Soppe-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soppe-le-Haut
La mairie.
La mairie.
Blason de Soppe-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Masevaux
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
Maire
Mandat
Franck Dudt
2014-2020
Code postal 68780
Code commune 68314
Démographie
Population
municipale
564 hab. (2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 58″ N 7° 03′ 42″ E / 47.7327777778, 7.0616666666747° 43′ 58″ Nord 7° 03′ 42″ Est / 47.7327777778, 7.06166666667  
Altitude Min. 317 m – Max. 403 m
Superficie 7,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Soppe-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Soppe-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soppe-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soppe-le-Haut

Soppe-le-Haut est une commune française de l'aire urbaine de Mulhouse située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Soppe-le-Haut est situé sur la route de Masevaux à Dannemarie. La commune fait partie du canton de Masevaux et de l'arrondissement de Thann. Elle est limitrophe du Territoire de Belfort. Elle a une superficie de 737 ha.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • le Soultzbach

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sulzbach (1394), Sultzbach (1441), Sultzbach (1576), Ober Sultzbach (1579), Sultzbach (1507), Soppe le Haut (1793).
  • En allemand: Ober-Sultzbach[1]. En alsacien: Ewersulzbàch.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la hauteur, du côté de Guewenheim, on trouve des restes d'une voie romaine. Le pavé, formé de grosses pierres, s'étend sur une longueur d'environ 200 mètres. Cette voie romaine allait de Mandeur dans le Doubs à Arsenheim et traversait Soppe-le-Haut. C'est dans la banlieue de cette commune qu'on trouve la division des eaux des bassins du Rhin et du Rhône. Un castellum romain est cité sous le nom de Sulzebach Superior en 1302. En 1324 Soppe-le-Haut fait partie du comté de Ferrette, puis passe par mariage de Jeanne de Ferrette et d'Albert d'Autriche sous la domination des archiducs d'Autriche. Au XIVe siècle les Othons deviennent les maitres du village. En 1549, Soppe et Mortzwiller ne forment qu'un seul village. La guerre fait disparaître un grand nombre d'habitants. Soppe-le-haut a été fortement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Blason de Soppe-le-Haut

Les armes de Soppe-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'argent à la fasce ondée haussée d'azur, un mont de deux coupeaux de sinople issant de la pointe, le clocher de l'église du lieu d'or ajouré et ouvert de sable, mouvant de la pointe et brochant sur le tout. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2014 en cours Franck Dudt    
mars 2008 mars 2014 Robert Kuenemann    
mars 2001 2008 Paul Egly    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 564 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
444 470 551 605 708 759 721 672 716
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
658 731 672 660 625 586 552 474 479
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
455 444 436 384 345 298 261 242 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
260 259 257 336 442 517 560 574 563
2012 - - - - - - - -
564 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marguerite
côté sud
côté est

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :