Moosch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moosch
Moosch
La mairie.
Blason de Moosch
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin
Maire
Mandat
José Schruoffeneger
2020-2026
Code postal 68690
Code commune 68217
Démographie
Gentilé Mooschois
Population
municipale
1 659 hab. (2018 en diminution de 3,04 % par rapport à 2013)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 38″ nord, 7° 03′ 03″ est
Altitude Min. 375 m
Max. 1 190 m
Superficie 15,25 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Amarin
(ville-centre)
Aire d'attraction Mulhouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cernay
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Moosch
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Moosch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moosch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moosch

Moosch est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située entre le chef-lieu de canton Saint-Amarin et le chef-lieu d'arrondissement Thann, dans la vallée de la Thur, la commune compte un peu moins de 2 000 habitants. Elle tire son nom d'un mot germanique Moos signifiant « marais ». L'altitude y est comprise entre 375 et 1 190 mètres, culminant au Rossberg.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moosch est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Amarin, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[5] et 9 923 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (81,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8 %), zones urbanisées (5,8 %), zones agricoles hétérogènes (5 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Possession de l'abbaye de Murbach, le village fut rattaché au bailliage de Saint-Amarin puis érigé en commune après 1789. Annexé avec l'Alsace-Lorraine en 1871, il fut repris par l'armée française dès août 1914 et servit pendant toute la guerre de cantonnement aux troupes qui montaient à l'assaut du Vieil-Armand.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Moosch

Les armes de Moosch se blasonnent ainsi :
« D'azur à trois fleurs de populage d'or tigées et feuillées de sinople, le chef d'argent chargé du marteau de mineur et de la pointe de forage de sable, posés en sautoir. »[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 093 000 , soit 619  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 840 000 , soit 476  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 629 000 , soit 356  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 342 000 , soit 194  par habitant ;
  • endettement : 381 000 , soit 216  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,45 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,53 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 84,93 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours
(au 31 mai 2020)
José Schruoffeneger [14]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVG Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 1 659 habitants[Note 3], en diminution de 3,04 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6757059141 1521 1701 4441 5401 5731 735
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 8901 9342 1592 0402 1952 3072 3822 4332 509
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 4272 2842 2642 1862 1942 1451 8571 8951 981
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
2 0161 9531 8971 9061 9121 8181 7381 6891 659
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Augustin.
  • L'église Saint-Augustin[19] et son orgue de 1863,
et son orgue de tribune de Claude-Ignace Callinet, 1863[20],[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Les mines d'argent, de cuivre et de fer, exploitées depuis 1508, reprises en 1715 après l'interruption due à la guerre de Trente Ans, furent définitivement abandonnées en 1912. Aujourd'hui, l'économie principale est une manufacture de pansements. La commune compte cependant de nombreux résidents travaillant dans le bassin d'emploi de Mulhouse.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Marche populaire en octobre.
  • Traditionnel feu de la Saint-Jean, réputé dans toute la vallée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saint-Amarin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Archives Départementales du Haut-Rhin
  13. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « église paroissiale Saint-Augustin », notice no IA68003209, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Notice no IM68006455, base Palissy, ministère français de la Culture orgue, tribune, style néo-gothique
  21. Inventaire de l'orgue de l'église Saint-Augustin
  22. « Cimetière militaire classé au titre des monuments historiques par arrêté du 5 janvier 1923 », notice no PA00085522, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « cimetière militaire », notice no IA68003211, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « cimetière », notice no IA68003210, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « monument aux morts », notice no IA68003213, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Monument aux Morts, Corps restitué 1914-1918 dans le cimetière communal, Nécropole nationale
  27. « école, mairie », notice no IA68003214, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Justin Dangel », sur Ordre de la Libération (consulté le ).
  29. Claudius Savoye, « Les pierres à écuelles de Clévis commune de Saint-Romain-de-Popey (Rhône) », Bulletin de la Société d'anthropologie de Lyon, vol. 14, no 1,‎ , p. 64–65 (ISSN 1160-641X, DOI 10.3406/linly.1895.12078, lire en ligne, consulté le ).