Saint-Barthélemy (Landes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Barthélemy.

Saint-Barthélemy
Saint-Barthélemy (Landes)
La nouvelle mairie.
Blason de Saint-Barthélemy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Seignanx
Intercommunalité Communauté de communes du Seignanx
Maire
Mandat
Pierre Latour
2014-2020
Code postal 40390
Code commune 40251
Démographie
Gentilé Saint-Barthéléminois
Population
municipale
423 hab. (2016 en augmentation de 11,9 % par rapport à 2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 56″ nord, 1° 19′ 49″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 71 m
Superficie 5,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy

Saint-Barthélemy est une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Saint-Barthéléminois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Barthélemy se trouve sur la rive droite de l'Adour, à 15,6 km à l'est de Bayonne par la D74, au sud-ouest du département des Landes. Elle est limitrophe du département des Pyrénées-Atlantiques.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Barthélemy[2]
Saint-André-de-Seignanx
Saint-Martin-de-Seignanx Saint-Barthélemy Biaudos
Urcuit
(Pyrénées-Atlantiques)
(sur 50 m)
Urt
(Pyrénées-Atlantiques)
Saint-Laurent-de-Gosse

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 566 hectares ; son altitude varie entre 0 et 71 mètres[3] à la borne des Hautes terres. Du haut d'un piton rocheux l'église de Saint-Barthélemy domine un paysage de barthes, l'Adour endiguée depuis Dax, et fait face aux terrasses alluvionnaires du Séqué.

Les sables fauves du pliocène du haut de Saint-Barthélémy constituent l'extrême limite du Bassin aquitain et couvrent partiellement un plateau de l'Éocène moyen composé de marnes à microfaune, calcaires à nummulites. Les périodes du Würm final et post-glaciaire ont laissé des alluvions fluviatiles et fluvio-marines récentes : sables micacés, argiles tourbeuses et silteuses grises (Holocène) qui composent les Barthes de l'Adour. Le piton sur lequel les églises successives ont été construites est un reliquat du plateau (Calcaires supérieurs, composé de calcaires et marnes (Lutétien), couches à grandes nummulites[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située au bord de l'Adour, Saint-Barthélemy est arrosé par de nombreux ruisseaux venant du bassin versant au nord dont principalement le Lesteyras qui traverse aussi Saint-André-de-Seignanx et Biaudos, l'Estey de Saint-Jean[5].

  • Une grande partie de la commune est constituée de barthes, plaines alluviales inondables parcourues de canaux, Barthes de Nastres à l'ouest, Barthes du Bourg à l'est.
  • L'Estey de Saint-Jean qui forme la limite sud-ouest de la commune reçoit les eaux du bassin versant protégeant les barthes de l’inondation. Des portes à marée, dont trois très importantes, inspirées du système hollandais protègent des marées, en particulier sur l'Estey de Lapègue à l'est. Elles permettaient la batellerie entre les coteaux et l'Adour.
  • La commune est précisée comme présentant un risque modéré d'inondation dans l'arrêté relatif à l'information des acquéreurs et des locataires de bien immobiliers en date du 29 janvier 2014. La digue de 15 kilomètres de long construite au XVIe siècle participe à cette protection.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat océanique est relativement semblable à celui de Bayonne avec des précipitations assez importantes généralement sous la forme d'averses orageuses et de peu de durée. La moyenne des températures en hiver se situe aux alentours de 8 °C et avoisine les 20 °C en été.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du Nord au Sud par la D154 N au Sud, à l'Est la D362 et au Sud la D74 qui longe l'Adour.

Un projet de Véloroute Voie Verte de 10 km le long de la RD74 est commun à Saint-Barthélemy, Tarnos, Saint-Martin-de-Seignanx et Saint-Laurent-de-Gosse. Il constitue un maillon de l'itinéraire européen Eurovélo n°3.

Transports[modifier | modifier le code]

L'accès à l'autoroute A64 s'effectue à quelques kilomètres au Sud sur la commune de Briscous.

Lieudits et hameaux[modifier | modifier le code]

Deux quartiers composent la commune de Saint-Barthélemy[6] :

  • la Courtille (Lacourtille sur les cartes IGN) ;
  • l'Eglise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse est citée dans le relevé des archives du château de Poyanne effectué le 19 novembre 1781 par Me Camy, notaire royal: page 8 pièce 19, acte capitulaire concernant la translation de l'église Saint Jean de Salles à la chapelle Saint Barthélemy dont Mgr Philippe Marquis de Poyanne fit concession à la comté de Poyanne pour lui servir d'église paroissiale du 6 juin 1713[7].

Révolution[modifier | modifier le code]

Commune du canton de Saint-Esprit, district de Dax de 1790 à 1795, Saint-Barthélemy resta étrangère aux troubles, plus soucieuse de maintenir sa vie économique[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Barthélemy : D’après la copie d’une donation, retrouvée au presbytère de la paroisse, le nom de Saint-Barthélemy apparaît le 9 mai 1299 dans une donation d’Anton d’Albret, seigneur du pays de Seignanx, à son fils illégitime. La paroisse appartenait à la Baronnie de Gosse sous la domination des Albret pendant tout le Moyen Âge. Elle est alors surnommée « Lous Pes Hagnous », c’est-à-dire les pieds dans la boue, en référence aux marais qui l’entourent[9]. Saint-Barthélemy est une annexe de la paroisse de Saint-André-de-Seignanx et inscrite Succursale sur la carte de Cassini.
  • Mont-Paludar ou Paludor : par le décret du 6 brumaire an II (27 octobre 1793) Saint-Barthélémy est renommée Le Mont-Paludar ou Paludor. Paludar était le nom du prieuré en faveur des religieux de l'ordre de Saint Benoît installés à Saint-Barthélemy. Le terme de Paludar viendrait de palun — [palœ̃] n. m. qui avait le même radical que le latin palus, dis (marais, étang). (Grec : palos, boue, marais).
  • Saint-Barthélemy : en 1795 la commune reprend son ancien nom. Elle intégrait alors une partie du canton de Saint-Esprit. Mais la commune disparaît lors de la création par la Constituante des municipalités cantonales.
  • Saint-Barthélemy le Paludar : lors de la suppression des municipalités cantonales par le gouvernement consulaire, le 17 février 1800, la commune retrouve son nom et son indépendance.

Son nom occitan gascon est Sent Bertomiu[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Barthélémy

Blasonnement : D'azur à deux collines de sinople, celle de dextre sommée d'un pin de sinople fûté de sable et chargée d'un fronton de pelote basque et son terrain au naturel, celle de senestre sommée de l'église du lieu d'argent et chargée d'un épi de maïs feuillé d'or; le tout surmonté de l'inscription « ST BARTHELEMY » de gueules posée en arc de cercle; à la champagne d'azur chargée d'ondes de sable et d'un poisson d'argent brochant sur les ondes[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 Martin Lapègue
1792 1803 Jean Laforcade
1803 1822 Jean Lapègue
1822 1827 Joseph Destrac
1827 1830 Jean Laforcade
1830 1835 Jean Lapègue
1835 1847 Martin Laforcade
1847 1865 Adolphe de Langalerie
1865 1891 Eugène Trubert
1891 1908 Léon Nounez
1908 1912 François Janots
1912 1925 Pierre Nounez
1925 1926 Léon-Louis Nounez
1926 1935 Justin Graciet
1926 1950 Jean Graciet
1950 1968 Gompel Jeanne née Graciet
1968 1995 Raymond Janots
1995 En cours
(au 25 janvier 2015)
Pierre Latour PS Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Saint-Barthélemy relève du conseil de prud'hommes de Dax, du tribunal de commerce de Dax, du tribunal administratif de Pau, de la cour administrative d'appel de Bordeaux, de la cour d'appel de Pau, de la cour d'assises des Landes, du tribunal d'instance de Dax, du tribunal de grande instance de Dax, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale des Pyrénées-Atlantiques, du tribunal paritaire des baux ruraux de Bayonne, du tribunal de Dax.

Population et société[modifier | modifier le code]

Idéalement située à proximité immédiate de l'agglomération bayonnaise, Saint-Barthélemy enregistre une progression démographique d'environ 10 % par an.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13]. En 2016, la commune comptait 423 habitants[Note 1], en augmentation de 11,9 % par rapport à 2011 (Landes : +4,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197236251271330350350333322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
333345327369347330310283281
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295289252197189193203189148
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
138151139156183236325338351
2013 2016 - - - - - - -
395423-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ancienne Mairie-École
Ancienne Mairie-École

Le 29 octobre 1871, le conseil municipal décide la construction d'une nouvelle église avec des matériaux neufs, les anciens devant servir à la construction de la maison d'école car pendant les travaux il ne pouvait être conservé l'école située au-dessus du porche de l'église. M. Janots céda le terrain nécessaire pour la salle de classe provisoire en attendant la construction du bâtiment qui servirait de mairie et d'école. La maison du Port appartenant à M. Laforcade fut louée pour le logement de l'instituteur.

Depuis la fermeture de la classe unique en 1990, Saint-Barthélemy est rattaché à Saint-Martin-de-Seignanx qui dispose de deux écoles maternelles, deux écoles primaires, un collège. (Transport scolaire gratuit)[16].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La participation active et depuis toujours de la population, renforce la vie sociale de la commune, participe à la préservation du patrimoine communal, sa mise en valeur. L'accueil, l'information, ainsi que la promotion touristique de l'ensemble du territoire sont assurés par l'Office de Tourisme Communautaire du Seignanx.

  • Les fêtes de Saint Barthélemy dont l'origine est antérieure à 1886.
  • Depuis 2003, traditionnelle journée "Tue-cochon" dont les bénéfices récoltés par l'association organisatrice, Le Cœur de Saint-Barthélemy, sont reversés à la Ligue contre le Cancer.
  • Marche et omelette de Pâques.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Deux boucles de randonnées pédestres.

Les cartes et coordonnées GPS sont disponibles sur le site du Pays de Seignanx, Guide des randonnées. Le stationnement et le départ s'effectuent de la mairie, au pied de l'église.

  1. Barthes Hautes, 12km. Boucle qui va jusqu'à la réserve de Bergusté, à la ferme d'Arremont, centre d'écologie et parcours de découverte, en passant par de vieilles demeures, le manoir de Lartigue, la réserve de chasse de Saint-Martin-de-Seignanx.
  2. Boucle du Séqué, 7 km. Elle permet de découvrir un magnifique point de vue sur les barthes.
  • Pelote
Nouveau fronton
Nouveau fronton

Il existe un fronton récent au bord de l'Adour, il replace celui qui était peint sur le mur nord-ouest de la mairie et dont on peut encore voir le tracé. La pelote est une tradition inscrite sur le blason de la commune.

  • Équitation

Il y a trois « ://www.tourisme-landes.com/Centres%20Equestres.html centres équestres »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) à proximité immédiate de Saint-Barthélemy.

Cultes[modifier | modifier le code]

Saint-Barthélemy est une paroisse rattachée actuellement à la paroisse Saint Paul du Seignanx du diocèse d'Aire-sur-l'Adour et Dax.

Économie[modifier | modifier le code]

Ancien port de pêche jusqu'au XIXe siècle av. J.-C. siècle, Saint-Barthélemy sur la rive droite est aussi un des ports très actifs où transitent céréales, vins et matières premières acheminés vers Bayonne. Les produits d'importation essentiellement manufacturés remontent l'Adour sur sa zone navigable jusqu'à Saint-Sever[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne église Saint Barthélemy

Citée en 1299, cette église en cours d'effondrement a été détruite en 1872. Au cours de la destruction de l'autel, 7 cachets de cire aux armes de cardinaux ont été retrouvés, partiellement ou totalement brisés, mêlés à des ossements. À la demande de M. le baron de Rivières, en 1898, le capitaine de Hoym de Marien de Mont-de-Marsan eut pour mission de retrouver ces cachets et de les décrire. Il est possible d'en retrouver la description dans un ouvrage publié en 1899, Mélanges de littérature et d'histoire religieuses.

