Astérix le Gaulois (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Astérix le Gaulois
1er album de la série Astérix
Logo de l'album.
Logo de l'album.

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix
Lieu de l’action Armorique

Éditeur Dargaud
ISBN 2-01-210001-5
Nb. de pages 48

Prépublication
Albums de la série

Astérix le Gaulois est le premier album de la bande dessinée Astérix, publié en octobre 1961, scénarisé par René Goscinny et dessiné par Albert Uderzo.

Il a été pré-publié dans le journal Pilote du no 1 (29 octobre 1959) au no 38 (14 juillet 1960)[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Scénario de l'album, tapé par René Goscinny.

En 50 av. J.-C., après la défaite de Vercingétorix, toute la Gaule est occupée. Toute ? Non, car un petit village d'Armorique résiste encore aux assauts des légions de Petibonum, Laudanum, Babaorum et Aquarium. Et Jules César est fort contrarié de voir son armée mise en échec par une poignée d'« irréductibles Gaulois ».

En aller chasser, le guerrier Astérix croise sur sa route quatre légionnaires romains qu'il bat facilement avant de continuer son chemin. De retour au village, Astérix invite son ami Obélix, un livreur de menhirs, à déjeuner chez lui. Tous deux vont ensuite retrouver le druide Panoramix afin qu'Astérix prenne une ration de potion magique — une potion décuplant la force du consommateur. Le druide sermonne Obélix qui veut en boire aussi, en lui rappelant qu'il est tombé dans la marmite lorsqu'il était bébé et que les effets de la potion sont permanents chez lui.

À Petibonum, le centurion Caius Bonus et son second Marcus Sacapus décident d'envoyer un espion chez les Gaulois afin de connaître le secret de leur force surhumaine. Devant le peu d'entrain des légionnaires à se porter volontaires pour cette périlleuse mission, c'est finalement le petit et frêle Caligula Minus qui est désigné. Après l'avoir déguisé en Gaulois et enchaîné, Sacapus et une patrouille de légionnaires se promènent dans la forêt dans l'espoir d'être attaqués. Ce sont Astérix et Obélix, en manque de bagarres, qui délivrent Caligula Minus — qui, pour l'occasion, a pris le pseudonyme de Caliguliminix. L'espion est fort étonné lorsque Astérix arrache sans peine les chaînes qui l'enserrent. Au village, il découvre que Cétautomatix, le forgeron du village, travaille le fer avec ses poings, qu'Obélix porte facilement un menhir et qu'à mains nues, Astérix tire une charrette remplie de troncs d'arbres. Pendant le repas il réussit à découvrir l'existence de la potion magique. Après un premier refus du druide, il a la chance de pouvoir y goûter et d'en constater les effets lorsqu'il essaie de soulever une grosse pierre. Il est toutefois démasqué quand, pendant une danse gauloise, les danseurs doivent se tirer la moustache, la sienne étant fausse. Néanmoins, Caligula Minus parvient à s'échapper et à montrer à Caius Bonus les effets de la potion et leur durée. Le centurion songe alors aux grands projets qu'il pourrait réaliser s'il possédait la potion — comme prendre la place de César.

Alors qu'il part cueillir du gui dans la forêt, Panoramix se fait capturer par une patrouille dirigée par l'optione Tullius Octopus. Caius Bonus ordonne alors au druide de lui livrer le secret de la potion magique, mais celui-ci refuse. Au village, s'inquiétant de ne pas voir rentrer Panoramix, Astérix part à sa recherche, malgré le fait qu'il n'ait pas bu de potion depuis longtemps, comme le lui rappelle Obélix.

En arrivant sur la voie romaine, Astérix rencontre un marchand de bœufs naïf, qui lui révèle avoir vu un druide emmené dans un filet en direction de Petibonum. Afin que le commerçant accepte de l'introduire dans le camp dissimulé dans son chargement, Astérix fait croire à ce dernier qu'il souhaite faire une farce à « ses amis romains ».

Une fois à l'intérieur, Astérix se met à la recherche de Panoramix. À la nuit tombée, il surprend Caius Bonus et Marcus Sacapus comploter pour prendre la place de César grâce à la potion magique, pour ensuite former un triumvirat — chacun souhaitant en secret évincer l'autre pour régner seul.

Après avoir retrouvé le druide, Astérix se fait capturer par les Romains, mais les deux Gaulois projettent de s'amuser aux dépens de Caius Bonus et de ses hommes. Alors qu'Astérix simule d'horribles souffrances sous la torture à peine commencée, Panoramix feint d'accepter de fabriquer de la potion magique aux Romains. Après une cueillette surveillée en forêt, le druide commence à préparer sa potion lorsqu'il annonce qu'il manque un ingrédient important : des fraises, alors que ce n'est plus la saison. Caius Bonus envoie ses légionnaires en chercher, mais seul Tullius Octopus parvient à rapporter des fraises, achetées à prix d'or à un marchand grec. Le centurion s'empresse d'apporter les fraises à Astérix et Panoramix qui les mangent toutes devant lui, avant d'en réclamer d'autres, puis de préciser que la potion sera moins bonne sans les fraises. Panoramix reprend sa préparation et propose à Caius Bonus de goûter la potion. Mais celui-ci se méfie brusquement, craignant que ce ne soit du poison. Astérix se propose alors de goûter le breuvage devant lui, mais le centurion refuse pour éviter que le Gaulois en profite pour s'échapper. C'est alors qu'apparaît le marchand de bœufs : Caius Bonus l'invite à goûter la potion magique et à en tester les effets sur Astérix. Ce dernier feint de tomber assommé par le commerçant, convainquant les légionnaires, lesquels goûtent aussitôt la potion. Cependant, à l'insu des Romains, le marchand quitte le camp sans réaliser que sa barbe et ses cheveux sont en train de pousser très rapidement — ce qui indique que le breuvage qu'il vient d'absorber n'est probablement pas de la potion magique.

Caius Bonus ordonne à Panoramix de lui écrire la recette de la potion, tout en projetant de supprimer les deux Gaulois. Il veut ensuite tester ses forces, mais ne parvient pas à soulever un tronc d'arbre, ni un gros rocher. C'est alors qu'il voit que lui et ses hommes ont leurs cheveux et leurs barbes qui poussent à grande vitesse. Panoramix lui révèle alors qu'ils ont bu une vieille recette de lotion capillaire très puissante. Alors que le camp de Petibonum devient un grand salon de coiffure improvisé, Caius Bonus se résout à négocier avec ses prisonniers gaulois : en échange d'un contrepoison à la lotion capillaire, il accepte de leur rendre la liberté — en réalité, il envisage toujours de les éliminer. Panoramix accepte le marché, mais il est conscient qu'il doit rapidement trouver un moyen de s'échapper avec Astérix, car les effets de la lotion capillaire disparaîtront le lendemain.

Après avoir réuni tous les ingrédients, Astérix et Panoramix se rendent sous une tente pour préparer, d'une part une grosse marmite de prétendu contrepoison — en fait, un simple potage aux légumes —, d'autre part une petite marmite de vraie potion magique, qui doit leur permettre de s'enfuir.

Après avoir fait goûter le « contrepoison » à Astérix, Caius Bonus et ses hommes se ruent sur la marmite, puis le centurion ordonne qu'on se saisisse des Gaulois. Astérix, qui vient de boire de la potion magique, neutralise plusieurs Romains, puis s'enfuit avec Panoramix vers la sortie du camp, mais il est encerclé de toutes parts par des légions romaines. Sur le point de capturer à nouveau Astérix et Panoramix, Caius Bonus est demandé d'urgence sous sa tente par Jules César en personne, venu voir où le centurion en était avec les irréductibles Gaulois. Celui-ci l'informe de la situation actuelle et César demande à rencontrer les deux prisonniers. Astérix révèle alors à César les intentions de Caius Bonus : obtenir la recette de la potion magique pour devenir empereur à la place de César. Celui-ci décide d'envoyer Caius Bonus et ses hommes en Mongolie inférieure pour s'occuper de barbares, puis, magnanime, libère Astérix et Panoramix qui retournent enfin chez eux, accueillis en héros par les autres villageois. Un grand banquet nocturne est organisé pour célébrer ce succès des irréductibles Gaulois sur les Romains.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

  • Les apparences des personnages ne sont pas encore figées : Jules César est même dessiné sous deux allures très différentes au début et à la fin de l'album. De plus, Panoramix marche avec une canne jusqu'à son enlèvement. Après quoi, on le verra marcher sans son aide, comme dans les albums suivants.
  • Obélix n'a pas encore de véritable rôle dans cette première aventure : c'est plus Panoramix qui joue le rôle de second du héros aux côtés d'Astérix.
  • Panoramix indique qu'Obélix est tombé dans la marmite de potion magique quand il était bébé. Dans les albums suivants, il sera dit qu'Obélix est tombé dans la marmite quand il était petit, c'est-à-dire quand il était enfant, un petit garçon, ce que confirmera l'album Comment Obélix est tombé dans la marmite du druide quand il était petit.
  • C'est le seul album où Obélix est dessiné avec des poils sur les bras.
  • Des changements paraissent après cet album ; en effet, ici, les Gaulois boivent régulièrement de la potion magique, alors qu'après ils n'en prennent que pour les attaques.
  • Cétautomatix forge son métal avec ses mains dans cet album, mais dans les autres albums, il se sert de son marteau. Cela peut s'expliquer par le fait qu'après cet album, comme tous les autres habitants du village, il ne consomme de la potion magique que lors des assauts contre les légions romaines.
  • La hutte de Panoramix est dans la forêt alors que dans les autres albums elle est dans le village.
  • Les personnages féminins sont pratiquement absents de cet album. On voit d'abord une femme du village avec un seau sur la tête à la case 7 de la planche 2. Plus loin, case 4 de la planche 11, une autre (à moins que ce soit la même!) vide le contenu d'un seau sur la tête d'un paresseux venu faire la sieste sous sa fenêtre. Enfin, quand Jules César apprend que deux Gaulois, Astérix et Panoramix en l'occurrence, ont tenu tête à la garnison de Petibonum, il invoque Cléopâtre, ce qui fait de la reine égyptienne la première femme dont le nom est mentionné dans les aventures d'Astérix.
  • La page 35 de cet album n'a pas été dessinée par Albert Uderzo. En effet, la planche ayant été perdue au moment de l'impression, elle fut entièrement redessinée par son frère Marcel[2].

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Quid ? (Quoi ?) : première expression latine des aventures d'Astérix, prononcée par Jules César qui s'interroge sur l'inutilité des efforts déployés pour vaincre les invincibles Gaulois du village.
  • Ipso facto (Par le fait même) : phrase prononcée par un Romain voulant capturer Astérix.
  • Sic (Oui) : phrase prononcée par un Romain voulant capturer Astérix.
  • Vae victis (Malheur aux vaincus) : phrase prononcée par un Romain après avoir essayé en vain de capturer Astérix.
  • Ave (Salut) : Caius Bonus et Julius Pompilius sont les premiers à se saluer ainsi.
  • Alea jacta est (Le sort en est jeté, ou, Les dés sont jetés) : Marcus Sacapus, de retour d'une mission dont il sort mal en point, devient le premier à employer cette expression attribuée à Jules César, demeurée incomprise par un des légionnaires qu'il commandait, qui en a perdu son latin.
  • Quo vadis (Où vas-tu ?) : phrase prononcée par le Romain gardant l'entrée de Petibonum à Caligula Minus revenant du village gaulois.
  • Ave Caligula Minus, morituri te salutant, faisant référence à Ave Caesar, morituri te salutant (Salut César, ceux qui vont mourir te saluent) : phrase prononcée par Marcus Sacapus pour se moquer de Caligula Minus.
  • Aut Caesar, aut nihil (Ou César ou rien, ou, Empereur ou rien) : phrase prononcée par le centurion Caius Bonus qui s'approprie la devise de César Borgia.
  • Quid novi ? (Quoi de neuf ?) : phrase prononcée par un légionnaire non-volontaire.
  • Sursum corda (Élevons les cœurs) : phrase prononcée par un légionnaire non-volontaire.
  • Vanitas vanitatum et omnia vanitas (Vanité des vanités, tout est vanité) : phrase prononcée par un légionnaire non-volontaire.
  • De facto (De par les faits) : phrase prononcée par un légionnaire non-volontaire.
  • Quomodo vales ? (Comment vas-tu ?) : phrase prononcée par un légionnaire non-volontaire.
  • Vade retro ! (Recule !) : phrase prononcée par un légionnaire à Astérix et Panoramix s'enfuyant du camp romain.

Tirages[modifier | modifier le code]

L'album a d'abord été tiré à 6 000 exemplaires, qui ont rapidement été épuisés[1].

Une nouvelle version recolorisée dans une édition de luxe grand format (La Grande Collection) est sortie en décembre 2006.

À l'occasion du 60e anniversaire de l'album en 2019, un ouvrage limité à 5 000 tirages est publié : il s'agit d'une version avec les 44 pages originales en noir et blanc, l'intégralité en couleur et 32 pages d'explications autour de la création des personnages[3].

Astérix le Gaulois est classé à la 23e place du classement Les cent livres du siècle, établi par le journal Le Monde.

Adaptations[modifier | modifier le code]

En décembre 1960, un disque 33 tours Astérix le Gaulois, adapté et réalisé par Jacques Garnier, est publié par le label Festival. Cet enregistrement reprend le feuilleton radiophonique diffusé tous les jeudis soirs sur Radio Luxembourg dans l'émission Pilote. Le comédien Guy Piérauld prête sa voix au personnage d'Astérix, tandis que celui d'Obélix est interprété par Albert Augier[4],[5]

Au cinéma :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard de Choisy, Uderzo-Storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p. 154
  2. Goscinny-Uderzo, Le livre d'Astérix le Gaulois p. 124, Éditions Albert-René, Paris, 1999.
  3. « Le Figaro », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  4. Astérix de A à Z, p. 55.
  5. (en) « Various – Astérix Le Gaulois », sur Discogs (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]