Fellering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Haut-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Fellering
La principale artère du village et l'église.
La principale artère du village et l'église.
Blason de Fellering
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Cernay
Intercommunalité C.C. de la Vallée de Saint-Amarin
Maire
Mandat
Annick Lutenbacher
2014-2020
Code postal 68470
Code commune 68089
Démographie
Population
municipale
1 682 hab. (2013)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 49″ Nord 6° 59′ 14″ Est / 47.8969, 6.9872
Altitude Min. 426 m – Max. 1 265 m
Superficie 21,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Fellering

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Fellering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fellering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fellering

Fellering est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Felleringeois ou les Fellerinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité occupe une position remarquable de la vallée de la Thur, au carrefour de deux axes de circulation, le principal étant matérialisé par la nationale 66 qui relie Mulhouse au Sud vosgien, le secondaire remontant vers Oderen, Kruth et la route des Crêtes.

C'est une des 188 communes[1] du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fellering a été la seule commune de la haute vallée de la Thur où coexistaient une église (L'église catholique actuelle a été construite entre 1878 et 1880, un temple (en 1912) et une synagogue (en 1855, dans une dépendance de la maison Schick)[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Les premières mentions de la commune remontent à 973[4]. Le nom de Fellering viendrait de l'allemand Feld (champs) et -ingen (suffixe désignant une fondation créée par un clan) ou umringt (entouré de). Toutefois selon une autre thèse, soutenue notamment par M. Robert Hartmann, il ne faudrait pas s’arrêter sur la forme la plus récente, mais au contraire sur la plus ancienne. L’étude des noms des lieux-dits de la haute vallée de la Thur prouve que de nombreux lieux-dits portent des noms d’origine celtique, latine ou de vieux français : on peut citer comme exemples Schalm, Batschina, Vorgott, Treh (qu’on écrivait Tréé jusque vers les années 1870). L’appellation courante du village, Fallri ou Fallery, qui a subsisté à travers les siècles, en semble la meilleure preuve. Ce nom, qui dérive tout droit du vieux français Faylan, issu de Fay ou Fahi, et constitue une ancienne dénomination du hêtre, subsiste dans de nombreux endroits des Vosges et du Territoire de Belfort. Faylan signifierait alors « la montagne portant des forêts de hêtres ».
  • Veldelingen (1357), Velldringen (1550), Felleringes (1793)[5], Felleringen (1801)[5]. Falleri en alsacien.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Fellering

Les armes de Fellering se blasonnent ainsi :
« Ecartelé, au premier de gueules à la bande d'argent chargée de trois cloches de vair, au deuxième d'or à trois sapins sur un mont, le tout de sinople, au troisième d'argent au lévrier de sable, colleté et bouclé de gueules, au quatrième d'azur au héron d'argent debout sur une terrasse de sable. »[6]

Les armes sont celles de la famille Stoer, éteinte au XVe siècle, les sapins évoquent la forêt communale, le lévrier est le symbole de l’abbaye de Murbach et le héron rappelle la présence de cet échassier dans les tourbières de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1902 1919 Sylvère Haller    
1919 1920 Édouard Discher    
1920 1922 Frédéric Stadelmann    
1922 1943 Léon Robischung    
1943 1945 J. Margreither    
1945 1946 Louis Tschaen    
1946 1959 René Walter    
1959 1963 Alfred Armbruster    
1963 1965 René Walter    
1965 1977 Marcel Gully    
1977 1994 Pierre Sutter   Médecin
1994 1995 Georges Wittner    
1995 2001 Bernard Arnold    
mars 2001 en cours Annick Lutenbacher UMP Assistante technique
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[7] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 094 000 €, soit 623 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 916 000 €, soit 521 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 167 000 €, soit 95 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 268 000 €, soit 153 € par habitant.
  • endettement : 431 000 €, soit 245 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,71 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 14,94 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 60,28 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 682 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 123 1 421 1 329 1 591 1 645 1 708 1 724 1 841 2 006
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 979 1 882 1 817 1 678 1 585 1 506 1 510 1 498 1 597
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 634 1 670 1 619 1 559 1 554 1 486 1 426 1 414 1 424
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010 2013
1 401 1 343 1 454 1 501 1 548 1 649 1 712 1 716 1 682
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine.
La mairie de Fellering.
Borne frontière Alsace-lorraine.
Église paroissiale Saint-Antoine-abbé 
L'église catholique actuelle a été construite entre 1878 et 1880, date de son inauguration[9]. Elle est ornée de 14 fresques de Charles Limido. Un orgue Callinet a été remplacé en 1948 par un nouvel orgue de Edmond Alexandre Roethinger, dont l'entreprise familiale était basée à Schiltigheim (Bas-Rhin)[10].
Presbytère 
reconstruit par l'architecte Poisat de 1840 à 1844[11]
Temple de calvinistes et l'église protestante réformée de Fellering 
construit en 1911[12],[13],[14],[15],[16], et son orgue de 1912[17],[18],[19].
Cimetière communal 
établi en 1812, puis agrandi[20].
Usine textile 
L'usine textile de Husseren-Wesserling, voisine de Fellering, comporte des bâtiments sur le territoire de Fellering[21].
École primaire 
de 1840[22].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune est adhérente au Parc naturel régional des Ballons des Vosges[23].

Lac de la Lauch.

La montagne proche attire nombre de marcheurs, mais ce sont les deux sites de parapente du Markstein (un des plus importants d'Europe) et du Drumont qui attirent le plus grand nombre de parapentistes et de spectateurs. Les deux décollages sont situés de part et d'autre du village, créant une animation permanente et multicolore dans le ciel et à l'atterrissage en bordure des maisons.
Les randonnées sont possibles dans la Réserve naturelle nationale du Massif du Grand Ventron, refuge du Grand Tétras et du lynx dans le massif vosgien.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3ème Charte 2012 - 2024
  2. Synagogue de Fellerring
  3. « La vallée de Saint-Amarin » Gilles Sifferlen (1909); « Fellering, Fallri unser Dorf. Notre village, son histoire » Mémoire de vies, 2008; « Le val de Saint-Amarin » (1994). « Le patrimoine des communes du Haut-Rhin » Flohic Éditions (1998).
  4. Fellering, sur le site "Alsace infos"
  5. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Archives Départementales du Haut-Rhin
  7. Les comptes de la commune de Fellering
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  9. « église paroissiale Saint-Antoine-abbé », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Inventaire de l'orgue
  11. « Presbytère », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. L’église protestante réformée de Fellering
  13. Fellering, paroisse réformée de Thann-Fellering
  14. « temple de calvinistes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. L’église protestante réformée de Fellering
  16. Le soutien de la Fondation du patrimoine à la restauration du temple réformé
  17. « Notice no IM68006305 », base Palissy, ministère français de la Cultureorgue de 1912
  18. Inventaire de l'orgue
  19. Fellering, Orgue Walcker de l'église protestante, 1912
  20. « Cimetière communal », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « L'usine textile », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « école primaire », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Nature et environnement
  24. Aspects de la présence juive dans la Vallée de la Thur
  25. Les israélites d'Alsace-Lorraine et la France. Allocution prononcée par le rabbin Dr B. Meyer au temple israélite de Felleringen à l'occasion de la Fête Nationale