Cadole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cadole visible à Lugny, en Haut-Mâconnais.

Cadole est le nom donné aux anciennes cabanes, souvent en pierres sèches, des vignobles de l'Aube et de Bourgogne du Sud, et plus particulièrement du Beaujolais. Dans les Monts d'Or, on emploie toutefois cabane et caborne.

Variantes du mot[modifier | modifier le code]

Le terme cadole, issu du patois lyonnais, s'écrit aussi cadolle. On trouve également la variante cadeule.

Aire d'extension du mot[modifier | modifier le code]

Pris dans le sens de « cabane de vigne en pierre sèche », le terme cadole se rencontre aujourd'hui principalement en Saône-et-Loire mais aussi dans certaines communes de Côte-d'Or (ainsi à Talant et Hauteville-lès-Dijon [1], à Flavigny-sur-Ozerain).

Il est également appliqué, ainsi d'ailleurs que loge, aux cabanes de vigne du Barséquanais dans l'Aube.

On le trouve encore dans le département du Rhône, dans la région de Beaujeu, où il désigne de petites maisonnettes de vigne, de plan rectangulaire, bâties en pierres maçonnées ou en pisé et couvertes d'une bâtière de tuiles.

Historique du mot[modifier | modifier le code]

Historiquement, le terme de cadole n'a pas toujours été associé à l'emploi de matériaux en dur : il désignait la cabine en planches des bateaux servant au transport fluviatile sur la Saône et le canal du Charolais (aujourd'hui canal du Centre) aux XVIIIe et XIXe siècles (avant l'apparition des péniches). Par métonymie, le nom en était venu à désigner l'embarcation elle-même, vaste barque affectée au halage de la houille.

Origines[modifier | modifier le code]

Les cadoles en pierres sèches n'ont ni une grande ancienneté ni une grande longévité : leurs pierres calcaires sont gélives et, qui plus est, ne bénéficient pas du liaisonnement d'un quelconque mortier. Quelques cadoles datent de la grande période d'extension de la vigne au XVIIIe siècle, ainsi la cadole dite « à Jean Guyot » à Mancey (Saône-et-Loire), mais la plupart remontent au XIXe. Leur construction a perduré jusque dans les années 1920.

Matériau[modifier | modifier le code]

Les cadoles étaient bâties avec les pierres retirées des vignes lors de la création ou de l'entretien de ces dernières. Les pierres les plus communes servaient à dresser les muras ou murgers, ces murs bas qui délimitaient les parcelles de vigne. Les pierres les plus belles, plates, larges et faciles à appareiller, étaient réservées à l'édification des cabanes.

Fonction[modifier | modifier le code]

Chaque cadole desservait une parcelle et servait d'abri au vigneron : il y trouvait chaleur en hiver, fraîcheur en été et refuge contre les intempéries. Certaines cadoles comportaient des éléments de confort : banquette, niche, porte à serrure. D'autres, de grandes dimensions, ont servi d'habitation permanente à des indigents.

Typologie[modifier | modifier le code]

Morphologiquement, il faut distinguer la grande cadole isolée, de plan circulaire ou carré et à coupole, de la petite cadole incluse dans un murger.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le clos de vigne de Talant (Côte-d'Or)[modifier | modifier le code]

Sur un coteau, la municipalité de Talant (Côte-d'Or) a restauré, en 2003, un clos de vigne avec ses murs, son entrée et sa cadole. Celle-ci a la forme d'un cylindre surmonté d'une toiture conique de lauses ou laves. La municipalité a également rénové, en 2006, un ancien verger clos, le verger François Bugnon, avec sa maisonnette de vigne, sa cave sous roche et sa citerne, y ajoutant une cadole de plan rectangulaire, coiffée d'une bâtière de laves[2].

Circuits de randonnée[modifier | modifier le code]

Des circuits touristiques de randonnée pédestre ont été organisés par l'Office du tourisme de l'Aube[3] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le cas de Hauteville-lès-Dijon, il s'agit d'une adoption récente d'après la brochure Hauteville-lès-Dijon. Cadoles et meurgers, éditée par l'association Cadoles et Meurgers, en juin 2009 : « D'après nos anciens, le langage populaire privilégiait tout simplement le mot "cabane" » (p. 2).
  2. Cf Balade entre vigne et verger, Le Bien Public, jeudi 3 août 2006
  3. Circuits des cadoles sur le site Aube-Champagne.com.
  4. « Office du tourisme rhone : Le Sentier des Cabornes », sur www.rhonetourisme.com (consulté le 13 septembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Jeanton et Charles Dard, Les cadoles en pierres sèches voûtées en coupole du Tournugeois, dans Bulletin de la Société des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, tome XLII, 1942.
  • Michel Bouillot, Les cadoles en Bourgogne du Sud, collection Au cœur de nos terroirs, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, 71960 La Roche-Vineuse, 1999.
  • Christian Lassure (textes et dessins), Dominique Repérant (photos), Cabanes en pierre sèche de France, Edisud, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :