Fellering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fellering
Fellering
La principale artère du village et l'église.
Blason de Fellering
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin
Maire
Mandat
Nadine Spetz
2020-2026
Code postal 68470
Code commune 68089
Démographie
Population
municipale
1 601 hab. (2019 en diminution de 4,82 % par rapport à 2013)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 49″ nord, 6° 59′ 14″ est
Altitude Min. 426 m
Max. 1 265 m
Superficie 21,29 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Amarin
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Cernay
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Fellering
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Fellering
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fellering
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fellering

Fellering est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Felleringeois ou les Fellerinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Au cœur du Massif des Vosges, la localité, située de 430 à 1 265 mètres d'altitude, occupe une position remarquable de la vallée de la Thur, au carrefour de deux axes de circulation, le principal étant matérialisé par la nationale 66 qui relie Mulhouse au Sud-Est vosgien, le secondaire remontant vers Oderen, Kruth, Wildenstein et la route des Crêtes[réf. nécessaire].

La crête nord-ouest de la commune marque la frontière à la Lorraine.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fellering est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Amarin, une agglomération intra-départementale regroupant neuf communes[5] et 9 923 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

La commune est en outre située hors attraction des villes[pas clair][8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (72,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (7,3 %), prairies (4,9 %), zones urbanisées (4,8 %), zones humides intérieures (0,5 %), eaux continentales[Note 2] (0,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fellering a été la seule commune de la haute vallée de la Thur où coexistaient une église (l'église catholique actuelle a été construite entre 1878 et 1880), un temple (en 1912) et une synagogue (en 1855, dans une dépendance de la maison Schick)[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de la commune remontent à 973[14]. Le nom de Fellering viendrait de l'allemand Feld (champs) et -ingen (suffixe désignant une fondation créée par un clan) ou umringt (entouré de). Toutefois selon une autre thèse, soutenue notamment par M. Robert Hartmann, il ne faudrait pas s’arrêter sur la forme la plus récente, mais au contraire sur la plus ancienne. L’étude des noms des lieux-dits de la haute vallée de la Thur prouve que de nombreux lieux-dits portent des noms d’origine celtique, latine ou de vieux français : on peut citer comme exemples Schalm, Batschina, Vorgott, Treh (qu’on écrivait Tréé jusque vers les années 1870). L’appellation courante du village, Fallri ou Fallery, qui a subsisté à travers les siècles, en semble la meilleure preuve. Ce nom, qui dérive tout droit du vieux français Faylan, issu de Fay ou Fahi, et constitue une ancienne dénomination du hêtre, subsiste dans de nombreux endroits des Vosges et du Territoire de Belfort. Faylan signifierait alors « la montagne portant des forêts de hêtres ».

Veldelingen (1357), Velldringen (1550), Felleringes (1793)[15], Felleringen (1801)[15]. Falleri en alsacien.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Fellering

Les armes de Fellering se blasonnent ainsi :
« Ecartelé, au premier de gueules à la bande d'argent chargée de trois cloches de vair, au deuxième d'or à trois sapins sur un mont, le tout de sinople, au troisième d'argent au lévrier de sable, colleté et bouclé de gueules, au quatrième d'azur au héron d'argent debout sur une terrasse de sable.[16] »


Les armes sont celles de la famille Stoer, éteinte au XVe siècle, les sapins évoquent la forêt communale, le lévrier est le symbole de l’abbaye de Murbach et le héron rappelle la présence de cet échassier dans les tourbières de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1959 René Walter    
1959 1963 Alfred Armbruster    
1963 1965 René Walter    
1965 1977 Marcel Gully    
1977 1994 Pierre Sutter   Médecin
1994 1995 Georges Wittner    
1995 2001 Bernard Arnold    
2001 mai 2020 Annick Lutenbacher Union D. Assistante technique
mai 2020 En cours Nadine Spetz [17]   ATSEM
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[18] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 132 000 , soit 651  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 055 000 , soit 607  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 869 000 , soit 500  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 965 000 , soit 555  par habitant ;
  • endettement : 394 000 , soit 226  par habitant,

avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 13,71 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 14,94 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 60,28 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2019, la commune comptait 1 601 habitants[Note 3], en diminution de 4,82 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 1231 4211 3291 5911 6451 7081 7241 8412 006
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 9791 8821 8171 6781 5851 5061 5101 4981 597
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 6341 6701 6191 5591 5541 4861 4261 4141 424
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
1 4011 3431 4541 5011 5481 6491 6741 7161 636
2019 - - - - - - - -
1 601--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine.
La mairie de Fellering.
Borne frontière Alsace-Lorraine.
Église paroissiale Saint-Antoine-abbé
L'église catholique actuelle a été construite entre 1878 et 1880, date de son inauguration[22]. Elle est ornée de 14 fresques de Charles Limido. Un orgue Callinet a été remplacé en 1948 par un nouvel orgue de Edmond Alexandre Roethinger, dont l'entreprise familiale était basée à Schiltigheim (Bas-Rhin)[23].
Presbytère
reconstruit par l'architecte Poisat de 1840 à 1844[24].
Temple de calvinistes et l'église protestante réformée de Fellering
construit en 1911[25],[26],[27],[28],[29], et son orgue de 1912[30],[31],[32].
Cimetière communal
établi en 1812, puis agrandi[33].
Usine textile
L'usine textile de Husseren-Wesserling, voisine de Fellering, comporte des bâtiments sur le territoire de Fellering[34].
École primaire
de 1840[35].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune est adhérente au parc naturel régional des Ballons des Vosges[36].

Lac de la Lauch.

La montagne proche attire nombre de marcheurs, mais ce sont les deux sites de parapente du Markstein (un des plus importants d'Europe) et du Drumont qui attirent le plus grand nombre de parapentistes et de spectateurs. Les deux décollages sont situés de part et d'autre du village, créant une animation permanente et multicolore dans le ciel et à l'atterrissage en bordure des maisons.
Les randonnées sont possibles dans la réserve naturelle nationale du massif du Ventron, refuge du Grand Tétras et du lynx dans le massif vosgien.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saint-Amarin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Synagogue de Fellerring
  13. « La vallée de Saint-Amarin » Gilles Sifferlen (1909); « Fellering, Fallri unser Dorf. Notre village, son histoire » Mémoire de vies, 2008; « Le val de Saint-Amarin » (1994). « Le patrimoine des communes du Haut-Rhin » Flohic Éditions (1998).
  14. Fellering, sur le site "Alsace infos"
  15. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Archives Départementales du Haut-Rhin.
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. Les comptes de la commune de Fellering
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. « église paroissiale Saint-Antoine-abbé », notice no IA68003072, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Inventaire de l'orgue
  24. « Presbytère », notice no IA68003076, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. L’église protestante réformée de Fellering
  26. Fellering, paroisse réformée de Thann-Fellering
  27. « temple de calvinistes », notice no IA68003073, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. L’église protestante réformée de Fellering
  29. Le soutien de la Fondation du patrimoine à la restauration du temple réformé
  30. Notice no IM68006305, base Palissy, ministère français de la Cultureorgue de 1912
  31. Inventaire de l'orgue
  32. Fellering, Orgue Walcker de l'église protestante, 1912
  33. « Cimetière communal », notice no IA68003074, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « L'usine textile », notice no IA68003082, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « école primaire », notice no IA68003075, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Nature et environnement
  37. Aspects de la présence juive dans la Vallée de la Thur
  38. Les israélites d'Alsace-Lorraine et la France. Allocution prononcée par le rabbin Dr B. Meyer au temple israélite de Felleringen à l'occasion de la Fête Nationale