Eridu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eridu
Tell Abu Shahrain
Localisation
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Province Dhi Qar
Coordonnées 30° 49′ 01″ Nord 45° 59′ 45″ Est / 30.816899, 45.995904

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Eridu
Eridu

Eridu (en arabe : ʾirīdū, إريدو) est une ville antique de Basse-Mésopotamie, actuellement située en Irak. Ses ruines se trouvent sur plusieurs tells dispersés sur un vaste espace, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d’Ur, le site principal étant le tell Abu Shahrain (en arabe : tall ʾabū šahrayn, تل أبو شهرين).

Une ancienne cité sumérienne[modifier | modifier le code]

Selon la tradition sumérienne, telle qu'on la trouve dans la Liste royale sumérienne, Eridu est la première ville à avoir reçu la royauté, quand celle-ci, selon l’expression de ce texte, « est descendue du Ciel ». Aux périodes historiques, cette ville n’a cependant jamais été le siège d’un royaume puissant. Elle est en revanche une ville importante sur le plan religieux, puisque c’est la cité du grand dieu Enki/Ea, où se trouve son grand temple, l'É.ABZU, et de ce fait la ville apparaît souvent dans la littérature sumérienne. Si elle est parfois mentionnée comme un port important, Eridu n’est cependant pas située au bord du Golfe Persique aux époques historiques, mais plutôt sur une lagune reliée à la mer.

Fouilles[modifier | modifier le code]

Le site a été prospecté par J. E. Taylor en 1854 et par Reginald Campbell Thompson en 1918, puis H. R. Hall en 1919. Des fouilles plus complètes ont été effectuées entre 1946 et 1950 par le service des antiquités de l’Iraq, sous la direction de F. Safar, assisté par S. Lloyd à partir de 1948. Eridu n’a pas livré d’important matériel épigraphique.

Découvertes archéologiques[modifier | modifier le code]

Plan de la zone sacrée d'Enki à Eridu, avec son temple et sa ziggurat.

C’est autour de la zone sacrée, située au centre du tell, que se sont concentrées les fouilles. Celle-ci était enceinte par une muraille intérieure quadrangulaire de 400 × 300 mètres de côtés. On y a repéré 19 niveaux archéologiques, ce qui a permis la constitution d’une longue séquence chronologique importante pour notre connaissance de la protohistoire du sud mésopotamien. Les découvertes se sont essentiellement concentrées dans le secteur du temple d'Eridu, qui présente le plus ancien exemple d'architecture monumentale dans le Sud mésopotamien, remontant aux débuts de l'époque d'Obeid (début du Ve millénaire av. J.‑C.). Un sondage réalisé en un point du site (« Hut Sounding ») a permis de préciser la séquence archéologique allant de l'époque d'Obeid jusqu'aux Dynasties archaïques (IIIe millénaire av. J.‑C.). Par ailleurs, un cimetière de la fin de l'Obeïd a été exploré au nord-ouest du site par les équipes irakiennes.

J. Oates a identifié sur ce site les principales phases de la période d'Obeid : les niveaux les plus anciens, XIX à XV, correspondent à la période 1 (ou période d'Eridu) ; la période suivante, Obeid 2 ou Hajji Mohammad, va des niveaux XIV à XII ; l'Obeid 3 (ou Obeid à proprement parler), des niveaux XI à VIII ; et l'Obeid 4 (ou Obeid tardif), des niveaux VII à VI.

Sur le tell principal, dans le secteur sacré, a été mise au jour une séquence de quatorze « temples » sur terrasse superposés au cours du temps, témoignant d’une grande continuité sur une période très longue, depuis l'époque d'Obeid jusqu'à la fin de la période d'Uruk, donc d'environ 5000 à 3000 av. J.-C. C’est un des exemples les plus remarquables du développement progressif de l’architecture monumentale en Basse Mésopotamie, en un même lieu, vu comme un signe de la continuité culturelle dans le Sud mésopotamien aux époques protohistoriques. Le temple le plus ancien, au niveau XVI, est un petit édifice en brique de forme rectangulaire, avec en son centre un podium ayant pu servir d'autel pour les offrandes et un autre podium situé dans une niche sur son côté nord-ouest. Les constructions suivantes reprennent un plan similaire, mais leur taille va croissante avec le temps, et des salles latérales sont ajoutées sur les deux côtés de la salle initiale, qui conserve son rôle principal, donnant ainsi à l'édifice un plan tripartite. Ses façades sont agrémentées d'un décor à niche et redans typique du Sud mésopotamien. Pour la phase finale de l'Obeid (niveau VI), de grandes quantités de restes de poissons ont été exhumées, sans doute des offrandes alimentaires destinées à la divinité de l'édifice.

La Période d'Uruk est représentée par les niveaux V à I du temple, mais les restes des édifices sont trop érodés pour avoir livré un plan compréhensible. On a en revanche trouvé un bâtiment de la fin de cette période ailleurs sur le tell.

Pour le Dynastique archaïque, un palais a été retrouvé au nord du site sur un tell isolé. À la fin du IIIe millénaire av. J.-C, le roi Ur-Nammu d’Ur restaure le temple d'Enki et y adjoint une ziggourat, ayant une base rectangulaire de dimensions 61,80 sur 46,50 mètres. On parvenait à son sommet par trois escaliers, le principal étant perpendiculaire à l'édifice. Le complexe sacré d'Enlil, comprenant également le temple du dieu et des dépendances, était entouré d'une enceinte.

Comme la plupart des sites de Basse Mésopotamie, Eridu fut abandonné dans le courant des XVIIIe et XVIIe siècles av. J.-C., et ne fut plus le lieu d’une occupation importante par la suite. Les traces d'occupation des époques d'Isin-Larsa, de la dynastie kassite, puis de l'époque néo-babylonienne ont été récupérées à la surfaces de différents tells situés sur le site. Nabuchodonosor II de Babylone y restaura le sanctuaire d'Enki au début du VIe siècle av. J.-C.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. D. Danti et R. L. Zettler, « Eridu », dans E. M. Meyers (dir.), Oxford Encyclopaedia of Archaeology in the Ancient Near East, Volume 2, Oxford et New York, 1997, p. 258-260
  • (en) F. Safar, M. A. Mustafa, et S. Lloyd, Eridu, State Organization of Antiquities and Heritage, Bagdad, 1981

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]