Soppe-le-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Soppe-le-Bas
Soppe-le-Bas
La mairie.
Blason de Soppe-le-Bas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
Maire
Mandat
Jean-Julien Weiss
2020-2026
Code postal 68780
Code commune 68313
Démographie
Population
municipale
769 hab. (2018 en augmentation de 1,18 % par rapport à 2013)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 05″ nord, 7° 05′ 25″ est
Altitude Min. 297 m
Max. 380 m
Superficie 5,68 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mulhouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Masevaux
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Soppe-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Soppe-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soppe-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soppe-le-Bas

Soppe-le-Bas (Needersulzbàch en alsacien) est une commune française de l'aire urbaine de Mulhouse située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Soppe-le-Bas se situe à l'ouest de l'Alsace à la frontière du Sundgau, 12 km au sud-ouest de Cernay et 9,5 km au sud-est du chef-lieu du canton de Masevaux, entre les communes voisines de Diefmatten au sud-est et Soppe-le-Haut au nord-ouest. Soppe-le-Bas fait partie du canton de Masevaux et de l'arrondissement de Thann. La superficie de la commune est de 568 ha. Les habitants sont appelés les Soppois.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Soppe-le-Bas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (73,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38,8 %), zones agricoles hétérogènes (29,6 %), forêts (23,5 %), zones urbanisées (8,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Teywino de Suspa (1105), Sulcebach (1185), Subibach (1188), Sultzbach (1441), Sultzbach (1576), Soppe le Bas (1793).
  • En allemand : Nieder-Sultzbach[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village apparaît dans les archives en 1105 sous la dénomination de Suspa, en 1185 sous celui de Sulcebach et en 1302 sous celui de Sulzebach Inferior. Plus tard, on trouve le nom de Niedersulzbach pour désigner le village. Le village fait partie de la Seigneurie de Thann, puis entre 1324 et 1648 appartient aux Habsbourg. De 1648 à la Révolution, le village appartient aux ducs de Mazarin. La commune vit essentiellement de l'exploitation de la culture et de l’élevage de vaches laitières et de porcins.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Soppe-le-Bas

Les armes de Soppe-le-Bas se blasonnent ainsi :
« Coupé, au premier de sable au lion issant d'argent couronné d'or, armé et lampassé de gueules, au second d'or au cornet de gueules, lié et virolé de même. »[10]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Francis Guttig DVD puis DLR  
mars 2014 En cours Richard Mazajczyk SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[11] :

  • total des produits de fonctionnement : 476 000 , soit 624  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 333 000 , soit 437  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 26 000 , soit 34  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 145 000 , soit 191  par habitant ;
  • endettement : 36 000 , soit 47  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 10,62 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,27 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,98 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 769 habitants[Note 3], en augmentation de 1,18 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
444423487609688681696656712
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
649656672663603571505488488
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
493479443414400390361294282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
278284304348378588684700780
2018 - - - - - - - -
769--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Soppe-le-Bas.
  • Orgue Rikenbach.
    L'église Saint-Vincent de Soppe-le-Bas[16], néoclassique de 1837, abrite un orgue Rinkenbach dont la partie instrumentale a été classée monument historique le .
Une première église Saint Vincent fut construite au XIVe siècle. L'église a été transformée en 1706 et reconstruite en 1772. Le clocher a été réparé en 1784. En 1829 et 1837, de nouveau, le chœur a été reconstruit et la nef agrandie.
L'orgue a donc été construit en 1842 par Valentin Rinkenbach dont c'est l'instrument le mieux conservé, le seul à posséder encore son jeu à anches libres de Physharmonica, spécialité de Valentin Rinkenbach. En 1946, Georges Schwenkedel place une soufflerie électrique. En 2006, Hubert Brayé termine la restauration de cet orgue exceptionnel[17],[18],[19],[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Treiber est inhumé dans le village.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  9. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  10. Archives Départementales du Haut-Rhin
  11. Les comptes de la commune
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « église paroissiale Saint-Vincent », notice no IA68003343, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no PM68000942, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  18. Notice no PM68000565, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  19. Notice no IM68006567, base Palissy, ministère français de la Cultureorgue
  20. Soppe-le-Bas, inventaire de l'orgue St-Vincent
  21. « presbytère », notice no IA68003349, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Monument aux Morts
  23. Description du monument aux morts
  24. Chapelle funéraire
  25. Borne