Robert Barande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barande.
Robert Barande
Portrait de Robert Barande
Robert Barande
Biographie
Naissance
à Perpignan
Drapeau de la France France
Décès (à 74 ans)
à Paris
Drapeau de la France France
Nationalité Française
Thématique
Formation Médecin neuropsychiatre,
Psychanalyste
Titres Chef de clinique,
Membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris,
Médecin-chef adjoint du Centre de Consultations et de Traitements Psychanalytiques (SPP - Paris)
Profession PsychiatreVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux PsychanalyseCure psychanalytiqueFormationTransmissionSilenceTransgressionInachèvementNéoténieErotisme analDuplicitéPerversionsAppétit d'excitation
Approche Psychanalyse,
Psychodrame
Auteurs associés
Partisans
(A influencé)
Ilse Barande (Œuvres croisées)

Robert Barande, né le à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et mort le à Paris, est un médecin psychiatre et psychanalyste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils unique d’un métayer-maraîcher français catalan et d’une maraîchère catalane française d’origine espagnole, il vit à Perpignan, y étudie à St-Louis de Gonzague ; bachelier en 1945, après une année de médecine à Toulouse, il fait ses études de médecine et de psychologie à Paris à partir de 1946.

Il rencontre dès son arrivée à Paris en 1946, Ilse Rothschild / Barande et l’épouse en 1954 ; ils auront deux enfants. Il partage avec elle toute sa vie, privée comme professionnelle.

Interne des hôpitaux psychiatriques et diplômé de psychologie en 1953, il devient docteur en médecine, neuropsychiatre et chef de clinique de 1954 à 1959. Il exerce la psychiatrie (notamment à l'hôpital de Ville-Évrard et à l'hôpital psychiatrique de Clermont-de-l'Oise).

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Il entreprend en 1953 une analyse didactique puis une formation à la Société psychanalytique de Paris (SPP), est élu membre adhérent en 1960 et membre titulaire en 1963; il privilégie le métier de psychanalyste au CCTP (Centre de Consultations et de Traitements Psychanalytiques) dont il est médecin-chef adjoint de 1963 à 1983, date de son retrait, et en clientèle privée; il s’initie au psychodrame au CCTP auprès de Jean Kestemberg et anime ensuite un psychodrame au Centre pendant de nombreuses années.

Il est très actif dans la vie de la SPP (vie institutionnelle, formation, séminaires, consultations, psychodrame, écrits cliniques et théoriques) ; alors que celle-ci traverse des crises internes ouvertes lors de la scission de la SPP en 1953, il se consacre avec énergie et inspiration à un examen affûté, critique et constructif des statuts de la SPP, de la formation, de la transmission du savoir et de la pratique-clinique analytique, ce dont atteste une partie essentielle de son œuvre écrite, avec des contributions importantes et originales encore d’actualité (voir le livre qui rassemble ses écrits : Parcours d’un psychanalyste – son esthétique et son éthique, Pro-Edi, Paris 1989).[réf. insuffisante]

Dans une proximité féconde et jamais démentie avec son épouse, leurs parcours se confondent dès lors et les porteront vers la psychanalyse tant comme pratique (clinique, supervision, formation, transmission) que comme terrain de recherche théorique. Leurs inspirations individuelles et communes se concrétiseront par de nombreux apports originaux et profonds à la théorie psychanalytique sur leurs thèmes de prédilection selon un cheminement articulé - inachèvement, duplicité, appétit d’excitation, perversions et autour de débats majeurs : silence, transgression, pulsion/instinct de mort[réf. souhaitée]

Robert Barande a nourri sa pensée et son inspiration de la sphère psychanalytique mais aussi en puisant dans de nombreuses autres disciplines et de façon originale (littérature, éthologie, ethnologie-anthropologie, politique et histoire contemporaines ou anciennes)[réf. nécessaire]

Thèmes de prédilection - Écrits : seul ou en duo avec Ilse Barande[modifier | modifier le code]

Au nombre de ses thèmes de prédilection, ferments de réflexions évolutives tout au long de sa vie souvent reprises par des écrits, on peut repérer :

  • la formation des psychanalystes, la transmission de la psychanalyse, les modalités de ‘validation’ du psychanalyste (de son aptitude à exercer), la question du devenir des statuts de la société (SPP) de nature à favoriser son accomplissement, avec un souci d’analyser sans complaisance et dans le respect du fondateur les errements du passé, préalables incontournables selon lui à une construction d’un futur institutionnel pertinent.(Parcours d’un Psychanalyste, Pro-Edi, Paris 1989)
  • l’histoire de la psychanalyse, particulièrement en France, réflexion qui a « accouché » d’un ouvrage de référence écrit à deux par Ilse et Robert Barande (Histoire de la Psychanalyse en France / E. Privat Éditeur, Toulouse 1975)
  • la fonction/le sens du silence dans l’analyse, objet d’un article de jeunesse et d’une controverse féconde avec Jacques Lacan, au temps de la montée du culte de la primauté du langage mais aussi celui d’une accession plus pleine du silence au rang de « réalité clinique » au sein de la communauté analytique.
  • le débat autour de la pulsion/instinct de mort, sujet brûlant déjà « controversé au sein de » Freud même, en faveur de son maintien comme conjecture ouverte ou de son rejet.
  • l’inachèvement de l’homme nouveau-né, néotène au sens à la fois de prématuré et d’immature perpétuel (Louis Bolk), fondateur de la vie mentale, activateur des pulsions et fantasmes fondamentaux; non seulement infirmité mais encore immense potentiel implicite, il serait à la fois source et condition du processus de développement psychique individuel jusqu’à celui de civilisation; il inaugurerait cette permanence du moteur qu’est le couple formé par le désir et l’interdit, manifestation interminable d’une vaine tentative/quête de retour vers un monisme, l’unité primordiale mère-fœtus, selon une pulsion « thalassale ».
  • l’érotique anale - notamment le jeu retenir/expulser, instrument privilégié d’une pensée discriminante, d’une exorcisation de la naissance de cet être inachevé, source à cette fin d’une élaboration de « mensonges pour soi » et de « mensonges pour autrui ». (La Naissance Exorcisée - l’érotique anale de l’homme inachevé / Denoël, Paris 1975)
  • les élaborations sans cesse renouvelées pour atteindre cette unité primordiale impossible se manifesteraient sous forme d’un « appétit d’excitation » souvent déguisé et ambivalent, riche d’une duplicité aux colorations aisément qualifiées de perversions, d’où la question-réponse « pourrions-nous ne pas être pervers ? » du fait de cette condition néotène, réduisant dès lors le concept de perversion au rang d’antinomie.
  • « duplicité » et « appétit d’excitation » figurent parmi les thèmes centraux des travaux d’Ilse Barande ; voir à ce sujet leur Contribution à l’ouvrage collectif « La Sexualité Perverse », Payot, Paris 1972 et leur livre « De la Perversion - Notre duplicité d’être inachevé » ; Césura Lyon Édition, 1987, reformulation d’un rapport présenté à deux en 1982 au Congrès des psychanalystes de langue française à Montréal sur le thème de la Perversion)
  • l’idée « optimiste » dérivant du rôle primordial et moteur de l’inachèvement que le processus de civilisation n’implique pas l’échec de l’aspiration au bonheur, de pouvoir le vivre et le dire (« à l’aise dans la civilisation » in Parcours d’un Psychanalyste, renversement humoristique du titre du livre de S. Freud), adhésion positive à une érotisation bienfaisante du réel…
  • la défense de l’esprit et de la lettre freudiens face aux tentatives de simplification, récupération, marketing, banalisation (voir : I. et R. Barande et surtout en solo, notamment le préambule « la psychanalyse à l’encan » et la conclusion du livre Parcours d’un Psychanalyste).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Robert Barande, La Naissance Exorcisée - l’érotique anale de l’homme inachevé, Éditions Denoël, Paris, 1975
  • Robert Barande, Parcours d’un Psychanalyste, Paris, Pro-Edi, 1989 (ISBN 978-2-9083-3700-6)
  • Ilse et Robert Barande et alt., La sexualité perverse, études psychanalytiques, Paris, Payot, 1972
  • Ilse et Robert Barande, Histoire de la psychanalyse en France, Toulouse, Privat, 1975
  • - (1983), « Antinomies du concept de perversion et épigenèse de l’appétit d’excitation (notre duplicité d’être inachevé) », Revue Française Psychanalyse. 1 « la perversion », p. 143-282
  • Ilse et Robert Barande, De la perversion, Notre duplicité d’être inachevé, Lyon, Césura Lyon Édition, 1987

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]