Vaujany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaujany
Vaujany
Le village
Blason de Vaujany
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Yves Genevois
2020-2026
Code postal 38114
Code commune 38527
Démographie
Gentilé Vaujaniats, Vaujaniates
Population
municipale
339 hab. (2018 en augmentation de 14,14 % par rapport à 2013)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 31″ nord, 6° 04′ 39″ est
Altitude Min. 752 m
Max. 3 464 m
Superficie 64,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de l'Oisans-Romanche
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vaujany
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Vaujany
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaujany
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaujany
Liens
Site web www.vaujany.com

Vaujany est une commune française située dans le canton du Bourg-d'Oisans, relié à l'Alpe d'Huez par les pistes de ski, le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

En 2014, plusieurs sites géologiques remarquables sont classés à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1] :

  • le « contact cristallin/sédimentaire des "Aiguillettes" (Grand Maison) », à l'amont du barrage de Grand'Maison, est un site d'intérêt tectonique de 149,68 hectares qui se trouve sur les communes de Vaujany et de Saint-Colomban-des-Villards, classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique » ;
  • la « faille de l'Eau d'Olle et les enclaves du Rivier d'Allemont » constituent un site d'intérêt tectonique de 10,54 hectares sur les communes de Vaujany et Allemond (lieu-dit Le Rivier d'Allemont). Il est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique ».

Hameaux[modifier | modifier le code]

La Villette au début du XXe siècle.
  • Le Verney (-790 mètres d'altitude) ;
  • Rif Jany ;
  • la Condamine ;
  • Pourchery ;
  • le Perrier ;
  • le petit Vaujany ;
  • la Villette (1 325 mètres d'altitude).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaujany est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (96,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (39,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (38,1 %), forêts (18,4 %), eaux continentales[Note 2] (2,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,9 %), zones urbanisées (0,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le téléphérique du dôme des Petites-Rousses

L'histoire de Vaujany s'inscrit profondément dans celle de la province du Dauphiné, dont la commune était le dernier bastion avant la Savoie. Ainsi, le fait d'être situé sur ce lieu de passage stratégique a très certainement contribué à une fréquentation de ces lieux par l'homme dans des temps très reculés.

Nous n'avons pas, à Vaujany, trouvé de trace (pierres tombales, outils, instruments de chasse) des premières incursions humaines dans les Alpes, datées de 8 000 ans av. J.-C., mais on peut sans risque de se tromper indiquer que des traces d'habitat permanent datant de l'âge du bronze, soit 800 ans av. J.-C., ont été trouvées en altitude sur une autre voie de passage vers l'Italie, près du col du Lautaret.

Puis les tribus celtes ont peuplé la vallée de la Romanche, à 10 km d'ici, plus précisément le peuple des Ucènes, qui a donné son nom à l'Oisans.

Plus tard, les Romains avides de conquêtes sont passés par là, laissant dans les Grandes Rousses qui nous surplombent des traces de leurs fameuses voies romaines, et également d'exploitations minières puisque les montagnes qui nous entourent sont truffées de minerais (cuivre, argent et charbon). Puis, dans l'ordre, les Alamans, venus du sud de l'Allemagne, puis les Burgondes, ainsi que les terribles Lombards, déferlent dans ces montagnes, suivis quelques siècles plus tard par d'autres visiteurs, les Sarrasins, qui ont laissé trace de leur implantation dans le village voisin de Villard-Reculas sous forme d'un canal d'adduction d'eau. On sait qu'ils étaient eux aussi friands de métaux précieux.

À l'époque moderne et contemporaine, cette commune de haute montagne, très étendue (7154 hectares), avait une activité essentiellement d'agriculture de montagne et d'élevage jusqu'à il y a une vingtaine d'années. Elle a commencé à subir le phénomène de désertification par suite d'une rentabilité insuffisante de l'agriculture de montagne. Les grands travaux d'aménagement de Grand Maison ont accéléré ce phénomène.

Le , la rupture de l'axe de liaison suspente - chariot du téléphérique Dôme des Petites Rousses à Vaujany provoque la chute de la cabine et le décès de 8 techniciens âgés de 18 à 31 ans lors du dernier essai avant l'ouverture au public[9],[10],[11],[12],[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Le lac de Grand'Maison.

Le barrage de Grand'Maison et le barrage du Verney rapportent à Vaujany une rente annuelle d'un peu plus de 3 millions d'euros.

La commune de Vaujany est, grâce à l'argent rapporté par ces deux barrages, devenue dans les années 1980 une station de sports d'hiver (aujourd'hui, été-hiver) reliée au domaine de l'Alpe d'Huez par téléphérique.

Vaujany fait partie des villes de France les plus endettées avec un endettement par habitant en 2013 d'un peu plus de 160 000 euros[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1752 1803 André Jacquemet SE  
1796 1800 Dominique Chanoux SE  
1812 1815 Martin Durie SE  
1815 1818 François Long SE  
1818 1826 Féréol Noyrey SE  
1830 1844 Jean-Laurent Jacquemet SE  
1845 1863 Féréol André Molin-Desgrange SE  
1865 1876 Auguste Jacquemet SE  
1876 1884 François Dominique Jacquemet SE  
1884 1885 Étienne Hugues SE  
1885 1889 Ferdinand Jacquemet SE  
1889 1896 François Dominique Jacquemet SE  
1896 1904 Achille François Jacquemet SE  
1904 1912 Rémy Genevois SE  
1912 1929 Étienne Chanoux SE  
1931 1965 Augustin Rostaing SE  
1965 1971 Léon Falque SE  
1971 1977 Alphonse Basser SE  
1977 1995 Raymond Basset SE  
1995 2008 Marcel Basset SE  
2008 En cours Yves Genevois SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Les dates de début et de fin de mandat n'acquièrent une certaine cohérence qu'à partir de la Troisième République (1875).

Des actes de naissance sont signés André Jacquemet, maire et officier de l'état civil, en 1816.

Source: Archives de la commune.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 339 habitants[Note 3], en augmentation de 14,14 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
835721675774935792832984930
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
803756757787816864877841718
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
700673675657637535500434333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
308270224412242311311311303
2017 2018 - - - - - - -
337339-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cascade de la Fare.
  • Barrage de Grand'Maison ;
  • Barrage du Verney ;
  • Cascade de la Fare ;
  • Chapelle de Pourchery ;
  • Chapelle de la Villette ;
  • Église ;
  • Four banal de la Villette ;
  • Monument aux morts en face de l'église ;
  • Stèle en hommage aux combattants des maquis de l'Oisans au pied du col du Sabot.
  • Stèle en hommage aux huit victimes de l'accident de téléphérique survenu le en contrebas de la gare d'arrivée.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musée Hydrelec.
  • Bibliothèque ;
  • Espace Loisirs (gymnase, hammam, jacuzzi, piscine, salle de concert, salle de musculation, sauna) ;
  • Musées :
    • Musée du patrimoine de Vaujany
    • Maison de la faune (Musée sur les animaux peuplant les montagnes entourant Vaujany)
    • Musée Hydrelec[19] (musée sur l'utilisation de l'eau comme source d'énergie et les techniques de production d'électricité par l'eau)[20]
    • Vecia ma via (« Voici ma vie », en patois local) (musée sur l'histoire de Vaujany du début du vingtième siècle à aujourd'hui).

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Aire pour camping-cars ;
  • Centre estival du Collet ;
  • Clubs pour enfants ;
  • Festival de Scrabble chaque année en août ;
  • Garderie ;
  • Office de tourisme ;
  • Patinoire ;
  • Bowling ;
  • Petit train (saison estivale);
  • Piste de luge ;
  • Pistes de ski ;
  • Sentiers de randonnée.
  • Visite de la maison du maire

Sports[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

L'ascension de Vaujany servit d'arrivée à la cinquième étape du Paris-Nice 1994 avec un succès de Pascal Richard. De même, cette montée a servi d'arrivée d'étape du Critérium du Dauphiné libéré en 1995 avec une victoire de Richard Virenque[21]. Vaujany était également à l'arrivée de la 5e étape du critérium du Dauphiné 2016: Christopher Froome attaquait à 3 km de l'arrivée et s'imposait devant son ancien équipier Richie Porte, dépossédant ainsi Alberto Contador du maillot jaune.

Vaujany a également plusieurs fois accueilli d'arrivée d'étape de la Grande boucle féminine.

Année Etape Ville-départ de l'étape Distance Gagnante
2005 6 Allemond 6.5 km (clm) Drapeau de la Suisse Priska Doppman
2003 5 L'Argentière-la-Bessée 108.5 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
2002 8 Courchevel 113.6 km Drapeau de la Russie Valentina Polkhanova
2001 13 Guillestre 135.5 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
2000 10 Lans-en-Vercors 76.5 km Drapeau de la France Séverine Desbouys
1999 9 La Chapelle-en-Vercors 129.8 km Drapeau de la Russie Valentina Polkhanova
1998 9 Gap 120 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
1997 5 Valloire 86 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
1996 10 Guillestre 125 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
1995 4 Albertville 114.7 km Drapeau de l'Italie Fabiana Luperini
1994 11 Drapeau de la Lituanie Rasa Polikevičiūtė
1993 11 Fontanil-Cornillon 77,8 km Drapeau du Royaume-Uni Marie Purvis
1992 8 Serre Chevalier 70.4 km Drapeau de la France Cécile Odin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « France - Le Soir », sur lesoir.be, (consulté le 26 janvier 2020).
  10. « L'accident du téléphérique de Vaujany Les experts mettent en cause une conception et un montage défectueux », sur lemonde.fr, (consulté le 26 janvier 2020).
  11. « Un téléphérique mal conçu, mal bâti. Sept ans après le drame de Vaujany, le procès des constructeurs s'ouvre à Grenoble. - Libération », sur liberation.fr, (consulté le 26 janvier 2020).
  12. « Procès du téléphérique de Vaujany, sept ans après le drame ! L'Humanité », sur humanite.fr, 10 septembre, 1996 (consulté le 26 janvier 2020).
  13. « La catastrophe du téléphérique de Vaujany. », sur freneydoisans.com, (consulté le 26 janvier 2020). Le documentaire dont il est question sur ce site a été rediffusé sur la chaîne RMC Story, le 26 janvier 2020 (50 ans de faits divers - Les morts de l'or blanc par Xavier-Marie Bonnot).
  14. Les villes les plus endettées de France en 2013http://www.journaldunet.com
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Musée Hydrelec.
  20. Site officiel Musée EDF Hydrelec.
  21. Critérium du Dauphiné libéré - 1995, sur le site les-sports.info, consulté le 11 décembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :