Carmen Bernand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carmen Bernand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Élève

Carmen Bernand, née le en Argentine[1], est historienne et anthropologue.

Parcours[modifier | modifier le code]

Carmen Bernand est spécialiste de l’histoire du Nouveau Monde et de l’Amérique latine. Elle enseigne à l’Université de Paris X-Nanterre. Membre de l'Institut universitaire de France, elle est également directeur adjoint du Centre de recherches sur les mondes américains depuis 1999 et membre du Comité de rédaction de la revue Gradhiva.

En 2007, elle signe l'« appel des intellectuels » appelant à voter pour Ségolène Royal[2].

Littérature scientifique[modifier | modifier le code]

  • Les vieux vont mourir à Nanterre (1978),
  • La solitude des Renaissants. Malheurs et sorcellerie dans les Andes (1985),
  • Les Incas, peuple du soleil, coll. « Découvertes Gallimard » (no 37), Gallimard, (1988),
  • De l'idôlatrie. Une archéologie des sciences religieuses (1988) avec Serge Gruzinski,
  • Histoire du Nouveau Monde (1991 et 1993) avec Serge Gruzinski,
  • Pindilig. Un village des Andes équatoriennes (1992),
  • Buenos Aires (1997),
  • Un Inca platonicien, Garcilaso de la Vega 1539-1616 (2005),
  • Teotl. Dieu en images dans le Mexique colonial (2009),
  • Quetzalcoatl, le serpent à plumes (2010).
  • Genèse des musiques d'Amérique latine. Passion, subversion et déraison (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carmen Bernand », sur www.babelio.com (consulté le 26 septembre 2015)
  2. « Avant qu'il ne soit trop tard », Le Nouvel Observateur, 13 mars 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]