Persécutions des chrétiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La persécution des chrétiens recouvre une diversité d'actions et de comportements dont le point commun est la répression du christianisme et l'élimination des chrétiens, culturelle et même physique, par des pouvoirs religieux ou laïcs. Ces persécutions peuvent aller jusqu'au massacre organisé.

L'Empire ottoman eut une politique de persécution envers les chrétiens qui culmina avec les massacres hamidiens à la fin du XIXe siècle, puis les génocides arménien, grec et assyrien pendant la Première Guerre mondiale et la guerre civile turque. Ce fut aussi le cas dans des pays communistes, particulièrement en URSS du temps de Staline, en Albanie, en Chine populaire ou en Corée du Nord.


Période romaine[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Génocide arménien[modifier | modifier le code]

Révolution russe et régime soviétique[modifier | modifier le code]

États satellites de l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

Persécutions contemporaines[modifier | modifier le code]

Outils d'analyse[modifier | modifier le code]

Il existe un Observatoire de la liberté religieuse dans le monde, créé par l'organisation catholique Aide à l'Église en détresse (AED)[1] qui fournit une base documentaire sur la situation de l'Église catholique et des principales religions dans le monde pour plus d'une centaine de pays[2]. L'ONG Portes Ouvertes, chrétienne évangélique, dresse une étude annuelle sur la persécution des chrétiens, intitulée Index Mondial de Persécution.

Le Pew Research Center publie également des informations sur la persécution religieuse, mais sans faire de distinction entre les diverses religions. Leur étude présente l'intérêt de distinguer la persécution « officielle », orchestrée par l'État, de l'hostilité populaire dans chaque pays[3].

Situation en 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, parfois à l'instar d'autres religions, des Églises chrétiennes sont persécutées à des degrés divers dans plusieurs pays[4] comme la Somalie, le Nigéria, la Syrie, l'Égypte, l'Irak, l'Iran, le Turkménistan, l'Ouzbékistan[5], le Pakistan, l'Inde, la Corée du Nord, le Laos, le Viêt Nam...

Toujours en 2014, les auteurs du Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde[6] estiment entre 100 et 150 millions le nombre de chrétiens qui subissent des atteintes à leur religion dans les termes de l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme[7]. D'après Marc Fromager, directeur de l'AED France, « 200 millions de chrétiens ne sont pas libres de vivre leur foi »[8]. Selon l’Index mondial de persécution 2014 publié par Portes Ouvertes, 2 123 chrétiens sont morts persécutés en 2013[9]. Pour 2014, l'ONG recense au moins 4 344 chrétiens assassinés à travers le monde pour leur foi ainsi que 1 062 lieux de cultes visés[10].

En outre, la Somalie et l'Irak rejoignent la Corée du Nord – où des milliers de chrétiens sont morts ou forcés au travail dans des camps depuis 1953 – dans la liste des pays où il est interdit de simplement prier et même de croire[10]. Si les chrétiens ne sont pas les seuls discriminés, ils sont les plus touchés dans les atteintes à la liberté de croire dans la mesure où ces atteintes se déroulent dans 110 pays sur 198 étudiés par le Pew Research Center en 2014, souvent victime de fanatisme religieux notamment islamique tel qu'il est à l’œuvre au Moyen-Orient avec l'organisation État Islamique ou Boko Haram au Nigéria mais aussi au Pakistan ou, dans une moindre mesure, en Inde où le parti politique nationaliste Bharatiya Janata Party prône un hindouisme identitaire. À ce tableau s'ajoutent les persécutions et rackets organisés par les groupes mafieux ou armés en Amérique latine – particulièrement au Mexique et en Colombie – où les chrétiens sont souvent en proue de la lutte contre le crime organisé et la corruption. Enfin, le nombre de Chrétiens chassés de chez eux atteint des sommets en 2015 avec 700 000 chrétiens de Syrie – soit 40% d'entre eux – et 130 000 d'Irak ayant quitté leur pays d'origine[10]. Au Moyen-Orient, « les chrétiens risquent tout simplement de disparaître »[11], s'alarme Marc Fromager, dans son ouvrage sorti en 2015 : Guerres, pétrole et radicalise, les chrétiens d'Orient pris en étau.

Chrétiens d'Orient[modifier | modifier le code]

Article connexe : Persécution des Coptes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Aide à l'Eglise en Détresse », sur L'Aide à l'Eglise en Détresse (consulté le 5 juillet 2016)
  2. Le Point, magazine, « Grave déclin de la liberté religieuse dans le monde », (consulté le 5 juillet 2016)
  3. (en) Pew Research Center, « Rising Tide of Restrictions on Religion », sur http://www.pewforum.org/, Pew Research Center, (consulté le 29 septembre 2012).
  4. Détails sur le site d'Amnesty International
  5. Dans ces deux états, si la répression est systématisée sur plusieurs confessions chrétiennes, essentiellement protestantes, elle relève d'une attitude vis-à-vis des religions en général dans le cadre d'un durcissement autoritaire qui n'épargne pas l'Islam. cf. Sébastien Peyrouse, Le christianisme en Asie centrale. Miroir des évolutions politiques, in Le Courrier des Pays de l’Est, no 1045, mai 2004, p. 51-61, résumé en ligne
  6. voir bibliographie
  7. « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites ».
  8. Marc Fromager, Chrétiens en danger, vingt raisons d'espérer, Editions des Béatitudes, (ISBN 978-2-84024-512-4)
  9. « Plus de 2000 chrétiens sont morts persécutés en 2013 », sur Le Figaro,
  10. a b et c Laurence Desjoyaux, « Les chrétiens victimes de persécution », dans L'Atlas des religions, Le Monde et La Vie, , p. 96-97
  11. Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme, les chrétiens d'Orient pris en étau, Salvator, (ISBN 978-2-7067-1294-4)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Historiens[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Essayistes[modifier | modifier le code]

  • (fr) Alexandre Del Valle, Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : la nouvelle christianophobie, Paris, Maxima, , 1re éd. (1re éd. 2011), 359 p. (ISBN 978-2-840-01694-6)
  • (fr) Raphaël Delpard, La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde, Neuilly-Sur-Seine, Michel Lafon, (1re éd. 2009), 347 p. (ISBN 978-2-749-90987-5)
  • (fr) René Guitton, Ces chrétiens qu'on assassine, Paris, Flammarion, (1re éd. 2009), 333 p. (ISBN 978-2-081-22169-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]