Les Lauriers de César

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Lauriers de César
18e album de la série Astérix
Logo de l'album.
Logo de l'album.

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix
Lieu de l’action Armorique
Lutèce
Rome

Éditeur Dargaud
ISBN 2-01-210150-X
Nb. de pages 48

Prépublication 1971-1972
Albums de la série

Les Lauriers de César est le dix-huitième album de la bande dessinée Astérix, publié en 1972, scénarisé par René Goscinny et dessiné par Albert Uderzo.

Il a été pré-publié dans le journal Pilote du no 621 () au no 642 ().

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un flash-back expliquant le présence d'Astérix et Obélix à Rome, Abraracourcix et son épouse Bonemine arrivent à Lutèce chez le frère de cette dernière, Homéopatix, lequel est un riche commerçant avec qui Abraracourcix ne s'entend pas du tout (Homéopatix l'appelle d'ailleurs « Machin »). Bon gré mal gré, Astérix et Obélix escortent leurs deux amis. Lors du dîner, après une dispute au sujet de la nourriture raffinée qu'Homéopatix se paie comparée à la nourriture simple du village gaulois, Abraracourcix, complètement ivre, fait un pari d'ivrogne avec son beau-frère : il lui promet de préparer un ragoût parfumé avec les feuilles de la couronne de laurier de Jules César. Pour ce faire, il ordonne à Astérix et Obélix de lui rapporter cette couronne.

C'est ainsi qu'Astérix et Obélix se retrouvent à Rome. Pour approcher César, ils cherchent à se faire embaucher comme esclaves dans son palais ; ils se proposent, en tant qu'esclaves à vendre, au marchand d’esclaves Tifus, et sont bientôt achetés par un Romain, Claudius Quiquilfus, qui les emmène chez lui et les présente à sa famille. Astérix et Obélix, qui croyaient être dans un palais de César, cherchent donc à se faire renvoyer. Astérix prépare, dans une marmite, un repas immangeable fait d'un mélange d'ingrédients trouvés dans la cuisine, mais comme cela a l'effet inattendu de guérir la gueule de bois de Gracchus, le fils fêtard de Quiquilfus, ils ne sont pas renvoyés. L'esclave intendant de la maison, Garedefréjus, devient méfiant et jaloux et s'arrange en secret pour faire accuser Astérix et Obélix de tentative d'assassinat sur Jules César.

Quiquilfus envoie en mission Astérix et Obélix au palais de César : c'est là qu'ils sont arrêtés par les soldats romains et jetés en prison. La nuit, ils sortent de leur cachot pour fouiller en vain le palais, à la recherche de la couronne de laurier de César. Le lendemain, un procès a lieu, durant lequel Astérix accélère délibérément sa condamnation aux fauves pour pouvoir être dans le Cirque Maxime en présence de César, et donc de sa couronne de laurier. Mais lorsque Astérix apprend que César est absent car en campagne contre des pirates, il refuse d'entrer dans l'arène, faisant attendre les spectateurs et les fauves affamés qui finissent par se manger entre eux. Le cirque est évacué, et Astérix et Obélix se retrouvent libres à Rome.

La nuit, ils rencontrent une bande de brigands dans les rues de Rome, se mêlent à eux pour attaquer et voler des riches passants, mais tombent sur le jeune fêtard ivre Gracchus Quiquilfus, qu'ils sauvent des brigands. Gracchus leur apprend que son esclave Garedefréjus a été nommé esclave personnel de César. Astérix et Obélix retrouvent l'esclave dans une auberge, et celui-ci leur apprend que César fera son retour triomphal le lendemain et que lui-même sera chargé de tenir la couronne de laurier au-dessus de la tête de César. Astérix persuade Garedefréjus d'échanger la couronne de laurier contre une couronne qu'ils tressent eux-mêmes avec du fenouil : c'est ainsi que le lendemain, César fait son retour à Rome avec, sans le savoir, une couronne de fenouil tenue par Garedefréjus au-dessus de sa tête, paradant avec ses prisonniers pirates (dont Barbe-Rouge, Triple-Patte et Baba).

Plus tard, au village gaulois, pendant le banquet, Homéopatix goûte le ragoût aux lauriers de César, ramenés par Astérix et Obélix. Abraracourcix finit par assommer sans ménagement son beau-frère critiquant le plat.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Cet album est le seul qui comporte une narration non linéaire : de manière un peu énigmatique, l'épisode commence avec Astérix et Obélix à Rome et la raison de leur présence dans cette ville nous est révélée plus tard, au moyen d'un flashback.

Comme dans Astérix chez les Bretons, Astérix légionnaire et Astérix chez les Helvètes, Idéfix ne participe pas au voyage. On ne le voit que dans la dernière case. Il en est de même pour les habitants du village gaulois : on n'aperçoit Panoramix, Agecanonix, Cétautomatix, Ordralphabétix et Assurancetourix qu'à la fin de l'épisode, au moment du banquet.

C'est également l'album où le village lui-même est le moins présent, puisqu'il n'apparaît qu'à la dernière page, le reste de l'histoire se déroulant à Rome — et à Lutèce, pour le flashback au début de l'épisode.

Homéopatix incarne tous les traits désagréables du Lutécien vis-à-vis du reste de la Gaule (« le reste de la Gaule, c'est bon que pour les sangliers »), caricature contemporaine du Parisien antipathique et suffisant qui exprime son mépris pour la « Province ». Le personnage est mentionné dans l'album suivant, Le Devin.

C'est la seule aventure où les soldats romains semblent être pris un peu au sérieux. Devant le palais de Jules César, Obélix, comme à son habitude, souhaite « foncer dans le tas » pour combattre les gardes du palais. Astérix le retient alors par la ceinture, en soulignant que « ces légionnaires là sont d'une autre trempe que ceux de chez nous », et en lui rappelant que la potion magique accroit la force, mais ne rend pas invulnérable.

Dans cet album, Obélix se découvre un goût peu modéré pour le vin. Chez Homéopatix à Lutèce, et à Rome, on le voit souvent en train de se verser un verre, de boire et de dire tout haut « FARPAITEMENT ! », contrairement aux autres albums, où il ne boit pas d'alcool, ou seulement par accident. Par exemple, dans Astérix chez les Bretons, il est ivre après avoir accidentellement bu du vin lors de la recherche du tonneau de potion magique ; Astérix précise d'ailleurs à cette occasion que son compagnon n'a pas l'habitude de boire et qu'habituellement il ne consomme que du lait de chèvre. Dans l'album précédent, Astérix chez les Helvètes, Obélix cuve son vin, inconscient, pendant la périlleuse escalade de la montagne. Mais dans l'album Le Cadeau de César, il noie « ses soucis dans le lait de chèvre » après s'être disputé avec Astérix, preuve qu'il n'a pas l'habitude de boire de l'alcool.

Références culturelles et artistiques[modifier | modifier le code]

Le Marché aux esclaves de Gustave Boulanger, caricaturé dans Les Lauriers de César.

Le tableau Le Marché aux esclaves de Gustave Boulanger est caricaturé par la mise sur le marché des « esclaves » Astérix et Obélix.

Sur l'étalage du marchand d'esclaves Tifus, l'esclave musclé qui se tient à côté d'Astérix imite les poses de célèbres statues au fil des cases : Le Penseur d'Auguste Rodin (page 16, case 1), l'Apollon d'Olympie (page 16, case 2), le Groupe du Laocoon (page 16, case 3) et le Discobole (même page, case 5).

En prison à Rome, Astérix et Obélix reçoivent la visite de leur avocat commis d'office. Celui-ci leur annonce la venue prochaine de César, et lorsqu'Astérix lui demande s'il portera sa couronne de lauriers, l'avocat répond « Je ne l'ai jamais vu coiffé d'un chapeau de paille, mon ami ». Pourtant, à la fin du dessin animé Les Douze Travaux d'Astérix, lorsque, forcé de remettre son pouvoir et son empire entre les mains du village gaulois, César se retrouve à la retraite, il fait du jardinage dans sa maison de campagne, coiffé d'un chapeau de paille.

Lorsque l'avocat des héros veut lire son discours à ses clients, il commence par la célèbre phrase de Caton l'Ancien : Delenda Carthago (Carthage doit être détruite), dont Caton se servait comme d'un refrain au début de chacun de ses discours. La même phrase va être utilisée par le procureur pendant le procès d'Astérix et d'Obélix, déclenchant l'indignation de leur avocat.

Le directeur de cirque Jean Richard est caricaturé dans l'arène où sont amenés Astérix et Obélix[1].

La campagne de Jules César contre les pirates et leur apparition lors du triomphe sont inspirées d'un incident historique. César, dans sa jeunesse, fut pris en otage par des pirates. Une fois libéré contre rançon, il les fit capturer et condamner, comme il le leur avait promis alors qu'il était leur prisonnier.

Chansons[modifier | modifier le code]

  • Sous l'aqueduc quand on frôle sa toge, elle rit… C'est tout le mal qu'elle sait faire… Ma Junon, ma Junon, ma Junon ! : chanté par Gracchus Quiquilfus ivre, parodiant la chanson Quand Madelon... de Bach.

Citations latines[modifier | modifier le code]

Termes latins[modifier | modifier le code]

Cet album est particulièrement riche en vocabulaire latin :

  • Cena : dîner et repas principal de la journée
  • Cochlea(ris) : cuillère
  • Cubiculum : chambre à coucher
  • Cubile : lit, couche ; d'où « avoir décubilé » : avoir découché
  • Delator : procureur
  • Domus : maison
  • Effractores, pluriel de effractor : cambrioleur
  • Fructuarii, pluriel de fructuarius : marchand de fruits
  • Mappae, pluriel de mappa : torchon, serviette
  • Matrona : matrone, épouse, mère de famille
  • Olitores, pluriel de olitor : marchand de légumes
  • Pastillarii, pluriel de pastillarius : marchand de confiseries
  • Pater : père
  • Peponarii, pluriel de peponarius : marchand de melons, de pastèques
  • Piscatores, pluriel de piscator : marchand de poissons
  • Raptores, pluriel de raptor : voleur
  • Scopae, pluriel de scopa : balai ; d'où « de la scopa ! » : du balai !
  • Sebaciaria, pluriel de sebaciarium : vigile, ronde de nuit à Rome
  • Sicarii, pluriel de sicarius : assassin
  • Siliginarii, pluriel de siliginarius : boulanger, pâtissier
  • Tablinium : bureau
  • Tonsor : barbier
  • Triclinium : salle à manger
  • Urbs : ville dans l'Antiquité
  • Vinarii, pluriel de vinarius : marchand de vin

Tirage[modifier | modifier le code]

Le tirage original en était de 1 100 000 exemplaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]