Instrument de calcul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les outils image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les outils et les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Au sens le plus large du terme, un instrument de calcul est un objet qui aide l'opérateur dans ses calculs, on dit aussi un "moyen de calcul".

Différence entre instrument et machine de calcul[modifier | modifier le code]

Les historiens de la technique du calcul font la distinction entre instrument et machine.

  • On parle d'instrument quand l'opérateur doit intervenir dans le calcul, par exemple pour effectuer un report, ou déterminer la position de la virgule (boulier, règle à calcul, compas de proportion).
  • On utilise le terme de machine à calculer pour les objets qui donnent le résultat sans que l'opérateur n'intervienne dans le calcul lui-même. L'opérateur peut toutefois intervenir pour configurer la machine en fonction de l'opération à effectuer (remise à zéro, sélection de l'opération par une touche ou un curseur, déplacement initial d'un chariot, saisie des nombres dans les bonnes colonnes décimales, etc.), et enclencher l'opération (souvent en apportant son énergie mécanique à la machine par l'intermédiaire d'un actionneur (manivelle, levier, poussoir, touches, etc.)

Dans cet article de portée très générale, nous prenons le parti de lister à la fois les instruments proprement dits et les machines, renvoyant le lecteur aux chapitres plus détaillés consacrés à ces objets.

Types d'instruments et de machines ayant existé[modifier | modifier le code]

La taxonomie des instruments et machines à calculer n'est pas un sujet simple. Nous en resterons ici à quelques subdivisions générales et renvoyons le lecteur aux articles détaillés.

Instruments de calcul proprement dits[modifier | modifier le code]

Machines à calculer ou calculatrice[modifier | modifier le code]

On parle de machine à calculer (terminologie de la première moitié du XXe siècle) quand l'opérateur n'a pas à intervenir dans le calcul proprement dit, par opposition à instrument de calcul.

Dans l'ensemble de Wikipedia en français, on utilise les mot calculateur ou calculatrice en précisant sa nature analogique, mécanique, numérique, ou électronique.

Les machines à calculer sont classées en trois grandes familles en fonction de la nature de leurs organes de calcul.

Actuellement seules les trois dernières sont habituellement utilisées, combinant toutes les fonctions.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Aides au calcul non mécanisées
  • Machines mécaniques
    • vers 1500 prototype de Léonard de Vinci(1452-1519) (addition) Aucune référence ne permet de dire que le dessin trouvé était une machine de calcul.
    • 1623 L'horloge à calculer de Wilhelm Schickard (addition+soustraction pour la partie machine à calculer). La machine fut détruite dans un incendie pendant sa construction. Inconnue jusqu'en 1957 quand deux lettres écrites en latin à Kepler furent découvertes.
    • 1642 Blaise Pascal invente la machine à calculer: la Pascaline (9 exemplaires connus). La machine de Pascal réalise directement les additions et soustractions. Multiplications et divisions sont effectuées de manière répétitive. Trois types de machines sont connues: décimal base 10, comptable bases 10,20,12, Architecte bases 10,6,12.
    • 1673 La machine à calculer de Leibniz (addition+multiplication) Cette machine comportait des innovations intéressantes, notamment la mise en mémoire du multiplicande. Le système de report ne fonctionnait pas vraiment.
      • Le brevet de Thomas de Colmar reprend, en 1820, la même technique. Le chariot, les cylindres inscripteurs, mais ses reports fonctionnent.
      • La dernière machine du même type a été créée en 1948, la Curta
    • 1820 L'arithmomètre de Thomas de Colmar, première machine industrielle (5.500 exemplaires vendus) Machine copiée dans le monde entier. Sa commercialisation commença en 1851. Elle est à la base de l'industrie des machines à calculer.
    • 1822 La machine à différences de Charles Babbage
    • 1850 Naissance du clavier, le 1er calculateur à touches de D.D. Parmelee
    • 1857 L'arithmomètre de Hill
    • 1885 Le comptomètre de Dorr E. Felt
    • 1888 La 1re machine à calculer à impression de William Seward Burroughs
    • 1889 La machine à multiplier de Léon Bollée
  • Machines électromécaniques
    • La machine à carte perforées de Herman Hollerith
    • 1879 La 1re caisse enregistreuse de James J. Ritty avec additionneuse, imprimante et tiroir-caisse
    • 1910 La machine à calculer électromécanique de bureau
    • 1940 La première machine à calculer pour nombres complexes
  • Machines électroniques
    • 1938 Le premier calculateur digital binaire de Konrad Zuse fonctionne avec des relais
    • 1943 Le premier ordinateur à lampes, le Colosse I, du Chiffre Anglais déchiffre les messages de l'Enigma
    • 1945 Premiers calculs de l'ENIAC de la Moore School de Pennsylvanie.
    • 1964 La 1re machine à calculer électronique de bureau
    • 1967 La 1re machine à calculer électronique de poche
    • 1972 La 1re machine à calculer électronique scientifique de poche Hewlett-Packard HP35
    • 1974 La 1re machine à calculer électronique scientifique de poche bon marché (Commodore)
    • 1978 L'ordinateur personnel

Musées[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1],Le Matériel épigraphique des couches 18 à 14 de l'Acropole, Vallat F. Paléorient Année 1978 Volume 4 Numéro 1 pp. 193-195
  2. (en) Denise Schmandt-Besserat, From counting to cuneiform, pp. 8-9, Austin : Univ. of Texas Press,‎ 1992.