Carmen Bernand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carmen Bernand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Conjoint

Carmen Bernand, née Carmen Muñoz le , est historienne et anthropologue française.

Parcours[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de républicains espagnols, elle passe son enfance en Argentine[1]. Après une maîtrise d'Anthropologie Sociale à l'Université de Buenos Aires, elle vient en France faire sa thèse de doctorat sous l'égide de Claude Lévi-Strauss en 1970[2]. Alors qu'elle travaille sur les paysans indigènes de la région de Pindilig (qu) (province de Cañar) en Équateur sous un angle anthropologique, elle commence à visiter les dépôts d'archives pour « pallier les silences du terrain »[1] : les archives nationales, les archives municipales de Quito ainsi que les registres paroissiaux. Elle consulte jusqu'aux Archives des Indes à Séville[1].

Elle est spécialiste de l’histoire du Nouveau Monde et des sociétés métisses d'Amérique latine[3]. Elle enseigne l'anthropologie à l’Université de Paris X-Nanterre jusqu'à sa retraite en 2005. Membre de l'Institut universitaire de France, elle est également directrice adjointe du Centre de recherches sur les mondes américains depuis 1999 et membre du Comité de rédaction de la revue Gradhiva.

En 2007, elle signe l'« appel des intellectuels » appelant à voter pour Ségolène Royal[4].

Elle a épousé en 1966 l'épigraphiste André Bernand (1923-2013).

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • Les Ayorés du Chaco septentrional. Etude critique à partir des notes de Lucien Sebag, Gallimard (1977)
  • Les vieux vont mourir à Nanterre Le Sagittaire(1978)
  • La solitude des Renaissants. Malheurs et sorcellerie dans les Andes, Presses de la Renaissance (1985)
  • Les Incas, peuple du soleil, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 37), Gallimard, (1988),
  • De l'idôlatrie. Une archéologie des sciences religieuses, Seuil (1988) avec Serge Gruzinski
  • Histoire du Nouveau Monde, Fayard (1991 et 1993) avec Serge Gruzinski
  • Atahualpa face aux Espagnols, Flammarion (1992)
  • Pindilig. Un village des Andes équatoriennes, Editions du CNRS (1992)
  • Buenos Aires, Fayard (1997)
  • Pérou. Du sable, de l'or, des dieux et des hommes, Vilo (2001) avec Michelle Vautier
  • Un Inca platonicien, Garcilaso de la Vega 1539-1616, Fayard(2005)
  • Teotl. Dieu en images dans le Mexique colonial (2009)
  • Quetzalcoatl, le serpent à plumes (2010)
  • Genèse des musiques d'Amérique latine. Passion, subversion et déraison, Fayard (2013)

Ouvrages en espagnol[modifier | modifier le code]

  • Enfermedad, daño e eideología, Abya Yala (1986)
  • Días aciagos para Paucar Guaman, Fondo de Cultura Económica (1993)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c André Burguière et Bernard Vincent, Un siècle d'historiennes, Paris, Des Femmes - Antoinette Fouque, (ISBN 978-2-7210-0634-9), p.19
  2. « Carmen Bernand », sur ethnographiques.org (consulté le 27 avril 2018)
  3. « Quetzalcóatl, le serpent à plumes », sur nonfiction.fr (consulté le 27 avril 2018)
  4. « Avant qu'il ne soit trop tard », Le Nouvel Observateur, 13 mars 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]