on obtiendra des gammes musicales différentes. La musique classique en utilise deux : l'échelle diatonique et l'échelle chromatique.

Noms[modifier | modifier le code]

Pour la musique occidentale, il existe, depuis le Moyen Âge, deux types de notations :

  1. La série constituée des syllabes ut, ré, mi, fa, sol, la (le si a été ajouté plus tard), promue par le moine bénédictin italien Guido d'Arezzo au XIe siècle, a été mise en place pour la notation musicale dans les pays de rite catholique dit « latin ». Cette série est constituée des premières syllabes de chaque demi-vers de l'Hymne à saint Jean-Baptiste, un chant religieux latin attribué au moine et érudit Paul Diacre.
    • ut = do, surtout utilisé dans le langage théorique : clés, tonalités…
  2. La série constituée des lettres de l'alphabet A (la), B (si), C (do), D (ré), E (mi), F (fa) et G (sol), héritée de la Grèce antique, a été conservée par les pays dits « protestants » ou « réformés » (Royaume-Uni, Allemagne, etc.).
    • En Angleterre, B = toujours si (B minor = Si mineur ou B♭ major = Si♭ majeur).
    • En Allemagne, B = si ♭ et H = si ♮ (B-Moll = Si ♭ mineur ou H-Dur = Si majeur).

Parmi les systèmes musicaux non occidentaux, certains ont adopté les nomenclatures ci-dessus, d'autres ont conservé des appellations spécifiques. Par exemple, la musique indienne utilise les svara. Les noms des sept svara sont : स (Sa), रे (), ग (Ga), म (Ma), प (Pa), ध (Dha), नि (Ni)

Symbolique[modifier | modifier le code]

En général, la musique est souvent représentée par une ou des notes, que ce soit dans la bande-dessinée, pour symboliser un chant, ou dans l'informatique, pour spécifier que le fichier est un fichier musical.

Unicode[modifier | modifier le code]

Sur un clavier (sous Windows uniquement), on peut obtenir des notes de musique en tapant  :

  • Pour ♪ : Alt+13
  • Pour ♫ : Alt+14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]