South Saturn Delta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

South Saturn Delta

Album par Jimi Hendrix
Sortie 7 octobre 1997
Enregistré 1967–1970
Durée 1:05:57
Genre rock
Producteur Janie Hendrix, Eddie Kramer et John McDermott
Label MCA

Albums par Jimi Hendrix

Quelques mois seulement après la publication de First Rays of the New Rising Sun, Experience Hendrix LLC proposa fin 1997 South Saturn Delta. Ce nouveau recueil d'enregistrements studio de Jimi Hendrix mélange inédits et titres bien connus du catalogue, indisponibles ou jamais réédités en CD. Experience Hendrix LLC avait pourtant suffisamment de matériel pour proposer un First Rays of the New Rising Sun Volume 2, proposant le reliquat des titres de qualité susceptibles de figurer sur l'ultime album studio du guitariste.

South Saturn Delta rassemble des titres de tous les groupes de Jimi Hendrix, en faisant abstraction de toute considération chronologique. L'agencement des titres n'est pas toujours très cohérent.

Les titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont de Jimi Hendrix, sauf indication contraire.

  1. Look Over Yonder – 3:25
  2. Little Wing – 2:44
  3. Here He Comes (Lover Man) – 6:33
  4. South Saturn Delta – 4:07
  5. Power of Soul – 5:20
  6. Message to the Universe (Message to Love) – 6:19
  7. Tax Free (Hansson) – 4:58
  8. All Along the Watchtower (Dylan) – 4:01
  9. The Stars That Play With Laughing Sam's Dice – 4:20
  10. Midnight – 5:32
  11. Sweet Angel (Angel) – 3:55
  12. Bleeding Heart (James) – 3:15
  13. Pali Gap – 5:08
  14. Drifter's Escape (Dylan) – 3:05
  15. Midnight Lightning – 3:07

Le matériel connu[modifier | modifier le code]

Revenons dans un premier temps sur le matériel déjà publié officiellement. L'intégralité de The Cry of Love se retrouvant dans First Rays of the New Rising Sun, c'est sans surprise qu'on redécouvre ici des extraits de Rainbow Bridge - Original Motion Picture Sound Track, War Heroes et Loose Ends.

Issu de Rainbow Bridge[modifier | modifier le code]

Sur les 8 titres de cet album, seule la moitié s'est retrouvée sur First Rays of the New Rising Sun.

Look Over Yonder, inédit de l'Experience enregistré le 22 octobre 1968 aux TTG Studios, trouve parfaitement sa place ici. Bien qu'enregistré après la publication d'Electric Ladyland, ce titre semblait destiné aux oubliettes. On ne le retrouve effectivement sur aucune des listes manuscrites des titres potentiels du quatrième album studio du guitariste, ni dans ses interviews. Le titre n'a fait l'objet d'aucune tentative en concert. Pour autant, c'est un titre solide du Jimi Hendrix Experience, très rock. Le style est plus proche des débuts de l'Experience, ce qui n'est pas véritablement surprenant, dans la mesure où ses origines remontent à 1967 (Cf. Mr Bad Luck, aussi connu sous le titre de Mr. Lost Soul, un moment officiel sur le coffret Lifelines - The Jimi Hendrix Story).

C'est sans surprise que l'on retrouve Pali Gap, enregistré le 1er juillet 1970, le grand oublié de First Rays of the New Rising Sun.

Si le choix de laisser de côté Hear My Train A-Comin' se justifie doublement (le titre est live, et on va le retrouver sur Jimi Hendrix : Blues), celui de ne pas retenir la version studio de Star Spangled Banner est plus étonnant.

Issu de War Heroes[modifier | modifier le code]

Le choix des trois titres retenus est ici sans surprise mais judicieux.

Bleeding Heart, extrapolation Hendrixienne du classique d'Elmore James, avait sans doute sa place sur First Rays of the New Rising Sun. Le 24 mars 1970, Hendrix ne s'est pas contenté de revisiter ce blues sur un tempo rock : la fin de la grille d'accords est originale, et de son cru. Quant aux parties de guitares, elles sont remarquables : un mixage présentant les seules parties existe dans le circuit des collectionneurs[1]...

Tax Free est une chute du Jimi Hendrix Experience, composée par un duo suédois (Bo Hansson & Janne Karlsson), souvent jouée Live par l'Experience. Cette prise, enregistrée le 1er mai 1968, est de premier ordre. Le groupe impressionne par sa cohésion et sa puissance. Les trois parties de guitare de Jimi Hendrix sont parfaitement imbriquées les unes aux autres : ses talents d'arrangeur et d'improvisateur sont ici à l'honneur. À noter que l'instrument qui pourrait sembler être un orgue est bien une partie de guitare (a priori en passant par une cabine Leslie).

Midnight est un des derniers titres studio enregistrés par l'Experience (séances des 1er et 3 avril 1969). Deux autres prises de ce titres (à différents stades de son évolution) sont présentes sur Hear My Music : Slow Version (14 février 1969) et, plus proche, Trash Man (3 avril 1969).

Issu de Loose Ends[modifier | modifier le code]

On aurait pu s'attendre à retrouver l'excellent Come Down Hard on Me Baby, mais peut-être que ce titre a été jugé trop proche de Bleeding Heart ? Burning Desire ne correspondait sans doute pas aux critères de qualité audio pour être ici présenté.

Seuls subsistent deux titres. The Star's That Play With Laughing Sam's Dice, dans la version stéréo où la guitare est mixée très en avant. Publié du vivant de Jimi Hendrix comme face B de Burning of the Midnight Lamp en août 1967, ce titre a-t-il vraiment sa place ici ? Les 3 premiers singles de l'Experience sont disponibles comme bonus tracks sur Are You Experienced. Pourquoi ne pas avoir fait de même avec Axis: Bold as Love et cette face B ? Le mixage était certes différent mais la question mérite d'être soulevée.

L'autre rescapé est Drifter's Escape, mais dans une version légèrement différente de celle proposée sur Loose Ends. Le basic track est identique à la version de Loose Ends, mais les parties de guitare ne sont pas identiques (elles restent toutefois dans un esprit très proche), il n'y a pas de cow-bell en percussion et le mixage diffère un peu. Là encore, la publication de ce titre s'imposait : Hendrix magnifie une nouvelle fois un titre du John Wesley Harding de Bob Dylan. Enregistré le 17 juin 1970, ce titre n'aurait pas démérité sur First Rays of the New Rising Sun. Le riff obsessionnel joué par Billy Cox sert parfaitement l'ambiance d'un morceau où Hendrix montre d'évidentes qualités vocales. Il n'y a pas de véritable solo, mais des traits de guitare qui ponctuent le texte en amplifiant son impact émotionnel.

Un choix déroutant[modifier | modifier le code]

L'autre reprise de Bob Dylan ici présente est plus que discutable. En effet, on retrouve All Along The Watchtower, avec un mixage à plat, dont la présence se justifie sans problème sur un pirate, éventuellement sur un coffret, mais difficilement sur un album studio inédit.

Le matériel inédit[modifier | modifier le code]

Le reste de South Saturn Delta est composé de matériel inédit (sauf pour le morceau titre, mais la version présentée ici est plus complète). Pour l'amateur de longue date, c'était bien sûr la partie la plus attendue de l'album. L'anecdotique y côtoie l'excellent. Retour sur ces inédits, de façon chronologique :

Little Wing, enregistré le 14 octobre 1967, n'a de Little Wing que le nom : c'est un instrumental présentant une version embryonnaire de Angel où Hendrix explore la grille d'accords, accompagné par Mitch Mitchell. On est dans le registre de la démo. Le coffret (The Jimi Hendrix Experience Box Set) présente des versions de travail plus abouties.

Sweet Angel [Angel], enregistré un mois plus tard (le 13 novembre 1967) : cette démo de Angel permet certes de voir l'avancement du titre, on retrouve désormais ce titre dans une version plus complète sur le disque 2 du coffret pourpre The Jimi Hendrix Experience Box Set.

Suit une chute de Electric Ladyland, déjà connue des amateurs : South Saturn Delta. Enregistrée le 14 juin 1968, elle fut disponible un moment sur Live & Unreleased - The Radio Show, mais dans une version éditée, et avec des notes de pochettes trompeuses. En effet, à son grand regret, Michael Brecker n'a jamais joué avec Jimi Hendrix. Le choix de ce titre est idoine : hors sujet sur First Rays of the New Rising Sun, ce morceau présente la version la plus complète d'un thème récurrent chez Hendrix. On notera à ce propos que c'est plus l'arrangement des cuivres et la batterie qui donnent le côté jazz de cette prise, car la composition reste très Hendrixienne. La prise n'est pas forcément totalement aboutie, mais elle est très intéressante : elle montre l'intérêt du guitariste pour le jazz, et en même temps permet d'entendre ce qui le sépare de cet univers.

Here He Comes [Lover Man] est un inédit reprenant la grande tradition des hybrides d'Alan Douglas : différentes prises ont été utilisées pour parvenir au résultat final. Enregistrée aux TTG Studios le 29 octobre 1968, cette version de Lover Man présente l'Experience post-Electric Ladyland dans une veine très rock, proche du Look Over Yonder enregistré une semaine plus tôt. Dans le cadre d'un album studio inédit, la version de 1970 présentée sur le coffret pourpre aurait mieux fait l'affaire : plus compacte, elle est nettement plus réussie. Pour autant, ce titre reste intéressant : c'était alors la première version studio officielle de Lover Man.

Message To The Universe [Message To Love], enregistré au Hit Factory le 28 août 1969 est une bonne surprise : c'est le premier témoignage studio officiel du Gypsy Sun & Rainbows. Cette version, sans doute enregistrée Live en studio n'est pas terminée : le chant est loin d'être parfaitement posé. Par contre, Hendrix y est inspiré et nous propose un final confinant au free jazz à la hauteur de son talent.

Power Of Soul, enregistré au Record Plant le 21 janvier 1970, est la première version studio officielle de ce classique du Band Of Gypsys depuis la version proposée par Alan Douglas sur Crash Landing. Hendrix a beaucoup travaillé sur ce titre, et il est légitime d'en présenter une version studio. D'autant que les arrangements vocaux sont différents de la version live. Un gros bémol toutefois : le mixage de cette prise est déroutant. L'auditeur se retrouve noyé dans la réverbération (alors que sur d'autres titres, elle est peu présente, ce qui rend le contraste choquant)[2].

Par contre, le dernier titre du recueil, Midnight Lightning, enregistré au Record Plant le 23 mars 1970, est une véritable pépite. Très différente des versions enregistrées avec son dernier groupe, Hendrix joue ici dans un style rarement exploité... et pourtant maîtrisé de main de maître. On est effectivement dans un registre proche de John Lee Hooker : Hendrix, seul, marque le rythme de son pied, et s'accompagne d'un finger picking magnifié par son phrasé, dont l'absence de saturation permet de saisir la moindre subtilité. Hendrix s'impose en tant que chanteur : rythmiquement très fluide, sa voix est gorgée d'un feeling plongeant au plus profond de ses racines, et en même temps complètement personnel.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Détail de la session : http://www.jimi-hendrix.com/encyclopedia/document,19700324,1.html
  2. Les divers pirates contenant les versions non altérée de Power Of Soul présentent certaines versions nettement supérieures : sur ce coup, le travail d'Eddie Kramer laisse à désirer