Guangdong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

23° 24′ N 113° 30′ E / 23.4, 113.5

Guangdong
广东省
Carte indiquant la localisation du Guangdong (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Guangdong (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms Chinois : 广东 / 廣東 (Guǎngdōng)
Abréviation 粤 (Yuè)
Statut politique Province
Capitale Canton (Guangzhou)
Démographie
Population 106 440 000 hab. (2014)
Densité 598 hab./km2
Rang 1er
Nationalités Hans (99 %)
Zhuang (0,7 %)
Yao (0,2 %)
Géographie
Superficie 177 900 km2
Rang 15e
Économie
PIB (2014) 6 779 000  (1er)
PIB/hab. 63 688 Ұ (8e)

Le Guangdong (chinois simplifié : 广东 ; chinois traditionnel : 廣東 ; pinyin : Guǎngdōng ; Wade : Kuang³tung¹ ; cantonais Yale : Gwong²dung¹) est la province la plus peuplée de la République populaire de Chine.

Situé dans le sud du pays, le Guangdong est éloigné de Pékin et des grands centres politiques traditionnels. Comme chaque région de Chine, il présente des spécificités assez marquées. Sa langue majoritaire, le cantonais, une des grandes familles langues Han, se distingue clairement du mandarin standard.

La province a connu une croissance économique particulièrement rapide depuis les années 1980. Frontalière de Hong Kong, elle constitue un centre économique d'importance nationale. Elle comprend deux des plus grandes villes chinoises : Canton, la capitale provinciale, et Shenzhen, ainsi qu'une grande partie de la Mégalopole du delta de la Rivière des Perles.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Noms historique du Guangdong et Guangxi sous la dynastie Song

Guangdong est une forme abrégée de Guang nan dong lu (chinois simplifié : 广南东路 ; chinois traditionnel : 廣南東路 ; pinyin : Guǎng nán dōng lù ; Wade : Kuang³ nan² tung¹ lu⁴ ; cantonais Yale : Gwong² naam⁴ dung¹ lou⁶) qui signifie « région orientale d'expansion vers le sud ». Ce terme a été créé en 997 par Song Taizong de la Dynastie Song (9601279). La route Guangnan lu, se divisait alors en deux sous les noms Guang nandong lu à l'Est et Gang nanxi lu (chinois simplifié : 广南西路 ; chinois traditionnel : 廣南西路 ; pinyin : Guǎng nán xī lù) à l'Ouest, qui donna alors son nom à l'actuelle province du Guangxi[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les paysages du Guangdong sont variés. Les collines et les montagnes couvrent plus de la moitié du territoire, mais la population et l'activité économique, comme dans le reste de la Chine dont l'économie est très lié à l'export, se concentrent surtout dans les plaines côtières : le delta de la rivière des Perles au centre et dans une moindre mesure Chaoshan à l'est et la région de Zhanjiang, à l'ouest.

Delta de la rivière des Perles[modifier | modifier le code]

Le delta de la rivière des Perles
Article détaillé : Delta de la rivière des Perles.

Cette plaine deltaïque très peuplée constitue le centre du Guangdong et abrite Canton, la capitale régionale qui était autrefois le siège de nombreux comptoirs des colons Européens. Elle est parcourue de multiples cours d'eau dont la rivière des Perles, le plus important des fleuves qui donne naissance au delta. Hong Kong, paradis fiscal et centre financier de la région depuis le début XXe siècle, se trouve à proximité. Situé dans une zone au relief assez escarpé, il est situé à l'extrémité Sud-Est du delta et entretient des liens économiques particulièrement étroits avec la région, en raison de la colonisation britannique. à l'extrémité Sud-Ouest du delta, c'est Macao, ancienne région administrative portugaise, qui joue un rôle similaire.

Le delta connaît depuis des siècles de fortes densités de population. Toutefois, pour des raisons de politique et économique, son poids relatif dans l'économie et la démographie chinoise s'est nettement renforcé au cours des années 1980 et 1990. En effet, sous l'impulsion de Deng Xiaoping, différentes zones économiques spéciales (ZES) furent crée dans le delta, pour répondre à l'hégémonie économique de ces territoires. Shenzhen à la frontière avec Hong Kong et Zhuhai à la frontière avec Macao. Ces deux villes sont devenues en deux décennies deux des principales métropoles chinoises.

Sur le plan économique, on parle d'un « grand » delta, plus étendu que celui de la géographie physique. Constitué de Hong Kong, Macao et de neuf villes préfectures ; Dongguan, Foshan, Guangzhou, Huizhou, Jiangmen, Shenzhen, Zhaoqing, Zhongshan, Zhuhai[3]. Il correspond à l'aire dans lesquels les investissements hongkongais, taïwanais (avec notamment Foxconn, qui y assemble la majorité du matériel informatique de la planète), de la Chine continentale, mais aussi étrangers sont les plus importants.

Chaoshan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chaoshan.

L'est du Guangdong est souvent appelé Chaoshan de Chaozhou et Shantou, deux des grandes villes de la région. Il possède certaines caractéristiques communes avec le delta de la rivière des perles. C'est, comme lui, une région densément peuplée et traversée de nombreux cours d'eau. Toutefois, il présente certaines particularités culturelles qui le distinguent nettement du reste de la province. Par exemple, la langue dominante n'y est pas le cantonais mais le teochew, une variante du minnan parlé dans la province adjacente du Fujian. Bien que Shantou ait été l'une des premières zones économiques spéciales chinoises, la région n'a pas connu de développement économique aussi spectaculaire que le delta de la rivière des perles.

Sud-ouest[modifier | modifier le code]

La troisième zone de forte densité est le sud-ouest de la province, qui comprend les villes de Maoming et Zhanjiang ainsi que la péninsule de Leizhou, rattachée administrativement à Zhanjiang.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Le système d'administration territorial est pour l'essentiel le même que dans le reste de la Chine. Au niveau immédiatement inférieur à la province, la ville-préfecture est l'unité par défaut. Le Guangdong en compte dix-neuf. Le statut de ville sous-provinciale, qui confère une plus grande autonomie que celui de ville-préfecture, est réservé aux centres urbains les plus importants, en l'occurrence Canton et Shenzhen.

carte # Nom chinois
Hanyu Pinyin
Population (2010)
Guangdong prfc map.png
Villes sous-provinciales
9 Guangzhou (Canton) 广州市
Guǎngzhōu Shì
12,700,800
21 Shenzhen 深圳市
Shēnzhèn Shì
10,357,938
Villes-préfectures
1 Qingyuan 清远市
Qīngyuǎn Shì
3,698,394
2 Shaoguan 韶关市
Sháoguān Shì
2,826,612
3 Heyuan 河源市
Héyuán Shì
2,953,019
4 Meizhou 梅州市
Méizhōu Shì
4,240,139
5 Chaozhou 潮州市
Cháozhōu Shì
2,669,844
6 Zhaoqing 肇庆市
Zhàoqìng Shì
3,918,085
7 Yunfu 云浮市
Yúnfú Shì
2,360,128
8 Foshan 佛山市
Fóshān Shì
7,194,311
10 Dongguan 东莞市
Dōngguǎn Shì
8,220,237
11 Huizhou 惠州市
Hùizhōu Shì
4,597,002
12 Shanwei 汕尾市
Shànwěi Shì
2,935,717
13 Jieyang 揭阳市
Jiēyáng Shì
5,877,025
14 Shantou 汕头市
Shàntóu Shì
5,391,028
15 Zhanjiang 湛江市
Zhànjiāng Shì
6,993,304
16 Maoming 茂名市
Màomíng Shì
5,817,753
17 Yangjiang 阳江市
Yángjiāng Shì
2,421,812
18 Jiangmen 江门市
Jiāngmén Shì
4,448,871
19 Zhongshan 中山市
Zhōngshān Shì
3,120,884
20 Zhuhai 珠海市
Zhūhǎi Shì
1,560,229

Économie[modifier | modifier le code]

La province du Guangdong est la province la plus riche de Chine. Elle contribue à environ 12 % de la richesse nationale. Le Guangdong possède trois des zones économiques spéciales de la République populaire de Chine, c'est-à-dire Shenzhen, Shantou et Zhuhai. L'activité économique est principalement secondaire et tertiaire.

La province de Canton absorbe plus de la moitié des investissements étrangers en Chine. Les salaires sont supérieurs de deux à trois fois à la moyenne nationale chinoise.

En 2005, le PIB total a été de 479,2 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 57 491 yuans[4]. En 2013, le PIB a atteint 1000 milliards de dollars, soit un montant supérieur à celui de la Turquie.

La région possède aussi la 2e place boursière de Chine, la Bourse de Shenzhen, avec une capitalisation de plus de 514 milliards de dollars. le Guangdong a réussi à gérer sa mutation de centre industriel et commercial de la Chine vers une économie plus orientée vers les secteurs à haute valeur ajoutée et les services, du fait de l'augmentation des coûts et du niveau de vie[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Densité Guangdong 2006.svg

Comme les autres provinces côtières, le Guangdong est plus densément peuplé que la moyenne chinoise. De plus, le dynamisme économique de la province entretient depuis les années 1980 une immigration assez soutenue en provenance des autres provinces chinoises. Fin 2006, il y avait 80,5 millions d'habitants enregistrés[6], mais ce chiffre est en dessous de la population effective, beaucoup d'immigrants n'ayant pas de permis de résidence. On estime la population réelle à 110 millions d'habitants, ce qui ferait du Guangdong la province la plus peuplée de Chine.

La majorité de la population est d'ethnie han, les minorités étant principalement hmongs, zhuang, li et yao.

La diaspora chinoise originaire de cette province dans les pays occidentaux dépasse les 20 millions.

Santé[modifier | modifier le code]

Selon les études génétiques non officielles du virus H5N1 de la grippe aviaire, le Guangdong serait la zone d'origine de ce virus.

La prostitution s'est développée à Shenzhen. Avec un très grand nombre de jeunes filles venues seules de la campagne, Shenzhen est aussi la ville où se retrouve la plus forte concentration de « bao er nai », concubines ou « deuxièmes femmes » chinoises. Les travailleurs en provenance de Hong Kong ont commencé à entretenir des femmes lors de leur passage en Chine continentale, avant que ce phénomène s'étende aux Taïwanais, aux Macanais et enfin aux Chinois continentaux eux-mêmes[7].

Culture[modifier | modifier le code]

Arts martiaux[modifier | modifier le code]

Plusieurs arts martiaux sont originaires de cette région dont le Hung gar (boxe de la famille Hong), le Choy Lee Fut (boxe des Trois Maîtres), le Mojia (boxe de la famille Mo), le Xing Yi Quan (boxe du Cœur), le Liujiaquan (boxe de la famille Liu) ou encore le célèbre Wing chun (boxe du Printemps radieux).

Langues[modifier | modifier le code]

On parle différentes langues dans le Guandong. La plus répandue est le cantonais, traditionnellement parlé dans le centre et l'ouest de la province. Dans la région de Chaoshan, à l'est, on parle le teochew, une variété de minnan proche des langues du Fujian voisin. Le hakka est également parlé dans l'est de la province, particulièrement autour de Meizhou. Avec l'arrivée massive d'émigrants venus d'autres provinces, l'usage du mandarin s'est également répandu.

A Shenzhen et à Zhuhai, deux villes nouvelles étant surtout peuplée de migrants de l'ensemble du pays, le mandarin y est la langue la plus parlée, avec tout de même certains apports du cantonais. Dans les zones administratives spéciales de Macao on parle plutôt portugais et cantonais, tandis qu'à Hongkong on parle plutôt anglais et cantonais, mais sur ces deux territoires, le mandarin se développe rapidement en raison des récentes rétrocessions à la Chine et du passage de nombreux touristes venus de toute la Chine continentale.

Cuisine[modifier | modifier le code]

La cuisine cantonaise est une des plus réputées de Chine. D'une grande diversité, elle est aussi la plus célèbre à l'étranger, les immigrants venant du Guangdong y étant nombreux. Un proverbe cantonais dit : « Tout ce qui a quatre pieds se mange, sauf les tables et les chaises ».

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir page 42 in The rebel den of Nùng Trí Cao: loyalty and identity along the Sino-Vietnamese frontier, James Anderson, University of Washington Press (Singapore), 2007
  2. (zh) « 广南东路 » (consulté le 12 mai 2014)
  3. « The Greater Pear River Delta, Guangdong Province and the Greater Pearl River Delta Economic Zone », site développé conjointement par la Chine continentale et Hong Kong
  4. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces (actualisation 11/2006)
  5. (fr) Province du Guangdong (ou Canton en Français) : le centre historique de l’industrie chinoise aujourd’hui en transition
  6. Guangdong Statistical yearbook 2007
  7. Cheating men fuel building boom in China, Daily Telegraph 27 aout 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :