Culture de Cucuteni-Trypillia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Culture de Cucuteni-Trypillia
Définition
Autres noms culture de Tripol'e
Lieu éponyme Cucuteni, 60 km à l'ouest de Iași (Moldavie)
Auteur Nicolae Beldiceanu (1885)
Caractéristiques
Répartition géographique Roumanie, Moldavie, Ukraine
Période Néolithique - chalcolithique ancien
Chronologie Ve millénaire av. J.-C. et IVe millénaire av. J.-C.
Type humain associé Homo sapiens sapiens
Tendance climatique Réchauffement sub-boréal
Signe particulier agglomérations proto-urbaines fortifiées
Description de cette image, également commentée ci-après

Domaine de la culture de Cucuteni-Trypillia

Objets typiques

céramique rubannée, statuettes anthropomorphes, débuts du travail du cuivre et de l'or

La culture de Cucuteni-Trypillia (du nom de deux villages), en roumain culture de Cucuteni-Tripolia, en russe culture de Tripol'e (Триполье) et en ukrainien culture de Trypillia (Трипілля), était une culture néolithique des 5e et 4e millénaires avant notre ère, localisée autour du Dniestr, entre les Carpates et le Dniepr, où elle donna naissance à des agglomérations proto-urbaines d'extension considérable pour l'époque.

Civilisation[modifier | modifier le code]

Les grandes agglomérations proto-urbaines étaient fortifiées par de longues rangés de maisons mitoyennes élevés sur deux à trois niveaux formant des enceintes plus ou moins elliptiques. Les maisons étaient construites avec une charpente en bois taillée à l'aide de haches en pierre ou en cuivre, les murs étant construits en recouvrant des branchages avec de l'argile mélangé à du son, selon une technique qu'on rencontre encore de nos jours dans les steppes ukrainiennes. Les maisons avaient souvent deux niveaux, le rez-de-chaussée pour les tâches ménagères et l'étage pour le repos. De nombreux bâtiments collectifs de très grande dimension occupaient également ces villes.

Les établissements plus petits étaient temporaires, bâtis pour une durée d'environ trois quarts de siècle: la population était encore partiellement nomade, et changeait de site une fois les ressources locales épuisées.

Quelques cités fouillées:

  • Talianky, en Ukraine (région de Tcherkassy, district de Talne) au sud de Kiev, est le site le plus vaste actuellement connu, il pouvait abriter 10 000 à 15 000 personnes sur 450 ha dans 2 700 maisons, dont certaines avaient des dimensions impressionnantes. L'ensemble s'inscrivait dans une ellipse de 3,5 km sur 1,3 km, et toute l'organisation de la cité semblait fondée sur une maille ovoïde, jusqu'au dessin des rues et au contour des blocs de maisons. Le site était entouré d'une enceinte ovale aménagée de portes, le tissu urbain lui-même présentant, au moins par endroits, une organisation radiale dénotant d'une planification à grande échelle.
Reconstitution de Talianky
  • Nebelivka, en Ukraine (région de Kirovograd), a été entièrement cartographié avec précision par des méthodes géophysiques. Cette cité couvrait une surface de 260 ha, elle est constituée de deux enceintes ovoïdes concentriques espacées de 70 à 130 mètres qui sont faites de longues rangés de maisons mitoyennes alignées, et à l'intérieur, de cinquante rues radiales. Un fossé large de 4 mètres et profond de 2,5 mètres entoure la cité. De nombreuses méga-structures vraisemblablement collectives ont été détectés. La cité toute entière semble avoir été conçue dès le départ selon un plan idéal, mais les irrégularités et lacunes vis à vis de ce plan idéal laissent penser que la construction de la cité semble avoir été plutôt progressive ou approximative[1].
Un temple de grande dimension a été mis au jour et fouillé à Nebelivka[2]. Ce temple est un bâtiment rectangulaire de bois et d'argile à deux étages mesurant 60 mètres par 20, entouré d'une galerie extérieure en bois, le plancher supérieur étaient divisé en cinq salles et contenait huit autels, sur l'un des autels de nombreux os d'agneaux brulés ont été retrouvés attestant l’existence de pratiques sacrificielles, de petites statuettes votives et quelques ornements fins en or (interprétés comme des ornements pour cheveux) y ont également été trouvés dans le temple. Des restes de peinture rouge sur les murs et le plancher de l'étage supérieur ont également été trouvés, attestant que le temple étaient peint au moins à l’intérieur.
Reconstitution d'un temple de Nebelivka, Ukraine, vers 4000 av. J.-C., dimensions: 60 x 20 mètres.
  • Maydanets, en Ukraine (région de Tcherkassy, district de Talne), qui pouvait abriter jusqu'à 10 000 personnes sur 200 ha. Les vues aériennes révèlent des fortifications et des rues bien tracées, selon un plan ovale de 1,5 km sur 1,1 km.
  • Dobrovody, en Ukraine (région de Tcherkassy, district d'Ouman), de dimensions comparables à celles de Maydanets, de 250 ha. Les vues aériennes révèlent également des fortifications et des rues bien tracées.
  • Sushkiva, en Ukraine (région de Tcherkassy, district d'Ouman), d'une superficie d'un kilomètre carré[3].

La céramique très particulière de Cucuteni-Trypillia est un trait caractéristique de cette culture. Elle présente un lien de parenté important avec celle de la culture rubanée, notamment pour le décor en rubans et spirales, mais la céramique de la culture de Cucuteni-Trypillia est peinte et se distingue par la richesse de sa polychromie ainsi que par la diversité et l'harmonie des compositions.

Morphologiquement, les gens de Trypillia étaient majoritairement méditerranéens (dolichocéphales et graciles), avec une minorité d'individus de carrure plus robuste apparentés aux peuples des steppes, d'ailleurs plus nombreux dans les phases initiales de cette culture que dans ses phases terminales. Le type des steppes était davantage représenté chez les femmes, bien qu'elles fussent de stature plus petite que celles des steppes ; ceci pourrait être le signe d'un mélange entre les anciens méditerranéens des Balkans et le type ancien des steppes européenes. On note dès le début du 4e millénaire la présence de céramique de tradition steppique sur des sites de la culture de Cucuteni-Trypillia, de facture bien plus grossière et incorporant des coquilles broyées. On a aussi des traces de l'infiltration de groupes de Seredniï Stih (en russe Sredni Stog), culture d'Ukraine orientale qui résulterait de l'absorption vers 4500 avant notre ère de la culture du Dniepr-Donets par des groupes à kourganes. En sens inverse, des objets en cuivre de Trypillia ont été retrouvés sur des sites de Seredniï Stih au-delà du Dniepr et même de Khvalynsk sur la Volga.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Chapman et al., The planning of the earliest European proto-towns: a new geophysical plan of the Trypillia mega-site of Nebelivka, Kirovograd Domain, Ukraine, Durham University, 2014, http://antiquity.ac.uk/projgall/chapman339/
  2. http://www.livescience.com/48352-prehistoric-ukraine-temple-discovered.html
  3. c'est-à-dire comparable (mais avec quinze siècles d'avance) à ce qu'était la cité d'Ur, à Sumer, à l'époque de Šulgi pendant la 3e dynastie d'Ur.

Articles liés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vasile Dumitrescu, Arta culturii Cucuteni (Art de la culture Cucuteni) éd. Meridiane, Bucarest, 1979.
  • Iaroslav Lebedynsky, Les Indo-européens - Faits, débats, solutions, Errance, Paris 2006