Librairie Jules Tallandier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tallandier)
Aller à : navigation, rechercher
Éditions Tallandier
Repères historiques
Création 1870 (sous le nom de Librairie Polo)
Dates clés 1901 Jules Tallandier seul propriétaire, 1931 rachat par Hachette
Fondateur(s) François Polo, Georges Decaux et Jules Tallandier
Fiche d’identité
Statut Propriété d'Artémis à 66 % et du groupe La Martinière/Le Seuil à 34 %[1]
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Xavier de Bartillat (2010)
Spécialité(s) Histoire, Sciences humaines, Essais
Effectif 9 (2009)
Données financières
Chiffre d’affaires 2,55 millions (2013)[2]
Résultat net -22 000 (2009)
Principaux concurrents
Perrin, Fayard

Les Éditions Tallandier sont une maison d'édition française créée en 1901. Elle succède à La Librairie illustrée, succédant elle-même à la Librairie Polo[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Polo devient en moins de vingt ans l'une des figures de proue de l’édition populaire. D’abord connue sous le nom des « Bureaux de l’éclipse », puis de « La Librairie illustrée » en 1875, elle ne prend le nom de Tallandier qu’en 1901[4] : les frères Charles et Jules Tallandier, d'abord associés de la Maison Montgredien & Cie qu'ils ont fondé avec Armand-Désiré Montgrédien, reprennent La Librairie illustrée en 1900. Puis Jules, en octobre 1901, reprend le fonds d'édition de son frère qui se retire pour raisons de santé et rachète les parts de Montgrédien. La maison prend alors le nom de « Librairie Illustrée Montgrédien & Cie, Jules Tallandier, Successeur » et deviendra en 1902 « Librairie Illustrée - J. Tallandier, Éditeur »[5].

Héritant de l'hebdomadaire populaire le Journal des voyages fondé en 1877 par Maurice Dreyfous, Tallandier est à l'origine de nombreux journaux (tels que : Mon bonheur, Le Journal de la Femme), de collections d'histoire (telles que : Lisez-moi Historia[6] qui deviendra Historia), et d'histoires populaires (comme L'Œil de la police).

Revendues en 1931 au groupe Hachette, les éditions Tallandier appartiennent aujourd'hui au groupe Artémis (66,6 %) et La Martinière.

En 2010, le catalogue comprenait plus de mille titres pour une soixantaine de nouveautés par an[1].

Collections[modifier | modifier le code]

L'un des titres de la collection illustrée « Le Livre national » vendu 65 centimes en 1908.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Letourneux et Jean-Yves Mollier, La Librairie Tallandier : Histoire d'une grande maison d'édition populaire (1870-2000), Paris, Nouveau monde,‎ , 623 p. (ISBN 978-2-84736-628-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Delphine Denuit, « Xavier de Bartillat prend la tête de Tallandier », Le Figaro, 8 juillet 2007
  2. Publiés sur societe.com.
  3. « Dictionnaire de l'édition », sur Paris III Sorbonne, Littérature et Informatique,‎
  4. Letournaux & Mollier (2011), bibliogr.
  5. Chronologie de l'édition française au XXe siècle par Pascal Fouché, en ligne.
  6. Numéros de Lisez-moi Historia accessibles dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]