Saint-Rambert-l'Île-Barbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Rambert.
Saint-Rambert-l'Île-Barbe
L'île Barbe
L'île Barbe
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Canton Lyon-IV
Commune Lyon
Code postal 69009
Démographie
Population 7 211 hab. (1962)
Densité 3 450 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 53″ nord, 4° 50′ 01″ est
Superficie 2,09 km2
Historique
Date de fusion
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 15.svg
Saint-Rambert-l'Île-Barbe

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 15.svg
Saint-Rambert-l'Île-Barbe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Rambert-l'Île-Barbe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Rambert-l'Île-Barbe

Saint-Rambert-l'Île-Barbe est une ancienne commune du département du Rhône, annexée à la ville de Lyon par le décret du . Elle constitue aujourd'hui un quartier du 9e arrondissement de Lyon.

C'est un des derniers quartiers-villages de Lyon, qui abrite encore des agriculteurs, artisans, etc. On trouve également plusieurs lieux de détente aménagés sur les bords de la Saône.

Le quartier englobe l'île Barbe, située au milieu de la Saône, et à laquelle on accède par le pont de l'Île Barbe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 1960 : une localité demeurée indépendante en périphérie de Lyon[modifier | modifier le code]

La commune, qui prend en 1793 le nom de Beauvais-l'Isle-Barbe[1], absorbe l'ancienne commune de l'île Barbe avant 1806.

En 1832, les quartiers de Rochecardon, la Dargoire, Vacques et la Sauvagère sont détachés de la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or pour être rattachés à celle de Saint-Rambert-l'île Barbe.

La réforme de 1852 qui rattache Vaise, la Guillotière et la Croix-Rousse à la commune de Lyon épargne Saint-Rambert-l'île Barbe, commune essentiellement rurale.

En 1909, Lyon souhaite annexer le quartier de l'Industrie, qui regroupe alors l'essentiel des activités industrielles de la commune et donc ses principales sources de revenus. Le , le conseil municipal rejette à l'unanimité ce projet.

Vers l'intégration à la commune de Lyon en 1963[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, la commune, de taille réduite (209 hectares) et confrontée à l'augmentation de sa population, se trouve dans une situation financière précaire, et une délégation composée du maire Pierre Chambion et de plusieurs conseillers municipaux rencontre le 19 décembre 1962 Louis Pradel, alors maire de Lyon, afin d'évoquer son rattachement à sa puissante voisine. Ce projet suscite quelques oppositions au sein de la commune, où un comité de défense des intérêts communaux se met en place.

Le , le conseil municipal de Saint-Rambert se prononce favorablement à ce rattachement par dix-sept voix contre une et une abstention[2]. De son côté, le conseil municipal de Lyon se prononce affirmativement par quarante-cinq voix contre treize (groupe communiste) et deux abstentions (groupe socialiste). Le 2 mai suivant, le conseil général du département du Rhône manifeste cependant son opposition au projet, mais cela n'a aucun effet sur sa réalisation.

La commune, dépendant jusqu'alors du canton de Limonest, est rattachée à celle de Lyon par fusion simple par décret du [3].

L'ancienne commune intègre le 5e arrondissement de Lyon ; ce dernier est scindé par un décret du pour créer le 9e arrondissement, dont fait partie depuis lors l'ancienne commune.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [5],[Note 1].

En 1962, la commune comptait 7 211 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
418 337 459 440 691 935 748 620 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 022 1 523 1 265 1 173 1 698 1 968 2 242 2 238 2 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 588 2 538 2 452 2 854 3 285 3 884 3 439 3 356 4 073
1962 - - - - - - - -
7 211 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Registre des délibérations, séance du 30 janvier 1963, Archives municipales de Lyon, cote SWP7_1, p. 188
  3. source depuis le début du paragraphe : journal Le Progrès de Lyon - numéro du 7 août 1963
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années .