Livet-et-Gavet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Livet-et-Gavet
Village de Riouperoux
Village de Riouperoux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Oisans-Romanche
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Gilbert Dupont
2014-2020
Code postal 38220
Code commune 38212
Démographie
Gentilé Livetons, Gavetons, Riouperuchons
Population
municipale
1 265 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 31″ nord, 5° 54′ 11″ est
Altitude 630 m (min. : 366 m) (max. : 2 792 m)
Superficie 46,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Livet-et-Gavet

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Livet-et-Gavet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livet-et-Gavet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livet-et-Gavet
Liens
Site web www.mairie-livetgavet.fr

Livet-et-Gavet est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Rioupéruchons (Rioupéruchonnes) ou Livetons (Livetones) ou Gavetons (Gavetones)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Livet pourrait tenir son nom de deux origines possibles :

  • le gaulois ivos, "if" avec le suffixe diminutif -et et agglutination de l'article défini ;
  • le breton (celtique) livat, "débordement, inondation, torrent" ou le bas latin livot, "ruisseau" [2] ?

Géographie[modifier | modifier le code]

Livet-et-Gavet est situé en Oisans sur la Romanche à mi-distance entre Grenoble et les stations de sports d'hiver de l'Alpe d'Huez et des Deux Alpes (25 km). La commune est également à mi-distance entre Vizille et Bourg-d'Oisans (environ 15 km).

La commune est située entre le massif de Belledonne et le massif du Taillefer, et est desservie par la route départementale 1091 (ex-RN 91).

Le territoire communal possède une dénivellation importante entre la vallée de la Romanche (366 à 709 m au-dessus du niveau de la mer) et les sommets de Belledonne (2 741 m à la Grande Lauzière) et du Taillefer (2 792 m près du sommet du Taillefer). Les pentes des versants sont fortes et des pentes de plus de 45° sur 1 000 mètres de dénivelé existent des deux côtés de la Romanche[3].

Le lac du Poursollet et son village situé à 1 649 m d'altitude, font partie de Livet-et-Gavet et offrent de nombreux départs de randonnées dans un environnement naturel sensible et préservé.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le « barrage naturel de l'Infernet et de Vaudaine », deux ruisseaux de Livet-et-Gavet, est un site géologique remarquable de 63,06 hectares. En 2014, ce site d'intérêt géomorphologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[4].

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La topographie du site a conduit à la formation de plusieurs hameaux :

  • les Clavaux,
  • la Salinière,
  • les Clots,
  • les Ponants,
  • les Roberts,
  • le Poursollet.

Les trois villages principaux qui composent la commune de Livet-et-Gavet sont :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Livet-et-Gavet
Chamrousse Revel Allemond
Le Bourg-d'Oisans
Séchilienne Livet-et-Gavet Oulles
Saint-Barthélemy Lavaldens
La Morte
Ornon

Transports[modifier | modifier le code]

Le car Transisère à Livet.

La commune est desservie par la ligne 3000 (Grenoble - Vizille - Bourg d'Oisans) Transisère.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne de Jarrie à Bourg-d'Oisans.
Livet au XIXe siècle illustrée par Victor Cassien (1808 - 1893).

La commune a été créée entre 1790 et 1794, par la fusion de Livet et Gavet. En 1909, le chef-lieu de la commune fut transféré de Livet à Rioupéroux[5] entre les deux villages.

Véritable cité industrielle durant le XXe siècle, crée en grande partie par Charles-Albert Keller, très riche passé industriel avec des papeteries, vaste production hydroélectrique et industrie de métallurgie et sidérurgie. Elle était alors desservie par la ligne de Jarrie à Bourg-d'Oisans, une ligne de chemin de fer secondaire exploitée par les Voies ferrées du Dauphiné (VFD) de 1894 à 1946.

La Résistance a été très forte et meurtrière dans l'Oisans et particulièrement dans la vallée de la Romanche, cette vallée est un accès principal et stratégique pour se rendre en Italie, les usines tournaient à plein régime pour fournir des obus afin d'alimenter les champs de batailles. Le maquis de l'Oisans a lutté sans relâche au cœur de ces montagnes. Un monument sur le pont de l'Infernet à Livet rend hommage à ces hommes et femmes morts pour leur pays.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 2001 M. Abel Maurice ... ...
2001 2008 M. Claude Ravier ... ...
2008 en cours M. Gilbert Dupont DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 265 habitants, en diminution de -0,08 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 781 1 069 1 150 1 214 1 377 1 327 1 300 1 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 008 939 924 988 1 001 1 187 1 252 1 301 1 413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 761 2 070 2 343 2 009 2 412 2 702 2 652 2 657 3 153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 735 2 322 2 123 1 853 1 447 1 365 1 354 1 226 1 265
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2016).
Découvrez comment la « wikifier ».

Développement[modifier | modifier le code]

Mairie Livet-et-Gavet
Ancienne Mairie de Livet-et-Gavet, aujourd'hui transformé en école.

Livet-et-Gavet est une commune du département de l'Isère habitée depuis les temps antiques. La commune était un passage presque obligé des Romains pour se rendre en Italie. Au XXe siècle, plusieurs centrales hydroélectriques et usines ont été créées le long de la Romanche entrainant la création de nombreux emplois et le développement d'une cité industrielle avec logements, chemins de fer, cinéma, écoles, parcs.

À la fin de l'ère industrielle, les usines ont fermé une à une, laissant des friches industrielles le long de la Romanche, la ligne de Jarrie à Bourg-d'Oisans a fermé et la population a subi un lent déclin.

Depuis les années 1980, la commune avec le soutien de l'État, de la Région et du département de l'Isère a entrepris une mutation économique. Ainsi un musée a été créé pour valoriser l'histoire de la Vallée de la Romanche. La route d'accès à la commune a été élargie. Des déviations routières de contournement de Gavet et de Livet ont permis de désengorger les centre-villes, la commune a également fourni des efforts importants d'embellissement.

La prise d'eau de la Romanche, au début du XXe siècle, qui fournissait l'énergie de l'usine des Clavaux de la Compagnie universelle d'acétylène.

Les usines, comme Pechiney à Gavet, devenue FerroPEM, ont réussi leur diversification et leur modernisation pour rester compétitives.

Depuis 2010, un vaste chantier dirigé et financé par la société française EDF est lancé. Après une dizaine d'années de préparation, ce projet de 250 millions d'euros permet de remplacer totalement les six usines actuelles de production hydro-électriques de la vallée de la Romanche par une centrale moderne souterraine de 92 MW à Gavet. Cette centrale est reliée par un tunnel de 9,3 km au barrage-prise d'eau implanté à l'amont de Livet[10]. Ce chantier est actuellement le plus important de France en terme d’hydro-électricité. Un aperçu du chantier et visible depuis la RD1091 (route des Alpes), au pont de l'Infernet.

Centrale des Vernes
Centrale des Vernes classée Monument historique

À terme, les anciennes centrales électriques, non valorisables, au bout de plus de cent ans de fonctionnement seront détruites, le lit de la rivière sera réaménagé de façon à développer l’activité touristique sur la commune de Livet-et-Gavet : chemins, plan d'eau, pont, décoration paysagiste etc. Une réflexion sur la valorisation du patrimoine industriel de la vallée est en cours portée par l'association « Patrimoine d'avenir ».

Aujourd'hui Livet-et-Gavet est en pleine transition économique et a vocation à devenir une vallée alpine moderne, alliant production hydro-électrique, biodiversité naturelle, et tourisme vert, (randonnées, pêche, vélo, escalade, parapentes…).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La Centrale des Vernes, à Livet, est une centrale hydroélectrique construite par Charles-Albert Keller entre 1917 et 1918, encore en activité, alliant performance et esthétique, classée au titre des monuments historiques par arrêté du 2 septembre 1994[12] (seule centrale hydroélectrique en France classée) et labellisée « Patrimoine du XXe siècle » de l'Isère en 2003.
  • Curiosité : Tête de Louis XVI à Rioupéroux, imposant rocher en forme de tête au bord de la RD 1091.
  • Le pavillon Keller est la maison sur pilotis de Charles Albert Keller, labellisé Patrimoine en Isère et conçue par les architectes Jean Benoit et Jean Bonnat. Une partie de la maison est construite en pierre : elle est haute de quatre étages et dotée d'un toit à pans coupés, typique du début du XXe siècle ; elle porte l'inscription "Établissements Keller et Leleux". La seconde partie de la maison est construite en béton armé sur de grands pilotis et en position dominante au-dessus de la Romanche ; elle contenait le bureau de Charles-Albert Keller, depuis lequel il pouvait observer l'ensemble de ses ateliers et usines situés de part et d'autre de la rivière[11].
  • Centrale EDF de Bâton (limitrophe avec la commune d'Allemond): Usine hydroélectrique construite dans la roche au début du XXe siècle.
  • Le mémorial du maquis de l'Oisans, à Livet, au bord de la route départementale 1091.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le musée de la Romanche.

La commune a été l'un des lieux de tournage principaux du film Les Rivières pourpres, notamment la maison de Charles Albert Keller.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles Albert Keller : fondateur d'un véritable empire industriel dans la vallée de la Romanche, il a su utiliser la force de l'eau de la Romanche pour alimenter les nombreuses centrales hydroélectriques de la vallée mais aussi alimenter pour la première fois en transport d'électricité la Ville de Grenoble

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 21/07/2008.
  2. Bibliothèque historique et littéraire du Dauphiné, E. Allier (lire en ligne), p13 du supplement à Alivet
  3. D'après les cartes topographiques IGN sur le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr) et l'outil de mesure du site
  4. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  5. Livet-et-Gavet sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. EDF, « Nouvel aménagement électrique Romanche Gavet (38) »,‎ (consulté le 15 juillet 2016)
  11. a et b « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  12. « Centrale hydroélectrique des Vernes », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :