Bourbach-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourbach-le-Haut
Bourbach-le-Haut
La mairie-école.
Blason de Bourbach-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de Thann-Cernay
Maire
Mandat
Joël Mansuy
2020-2026
Code postal 68290
Code commune 68046
Démographie
Gentilé Haut-Bourbachois
Population
municipale
418 hab. (2018 en augmentation de 1,46 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 47″ nord, 7° 01′ 50″ est
Altitude Min. 439 m
Max. 1 183 m
Superficie 6,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mulhouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cernay
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bourbach-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Bourbach-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourbach-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourbach-le-Haut
Liens
Site web http://www.bourbach-le-haut.fr/

Bourbach-le-Haut est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans un cirque naturel où seul le sud s'ouvre vers la plaine, Bourbach-le-Haut fait partie du parc naturel régional des Ballons des Vosges, dont elle est une des 188 communes[1]. De nombreux petits vallons et ruisseaux divisent la commune pour se jeter dans le Bourbach. La truite s'y plait parait-il beaucoup[2].

Bien que la grauwacke vosgienne soit la roche la plus courante de la commune, le porphyre vert antique de Bourbach-le-Haut, dont est fait le tombeau de Napoléon Ier aux Invalides, est sans doute la roche la plus remarquable du massif volcanique du Rossberg ; il provient vraisemblablement d'une chambre magmatique dégagée lors de l'explosion du sommet du volcan[2].

Par la route Joffre, Masevaux se trouve à 5 km et Thann à 14 km.

Le territoire communal repose sur le bassin houiller stéphanien sous-vosgien[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de
Bourbach-le-Haut
Wegscheid Bitschwiller-lès-Thann
Bourbach-le-Haut
Masevaux-Niederbruck Rammersmatt

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bourbach-le-Haut est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16 %), zones agricoles hétérogènes (7,5 %), prairies (3,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Oberburbach (1568), Ober Purbach (1579), Oberburbach (1793), Burbach-le-Haut (1801).
  • En allemand : Oberburbach[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des pierres-bornes[12] qu'on peut trouver dans la forêt et portant une crosse des deux côtés laissent penser que le village faisait jadis partie de l'abbaye de Masevaux, ce que confirment des textes mentionnant son nom et conservés aux archives de Masevaux.

Cette abbaye est mentionnée pour la première fois au temps de Charlemagne où, en 780, un moine nommé Adam reçut en salaire pour la copie d'un ouvrage l’abbaye de Masevaux (coenobium Masunvilare)[13].

En 1793, la commune s'appelait Oberburbach, puis Burbach-le-Haut en 1801[14]. La paroisse de Bourbach a été créée en 1804.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Bourbach-le-Haut

Les armes de Bourbach-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'argent à la cognée de gueules en bande posée en sautoir sur une scie de bûcheron de même en barre soutenues par deux coupeaux de sinople mouvants de la pointe. »[15]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 482 000 , soit 1 119  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 439 000 , soit 1 019  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 553 000 , soit 1 282  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 465 000 , soit 1 078  par habitant ;
  • endettement : 96 000 , soit 1 078  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,66 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 12,21 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 147,44 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? François Haan    
mars 2001 2008 Vincent Bilger    
mars 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Joël Mansuy [17]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 418 habitants[Note 3], en augmentation de 1,46 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355412409457481525500531547
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
498492531526535499506504521
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
501525487442422399359287252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
216183187231257324408421420
2018 - - - - - - - -
418--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel.
  • L'église Saint-Michel (1822)[22],[23] et son orgue de 1910[24].
  • Monuments commémoratifs[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. a et b Page « Géographie et population », site de Bourbach-le-Haut, consultée le 23 septembre 2011.
  3. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  12. Annales des mines ou Recueil de mémoires sur l'exploitation des mines et sur les sciences et les arts qui s'y rattachent : Volume 13 : Pierre-Borne
  13. Page « Un peu d'histoire », site de Bourbach-le-Haut, consultée le 23 septembre 2011 et, parait-il, à suivre.
  14. "Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin comprenant les noms de lieu anciens et modernes"
  15. Archives Départementales du Haut-Rhin
  16. Les comptes de la commune
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « église paroissiale Saint-Michel », notice no IA68003224, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Soutien de la Fondation diu patrimoine à la restauration de l'église
  24. Construction d'un orgue neuf par Martin et Joseph Rinkenbach (instrument actuel)
  25. Monument aux Morts, Monument commémoratif des 2e et 4e bataillons de choc et des commandos
  26. [1]Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération