Éditions Julliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julliard.

Les Éditions Julliard étaient une maison d'édition française fondée en 1942 par René Julliard exploitée par la société Julliard

À la mort de son fondateur, en , Christian Bourgois, son directeur général, reprend les éditions Julliard. Elles sont rachetées peu de temps après par les Presses de la Cité.

La société a été dissoute le 24 décembre 2010 et radiée le 11 janvier 2011[1]. La marque a été reprise par les Éditions Robert Laffont dont elle est devenue un département[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La maison d'édition, créée durant la Seconde Guerre mondiale, bénéficie après celle-ci d'un contexte peu favorable pour ses concurrentes (Gallimard, Denoël , etc.) et obtient immédiatement trois prix Goncourt successifs[3]Histoire d'un fait divers (1946) de Jean-Jacques Gautier, Les Forêts de la nuit de Jean-Louis Curtis, Les Grandes Familles (1948) de Maurice Druon —, le prix FeminaLe Temps de la longue patience (1946) de Michel Robida—, qui la lancent dans les lettres françaises. René Julliard se fait connaître comme découvreur de talents, publiant notamment Françoise Sagan ou Jean d'Ormesson.

En 1953, André Frank et Jean-Louis Barrault créent la revue Les Cahiers Renaud-Barrault publiés chez Julliard jusqu'à la mort de René Julliard (et ensuite chez Gallimard)[réf. nécessaire].

À la mort de son fondateur, en , c’est Christian Bourgois, déjà directeur général, qui reprend les éditions Julliard. Elles sont vite rachetées par les Presses de la Cité. Christian Bourgois créera sa propre maison d’édition en 1966.

Les éditions Julliard reprennent vie lorsqu’en 1988, Christian Bourgois décide d’embaucher Élisabeth Gille directrice littéraire. Ils cherchent et publient alors de nouveaux talents, tels Lydie Salvayre et Régine Detambel, mais aussi de grands noms des éditions Julliard, comme Françoise Sagan.

Christian Bourgois et Élisabeth Gille quittent l’éditeur en début de l'année 1992, à la suite de désaccords internes aux Presses de la Cité. François Bourin leur succède jusqu'en 1995. Il publie, entre autres auteurs, Éluard, le poète de la liberté de Violaine Vanoyeke.

À partir de 1995, Betty Mialet et Bernard Barrault prennent la direction des éditions Julliard. Ils se consacrent à la littérature française et publient aux côtés de Françoise Sagan et Georges Perec notamment Philippe Besson, Jacques-André Bertrand, Laurent Bénégui, Philippe Djian Lionel Duroy, Jean-Marie Gourio, Philippe Jaenada, Yasmina Khadra, Fouad Laroui, Mazarine Pingeot, Jean Teulé, Denis Robert, Danièle Saint-Bois, Francois Weyergans, Elsa Flageul, Murielle Magellan , etc.

Ils continuent à se consacrer à la découverte de jeunes auteurs grâce aux succès publics devenus aujourd'hui internationaux de Jean Teulé, Yasmina Khadra, Mazarine Pingeot, Jean-Marie Gourio, Philippe Besson, Lionel Duroy. Ils développent également des liens privilégiés avec le cinéma. C'est ainsi que Ce que le jour doit à la nuit, ou L'Attentat de Yasmina Khadra, tout comme Le Magasin des suicides de Jean Teulé ont été portés à l'écran, ainsi que L'Eau des Fleurs de Jean-Marie Gourio. Beaucoup d'autres titres sont en cours d'adaptation.

Depuis le rachat par les Éditions Robert Laffont, la commercialisation des collections a été confiée à Sogedif[4] du groupe Editis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « JULLIARD à PARIS (390956993), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le 23 mars 2019)
  2. (base de données marques de I.N.P.I. consultée le 23 mars 2019 à 09h28)
  3. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1922 à 1949 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 3 août 2013.
  4. « SOGEDIF à PARIS (377768379), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le 23 mars 2019)

Lien externe[modifier | modifier le code]