Astérix chez Rahàzade (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astérix chez Rahàzade
Éditeur Cedic Nathan
Développeur Coktel Vision

Date de sortie
Genre Point'n Click

Labyrinthe

Plate-forme Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, Thomson, PC

Astérix chez Rahàzade est un jeu vidéo d'aventure développé et édité par Coktel Vision, sorti en 1987 sur Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, DOS et Thomson. Il est adapté du tome Astérix chez Rahàzade de la bande dessinée Astérix[1].

Scénario[modifier | modifier le code]

Le jeu reprend le scénario de l'album Astérix chez Rahàzade. Vous devez à l'aide de Kiçàh le fakir conduire Assurancetourix en Inde afin d'y faire tomber la pluie et éviter à la princesse Rahàzade de servir de sacrifice aux dieux.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu est divisé en deux parties. La plus grosse partie du jeu est un Point'n Click où vous devez guider Astérix et ses amis jusqu'en Inde. Chacun des choix pris par le joueur a un réel impact quant au déroulement des événements. En effet, le temps est limité car la princesse Rahàzade ne dispose que de mille et une heures avant son sacrifice. Il faut donc faire les bons choix pour éviter de perdre du temps ou faire des escales inutiles.

L'autre partie est un jeu de Labyrinthe ressemblant fortement à Pac-Man. Vous Dirigez Astérix et vous pouvez vous voir attribuer des objectifs diverses: récupérer des sesterces, chasser des sangliers, éliminer des romains, pirates ou perses. Vous ne pouvez pas frapper les ennemis à moins de ramasser une gourde de potion magique qui vous rend temporairement invincible, comme la super pac-gomme de Pac-Man. Toutefois, si vous n'avez plus de potion, vous pouvez toujours attirer vos cibles vers Obélix qui se trouve de temps en temps sur le niveau en fonction de l'objectif.

Autour du jeu[modifier | modifier le code]

Il s'agit à proprement parler du seul jeu Astérix qui soit expressément tiré d'un album. Les autres jeux ne disposant pas des mêmes titres, bien que leurs scénarii s'y ressemblent. Astérix et la Potion Magique est par exemple tiré d'Astérix le Gaulois mais n'est expressément pas nommé ainsi.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Amstrad Magazine 29 - Astérix chez Rahàzade - Page 49 (12-1987)