Sickert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sickert (homonymie).
image illustrant une commune du Haut-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sickert
La mairie-école.
La mairie-école.
Blason de Sickert
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Masevaux
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
Maire
Mandat
Roger Gaugler
2014-2020
Code postal 68290
Code commune 68308
Démographie
Population
municipale
322 hab. (2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 05″ Nord, 6° 58′ 47″ Est
Altitude Min. 409 m – Max. 900 m
Superficie 5,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Sickert

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Sickert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sickert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sickert

Sickert est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Sickertois et les Sickertoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sickert est située dans la vallée de la Doller, après Masevaux, en montant vers le Ballon d'Alsace.

C'est une des 188 communes[1] du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de « Sickhert » apparaît pour la première fois dans les archives en 1482. Le village dépendait alors de la seigneurie de Masevaux jusqu'à la Révolution[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Sickert

Les armes de Sickert se blasonnent ainsi :
« De sinople à la chapelle du lieu d'argent couverte de gueules, le clocher à senestre, dans le canton dextre du chef, d'or à deux cerises de gueules tigées et feuillées de sinople. »[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 239 000 €, soit 708 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 157 000 €, soit 464 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 254 000 €, soit 752 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 194 000 €, soit 573 € par habitant ;
  • endettement : 510 000 €, soit 1 508 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 9,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 74,90 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,12 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1983 Louis Zimmermann   Fondateur du journal L'Alsace
         
mars 2001 en cours Roger Gaugler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 322 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
242 283 232 251 286 327 296 326 352
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
337 340 321 352 291 292 290 292 309
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311 278 299 284 278 275 242 252 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
239 254 249 311 308 317 328 325 331
2013 - - - - - - - -
322 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Vierge-Auxiliatrice.
  • L'église de la Vierge-Auxiliatrice[7]. À l'intérieur de la chapelle se trouve une statue de style baroque de Saint Séverin, elle date de 1716 et est en bois polychrome. Elle a été restaurée en 1983 par l'artiste peintre Louis Wiederkehr de Soultz[8]. La chapelle, consacrée à Marie-Auxiliatrice et achevée en 1966, a été construite bénévolement par les habitants. Les bénévoles venaient œuvrer à ce chantier de rénovation, dirigé par Léon Reitzer, dont la première pierre a été posée le 3 juin 1963.
  • La KützaKàpalala, « la chapelle du hibou », abrite une statue de la vierge Marie[9] .
  • Demeure construite pour l'industriel Warnod-Oswald[10].
  • Croix de chemin[11].
  • Monument aux morts[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Léon Reitzer a participé à la construction de l'église et a également mis en place un système de mécanisation pour faire sonner les cloches - aujourd'hui remplacé par un système électronique récent. C'est aussi lui qui a placé la représentation de la terre tout en haut du clocher. On peut encore la voir actuellement. [réf. nécessaire]

Activités[modifier | modifier le code]

Les armoiries évoquent, outre la chapelle consacrée à Marie Auxiliatrice, la culture de cerisiers particulièrement pratiquée à Sickert.

Au XIXe siècle, Sickert est une bourgade de tisserands et d’agriculteurs[13].

L'accueil touristique est aujourd'hui favorisé grâce aux nombreuses boucles de randonnées[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]