André Parreaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Parreaux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
AnglicisteVoir et modifier les données sur Wikidata

André Parreaux (1906-1979) est un universitaire, historien, angliciste et dix-huitiémiste français.[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut élève de l'Ecole Normale Supérieure à partir de 1927. Il passa l'agrégation en 1934. Il enseigna dans le secondaire de 1934 à 1958, au Puy, à Albi, à Périgueux, puis aux lycées Buffon et Henri IV à Paris. Il termina une thèse sur la littérature du dix-huitième siècle en 1958 puis enseigna dans le supérieur à Lille. En 1962, il devint titulaire de la chaire de littérature et civilisation anglaises du dix-huitième siècle à la Sorbonne[2]. En 1969, il devint l'un des animateurs de l'Institut d'anglais (Institut Charles V), avant de prendre sa retraite en 1976[3]. Il participa avant la guerre avec Georges Politzer à la fondation et à la rédaction du journal La Pensée, dont il fut l'un des rédacteurs en chef. Il fut à partir de 1958 le second mari d'Hélène Solomon-Langevin, la fille du physicien Paul Langevin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William Beckford, auteur de Vathek, 1760-1844 : étude de la création littéraire, Nizet, Paris, 1960.
  • La vie quotidienne en Angleterre au temps de George III, Hachette, Paris, 1966 (Prix Thiers de l'Académie Française, 1967).
  • Smollett's London, a course of lectures delivered at University of Paris, Paris (1963-1964).
  • Jardins et paysages, le style anglais, recueil de textes partiellement traduits de l'anglais, 1977.
  • Souvenirs d'Alcobaça et Batalha, par William Beckford, traduction par André Parreaux, préface de Didier Girard, 1995.
  • Souvenirs intimes de David Copperfield, par Charles Dickens, traduction d'André Parreaux, Gallimard, Paris, 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. In memoriam André Parreaux (1906-1979), par Jean Dulck, article en ligne sur le site Persée.
  2. Prix Thiers de l'Académie française, pour l'ouvrage La vie quotidienne en Angleterre au temps de George III, sur le site de l'Académie française, 1967.
  3. André Parreaux, sur le site internet des éditions la Pléiade.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :