XXXVIIIe siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Circle-icons-calendar.svg Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ».

Ve millénaire av. J.-C. | IVe millénaire av. J.-C. | IIIe millénaire av. J.-C.

../.. | XLe siècle av. J.-C. | XXXIXe siècle av. J.-C.| XXXVIIIe siècle av. J.-C. | XXXVIIe siècle av. J.-C. | XXXVIe siècle av. J.-C. | ../..

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Événements[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • Apparition de villages aux plans orthogonaux (rues, pâtés de maisons). Les sites fortifiés, bien que mystérieux, semblent avoir joué plusieurs rôles successifs (réunions, foires, fêtes religieuses), comparables à ceux des mégalithes : œuvres de la communauté, ils affirment son identité et sa maîtrise du territoire. Aux tombes aux mobiliers presque uniformes succèdent des nécropoles où une minorité de défunts, les premiers « chefs », sont enterrés avec des objets de luxe (objets en or, outils de cuivre, figurines en os, découverts à Varna, en Bulgarie).
  • Premiers signes de tensions en Europe de l’Ouest : villages fortifiés de fossés et de palissades ou construits sur des hauteurs escarpées, traces d’incendies violents, de squelettes portant des coups. Des palafittes sont construites sur le bord de la plupart des lacs des Alpes et du Jura (Léman, Neuchâtel, Zurich...). Ce sont des groupes d’habitations sur pilotis fichés dans un sol de craie spongieuse, couvertes de chaume et reliées à la terre ferme par un chemin sur pieux protégé par une palissade.
  • Fin des civilisations de Filiestru et d'Arzachena en Sardaigne, lors de la période prénuragique. Début de la civilisation de Bonuighinu (fin vers -3300).

Égypte[modifier | modifier le code]

  • Début de la culture de Nagada I ou Amratien (-3800,-3500) en Haute-Égypte.
  • Cultures du nord de la vallée du Nil : Maadi, Ouadi Digla, Héliopolis, Bouto[1]. Ces bourgades ont un caractère agricole et pastoral plus marqué, recourant moins à la chasse et à la pêche qu’à Nagada. La céramique, plus fruste que dans le sud, en imite cependant certaines techniques et certains décors. Les sites du nord se caractérisent aussi par le développement des contacts intenses avec le nord-est, de relations commerciales entre la vallée du Nil, la Palestine et l’Orient. L’apport de productions du sud (palettes, têtes de massue, vase de pierre, pierres dures, ivoires, céramique) est notable. En échange, Maadi, notamment, exporte vers le sud des objets de cuivre dont on développe la fabrication (aiguilles, hameçons, anneaux, haches) à partir du minerai du Sinaï. Les relations de Maadi avec le Levant sont bien attestées par la voie nord-sinaïtique (caravanes d’ânes), apportant un matériel typiquement palestinien. À Maadi, l’habitat est de plusieurs types. Deux ont déjà été rencontrés dans le sud (huttes ovales, maisons rectangulaires). Un troisième est original, de grandes maisons ovales (3 m x 5 m), en partie creusées dans le roc, couvertes d’une superstructure de bois (à comparer avec Beersheba en Palestine). Les nécropoles sont nettement séparées de l’habitat, constituées de fosses ovales de 1 m x 0,70 m. Bouto paraît opposer davantage de résistance à l’adoption des traits culturels nagadiens et mérite une attention particulière pour les contacts qui s’y développent avec la Palestine et au-delà la Mésopotamie après –3500.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Début de la période d’Uruk en Mésopotamie (3750, 3150 av. J.-C.). La civilisation d’Uruk est caractérisée par sa céramique à engobe gris ou rouge faite en série.
  • Apparition de sceaux cylindriques et des bulles d’argiles de formes sphériques, creuses, contenant un certain nombre de calculi ; la surface externe est occupée par des déroulements de sceaux-cylindres et par des encoches qui signalent à l’extérieur le contenu de l’enveloppe : cet objet répond à des besoins précis de gestion comptable : le ou les sceaux identifient l’expéditeur, l’enveloppe porte l’indication d’un volume de marchandises. Au point d’arrivée, il est facile de contrôler cette quantité en la confrontant avec celle portée sur la surface externe de la bulle sous forme d’encoche. En cas de contestation, en brisant la bulle, on obtenait confirmation de la marchandise expédiée au départ. Les découvertes de ces bulles ont lieu de l’Iran à la Syrie en passant par la Mésopotamie.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]