Obélix et Compagnie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Obélix et Compagnie
23e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Thèmes Économie
Personnages principaux Astérix, Obélix

Éditeur Dargaud
Première publication 1976
ISBN 2-01-210155-0
Nb. de pages 48

Prépublication 1976
Albums de la série Astérix

Obélix et Compagnie est le vingt-troisième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), pré-publié en 1976 dans l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur puis publié en album en 1976.

Historique[modifier | modifier le code]

Pré-publié, comme beaucoup d'histoires de ladite série, dans un journal non-spécialisé dans la bande-dessinée dès 1976, l'album sortit aux éditions Dargaud (actuellement, les éditions Hachette) cette même année avec un tirage original de 1 300 000 exemplaires. L'album fut aussi édité en occitan cette même année par la Société Toulousaine du Livre, et cette édition constitue aujourd'hui une vraie rareté[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un jeune Romain ambitieux, du nom de Caius Saugrenus, suggère à César d’essayer de corrompre les irréductibles Gaulois, puisqu’il lui est impossible de les vaincre militairement. Ayant reçu carte blanche, Saugrenus imagine d’acheter les menhirs qu’Obélix transporte sempiternellement sur son dos depuis le début de la série. Rapidement couvert de sesterces par le Romain, qui veut toujours plus de menhirs, Obélix est obligé d’embaucher des assistants, de payer des chasseurs, etc. Il devient ainsi le moteur économique du village, et néglige par la suite son amitié avec Astérix et Idéfix. Les autres Gaulois, jaloux du succès d’Obélix, décident – par suggestion d’Astérix – de tailler des menhirs eux aussi. Au bout d’un certain temps, la moitié du village fait des menhirs et l’autre moitié la nourrit. Cependant César, s’alarmant des dépenses de Saugrenus qui mettent à mal l’économie de la République romaine, Saugrenus entreprend de revendre les menhirs au public romain grâce à une campagne de publicité extraordinaire. De fil en aiguille, une gigantesque crise économique et sociale secoue la République romaine tout entière...

Personnages[modifier | modifier le code]

Caricatures[modifier | modifier le code]

Cet album compte pas mal de caricatures, outre celle de Jacques Chirac en Caius Saugrenus  :

Analyse[modifier | modifier le code]

  • Saugrenus est présenté comme un diplômé de la Nouvelle École d'Affranchis (NEA), un « néarque », c'est une parodie de l'École nationale d'administration (ENA) là où Chirac fut diplômé[6],[7].
  • La 32e planche de l'album, l'exposé économique et commercial de Saugrenus sur les menhirs à vendre, est particulière : il s'agit de la millième planche de la bande dessinée Astérix. Pour l'occasion, à la fin de la planche, deux encadrés sont disposés, l'un est la signature « Uderzo & Gosciny », l'autre est « M : Albo Notamba Lapillo », signifiant en latin « Mille : à marquer d'une pierre blanche ». Néanmoins, une faute d'orthographe est volontaire, pour que Notamba se lise « Note en bas », l'expression correctement orthographié donne Albo Notanda Lapillo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page de l'album sur le site officiel d'Astérix le Gaulois, consulté le 13 mars 2011.
  2. L'encyclopedix : Saugrenus Caius.
  3. Asterix.com : Absolumentexclus
  4. L'encyclopedix : Hardy Oliver
  5. L'encyclopedix : Laurel Stan
  6. Goscinny raconte les secrets d'Astérix, entrée « Saugrenus, Caius »
  7. « Astérix : les lecteurs veulent les aventures de Sarkozix le Gaulois », sur Le Figaro,

Liens externes[modifier | modifier le code]