Urbès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Urbès
Urbès
La mairie d'Urbès.
Blason de Urbès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin
Maire
Mandat
Stéphane Kuntz
2020-2026
Code postal 68121
Code commune 68344
Démographie
Population
municipale
437 hab. (2018 en diminution de 1,13 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 02″ nord, 6° 57′ 24″ est
Altitude Min. 442 m
Max. 1 225 m
Superficie 12,68 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Cernay
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Urbès
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Urbès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Urbès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Urbès

Urbès (prononcé [yrbɛs] ou [urbɛs] ; en alsacien Ourwèss) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dernier village alsacien avant le col de Bussang, Urbès occupe un vallon encaissé d'origine glaciaire.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Urbès est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (91 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (84,6 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,7 %), zones urbanisées (3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,7 %), zones humides intérieures (2,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Urbeis (1216), Vrbeis (1357), Zu ober Vrbays (1495), Urbis (1576), Urbs (1580), Urbis (1654), Urbes (1793), Urbay (1801).
En alsacien Urwes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Citée sous le nom d'Urbeis dès 1192, la localité faisait partie de la commune de Mollau, territoire de l'abbaye de Murbach, jusqu'à la Révolution. Des mines de cuivre y étaient exploitées du XVIe au XVIIIe siècle, puis l'industrie textile s'y implanta au XIXe siècle.

Le projet d'un tunnel ferroviaire devant traverser le massif des Vosges fut mené sur plus de 4 km à partir de 1932, mais abandonné en 1938[9],[10],[11].

Cette galerie fut aménagée sur 1 800 m par les nazis pour servir d'usine fabriquant des pièces pour moteurs d'avions pour le compte de Daimler-Benz. Près de 1 000 déportés provenant de toute l'Europe y furent déportés entre mars et . Ce camp fut une annexe de Dachau et du Struthof.

Les nazis édifièrent un barrage à 1 860 m de l'entrée pour capter les eaux de ruissellement. Aujourd'hui, cette importante réserve d'eau potable alimente une grande partie des communes de la Communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin[12].

Patrimoine et sites[modifier | modifier le code]

Le Sée d'Urbès.
orgues datant de 1850[14],[15],
presbytère[16].
  • Monuments commémoratifs :
Monument aux morts, Plaque commémorative du 3e R.T.A., Mémorial du tunnel d'Urbès, Monument commémoratif des Fusillés au Col de Bussang, Carré militaire dans le cimetière communal, Tombes militaires : trois tombes de soldats allemands situées dans le cimetière communal[17],
Mémorial du tunnel d'Urbès[18],
Cimetière[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Urbès

Les armes d'Urbès se blasonnent ainsi :
« Coupé de sinople et de gueules, à la roue de voiture à huit rais d'or en chef, à la lampe antique de mineur d'argent en pointe, à la fasce ondée d'argent brochante sur la partition. »[20]

Armoiries créées en 1978. Le sinople évoque les prairies et les forêts, la face ondée symbolise le See, l'ancien lac devenu tourbière, tandis que la roue de voiture rappelle le trafic actif dès le Moyen Âge. La lampe est celle des mineurs du cuivre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

L'église d'Urbès, consacrée en octobre 1847.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[21]:

  • total des produits de fonctionnement : 476 000 , soit 1 037  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 521 000 , soit 1 135  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 285 000 , soit 622  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 210 000 , soit 458  par habitant.
  • endettement : 393 000 , soit 854  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,65 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,54 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 107,69 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1966 Antoine Weber   Démissionnaire pour raison de santé
décembre 1966 mars 1983 Eugène Neff (1916-2007)   Contremaître à la Manufacture d'impression de Wesserling
mars 1983 mars 2001 Gilbert Ehlinger    
mars 2001 En cours Claude Ehlinger    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2018, la commune comptait 437 habitants[Note 2], en diminution de 1,13 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
4485506788719078901 0001 0361 035
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 0961 0631 056931863823781811774
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
799800730676659834640616613
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
562541493502486473467434437
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Economie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Antoine de Genssane, chef de la Compagnie des mines d’Alsace et de Franche-Comté qui a créé une filiale locale "la société des mines d’Urbès"[26],[27].

Photographies[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Le tunnel d'Urbès. Camp de concentration nazi
  10. On le sait, le train a failli passer par Urbès
  11. Le tunnel d'Urbès : le chantier des apprentis du CFA BTP de Cernay
  12. Un pont sans rien, ni route, ni rail
  13. « église paroissiale Saint-Wendelin », notice no IA68003151, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Notice no IM68006375, base Palissy, ministère français de la Culture, de Joseph Callinet(facteur d'orgues)
  15. Inventaire de l'orgue
  16. « presbytère », notice no IA68003155, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Monument aux Morts, Plaque commémorative du 3e R.T.A., Mémorial du tunnel d'Urbès, Monument commémoratif des Fusillés au Col de Bussang, Carré militaire dans le cimetière communal, Tombes militaires : Trois tombes de soldats allemands situées dans le cimetière communal
  18. Urbès - Haute Alsace. Mémorial de la Déportation : Projet 2012 à 2016 : Le tunnel – Kommando du Kl Natzweiler/Struthof
  19. « cimetière », notice no IA68003157, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Archives Départementales du Haut-Rhin
  21. Les comptes de la commune de Urbès « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. Mine Saint Antoine située à Urbès, entre le Tunnel ferroviaire inachevé et le Col de Bussang
  27. Antoine de Genssane deviendra correspondant de l'Académie Royale des Sciences en 1757
  28. en mémoire de l'exécution de résistants par les nazis