Camp préhistorique de Chassey-le-Camp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camp de Chassey
Camp préhistorique de Chassey-le-Camp
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Saône-et-Loire
Commune Chassey-le-Camp
Protection Classement MH (1932)
Coordonnées 46° 53′ 01″ nord, 4° 41′ 21″ est
Superficie 9 hectares

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Camp de Chassey
Camp de Chassey

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Camp de Chassey
Camp de Chassey

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Camp de Chassey
Camp de Chassey
Histoire
Époque du Chasséen au premier âge du fer

Le Camp de Chassey est un site archéologique situé à l'emplacement d'un village fortifié du IVe millénaire av. J.-C.. Situé sur la commune de Chassey-le-Camp, il a donné son nom à la civilisation néolithique dite du Chasséen mais fut occupé, de manière sporadique, jusqu'au Moyen Âge. Le camp préhistorique fait l'objet d'un classement MH par arrêté du 14 juin 1932[1].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le camp de Chassey est situé sur un plateau incliné vers l'est d'une superficie d'environ 9 ha[2], mesurant un peu plus de 750 m de longueur pour une largeur maximale de 230 m[3]. Il a l'aspect d'un éperon barré, les barres rocheuses du relief naturel étant complétées par des remparts de terre et de pierres sèches[3].

Le camp est traversé par le GR7, ainsi que par un sentier équipé de panneaux touristiques[4].

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Le site est découvert en 1865 par Édouard Flouet. Entre 1866 et 1880, E. Loydreau y collecte plusieurs milliers d'objets en silex[2]. Le site est de nouveau fouillé de 1925 à 1927 et en 1953. À partir de 1969 des études utilisant les techniques de stratigraphie modernes y sont entreprises, en particulier par Jean-Paul Thevenot[5].

Les traces d'occupation les plus anciennes relevées durant les fouilles remontent au Chasséen, mais le site reste occupé durant les périodes du Néolithique moyen bourguignon, du Néolithique final, l'âge du bronze final puis au premier âge du fer, époque ou l'on pense qu'il joua un rôle politique important. À cette dernière période, le site est fortifié par des constructions à ses deux extrémités, dénommées par commodité « le château » au nord et «la redoute» au sud[3].

Au Néolithique moyen, le site est occupé par un important habitat qui a livré de nombreux objets céramiques décorés d'une ornementation géométrique gravée, notamment des « vases-supports » caractéristiques du Chasséen. Les Chasséens furent les premiers occupants du site. Ils occupèrent la frange orientale du plateau où ils laissèrent de nombreux foyers, des rognons de chaille et leurs déchets courant[3]. Des preuves de pratique de l'apiculture ont récemment été retrouvées en analysant les poteries[6].

La collection d'objets en silex rassemblée lors de la campagnes de fouilles Loydreau est conservée au Musée Rolin d'Autun[2]. D'autres séries d'objets sont visibles au musée Denon de Chalon-sur-Saône, ainsi qu'au musée Régnier de Mont-Saint-Vincent[7].

L'occupation du site s'est poursuivie ponctuellement à la période mérovingienne et au Moyen Âge puis le site est abandonné. Au XIXe siècle il est cultivé par les habitants de la commune[8].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Camp préhistorique de Chassey-le-Camp », notice no PA00113205, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c Linton, Affolter et Sestier 2008
  3. a b c et d Guilaine 1980
  4. Panneaux et Sentiers Touristiques, sur http://www.auberge-du-camp-romain.com/fr/tourisme.html
  5. Thevenot 2005
  6. Roffet-Salque et al., "Widespread exploitation of the honeybee by early Neolithic farmers", Nature, vol. 527, n°7577, pp.226-230, doi:10.1038/nature15757. Voir aussi recension par Stokstad E (2015) Humans have been using bees for at least 9000 years, Plants & Animals ; 11 November 2015
  7. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias, Dominique Auzias, Petit Futé Bourgogne 2010-2011 sur Google Livres, p. 387.
  8. Édouard Flouest, Notice archéologique sur le camp de Chassey (Saône et-Loire) sur Google Livres, 1869

Voir Aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Thevenot, Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du rempart de « la Redoute », vol. 22e supplément, (ISBN 2915544034, ISSN 1773-6773, lire en ligne).
  • Jean Guilaine, La France d'avant la France, Paris, Hachette, , 349 p. (ISBN 9782010111341), p. 115-116
  • Dominique Marcantoni, « Visite du site de Chassey et ses environs lors du congrès d'Autun en août 1907 », Images de Saône-et-Loire, no 192,‎ , p. 22-23
  • Jimmy Linton, Jehanne Affolter et Claude Sestier, « Des lames en silex rubané tertiaire de la collection des fouilles anciennes du camp de Chassey (Saône-et-Loire) », Revue archéologique de l'Est, t. 57,‎ (lire en ligne)