The Cry of Love

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Cry of Love

Album par Jimi Hendrix
Sortie Mars 1971
Durée 39:59
Genre Rock psychédélique, blues rock, hard rock, funk rock, acid rock
Producteur Jimi Hendrix, Mitch Mitchell, Eddie Kramer
Label Reprise

Albums par Jimi Hendrix

The Cry of Love est un album posthume de Jimi Hendrix sorti en mars 1971.

Les titres[modifier | modifier le code]

Face 1

  1. Freedom
  2. Drifting
  3. Ezy Ryder
  4. Night Bird Flying
  5. My Friend

Face 2

  1. Straight Ahead
  2. Astro Man
  3. Angel
  4. In From The Storm
  5. Belly Button Window

Le premier album studio posthume[modifier | modifier le code]

Le 18 septembre 1970, Jimi Hendrix meurt. Conséquence directe : il n'apportera pas la touche finale de son quatrième album studio tant attendu (Electric Ladyland était sorti deux ans auparavant, à une époque où les artistes majeurs publiaient tous au minimum un album par an).

Hendrix semblait se diriger vers un double, voire un triple album[1] : le public rock avait beaucoup évolué depuis 1967, et l'année 1970 connut deux triples albums dont le succès fut considérable (l'album consacré au Festival de Woodstock, et le All Things Must Pass de George Harrison). Mike Jeffery, pour des raisons commerciales évidentes, demanda à Eddie Kramer de ne tirer qu'un simple album, laissant ainsi du matériel pour l'album suivant, la bande originale du film Rainbow Bridge que Jeffery devait à la Warner[2].

Pour autant, Hendrix n'ayant pas eu le temps de terminer son album, le réduire à un seul 33 tours n'avait rien d'une hérésie : le projet étant à jamais inabouti, il était illusoire de prétendre pouvoir présenter un album achevé. Alan Douglas (avec Voodoo Soup) et Experience Hendrix (avec First Rays of the New Rising Sun) s'y essaieront pourtant tous les deux par la suite.

En termes de légitimité, on peut estimer que The Cry of Love dépasse ces deux disques : Eddie Kramer avait alors travaillé avec Mitch Mitchell, le collaborateur le plus important de Jimi Hendrix, alors que les sessions étaient encore récentes. Si certains titres de The Cry of Love étaient virtuellement terminés, Kramer et Mitchell ont eu la tâche de finir ceux qui étaient incomplets[2]. Certaines séances studio post mortem seront organisées dans cette optique, mais dans le plus grand respect de Hendrix et de ses dernières indications. Alan Douglas n'aura pas de tels scrupules quelques années plus tard[3].

Le titre de l'album n'a jamais été définitivement arrêté du vivant de Jimi Hendrix. Il a effectivement souvent parlé de First Rays of the New Rising Sun (demandant même à Billy Cox s'il fallait dire Ray ou Rays). Mais il a souvent évoqué d'autres titres : dans son dernier entretien[4] (avec Keith Altham), il hésitait entre Horizon et Between Here And Horizon. Hendrix avait appelé The Cry of Love son ultime tournée américaine, contemporaine de nombreuses sessions studio, marquant les débuts officiels de son nouveau groupe.

Selon la plupart des témoignages, Hendrix abordait les séances avec plus de sérieux que par le passé, même si ses sautes d'humeur et sa relation avec Devon Wilson compliquaient parfois leur bon déroulement. Mais il faut se rappeler que certaines séances chaotiques d'Electric Ladyland ont donné naissance à des chefs d'œuvre[5].

En tant qu'album, The Cry of Love présente deux faces symétriques : chacune comporte trois titres rock, une ballade, et se termine par un blues.

Les titres rock présentent une orientation musicale en nette rupture avec Experience, une véritable renaissance. La lecture du Sessions de John McDermott (rédigé avec l'aide de Kramer et de Billy Cox, le bassiste de l'album) est à ce titre édifiante : les ultimes sessions enregistrées lors d'Electric Ladyland montrent un artiste qui a dépassé ses contradictions et sa perte d'inspiration en tant que leader-compositeur post-Electric Ladyland[5]. Après des mois de chaos personnel et de doutes artistiques[6], Hendrix était de nouveau sur les rails, et travaillait vite et bien. Les sessions comme celles du 1er juillet 1970 montrent clairement ce renouveau artistique[7].

Cette musique est nettement plus rythmique, plus composée. Les riffs compliqués s'entremêlent ; la basse devient la colonne vertébrale de tous ces titres : en cela, l'expérience du Band of Gypsys n'aura pas été vaine. Comme Billy Cox le rappelle dans Sessions de John McDermott, tout reposait sur des patterns, qu'on pourrait définir comme étant des motifs musicaux rythmiques allant de la demi-mesure à 4, voire 8 mesures ou plus[5]. L'écoute des titres terminés et de leurs polyrythmies créées via les overdubs est à cet égard éclairante : c'est foisonnant, mais jamais confus.

Mais Jimi Hendrix ne fut pas le seul à évoluer : le jeu de Mitch Mitchell s'est lui aussi considérablement enrichi, devenant plus subtil, s'adaptant et modelant cette nouvelle musique. Il réussit à concilier groove et légèreté, comble habilement les espaces, et relance la machine dès que nécessaire. Il est au sommet de son art, plus proche ici de Tony Williams (la virtuosité flamboyante en moins) que de John Bonham ou Ginger Baker[8]. Les soli de guitare sont plus courts, parfaitement ciselés, et la part d'improvisation est considérablement réduite par rapport à Electric Ladyland. Hendrix l'architecte prend le pas sur Hendrix l'instrumentiste. La guitare sert le discours et non l'inverse.

En 1970, la dichotomie du travail studio et des performances Live est totale. Cela confine presque à la schizophrénie (surtout si on compare Are You Experienced et Live at Monterey, très proches). En studio, Hendrix rejoue cent fois les mêmes lignes jusqu’à atteindre la perfection, alors que sur scène, c'est vraiment l'improvisateur qui prime.

Contrairement aux rocks, les ballades montrent une certaine continuité. Angel est la petite sœur de Little Wing. Et Drifting, celle de 1983 (y compris harmoniquement)[9].

Le détail des titres[modifier | modifier le code]

Freedom[modifier | modifier le code]

L'album s'ouvre sur Freedom, véritable manifeste de la nouvelle musique de Hendrix : complexe mais avec un groove très marqué. Les 20 versions Live du trio Hendrix/Cox/Mitchell jouées en 1970[10] montrent l'attachement de Hendrix à cette composition, qu'il mixera avec Eddie Kramer le 24 août 1970. Les nombreuses sessions à l'Electric Lady Studio (25 juin, 14 et 19 juillet, 14 et 20 août 1970) témoignent de la richesse du titre : le trio de base est augmenté des chœurs des Ghetto Fighters (les jumeaux Allen), des congas de Juma Sultan, et d'une partie de piano jouée par Hendrix lui-même, qui élargit habilement les timbres du morceau[11]. Le titre est toutefois coupé : une partie du pont central, systématiquement jouée dans les versions Live est ici absente[12]. Les notes de First Rays of the New Rising Sun indiquent que Jimi comptait rajouter un overdub de quelques secondes. Outre la qualité de l'écriture et de l'interprétation, il y a une étonnante diversité des parties de guitare : rock, blues, jazz, funk... Tous ces styles sont abordés en moins de trois minutes trente.

Drifting[modifier | modifier le code]

Drifting est la première ballade de l'album. C'est une composition récente de Hendrix, qui sera l'objet des sessions des 25 et 29 juin, 23 juillet et 20 août 1970. Non terminé au moment du décès de Jimi Hendrix, le titre connaîtra deux ajouts post mortem : d'une part Mitch Mitchell réenregistrera sa partie de batterie (dont le jeu de cymbale en introduction est à souligner), mais d'autre part, Buzzy Linhart (qui a connu Hendrix), enregistra le 20 novembre 1970 une partie de vibraphone, dans le respect des intentions de Hendrix qui hésitait entre un vibraphone ou une autre guitare rythmique[11]. A l'écoute, il est impossible de se douter que le titre n'était pas terminé, tant il semble achevé[13]. La voix de Hendrix, posée et sans artifice, est émouvante. Sa maîtrise des parties de guitare inversées impressionne : la beauté des timbres est telle qu'on dirait une voix humaine par moments.

Ezy Ryder[modifier | modifier le code]

Ezy Ryder est le seul rescapé des séances du Band Of Gypsys (les 18 décembre 1969 et 20 janvier 1970 au Record Plant). Le titre fera ensuite l'objet d'overdubs à l'Electric Lady Studio les 15 et 18 juin, 2 juillet 1970, et sera mixé 22 août avec Eddie Kramer[11]. Là encore, c'est un titre dont la présence ne souffre d'aucune discussion : il en existe 19 versions Live (dont une avec le Band of Gypsys)[10]. La composition est complexe, comportant de nombreux patterns. Le trio est augmenté des percussions de Billy Armstrong, et des voix de Chris Wood et de Steve Winwood, qu'on distingue très nettement sur la fin. L'introduction, inspirée d'une idée de Noel Redding (non crédité), est un modèle du genre. Le développement est une sorte de funk rock très dur, d'une efficacité redoutable. Le seul bémol concerne le mixage : la voix est trop sous-mixée, illustrant les complexes de Hendrix à ce sujet.

Night Bird Flying[modifier | modifier le code]

Night Bird Flying est un autre titre très complexe, surtout dans sa deuxième partie. Enregistré par le trio les 16 juin et 19 juillet 1970, retouché le 22 août et mixé avec Eddie Kramer le 24[11], c'est un titre là encore virtuellement fini. Ils ont d'ailleurs procédé à son mastering le 26 août dans la perspective de le sortir en face B de Dolly Dagger[14]. Une influence de Bob Dylan n'est pas à exclure, tant pour le chant que pour la colonne vertébrale de la composition. En revanche, toute la seconde partie n'appartient qu'à lui : Hendrix dresse un véritable mur de guitares via ses overdubs.

My Friend[modifier | modifier le code]

Le dernier titre de la face, My Friend, est le seul de l'album qui n'aurait certainement pas vu le jour sous une forme ou une autre sur cet album si Jimi n'était pas mort. Pour autant, cette chute d'Electric Ladyland est une belle chanson, enregistrée le 13 mars 1968 au Sound Center[11], avec Kenny Pine à la guitare 12 cordes, Jimmy Mayes à la batterie (Mitch Mitchell aurait pu tiquer), Stephen Stills vaguement au piano et le malheureux Paul Caruso à l'harmonica, exclu des crédits par Jeffery. Inspiré des déboires de la tournée scandinave de l'Experience, My Friend nous plonge dans une ambiance radicalement différente, renforcée par les overdubs donnant l'impression d'écouter le groupe autour de la table d'un pub. Un titre plus léger, mais qui évite la monotonie aussi.

Straight Ahead[modifier | modifier le code]

La face deux s'ouvre avec l'introduction de Straight Ahead, une des meilleures de toute la carrière de Hendrix. Enregistré les 17 juin et 19 juillet 1970 à l'Electric Lady Studio, le titre sera mixé le 20 août avec Eddie Kramer[11]. C'est une composition récente du guitariste, dont les enregistrements Live nous permettent de voir l'évolution. Il existe en effet sept versions du trio Hendrix/Cox/Mitchell, retraçant comment Pass It On s'est mué en Straight Ahead[10]. Moins complexe que les titres rock de la première face, c'est un titre carré dont le texte se veut dans l'air du temps[15]. La cohésion du groupe en studio contribue à la réussite du titre, ainsi que la partie de Wah wah impressionnante qui jalonne le morceau.

Astro Man[modifier | modifier le code]

Astro Man date du Band Of Gypsys, mais c'est une version du nouveau groupe augmenté de Juma Sultan, au tempo plus rapide qu'on entend ici. Enregistré à l'Electric Lady Studio les 25 juin et 19 juillet 1970, il sera mixé avec Eddie Kramer le 22 août[11]. Parfois cité comme étant le titre le plus faible de l'album, c'est un des rares titres connus du mystérieux Black Gold[1] évoqué par Hendrix, dont même les démos n'ont à ce jour jamais vu le jour officieusement. Les paroles sont inspirées de l'amour de Jimi Hendrix pour les Super Heroes, mais ce sont surtout les parties de guitares qui retiendront l'attention : la façon dont les riffs s'emboîtent les uns les autres en début de morceau est remarquable. Billy Cox répète ensuite une ligne de basse sur laquelle Hendrix part en solo. Le mixage de la batterie est original, avec un effet de stéréo qui donna peut-être des idées à Teo Macero pour le mixage (mais poussé à son paroxysme) du Go Ahead John de Miles Davis.

Angel[modifier | modifier le code]

Vient ensuite Angel, l'autre ballade de l'album. Le titre devint ensuite le plus connu de l'album, une reprise de Rod Stewart (avec Ron Wood à la guitare) connaissant même un bon succès dans les charts. Contrairement à Drifting, c'est une composition qui date de plusieurs années : certaines versions embryonnaires ont été publiés depuis par Experience Hendrix LLC. Enregistrée à l'Electric Lady Studio lors de la séance du 23 juillet 1970[11], le titre fera l'objet d'une session post mortem le 19 octobre 1970, Mitch Mitchell réenregistrant sa partie de batterie. Il mixera Angel avec Kramer le 12 novembre 1970[2]. Le jeu de Mitch Mitchell est d'ailleurs plus chargé qu'à l'accoutumée, sans doute pour masquer le côté encore très brut de la prise retenue : le chant n'est accompagné que d'une seule guitare rythmique. Angel est manifestement loin d'être terminé, mais la beauté de la composition militait trop en sa faveur pour ne pas la publier.

In From The Storm[modifier | modifier le code]

In From The Storm est en revanche publié dans une version très travaillée, issue des séances des 22 juillet, 20 et 24 août 1970. Eddie Kramer ne mixera le titre que le 29 novembre 1970[11]. C'est une composition récente de Hendrix, montrant là encore son inspiration retrouvée. Outre le trio, notons la présence d'Emeretta Marks aux chœurs, qui contribuent largement au climat du titre, dont la légitimité de la sélection est renforcée par les 5 versions Live jouée lors de l'été 1970[10]. C'est un rock très dur mais original à cause de son côté afro : les chœurs presque gospel et la ligne de basse sont à des années-lumière du Jeff Beck Group... dont Hendrix a repiqué le riff de leur Rice Pudding pour conclure son morceau ! Les variations de tempo de la partie consacrée au solo jouent habilement sur les climats.

Belly Button Window[modifier | modifier le code]

C'est Belly Button Window qui clôt The Cry of Love. Hendrix enregistra seul à l'Electric Lady Studio le 22 août 1970 son dernier titre[11], un blues intimiste dont les thèmes, inspirés de la grossesse de l'amie de Mitch Mitchell et sans doute sa propre enfance, sont pour le moins originaux : la vie intra-utérine et l'avortement[16]. Une version en trio existe dans le circuit des collectionneurs[17], mais elle est nettement moins réussie que cette prise, où Hendrix a tout de même pris le temps d'ajouter une guitare avec de la wah wah, puis de la mixer deux jours plus tard. Simple ébauche ou non, il n'en demeure pas moins que c'est un titre très émouvant, idéalement placé en fin d'album, montrant une tout autre face du blues que My Friend.

The Cry of Love appartient désormais à l'histoire. Remplacé par First Rays of the New Rising Sun, qui reprend l'intégralité de ses titres dans le désordre, son successeur est malheureusement loin d'être aussi cohérent.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Black Gold - The lost archives of Jimi Hendrix de Steven Roby
  2. a, b et c Hendrix: Setting The Record Straight de John McDermott avec Eddie Kramer
  3. Crash Landing
  4. experience hendrix - the official online jimi hendrix magazine - jimihendrix.com
  5. a, b et c Jimi Hendrix : Sessions de John McDermott avec Billy Cox & Eddie Kramer
  6. Jimi Hendrix - Electric Gypsy de Harry Shapiro & Caesar Glebbeek
  7. the jimi hendrix encyclopedia - jimihendrix.com
  8. Jimi Hendrix : Musician de Keith Shadwick
  9. Voir les transcriptions de ces titres sur Jimi Hendrix - Electric Ladyland et Jimi Hendrix - First Rays of the New Rising Sun, publiés par Hal Leonard Publishing Corporation
  10. a, b, c et d Just ask the axis : http://www.digitalhighway.co.uk/axis/index.asp
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notes de pochette de First Rays of the New Rising Sun
  12. Electric Lady Mixing Sessions (enregistrements non officiels) présente la version complète de ce titre
  13. A Sea Of Forgotten Teardrops et Electric Lady Mixing Sessions (enregistrements non officiels) nous permettent d'entendre l'élaboration de ce titre en studio
  14. the jimi hendrix encyclopedia - jimihendrix.com
  15. Jimi Hendrix - Mots pour mots de David Stubbs
  16. Notes de pochette de Voodoo Soup
  17. A Sea Of Forgotten Teardrops enregistrements non officiels