Robert Barande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Barande
Robert Barande.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjointe
Autres informations
Membre de
Distinction

Robert Barande, né le à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et mort le à Paris, est un psychiatre et psychanalyste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils unique d’un métayer-maraîcher français catalan et d’une maraîchère catalane française d’origine espagnole, il vit à Perpignan, y étudie à St-Louis de Gonzague ; bachelier en 1945, après une année de médecine à Toulouse, il fait ses études de médecine et de psychologie à Paris à partir de 1946. Il est interne des hôpitaux psychiatriques et diplômé de psychologie en 1953, puis docteur en médecine. Il exerce comme neuropsychiatre et chef de clinique de 1954 à 1959, notamment à l'hôpital de Ville-Évrard et à l'hôpital psychiatrique de Clermont-de-l'Oise).

Il épouse Ilse Barande en 1954 et le couple a deux enfants. Ils publient plusieurs écrits ensemble, notamment Histoire de la psychanalyse en France qui reçoit le prix Montyon en 1977[1].

Il est membre de la Société psychanalytique de Paris[2] et en démissionne en 1983, ainsi que de sa fonction de médecin directeur adjoint du Centre de consultations et de traitements psychanalytiques Jean-Favreau de la société psychanalytique[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Écoute assistée et sensibilisation au processus analytique », Études freudiennes, no 5-6, p. 169-181, 1972.
  • (coll.) La sexualité perverse, études psychanalytiques, Paris, Payot, 1972.
  • (coll.) Éducation et psychanalyse, Hachette, 1973.
  • La Naissance exorcisée - l’érotique anale de l’homme inachevé, Éditions Denoël, Paris, 1975.
  • avec Ilse Barande, Histoire de la psychanalyse en France, Toulouse, Privat, 1975.
  • « Psychanalyse et idéologie », Pouvoirs, no 11 « La psychanalyse », novembre 1979, p. 105-114, [lire en ligne].
  • « Antinomies du concept de perversion et épigenèse de l’appétit d’excitation (notre duplicité d’être inachevé) », Revue française de psychanalyse, vol. 47, no 1, p. 143-282, 1983 (rapport au 42e congrès des psychanalystes de langue française, Montréal, 1982).
  • « Application de la théorie psychanalytique à l’institution destinée à s’en porter garante. Essai sur la crise de la psychanalyse contemporaine », Études freudiennes, no 1-2, p. 151-186, 1989.
  • avec Ilse Barande, De la perversion, Notre duplicité d’être inachevé, Lyon, Césura Lyon Édition, 1987 (ISBN 290570912X).
  • Parcours d’un Psychanalyste: son esthétique et son éthique, Paris, Pro-Edi, 1989 (ISBN 978-2-9083-3700-6).
  • avec Ilse Barande, « D'un révisionnisme, l'autre », Revue française de psychanalyse, 1996/4, vol.  60, p.  1209 à 1222, [lire en ligne].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Première liste des prix littéraires de l'Académie française, Le Monde, 13 mai 1977, [lire en ligne].
  2. Notice BNF, [lire en ligne], consultée le 5 mai 2020.
  3. Nicolas Gougoulis, « Le Centre de consultations et de traitements psychanalytiques Jean-Favreau. Un entretien avec Jean-Luc Donnet », Revue française de psychanalyse, vol. 70, no 4,‎ , p. 1015-1041 (lire en ligne, consulté le 5 mai 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]