Saint-Martin-de-Seignanx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin et Seignanx.
Ne doit pas être confondu avec Saint-André-de-Seignanx.

Saint-Martin-de-Seignanx
Saint-Martin-de-Seignanx
Mairie de Saint-Martin-de-Seignanx.
Image illustrative de l’article Saint-Martin-de-Seignanx
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Canton Seignanx
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Seignanx
(siège)
Maire
Mandat
Isabelle Azpeïtia
2017-2020
Code postal 40390
Code commune 40273
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
5 264 hab. (2015 en augmentation de 8,25 % par rapport à 2010)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 38″ nord, 1° 23′ 09″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 72 m
Superficie 45,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Seignanx

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Seignanx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Seignanx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Seignanx
Liens
Site web saintmartindeseignanx.fr

Saint-Martin-de-Seignanx (en occitan-gascon : Sent Martin de Senhans[1]) est une commune française, située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

La commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne. Chef-lieu de canton, elle abrite le siège de la communauté de communes du Seignanx. Celle-ci reprend la terminologie « Seignanx » qui est le nom d'une ancienne baronnie au sud-ouest du département des Landes. La commune fait partie des villes françaises ayant changé de nom au cours de la Révolution : son nom était alors Montagne-Seignanx.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est situé dans le sud du département des Landes, limitrophe avec le département des Pyrénées-Atlantiques. L'Adour constitue la frontière sud du territoire communal ; la commune est d’ailleurs polarisée, pour une partie de son activité, vers les Pyrénées-Atlantiques : en effet, la commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne et son unité urbaine.

On peut schématiquement distinguer deux zones naturelles bien distinctes sur le territoire communal : les barthes (zones humides au bord de l'Adour), au sud, et le Séqué (terre haute), plus au nord. Cette configuration offre une certaine diversité de paysages, à moins de dix minutes de l'océan Atlantique (plages d'Ondres et de Tarnos). Les barthes représentent une étape migratoire importante pour une multitude d'oiseaux d'eau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-de-Seignanx[2]
Labenne Saint-André-de-Seignanx
Ondres Saint-Martin-de-Seignanx Saint-Barthélemy
Tarnos Lahonce
(Pyrénées-Atlantiques)
Urcuit
(Pyrénées-Atlantiques)

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La carte topographique laisse apparaître une uniformité en termes de relief du territoire communal : en effet, son altitude est comprise entre 0 mètre et 72 mètres. L'ensemble du territoire communal se situe donc quasiment au niveau de la mer. Il repose sur des couches géologiques récentes : Éocène, Miocène et alluvions quaternaires au niveau du lit de l'Adour[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue de l'Adour à Saint-Martin-de-Seignanx.

Outre sa grande proximité avec l'océan (situé à environ dix kilomètres), la commune entretient un rapport particulier à l'eau de par le grand nombre de cours d'eau et d'étangs[4] situés sur son territoire ; pour les cours d'eau, on peut notamment citer l'Adour[5] qui constitue la frontière sud du territoire communal, le Boudigau qui traverse le territoire communal[6] (ce petit cours d'eau d'environ 25 km constitue l'émissaire du marais d'Orx), l'Anguillère[7] (appelé localement « Palibe ») ou encore le canal de Moussehouns[8] (qui conflue dans le Boudigau) et un de ses petits affluents, le ruisseau de Cante Graouille[9].

Concernant les étangs, nombreux sur le territoire communal, on peut citer en particulier l’étang de Puntet[Note 1] mais surtout celui d'Yrieux, plan d'eau artificiel d'une superficie de 67 ha, appartenant à des particuliers. Des parcelles en berge d'étang appartiennent au conservatoire du littoral depuis 1993[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Saint-Martin-de-Seignanx est océanique, c’est-à-dire que les hivers y sont généralement doux et pluvieux et les étés relativement frais et humides ; le maximum de précipitations se produit durant la période hivernale.

Les relevés météorologiques officiels les plus proches de la ville semblent être réalisés à Saint-Martin-de-Hinx, dans les Landes. Saint-Martin-de-Hinx est à 10,6 km à vol d'oiseau de Saint-Martin-de-Seignanx[11].

Relevés météorologiques de Saint-Martin-de-Hinx de 1948 à 1999
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 3,4 4,8 6,7 10,1 12,8 14,8 14,9 13 9,5 5,6 3,8 8,5
Température maximale moyenne (°C) 11,4 12,9 15,4 17,1 20,8 23,6 26 26,1 24,2 20 14,6 11,8 18,6
Précipitations (mm) 134,6 120,7 101,8 114,8 103 84,8 62,9 95,7 127,4 138,5 167 160,2 1 411,4
Nombre de jours avec précipitations 15,3 13,7 14 15,2 14,2 12,4 10,4 12,4 13 13,6 14,9 15 164,1
Source : SOPHY - Banque de données botaniques et écologiques (1948-1999). Consulté le 26 juillet 2012.
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11,4
3
134,6
 
 
 
12,9
3,4
120,7
 
 
 
15,4
4,8
101,8
 
 
 
17,1
6,7
114,8
 
 
 
20,8
10,1
103
 
 
 
23,6
12,8
84,8
 
 
 
26
14,8
62,9
 
 
 
26,1
14,9
95,7
 
 
 
24,2
13
127,4
 
 
 
20
9,5
138,5
 
 
 
14,6
5,6
167
 
 
 
11,8
3,8
160,2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la ville, sur la RD 126.
Vue d'un des deux quais de la halte ferroviaire d'Ondres.

Routes et autoroutes[modifier | modifier le code]

Le tracé de l'autoroute A63 effleure le territoire communal à l'ouest. La RD 817 (ex route nationale 117) traverse le territoire communal (au km 283) dans sa section reliant Orthez à Bayonne. Enfin, un certain nombre de routes départementales traversent Saint-Martin-de-Seignanx, en particulier la RD 26 (ou « route Océane ») qui permet de rallier Ondres (et donc l'océan) ou encore la RD 126 (ou « route de l'Adour ») qui permet de rallier les bords de l’Adour.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Si la commune n'a pas de gare, les gares de Labenne et d'Ondres situées à quelques kilomètres permettent d'emprunter la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Irun. Pour une offre plus importante, la gare de Bayonne permet en particulier de rallier Toulouse.

Saint-Martin-de-Seignanx est concernée[12] par le projet ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique qui rencontre une certaine opposition dans la région, à Saint-Martin-de-Seignanx notamment[13].

Autobus[modifier | modifier le code]

La Régie des Transports Landais dessert la ville de Saint-Martin-de-Seignanx, la ligne 26 du réseau XL'R traversant le territoire communal pour rejoindre Bayonne. De plus une desserte de la commune par le réseau Chronoplus est à l'étude.

Pendant la période estivale un réseau de navette dessert Saint-Martin-de-Seignanx reliant le village à la plage d'Ondres.

Enfin, une ligne spéciale "bus des fêtes", circulant tant la nuit qu'en journée, est assurée durant les fêtes de Bayonne.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Biarritz-Pays basque est distant d'environ 20 km de la ville.

Lieudits et hameaux[modifier | modifier le code]

Cinq quartiers composent la commune de Saint-Martin-de-Seignanx[14] :

  • Irieux ;
  • le Bitdaouguen ;
  • le Moulin de Puintet (Moulin de Puntet sur les cartes IGN) ;
  • Arvigne ;
  • Sorsoube et Mongay.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Une des spécificités morphologiques de Saint-Martin-de-Seignanx est son double centre-ville : le plus ancien d'abord (où se trouvent la mairie et l’église Saint-Martin), le « Vieux-Bourg » ; le plus récent, le « Bourg-Neuf » (situé plus au sud) est également appelé « Quartier Neuf ».

Logements[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 940[15]. Parmi ces logements, 91,2 % étaient des résidences principales, 4,5 % des résidences secondaires et 4,3 % des logements vacants.

Ces logements étaient pour 79,6 % d'entre eux, des maisons individuelles et pour 20,2 % des appartements. La proportion des résidences principales propriétés de leurs occupants était de 75,9 %[15].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Depuis le , la communauté de communes du Seignanx (à laquelle appartient Saint-Martin-de-Seignanx) s'est dotée d'un programme local de l'habitat (PLH)[16] ; en 2012, la communauté est en phase d’élaboration de son troisième PLH. Le programme d’actions du PLH vise essentiellement en la maîtrise du montant moyen local des loyers, en la participation à des programmes de construction ou encore au développement d'incitation à la rénovation de logements.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La famille de Saint-Martin aurait obtenu la dîme de la paroisse du « Pays de Seignanx » en 745 par décision du pape Grégoire III[s 1] : cela constitue la principale hypothèse concernant l'origine de « Saint-Martin » dans le toponyme. Concernant « Seignanx », il semblerait que le radical seign signifie marais en gascon (sanha en occitan), radical auquel est adjoint le suffixe locatif -anx. Il nous faut préciser que si le Pays du Seignanx semble avoir été hors-eaux depuis très longtemps, il faisait face à l'ancien delta marécageux de l'Adour et au marais d'Orx, asséché partiellement en 1864. Ernest Nègre expose des variantes d'écriture de « Seignanx »[17] : Seyngans en 1242 ou Seignians en 1253. Surtout, il émet l'hypothèse que l'origine de « Seignanx » est un nom propre en latin, Sinnianus ou Sinnius faisant référence à Sinnius Capiton, grammairien romain du IIe siècle av. J.-C. Jean-Pierre Bost suggère de son côté une hypothèse en lien avec la tribu des Cocosates, appelée sexsignani par les Romains, terme qui aurait évolué en signani[1].

Son nom occitan gascon est Sent Martin de Senhans[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Carte de la Novempopulanie mettant en évidence le peuple Tarbelli (vertical sur la carte), ex-tribu des Tarbelles.

Il semble qu’à l’arrivée des Romains, la zone correspondant à l’actuel département des Landes, dans sa partie sud, ait été occupée par la tribu des Tarbelles[19]. À la suite de l’occupation romaine, la zone en question fera partie de la peuplade Tarbelli, un des neuf peuples de la Novempopulanie (ou Aquitania novempopulana).

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Il semble avéré que la famille de Saint-Martin ait obtenu la dîme de la paroisse du « Pays de Seignanx » en 745 par décision du pape Grégoire III[s 1] ; cela constitue d'ailleurs une hypothèse sur l'origine du toponyme selon Léon Lafourcade. Aux XIIe siècle et XIIIe siècle, la famille Saint-Martin semble dépossédée de ses dépendances lors de l'occupation anglaise, en punition de l’allégeance de la famille au roi de France[s 2] ; toutefois, la famille retrouve la possession de ce territoire après l'occupation anglaise. Durant celle-ci la région semble avoir été sous la tutelle de la maison d'Albret. Il faut remonter jusqu'en 1605 pour trouver une trace d'un descendant de la famille de Saint-Martin et occupant effectivement le château de Saint-Martin : il s'agit de Bertrand de Saint-Martin, seigneur du Pays de Seignanx[s 2] mais également vicomte de Biscarrosse et baron de Capbreton.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Fin 1790, une assemblée générale réunit tous les électeurs du canton[s 3],[Note 2] pour désigner les grand électeurs devant se rendre à Mont-de-Marsan pour la désignation des représentants départementaux : pour le village de Saint-Martin-de Seignanx, furent désigner le curé du village nommé Vidart et un dénommé Forestier[s 3]. Le curé Vidart, présent dans la commune depuis 1770 est mentionné comme « déporté » dans les registres, dès 1791[s 4].

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta (à partir de 1793), le nom révolutionnaire officiel de Montagne-Seignanx[20] ou Montagne-de-Seignanx[s 5]. La proposition du changement de nom semble émaner du citoyen Lonchant[s 5] ; à la suite de la décision de renommage prise par la municipalité, une grande fête aurait eu lieu, durant laquelle un certain nombre de documents relatifs à l'Ancien Régime auraient été brûlés[s 5],

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Jusqu'à 1857, Saint-Esprit, aujourd'hui quartier de Bayonne, était une commune des Landes et chef-lieu de canton landais dont dépendait Saint-Martin-de-Seignanx. À la suite de son adjonction aux Pyrénées Atlantiques, Saint-Martin-de-Seignanx devient chef-lieu de canton[21].

Les deux conflits mondiaux du XXe siècle firent au total cent-quinze victimes issues de la commune[22] : 102 pour le premier conflit mondial et 13 pour le second ; à noter que trois noms relatifs à la guerre d'Algérie sont également inscrits sur le monument aux morts.

Voir la catégorie : Gemmage.

Après la Seconde Guerre mondiale, les Landes et Saint-Martin-de-Seignanx en particulier, basculent fortement à gauche, au cours des différents scrutins ; le vote communiste est particulièrement important dans le canton de Saint-Martin-de-Seignanx, où une tradition de mobilisation en termes de lutte sociale existe (comme dans le reste des Landes), en particulier chez les résiniers[23].

Claude Lévi-Strauss avant son départ pour le Brésil qui déterminera sa carrière de scientifique, a d'abord songé à une carrière politique. Après l'obtention de l'agrégation de philosophie, il est nommé professeur au lycée Victor-Duruy de Mont-de-Marsan[24] ; il est parallèlement candidat aux cantonales de 1933 dans les Landes[24]. Sa vocation politique sera annihilée par un accident de la route dans la région, alors qu’il était en compagnie de Pierre Dreyfus[25]. Interrompant cette « carrière politique » en devenir, Claude Lévi-Strauss n'aura finalement fait qu'une seule réunion politique en tant que candidat aux cantonales : en mars 1933, à Saint-Martin-de-Seignanx, à l'occasion de l'inauguration d'une des écoles, il prononce un discours intitulé Vers une culture nouvelle : socialisme et laïcité[26].

Le , Ibon Fernandez de Iradi, alias « susper », l'un des chefs présumés de la branche militaire de l'ETA, est arrêté à Saint-Martin-de-Seignanx. Dans la nuit du 21 au 22, il s'évade du commissariat de Bayonne où il était en garde à vue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Dax du département des Landes. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la deuxième circonscription des Landes.

Elle faisait partie de 1793 à 1858 du canton de Saint Esprit, année où elle devient le chef-lieu du canton de Saint-Martin-de-Seignanx[20]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton disparait la commune devient le bureau centralisateur du nouveau canton du Seignanx.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est le siège de la communauté de communes du Seignanx, créée fin 1993.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le vote à Saint-Martin-de-Seignanx favorise le plus souvent la gauche. Cette tendance semble confirmée par la plupart des consultations électorales récentes, locales et nationales.

Aux second tour de l'élections municipales de 2008, la participation a été de 78,8 %[27] : la liste de Christine Dardy a obtenu 1 061 voix (soit 38,15 %) des suffrages exprimés, la liste de Denis Sève a obtenu 1 020 voix (36,68 %) et la liste de Martine Hontabat, 700 voix soit 25,17 % des suffrages exprimés. À la suite de l’élection, Denis Sève a déposé auprès du tribunal administratif un recours en annulation pour irrégularité[28]. Ce recours a été rejeté en première instance ; Christine Dardy a qualifié « les accusations portées à sa liste majoritaire et au personnel communal » de « gravissimes et infondées »[29].

À l'élection présidentielle française de 2012, le premier tour voit François Hollande (PS) arriver en tête avec 33,04 % des suffrages exprimés, suivi de Nicolas Sarkozy (UMP) crédité de 22,34 % ; la participation a été de 84,22 %[30]. Au second tour, François Hollande obtient 57,26 % des suffrages contre 42,74 % pour Nicolas Sarkozy (la participation a été de 86,31 %). Au second tour de l'élection présidentielle de 2002[31], les électeurs ont voté à 88,03 % pour Jacques Chirac (RPR) et à 11,97 % pour Jean-Marie Le Pen (FN), avec une participation de 84,33 % ; Le premier tour avait vu Lionel Jospin (PS) parvenir en tête avec 21,05 % pour une participation de 75,17 %. Celle-ci est bien supérieure au premier tour de l'élection présidentielle de 2007[32] : 91,25 % de participation : Ségolène Royal (PS) obtient 29,74 % suivie de Nicolas Sarkozy avec 26,17 % ; au second tour, Ségolène Royal obtient 53,48 % contre 46,52 % (95,82 % de participation).

L’élection municipale de 2014 s’est jouée au premier tour avec l’arrivée en tête de la liste menée par Lionel Causse recueillant 1 557 voix, soit 58,55% des suffrages exprimés, cette liste étant un rassemblement entre certains proche du Parti socialiste rattachés lors de l’élection de 2008 à Martine Hontabat et l’association Demain Saint Martin, regroupant membres de l’UMP, de l’UDI et simples citoyens, représentée lors de la dernière élection par Denis Seve.

La deuxième liste Vivre Ensemble Saint Martin (DVG et PC) menée par Christine Dardy a obtenu 1 102 voixsoit 41,44% des suffrages exprimés. La participation a été de 72,23 %[33].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la population de la commune, son conseil municipal compte lors des élections municipales de 2014 vingt-sept conseillers dont le maire et ses adjoints[33].

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal de la commune, à la suite des élections municipales de 2014[33] :

Groupe Président Effectif Statut
Saint-Martin, Une nouvelle ambition
Lionel Causse
22
majorité divers (UMP, UDI, PS)
Vivre ensemble Saint-Martin
Julien Fichot
5
opposition citoyenne

Le [34], à la suite de l'élection Lionel Causse comme député des Landes, Isabelle Azpeïta a été élue maire par le conseil municipal par 15 voix, 7 blancs et 5 voix pour le second candidat, Julien Fichot. Cette élection a fait suite à de nombreux conflits, divisions et menaces de démissions au sein de la liste majoritaire de rassemblement. Elle entraînera la démission du premier adjoint, Jean Michel Gracia, apparenté PS et l'élection à sa place de Francis Geraudie ex-candidat UMP et UDI. Cette élection ne met pas fin aux tensions constatées dans la liste majoritaire, puisque cinq élus de celle-ci démissionnent en mars 2018, déclarant contester le « fonctionnement du nouvel exécutif tel qu’il leur a été imposé depuis neuf mois »[35],[36].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Six maires se sont succédé depuis 1944.

Liste des maires depuis 1944[s 6]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Pierre Desperges    
1947 1977 Léon Lafourcade Radical Conseiller général de Saint-Martin-de-Seignanx
(1958→ 1964)
mars 1977 mars 2001 Jean-Louis Rouet PRG  
mars 2001 mars 2014 Christine Dardy PRG Agricultrice
mars 2014[33] juillet 2017 Lionel Causse PS
puis SE[37]
puis LREM
Cadre bancaire
Conseiller général de Saint-Martin-de-Seignanx
(2008 → 2015)
Député des Landes (2e circ.) (2017 → )
Démissionnaire à la suite de son élection comme député
juillet 2017[34] en cours
(au 14 mai 2018)
Isabelle Azpeïtia    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Appartenant au syndicat intercommunal (Sitcom) Côte Sud des Landes, la commune de Saint-Martin-de-Seignanx participe à la gestion et au fonctionnement de vingt-deux déchèteries communautaires, dont une située sur le territoire communal[38].

Protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Près de sept kilomètres des barthes de l'Adour se trouvent sur le territoire communal où le CPIE[C'est-à-dire ?] Seignanx et Adour gère la réserve naturelle de Lesgau (dédiée plus spécialement aux oiseaux migrateurs) et le jardin des sens (orienté vers la sensibilisation aux enjeux de l’environnement)[réf. nécessaire].

Prévention des inondations[modifier | modifier le code]

La proximité immédiate de l’Adour soumet une partie du territoire communal au risque de crues : la commune est donc particulièrement intéressée par le service de prévision des crues du système VigiCrues du ministère de l’écologie pour son analyse temps-réel du risque pour l'Adour[Note 3] et en particulier, par les relevés effectués à Urt[Note 4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Place Oyón-Oion (place de la mairie) à Saint-Martin-de-Seignanx.

Au , Saint-Martin-de-Seignanx est jumelée avec Oyón-Oion (Espagne)[39]. Ce jumelage existe depuis 1999.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le gentilé de la commune est Saint-Martinois[40].

En 2009, Saint-Martin-de-Seignanx comptait 4 724 habitants (soit une augmentation de 21 % par rapport à 1999). La commune occupait le 2 129e rang au niveau national, alors qu'elle était au 2 402e en 1999, et le 14e au niveau départemental sur 331 communes.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[42].

En 2015, la commune comptait 5 264 habitants[Note 5], en augmentation de 8,25 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1511 8381 9762 0922 2802 4112 5152 4892 592
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4972 6272 6972 7032 7402 7132 6052 5242 548
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6142 6342 5092 2752 2722 2812 1092 0192 044
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 0032 0532 3182 9033 0473 9034 2664 7245 016
2015 - - - - - - - -
5 264--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (27,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 21,3 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 27,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Martin-de-Seignanx en 2008 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
2,3 
6,0 
75 à 89 ans
11,1 
14,9 
60 à 74 ans
14,5 
22,1 
45 à 59 ans
20,4 
22,5 
30 à 44 ans
20,7 
14,7 
15 à 29 ans
12,4 
19,3 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département des Landes en 2008 en pourcentage[45].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,5 
8,0 
75 à 89 ans
11,5 
15,9 
60 à 74 ans
16,6 
21,6 
45 à 59 ans
21,2 
20,6 
30 à 44 ans
19,7 
15,5 
15 à 29 ans
13,4 
17,9 
0 à 14 ans
16,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire Jean-Jaurès de Saint-Martin-de-Seignanx.

La commune dispose des écoles maternelles Émile-Cros[Note 6] (qui inclut une filière bilingue français / occitan de Gascogne[46] depuis la rentrée 2011) et Pauline-Kergomard. Au niveau du primaire, la commune dispose des écoles Jules-Ferry et Jean-Jaurès. Enfin, le collège François-Truffaut se trouve sur le territoire communal.

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs médecins généralistes sont installés dans la commune, ainsi que des dentistes, infirmiers, kinésithérapeutes et plusieurs autres spécialistes médicaux ou para-médicaux.

Deux maisons de retraite sont présentes sur le territoire : celle de La Martinière et la maison de retraite Léon-Lafourcade.

Enfin, une antenne de caisse d'allocations familiales est basée dans la commune.

Sports et associations[modifier | modifier le code]

Le fronton de Saint-Martin-de-Seignanx.

La commune dispose pour la pratique du sport du stade municipal Lucien-Goni[Note 7] utilisé par plusieurs associations sportives de la ville. Comme la plupart des communes environnantes, la commune dispose d'un fronton pour la pratique de la pelote basque.

Rugby[modifier | modifier le code]

Le club de l'Association Sportive Saint-Martin-de-Seignanx a obtenu un certain nombre de résultats, par le passé :

Le vingtième anniversaire du titre de 1992, a d'ailleurs donné lieu à une commémoration festive en mai 2012[47]. En 2018, le club fêtera ses 40 ans.

Fêtes et culture locale[modifier | modifier le code]

Outre les fêtes de Bayonne en juillet, le premier dimanche de mai est l'occasion d'une fête spécifique aux Landes de Gascogne, la mayade.

Dans la commune les fêtes traditionnelles, en l'honneur de la Saint Martin, se déroulent autour du 11 novembre. Toutefois les fêtes les plus importantes sont les fêtes d'Été programmées le week-end suivant le 15 août.

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal Sud Ouest évoque régulièrement l'actualité locale ; un correspondant local assure également l'actualisation d'un blog dédié[48]. De plus, la commune édite un bulletin municipal d'information, consultable en ligne[49].

Cultes[modifier | modifier le code]

Panneau indicateur de la Fontaine des Saints.
Porte de l’église du Bourg-Neuf.

Les deux églises de la ville, celle du Bourg-Neuf et celle dédiée à saint Martin sont consacrées au culte catholique au sein de la paroisse Saint-Paul-du-Seignanx[50], elle-même dépendant du diocèse d'Aire et Dax.

Depuis les années 1960, des sœurs de la congrégation des sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus se sont installées dans le quartier du Bourg-Neuf où elles gèrent la maison de retraite de La Martinière[51],[Note 8].

Des lieux de culte relatifs à d'autres confessions sont situés à proximité, en particulier à Bayonne : La synagogue de Bayonne (quartier Saint-Esprit), la mosquée de Bayonne (située rue Daniel-Argote), le temple protestant (située à l'angle de la rue Albert-Ier et de la rue du Temple) et l’église évangélique (quartier Saint-Esprit).

Enfin, Saint-Martin-de-Seignanx se trouve à proximité du parcours du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passe en particulier par Ondres, Tarnos ou encore Labenne. La Fontaine des Saints située à Saint-Martin-de-Seignanx constituait autrefois un fréquent détour effectué par les pèlerins[52].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Selon l'enquête de l'Insee[15], le revenu moyen net par foyer était en 2008 de l'ordre de 24 833 euros par an. 57,0 % des foyers fiscaux de la commune étaient alors imposables.

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage[Note 9] était de 20 017 €, ce qui plaçait Saint-Martin-de-Seignanx au 6 652e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[53].

Emploi[modifier | modifier le code]

La tour du « Château Rouge » de Saint-Martin-de-Seignanx, lieu abritant un centre d'aide par le travail.

En 2009, la population de Saint-Martin-de-Seignanx se répartissait ainsi : 73,2 % d'actifs (ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale) et 12,0 % de retraités. Seulement 24,5 % des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi et résidant à Saint-Martin-de-Seignanx, travaillaient à Saint-Martin-de-Seignanx ; au contraire, 52,8 % d'entre eux avaient une activité professionnelle, dans un autre département que les Landes, notamment dans l'agglomération bayonnaise.

En 2009 toujours, le taux de chômage était de 5,2 % contre 6,2 % en 1999. Les agences Pôle emploi pour la recherche d'emploi les plus proches sont celles de Tarnos (6 km), Boucau (6 km) puis celle de Bayonne-Marine, à environ 9 km par voie routière.

Enfin, précisons que le « Château Rouge » (situé sur la Route Océane en direction d'Ondres[Note 10]) accueille un établissement et service d'aide par le travail (anciennement Centre d'Aide par le Travail) géré par l'association Emmaüs[54].

Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle à Saint-Martin-de-Seignanx

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers Population active totale
2009 40 184 192 560 644 516 2 140
1999 56 184 132 368 592 448 1 792
Sources des données : Insee[15].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2011, le territoire de Saint-Martin-de-Seignanx accueille 235 entreprises. Trois employeurs comptent plus de cinquante salariés. 31 entreprises ont été créées (hors agriculture) en 2011, dont 22 entreprises individuelles (parmi elles, 17 étaient sous statut d'auto-entrepreneurs)[15].

Répartition des établissements par domaines d'activité au 1er janvier 2009

  Ensemble Agriculture Industrie Construction Transports et
services divers
Administration publ., enseignement, santé
Nombre d'établissements 369 52 27 47 180 63
Part en % 100,0 % 14,1 % 7,3 % 12,7 % 48,8 % 17,1 %
Sources des données : INSEE[15]

La commune compte un certain nombre de commerces de proximité et en particulier, le petit centre commercial Jean-Rameau qui inclut un supermarché Super U.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tourisme dans les Landes.
Panneau indicateur situé au Vieux-Bourg indiquant le terrain de camping en direction du Quartier-Neuf.

La ville ne dispose pas d'hôtel étoilé ; son activité touristique s'appuie donc sur deux offres en termes de logement[15] : un terrain de camping offrant 168 emplacements au 1er janvier 2012 et 87 résidences secondaires (en 2009) soit 4,7 % de l'ensemble des logements (toujours en 2009).

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'activité agricole demeure l'une des principales activités économiques de Saint-Martin-de-Seignanx. En 2000, la commune comptait vingt-trois exploitations professionnelles (contre trente-deux en 1988), pour une surface agricole utile totalisant 1 262 ha (contre 1 436 ha en 1988). En 2000, 1 089 ha de cette surface totale étaient labourables dont 718 ha consacrés aux céréales. Enfin, l'activité d'élevage est encore présente en 2000 (cinq exploitations se consacrent à l’élevage bovin et douze à d'autres animaux)[15].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des églises des Landes.
Vue de l’église paroissiale Saint-Martin.

L’église paroissiale Saint-Martin fait l'objet d'une inscription à l'inventaire général des monuments historiques[55]. Celle-ci est située place Oyon-Oïon, face à la mairie. La chapelle de cette église est dédiée à saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars dans l'Ain. À noter qu'une seconde église se trouve sur le territoire communal : l'église du Bourg-Neuf.

Citons également, la fontaine des Saints, monument située au sud-ouest du territoire communal : le monument fut un lieu de pèlerinage. Un certain nombre de statues et d'objets ornant cette fontaine sont maintenant à l'intérieur de l’église Saint-Martin. Ces objets font l'objet d'une inscription à l'inventaire général du patrimoine culturel[56].

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Monuments civils protégés[modifier | modifier le code]

Vue du château de Saint-Martin-de-Seignanx.

Deux monuments inscrits au titre des monuments historiques sont situés sur le territoire communal : le château de Saint-Martin qui date de la fin du XVIe siècle[57] et la villa Saint-Jean située sur la rive droite de l'Adour, est une maison du XXe siècle[58].

Vue du monument aux morts.

Une trentaine de maisons et de fermes situées sur le territoire communal sont inventoriées à l'inventaire général des monuments historiques[59],[60] ; c'est en particulier le cas de maisons situées à proximité de l’église Saint-Martin, en particulier la mairie[61], mais également de maisons situées sur la « Route Océane » (en direction d'Ondres) ou encore sur la rive droite de l’Adour. À noter que le monument aux morts érigé en 1923 par Charles Perchicot, est également inventorié[62].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Outre la présence de la majeure partie de l'étang d'Yrieux (site naturel classé), la commune compte environ 7 km le long de l'Adour, zone relative aux barthes de l'Adour : dans celle-ci on peut notamment remarquer la présence du Jardin des sens, un jardin d’éveil à l’écologie, en plein air, géré par le centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE) Seignanx et Adour[63] ; on peut également citer la réserve naturelle de Lesgau, également gérée par le CPIE : il constitue une halte pour plus de cent espèces migratrices dont le héron, l'aigrette, ou encore la cigogne[54].

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas de blason officiel.

[modifier | modifier le code]

La ville a adopté un nouveau logo en 2016[64] :

Logo de Saint-Martin-de-Seignanx depuis 2016

Logo de Saint-Martin-de-Seignanx depuis 2016 :

« Le logo de Saint-Martin de Seignanx désigne un trait d'union... entre ville et campagne, terres et eaux, différents quartiers de la ville, plusieurs bassins d'emploi, anciens et nouveaux habitants, différentes générations, Landes et Pays basque... ».

Avant 2016, son logo était :

Ancien logo de Saint-Martin-de-Seignanx

Ancien logo de Saint-Martin-de-Seignanx (jusqu'en 2016) :

Le fond représentait le département des Landes ; au premier plan, on peut reconnaître les initiales « S - M - S » de Saint-Martin-de-Seignanx dessinées avec un cours d'eau (l'Adour), les proches montagnes et l'autoroute A63 intersectant le territoire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Félix Léglise, maire de 1876 à 1878 puis de 1889 à 1892.
  • Félix Léglise (1843-1915), député des Landes, maire de Saint-Martin-de-Seignanx où il est mort.

Évocation de Saint-Martin-de-Seignanx dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans son roman Quand nous étions innocents. Un amour franco-allemand écrit à quatre mains avec son mari Lutz Krusche, Mémona Hintermann-Afféjee évoque Saint-Martin-de-Seignanx quand elle relate la mort de sa fille Tatjana, le 24 avril 1987, dans un accident de la circulation, sur la route entre Saint-Martin-de-Seignanx et Labenne[66].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Saint-Martin-de-Seignanx.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carlos Agueda-Rosa, Saint Martin de Seignanx : Nature et Adour, Saint Martin de Seignanx, Éditions Lusitanie, , 110 p.
  • Léon Lafourcade, Saint-Martin-de-Seignanx, Éditions D.Chabas (Capbreton), , 60 p. Tirage : 20 exemplaires numérotés[Note 11]. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Laporte, Usages locaux du canton de Saint-Martin-de-Seignanx, Imprimerie Lamaignère, , 35 p. (lire en ligne)
  • Balasque, Jules, Études historiques sur la ville de Bayonne, Bayonne, E. Lasserre, 1862-1875, 496 p. (lire en ligne)
  • Jean Serres, Le groupe André Bouillar - Jean Mouchet de Tarnos dans la résistance en Aquitaine, A.N.A.C.R - Amis de la Résistance de Tarnos-Seignanx, , 163 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Contexte administratif

Monuments

Nature

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées de l’étang de Puntet : 43° 30′ 45″ N, 1° 22′ 26″ O.
  2. Le canton était alors celui de Saint-Esprit.
  3. Page VigiCrues de l'Adour.
  4. Relevés VigiCrues effectués à Urt.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  6. Émile-Cros était un instituteur et ancien directeur de l’école primaire de Saint-Martin-de-Seignanx.
  7. Lucien Goni, né le 18 décembre 1944 à Boucau et mort le 8 novembre 1989 à Saint-Martin-de-Seignanx, est un ancien président du club de rugby de l'Association Sportive de Saint-Martin-de-Seignanx.
  8. Saint-Martin-de-Seignanx compte une autre maison de retraite : la maison de retraite Léon-Lafourcade.
  9. Revenu fiscal médian par ménage : 50 % des ménages déclarent fiscalement moins que cette donnée (foyers non imposables inclus) ; 50 % des ménages déclarent fiscalement plus que cette donnée.
  10. Coordonnées du « Château Rouge » : 43° 33′ 03″ N, 1° 24′ 09″ O.
  11. Une copie d'un des exemplaires est disponible à la bibliothèque municipale de Saint-Martin-de-Seignanx.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Léon Lafourcade, Saint-Martin-de-Seignanx, Éditions D.Chabas (Capbreton), , 60 p.

  1. a et b p. 1.
  2. a et b p. 2.
  3. a et b p. 38-39.
  4. p. 15-17.
  5. a, b et c p. 45.
  6. Liste des maires de la commune de 1790 à 1977, p. 59.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne), p. 214-215.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Saint-Martin-de-Seignanx sur Géoportail. Consulté le 25 juillet 2012.
  4. « Cours d'eau, étangs et zones humides associées », sur www.cc-seignanx.fr, Communauté de communes du Seignanx (consulté le 26 juillet 2012).
  5. Sandre, « L'Adour » (consulté le 26 juillet 2012).
  6. Sandre, « Le Boudigau » (consulté le 26 juillet 2012).
  7. Sandre, « L'Anguillère » (consulté le 26 juillet 2012).
  8. Sandre, « Le canal de Moussehouns » (consulté le 26 juillet 2012).
  9. Sandre, « Le ruisseau de Cante Graouille » (consulté le 26 juillet 2012).
  10. « Terrain acquis par le Conservatoire de l'Espace Littoral : Lac d'Yrieux (FR1100789) », sur inpn.mnhn.fr, Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juillet 2012).
  11. « Orthodromie entre Saint-Martin-de-Hinx et Saint-Martin-de-Seignanx », sur www.lion1906.com (consulté le 25 juillet 2012).
  12. « Hypothèse de tracé LGV dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques : Ondres, Saint-Martin-de-Seignanx, Tarnos, Lahonce », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  13. « L'opposition à la LGV tisse un réseau européen cohérent. Des milliers de personnes manifestent contre la LGV à Hendaye. », sur www.paysbasqueinfo.com, (consulté le 27 juillet 2012).
  14. Archives départementales des Landes, « Archives numérisées - Cadastre / Saint-Martin-de-Seignanx », début 19ème siècle (consulté le 28 août 2018)
  15. a, b, c, d, e, f, g et h [PDF] « Évolution et structure de la population », sur insee.fr, Insee (consulté le 27 juillet 2012).
  16. « Le Programme Local pour l'Habitat », sur www.cc-seignanx.fr, Communauté de communes du Seignanx (consulté le 27 juillet 2012).
  17. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), p. 682.
  18. « Toponymes occitans », sur www.locongres.org (consulté le 28 août 2018)
  19. « Les siècles avant J.C. », sur www.oroitza-histoire-d-hendaye.fr, Cercle de recherches sur l'Histoire d'Hendaye (consulté le 28 juillet 2012).
  20. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Claude Motte Motte, Isabelle Séguy et Christine Théré, Communes d'hier, communes d’aujourd’hui (lire en ligne), p. 200.
  22. « Saint-Martin-de-Seignanx : monument aux morts (relevé n°1908) », sur Memorialgenweb.org (consulté le 29 juillet 2012).
  23. « La gauche politique sort renforcée de la guerre », sur Histoire sociale des Landes (consulté le 29 juillet 2012).
  24. a et b « Claude Lévi-Strauss : des Landes aux "restes" du monde… », sur www.aqui.fr (consulté le 28 juillet 2012).
  25. « Le penseur des mondes perdus », sur www.liberation.fr, Libération, (consulté le 28 juillet 2012).
  26. Alexandre Pajon, Lévi-Strauss politique : De la SFIO à l'Unesco, Privat, (ISBN 9782708969131, lire en ligne).
  27. « Résultats des municipales 2008 à Saint-Martin-de-Seignanx », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro (consulté le 28 juillet 2012).
  28. « Saint-Martin-de-Seignanx : élections municipales Denis Sève en appel », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 28 juillet 2012).
  29. « Saint-Martin-de-Seignanx : importante réunion du conseil municipal », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 28 juillet 2012).
  30. « Résultats du 1er tour - 22 avril 2012 à Saint-Martin-de-Seignanx », sur www.interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 juillet 2012).
  31. « Résultats de l’élection présidentielle 2002 à Saint-Martin-de-Seignanx », sur www.interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 juillet 2012).
  32. « Résultats de l’élection présidentielle 2007 à Saint-Martin-de-Seignanx », sur www.interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 juillet 2012).
  33. a, b, c et d « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 : LANDES (40) - Saint-Martin-de-Seignanx », Résultats reçus 1er tour, Ministère de l'intérieur - DGCL (consulté le 26 juillet 2018).
  34. a et b Christine Lamaison, « Isabelle Azpeïtia a été élue maire », Sud Ouest,‎ (lire en ligne) « Après trois semaines de réunions, rumeurs, menaces de démission, c’est la candidate du groupe majoritaire, Isabelle Azpeïtia, qui a été élue maire de Saint-Martin-de-Seignanx. Une élection qui s’est déroulée samedi dernier, lors d’une séance exceptionnelle convoquée à la suite de l’élection de Lionel Causse, devenu député des Landes. Ce dernier restant toutefois conseiller municipal ».
  35. Patricia Goutenègre, « Démission de cinq élus de la majorité », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  36. Patricia Goutenègre, « Elus démissionnaires : une décision éthique », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  37. http://www.sudouest.fr/2017/01/16/lionel-causse-le-maire-en-marche-3108800-3529.php
  38. « Les déchetteries », sur www.sitcom40.fr, Sitcom Côte Sud des Landes (consulté le 28 juillet 2012).
  39. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur www.cncd.fr, le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 25 juillet 2012).
  40. « Le nom des habitants du 40 », sur www.habitants.fr (consulté le 28 août 2018)
  41. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  44. « Évolution et structure de la population à Saint-Martin-de-Seignanx en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2012).
  45. « Résultats du recensement de la population des Landes en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2012).
  46. Claude Paucton, « Une classe de Gascon va ouvrir à Émile-Cros », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 28 juillet 2012).
  47. « Retrouvailles des champions de France 1992 », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 28 juillet 2012).
  48. « Blog Sud Ouest du Seignanx », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest (consulté le 28 juillet 2012).
  49. « Bulletin local d'information », sur www.saintmartindeseignanx.fr, Commune de Saint-Martin-de-Seignanx (consulté le 28 juillet 2012).
  50. « Paroisse Saint-Paul-du-Seignanx », sur www.saintpaulduseignanx.fr (consulté le 28 juillet 2012).
  51. « Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus », sur www.saintpaulduseignanx.fr (consulté le 28 juillet 2012).
  52. Claude Paucton, « La Fontaine des Saints », sur seignanx.blogs.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 28 juillet 2012).
  53. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 31 décembre 2011).
  54. a et b « Saint Martin de Seignanx », sur www.valdadourmaritime.com (consulté le 27 juillet 2012).
  55. « L'église paroissiale Saint-Martin », notice no IA40000379, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23 juillet 2012.
  56. Notice no IM40001054, base Palissy, ministère français de la Culture
  57. « Château de Saint-Martin », notice no PA00132750, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23 juillet 2012.
  58. « Villa Saint-Jean », notice no PA40000066, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23 juillet 2012.
  59. « Les maisons et les fermes de la commune de Saint-Martin-de-Seignanx », notice no IA40000383, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 juillet 2012.
  60. « Recherche relative à Saint-Martin-de-Seignanx sur la base Mérimée », sur www.culture.gouv.fr, Base Mérímée (consulté le 24 juillet 2012).
  61. « Mairie », notice no IA40000386, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 juillet 2012.
  62. « Monument aux morts », notice no IA40000387, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 juillet 2012.
  63. « Jardin des sens de Saint Martin de Seignanx », sur www.jedecouvrelafrance.com (consulté le 27 juillet 2012).
  64. « La Ville change de visuel » sur sudouest.fr, 23 février 2016
  65. Bure d'Orx, Eugène (1843-1910), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 40315-frfre (consulté le 11 mai 2018)
  66. Mémona Hintermann-Afféjee avec Lutz Krusche, Quand nous étions innocents : Un amour franco-allemand, Paris, J.-C. Lattès, , 460 p. (ISBN 978-2-7096-3009-2, lire en ligne).