Les cachets représentaient les sceaux des cardinaux Jean de la Balue, cardinal d'Angers, ancien favori de Louis XI, emprisonné puis cardinal d'Albano, Jean Jacques Sclafénati évêque de Parme, cardinal du titre de saint Étienne in Coclio Mente, Jérôme de la Rovère archevêque de Turin, cardinal de Toulon, Giuliano della Rovere futur pape Jules II, Oliviero Carafa de Naples, Marcel Riario, Giovanni Colonna. Joseph Lacouture, Saint-Barthélemy au moyen âge et sous l'ancien régime, Paris, Bulletin de la Société de Borda, , 257 p. (lire en ligne), p. 147 : Document utilisé pour la rédaction de l’article

  • Nouvelle église Saint Barthélemy
Église de Saint-Barthélemy
Église de Saint-Barthélemy

Pierre-Eugène Trubert, né le 13 juin 1819 à Paris, décédé le 25 avril 1894 à Biarritz, auditeur au Conseil d'État fut un grand bâtisseur pour Saint-Barthélemy. Après avoir vécu à Paris, il s'installe à Saint-Barthélemy, maison Lapègue, et devient maire le 9 février 1866. Malgré les ressources très modestes de la commune, il fit adopter au conseil municipal d'importants travaux dont il assurera la direction et le financement en faisant appel surtout aux notables locaux et riches propriétaires (Monseigneur de Langalerie, Félix Noumès, de Marignan...), à un léger relèvement de l'impôt et en participant largement avec ses propres deniers, tout en mettant à profit ses compétences juridiques et administratives pour vaincre les réticences des représentants de l'État et même obtenir d'eux des aides financières.

C'est ainsi que de 1868 à 1877 il réalisa les constructions suivantes : Une église néo-gothique, un presbytère, une maison commune mairie, école, logement de l'instituteur, un cimetière plus grand. Le coût des travaux dépassait les 100 000 francs-or. Des travaux de voirie importants s'ajoutèrent à ceux déjà effectués dans les années précédentes par les efforts de la population[18]. Construite à l'emplacement de l'ancienne elle est orientée différemment pour lui donner une meilleure assise et domine les Barthes de l'Adour. La première pierre fut bénite le 16 juillet 1872 et l'église consacrée le 28 août 1873 par Monseigneur Pierre-Henri Gérault de Langalerie évêque d'Auch et Monseigneur Louis-Marie Épivent évêque d'Aire-sur-l'Adour.

Des reliques importantes y sont conservées. Selon un relevé effectué en 2006 elles seraient de Saint Barthélemy, émanant de Rome et donnée à Aire-sur-l'Adour le 14 août 1871, Saint Clément, Sainte Germaine, Saint François d'Assise, Saint Laurent, Saint Léon, Sainte Marguerite M., Sainte Madeleine, Sainte Marie de l'Incarnation, Sainte Thérèse d'Avila, Saint Vincent de Paul émanant du Supérieur de la Congrégation de la mission A.FIAT, signé aussi par le Père Jean-Gabriel Perboyre et donnée à Paris le 11 mai 1879 par l'intermédiaire de l'évêque d'Aire-sur-l'Adour et Dax, Saint François de Sales émanant de l'évêque d'Annecy, donnée à Aire-sur-l'Adour le 2 août 1874, Sainte Jeanne de Chantal, ainsi que trois autres saints[19].

L'existence de ces sceaux ou reliques remarquables dans l'église d'une très petite paroisse met en évidence la présence de familles très influentes et attachées à Saint-Barthélemy, depuis des siècles pour certaines, et très certainement en relation avec le monastère Le Paludar.

  • Maisons inscrites à l'inventaire du patrimoine culturel
Des toilettes extérieures bien curieuses.
Des toilettes extérieures bien curieuses.

L'inventaire général du patrimoine culturel pour la Base Mérimée effectué en 2006 à Saint-Barthélemy, recense, outre l'église, la mairie, le presbytère, neuf maisons remarquables : Deux maisons au bourg dont une avec des latrines extérieures en ciment en forme de tronc d'arbre, les Clèdes, et les maisons des lieux-dits Maisonnave, Palis, Lartigue, l'Oublié, Chalue, Lapègue.

Marcelle Richard, auteure de Les Barthes de l'Adour précise qu'après la consolidation de la digue de l'Adour de nombreuses maisons remarquables ont été construites le long du fleuve. Elles avaient un rez-de-chaussée réservé au stockage de matériel et de bois, un étage habitable qui comprenait généralement la cuisine, un grenier qui pouvait servir à monter les animaux qui n'étaient pas évacués sur les hauteurs.

  • Table d'orientation

Au pied de l'église sur le chemin de la maison Lapègue, une table d'orientation précise les différents niveaux des barthes, permet de situer château, île et les premiers sommets des Pyrénées. Elle aide aussi à identifier les oiseaux, insectes et plantes les plus communs.

  • Prieuré Le Paludar

Un monastère, Le Paludard, est cité lors de la donation faite par Anton d'Albret à son fils. Il était alors rattaché au monastère de La Reule dépendant des bénédictins. Selon les Chanoines V. Dubarat et J. B. Daranatz, un arrêt de la Cour du 8 juillet 1664 avait maintenu le prieuré Le Paludar en faveur des religieux de l'ordre de Saint Benoît. En 1910 Le recueil des Abbayes et prieurés de l'ancienne France précisait encore l'existence à Saint-Barthélemy de la Commanderie-hopîtal de l'Ordre de Malte, Le Paludard, donnée à l'évêque de Bayonne[20].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Saint-Barthélemy est inclus dans le site Natura 2000:

  1. Barthes de l'Adour, au titre de la Directive oiseaux et de la Directive habitats,
  2. L'Adour Directive habitats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 40 », sur www.habitants.fr (consulté le 28 août 2018)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  4. http://infoterre.brgm.fr/
  5. « Le Lesteyras », sur Sandre (consulté le 21 janvier 2015)
  6. Archives départementales des Landes, « Archives numérisées - Cadastre / Saint-Barthélemy », début 19ème siècle (consulté le 28 août 2018)
  7. Bulletin de la société borda - Borda 1er tri 1932
  8. Société de l'histoire de la Révolution française. La Révolution française: revue historique 1928
  9. « Visites en Aquitaine », sur visites.aquitaine.fr (consulté le 29 janvier 2015)
  10. « Toponymes occitans », sur www.locongres.org (consulté le 28 août 2018)
  11. Armorial des communes des Landes
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Saint-Martin-de-Seignanx - Écoles (consulté le 30 janvier 2015)
  17. « L'eau dans les Landes », sur INA (consulté le 3 février 2015)
  18. Société Borda 1er trimestre 1932 Abbé Jean Lacouture : Saint-Barthélemy 1848-1877 Époque des grandes constructions Eugène Trubert, maire
  19. « Paroisse Saint Paul du Seignanx », sur saintpaulduseignanx.fr (consulté le 28 janvier 2015)
  20. Abbayes et prieurés de l'ancienne France : Provinces ecclésiastiques d'Auch et de Bordeaux, vol. 10, Abbaye de Ligugé, , 345 p. (lire en ligne), p. 59.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mélanges de littérature et d'histoire religieuses : publiées à l'occasion du jubilé épiscopal de Mgr de Cabrières, évêque de Montpellier, 1874-1899, t. deuxième, Paris, Alphonse Picard, , 459 p., p. 145
  • Honnorat, Simon-Jude (1783-1852), Dictionnaire provençal-français, ou Dictionnaire de langue d'oc ancienne et moderne, t. deuxième, Digne, Repos, 1846-1848, 1420 p. (lire en ligne), p. 720
  • Marcelle Richard, Les Barthes de l'Adour, t. 8, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, (lire en ligne), p. 101-103

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]