Astérix gladiateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astérix gladiateur
4e album de la série Astérix
Image illustrative de l'article Astérix gladiateur

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix, Assurancetourix

Éditeur Hachette
Première publication en album : 1964
ISBN 2012101364

Prépublication
Albums de la série Astérix

Astérix gladiateur est le quatrième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 126 () au no 168 () et publié en 1964.

Il a été originellement tiré à 60 000 exemplaires et adapté en dessin animé dès 1985, combinant des intrigues de Astérix gladiateur et Astérix légionnaire sous le titre Astérix et la Surprise de César.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au camp romain de Petibonum, les Romains reçoivent la visite d'un préfet. Celui-ci leur annonce qu'il part en congé à Rome et qu'il vient chercher un beau cadeau pour César: il compte lui offrir un des irréductibles Gaulois. Le centurion pense d'abord que le barde, qui est le moins agressif serait le candidat le plus inoffensif. Parallèlement, au village des Gaulois, Assurancetourix décide d'aller faire un tour en forêt. Obélix ne veut pas et Assurancetourix est flatté jusqu'à ce qu'Obélix lui dise que son chant fait fuir les sangliers. Dans un premier temps, certains Romains envoyés pour capturer Assurancetourix sont repoussés par son chant, puis ils parviennent à s'approcher de lui en se mettant du persil dans les oreilles. Ils l'enlèvent. Cependant, un jeune villageois les a vus et va vite prévenir le reste du village. Le village averti livre bataille dans le camp de Petibonum. Astérix, qui ne trouve pas Assurancetourix, questionne le centurion qui répond que le barde n'est plus là : il est dans une galère en direction de Rome pour être offert à César.

Astérix et Obélix décident de partir pour Rome afin d'aller sauver leur barde. Ils trouvent un bateau, lui font signe de s'arrêter et tombent sur le navire d'Épidemaïs, un marchand phénicien. En mer, ils rencontrent des pirates et les battent aisément. À Rome le préfet se présente à César et lui offre son cadeau ; César le remercie et dit qu'il peut se retirer, puis va appeler Caius Obtus, le laniste (dresseur de gladiateurs), pour lui demander s'il peut en faire un gladiateur. Caïus répond que non et César décide de jeter le barde aux lions. À leur arrivée à Rome, Astérix et Obélix essaient de trouver un endroit où l'on pourrait les renseigner et se dirigent vers un restaurant gaulois. Ils font la connaissance de Plaintcontrix, un Gaulois qui s'est installé à Rome depuis longtemps et qui essaie de faire des économies pour ouvrir un restaurant romain à Lutèce. Astérix lui dit qu'ils sont à la recherche d'un barde gaulois offert en cadeau à César. Plaintcontrix, discret, leur donne rendez-vous le soir chez lui (il a glissé son adresse dans un sanglier qu'Obélix a mangé). Nos Gaulois vont visiter les thermes où ils se font remarquer par Caïus Obtus, toujours à la recherche de gladiateurs prometteurs. En effet, aux thermes Obélix fait un plongeon dans une piscine et en vide toute l'eau ; Astérix assomme le masseur en disant que c'est celui-ci qui l'a frappé le premier.

Le soir venu, nos Gaulois vont retrouver Plaintcontrix chez lui, dans son insula. En arrivant au troisième étage et voyant une porte, Astérix demande à Obélix d'y frapper. Obélix frappe et casse la porte. Une dame sort et leur dit que Plaintcontrix se trouve en face de chez elle. Obélix brise alors la porte de Plaintcontrix qui les fait entrer, les installe et leur explique qu'il a entendu parler d'un barde que le préfet a apporté à César et que celui-ci sera jeté aux lions lors des prochains jeux du cirque. Astérix dit qu'ils vont le délivrer, mais Plaintcontrix répond que le barde est dans une cellule du cirque d'où l'on ne s'évade pas et les met en garde contre Caïus Obtus qui cherche des hommes pour les jeux de cirque. Une fois sortis de chez Plaintecontrix, les Gaulois sont attaqués par deux hommes de Caïus Obtus et les battent. Le lendemain matin, après avoir passé la nuit dans une auberge près du cirque, ils rencontrent un Romain qui demande du persil pour se protéger du chant d'un prisonnier. Astérix comprend qu'il s'agit d'Assurancetourix et Obélix obtient innocemment le numéro du cachot où le barde est enfermé. La première tentative des Gaulois pour sauver leur ami échoue : ils découvrent qu'Assurancetourix a été transféré dans un sous-sol inférieur. Astérix va demander conseil à Plaintcontrix qui leur rappelle que les seules personnes autorisées à entrer au cirque sont les condamnés, les lions, et les gladiateurs. La nouvelle parvient jusqu'à Caïus Obtus qui apprend que les deux Gaulois ont essayé de délivrer le barde et va demander du personnel par groupe de trois pour capturer ces Gaulois, mais cela ne marche pas, car Astérix et Obélix les battent aussi.

Caïus Obtus va placarder dans toute la ville des avis de recherche de 10.000. Sesterces à qui lui ramènera les Gaulois, Astérix vient justement de trouver une idée : se faire passer pour des gladiateurs. Après avoir été pris en embuscade par le public (qu'ils ont battu) , nos Gaulois trouvent Caïus Obtus dans la salle de bain. Caïus est d'abord terrifié, mais les Gaulois annoncent qu'ils sont prêts à être gladiateurs. Ravi Caïus Obtus les invite chez lui pour signer ses contrats et, ceci fait les Gaulois suivent Briseradius qui les emmène dans la caserne des gladiateurs pour qu'ils s'entraînent. Astérix et Obélix battent Briseradius et irritent Caïus Obtus en invitant les autres gladiateurs à jouer à des jeux idiots (dont la règle implique qu'ils ne doivent répondre à des questions sans dire oui, non, noir ou blanc sinon ils ont perdu). Plus tard, comme Caïus Obtus présente son programme à César, les Gaulois sortent faire un tour en ville. À la veille des jeux, comme les autres gladiateurs ne veulent pas se battre, Astérix leur promet qu'ils n’auront pas à le faire. Ensuite, Astérix et Obélix convainquent un garde de les emmener voir Assurancetourix et informent ce dernier de leur intention de le libérer ainsi que les gladiateurs.

Le lendemain, les jeux du cirque s'ouvrent en présence de César et de son fils adoptif Brutus. Pendant les courses de chars, Astérix et Obélix remplacent un conducteur de char qui vient de tomber malade après avoir bu du vin et grâce aux explications d'Astérix ils parviennent à gagner la course. Assurancetourix est ensuite jeté aux lions mais son chant les terrifie et fait également fuir le public. Caïus essaye de calmer César qui est en colère et lui dit cela va être sérieux, car c'est le numéro des gladiateurs. Une fois que les gladiateurs se sont présentés à César, Astérix leur demande de jeter leurs armes et explique le jeu : un personnage au centre doit poser des questions et il faut que les autres répondent sans dire oui, non, blanc ou noir sinon ils ont perdu. Cela fait enrager César qui leur ordonne de se battre. Astérix, pour tenir sa promesse aux gladiateurs, répond à César que s'il veut du combat, il doit envoyer une patrouille romaine contre Obélix et lui. César envoie sa garde qui est aisément vaincue par les deux Gaulois. Le public apprécie et César, voyant cela, déclare les Gaulois vainqueurs et leur dit qu'il leur accordera ce qu'ils désirent en récompense. Astérix répond qu'il veut que César rende la liberté à leur barde, ainsi qu'aux gladiateurs (César accepte). Il lui demande enfin de leur prêter Caïus Obtus pour les raccompagner en Gaule et de le renvoyer ensuite. César accepte au grand dam de ce dernier.

Peu de temps après, les Gaulois retrouvent Epidemais. Ils montent sur son bateau et Astérix dit à Epidemais que Caïus Obtus est une surprise pour les associés-rameurs de l'embarcation. Astérix dit à Caïus Obtus surpris qu'il va ramer jusqu'en Gaule pour lui apprendre à gagner sa vie sur les muscles des autres. Seulement quand Assurancetourix propose de lui chanter quelque chose, Caïus Obtus a tellement peur qu'il rame à toute vitesse. Après un bref voyage, les Gaulois arrivent chez eux et pour tenir sa promesse envers César, Astérix demande à Epidemais de ramener Caïus chez lui. Les villageois célèbrent alors le retour de nos héros avec un banquet, Assurancetourix étant comme toujours ligoté et bâillonné.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Astérix : le Gaulois mène l'aventure prêt à tous les dangers pour sauver un camarade.
  • Obélix : comme toujours, Obélix ne perd jamais une occasion de se cultiver et apprend à dire sanglier en latin.
  • Assurancetourix : le barde au chant insupportable est offert en cadeau à Jules César au même titre qu'un bibelot.
  • Plaintcontrix : Aubergiste gaulois, travaillant dans un restaurant gaulois de Rome.
  • Caïus Obtus : le dresseur de gladiateurs le plus célèbre de Rome.
  • Caligula Alavacomgetepus : préfet des Gaules, il a l'idée de ramener un irréductible Gaulois à Jules César pour son anniversaire. Son personnage est une caricature de George Fronval[1],[2].

Au fil de l'album[modifier | modifier le code]

Premières rencontres[modifier | modifier le code]

  • Pour leur quatrième aventure, les Gaulois découvrent Rome pour la première fois.
  • Les Gaulois font la connaissance de Plaintcontrix, restaurateur gaulois installé à Rome que l'on retrouve dans Astérix en Corse et d'Epidemaïs marchand phénicien que l'on retrouve dans plusieurs albums.
  • C'est aussi la première rencontre avec les pirates. Le chef à la barbe rousse et le vieux latiniste distingué sont déjà présents. La vigie qui avale les « r » quand il parle n'apparaît pas même si trois répliques portent sa signature. Au départ, il s'agissait d'une simple plaisanterie envers leurs collègues Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, en parodiant leurs personnages de Barbe-Rouge. Mais ces pirates comiques deviendront finalement des personnages récurrents de la série, apparaissant à presque tous les albums suivants, rencontrant un grand succès auprès des lecteurs.

Villes et lieux traversés[modifier | modifier le code]

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Alea jacta est ! : Le sort en est jeté
  • Tu quoque fili ! : Toi aussi, mon fils! ; Cette phrase, adressée par César à Brutus dans l'épisode, aurait été criée par ce même César, voyant son fils le poignarder, lors de la conjuration visant à l'assassiner.
  • Vanitas vanitatum et omnia vanitas : Vanité des vanités et tout est vanité
  • Veni, vidi, vici : Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu ; parodié ici en "Veni, vidi, et je n'en crois pas mes yeux !"

Culture romaine[modifier | modifier le code]

  • Afin de représenter la Rome antique, les auteurs se sont principalement basé sur La vie quotidienne à Rome à l'apogée de l'Empire, écrit en 1939 par Jérôme Carcopino et Histoire de Rome, écrit en 1934 par André Piganiol[3].
  • La Rome d'Astérix, bien qu'étant représentant la Ville Éternelle comme elle était dans l'Antiquité, symbolise aussi la grande ville moderne, élevée au rang métropolitain[4]. On découvre ainsi une ville gigantesque, très urbanisée, densément peuplée avec des Habitations Latines Mélangées (parodiant les HLM français), consumériste et hiérarchisée en classes.
  • Elle représente aussi un lieu emblématique culturel comme ceux d'aujourd'hui, attirant des touristes du monde entier. C'est montré dans l'album lorsque les héros visitent la ville au milieu de Grecs, Gaulois et Égyptien (dont l'un dégrade les monuments en écrivant des hiéroglyphes sur une colonne). On voit d'ailleurs des commerçants vendre des figurines évoquant l'art romain, comme on en trouve beaucoup de nos jours dans les zones touristiques de Rome.
  • Pour la première fois, les auteurs parodient le fameux proverbe romain « tous les chemins mènent à Rome ». Quand les deux Gaulois font du bateau-stop pour se faire emmener par Epidemaïs jusqu'à Rome, ils indiquent avec leurs pouces des directions opposées. Peu importe la direction, puisque tous les chemins y mènent.
  • Astérix et Obélix découvrent dans cet album les thermes romains, qui sont loin de les détendre. Après s'être changés dans l'apodyterium (vestiaire), ils commencent par le sudatorium (salle de transpiration humide, équivalent du hammam actuel), suivi du caldarium (bains chauds), où les températures ambiantes ne leur convient pas. Obélix se précipite donc dans le frigidarium (bains froids) afin de s'y rafraichir, tandis qu'Astérix subit une vigoureuse séance de massages. Des thermes peuvent aussi comporter une natatio (bassin à température ambiante, pouvant être à ciel ouvert), un tepidarium (bains tièdes) et un laconicum (salle de transpiration sèche).
  • On voit aussi comment sot organisés les logements romains. D'une part avec l'insula, édifice servant alors d'immeuble d’habitation, composées d’appartements à louer. À l'entrée, une pancarte annonce que "l'ostiaria se trouve dans l'escalier", nom (issu du latin ostiarius, ce qui signifie « portier » ou « garde des portes ») équivalent ici à l'actuel concierge. De même qu'une pancarte incitant à essuyer ses caligaes fait référence aux actuelles chaussures, que l'on doit essuyer à l'entrée d'un bâtiment que l'on veut garder propres. En haut, on découvre l'appartement de Plaintcontrix, au confort spartiate, composé d'un cubiculum (chambre), une culina (cuisine) et un triclinium (salle de réception ou salle à manger). D'une autre avec la domus de Caïus Obtus antiques. L'occasion pour les héros de découvrir la cuisine romaine, allongés dans des lits (« lectus triclinaris »), disposés en U autour de la table où ils se servent de la nourriture.
  • Quant aux rues, elles fourmillent de monde, avec des habitants de différentes classes sociales, aux multiples origines, illustrant l'aspect cosmopolite de la ville. Les piétons circulent entre les trottoirs par des passages surélevés leur étant destiné, comme c'était souvent le cas dans les villes romaines. Ces rues sont ponctuées de tabernas (boutiques) et de fontaines romaines, alimentées par le système hydrographique de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'encyclopédix : Alavacomgetepus Caligula.
  2. Asterix.com : Caligula Alavacomgetepus.
  3. Sous la direction de Carine Picaud, Astérix de A à Z
  4. Stefano Adamo, "Deux civilisations à contresens", extrait d'Astérix chez les philosophes, p. 44-45

Articles connexes[modifier | modifier le code]