Astérix et Cléopâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astérix et Cléopâtre (homonymie).
Astérix et Cléopâtre
6e album de la série Astérix
Image illustrative de l'article Astérix et Cléopâtre

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix,
Numérobis, Panoramix

Éditeur Dargaud
Première publication 1965
ISBN 2-01-210138-0

Prépublication
Albums de la série Astérix
Précédent Le Tour de Gaule d'Astérix Le Combat des chefs Suivant

Astérix et Cléopâtre est le sixième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 215 () au no 257 (). L’album, publié en 1965, a été tiré en 100 000 exemplaires.

L’album a été adaptée en dessin animé en 1968 sous le même titre puis en film en 2002 sous le nom Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jules César nargue Cléopâtre : les Romains construisent des temples et des forums magnifiques alors que les Égyptiens ne construisent plus rien depuis les pyramides. Vexée, Cléopâtre charge son architecte Numérobis de bâtir un palais pour César en trois mois. Pour Numérobis, sa seule chance de venir au bout de cette tâche malgré l'obstruction des Romains est de demander l'aide de son vieil ami Panoramix. Le druide part donc pour l'Égypte lui prêter main-forte, accompagné d'Astérix et Obélix.


Historique[modifier | modifier le code]

L'affiche du film Cléopâtre est pastichée dans la couverture du sixième album de la série.

Création[modifier | modifier le code]

L'annonce de Pilote, magazine dans lequel l'histoire est pré-publiée dès décembre 1963, disait de la conception de cet album :

« 14 litres d’encre de chine, 30 pinceaux, 62 crayons à mine grasse, 1 crayon à mine dure, 27 gommes à effacer, 38 kilos de papier, 16 rubans de machine à écrire, 2 machines à écrire, 67 litres de bière ont été nécessaires à la réalisation de cette aventure[1]. »

Adaptations[modifier | modifier le code]

En 1968, soit 5 ans après la conception de l'album, René Goscinny et Albert Uderzo décident d'adapter leur ouvrage en un film d'animation, continuant ainsi le projet lancé une année plus tôt avec le long-métrage d'animation, Astérix le Gaulois. Pour cela, ils collaborent, tout comme donc ils l'avaient fait en 1967, avec Pierre Tchernia, cinéaste et ami des deux auteurs, et les studios Belvision, spécialisés dans l'adaptation à l'écran de bande-dessinées franco-belges. Le film sort le 19 décembre.

En 2001, c'est l'humoriste Alain Chabat qui s'attelle à l'adaptation de l'album pour un film avec de véritables acteurs cette fois-ci. Rédigeant un scénario très librement adapté et s'entourant de multiples comédiens connus et reconnus (Jamel Debbouze, Gérard Depardieu, Christian Clavier, Monica Bellucci, Gérard Darmon, Édouard Baer...) Alain Chabat réalise le film qui deviendra « numéro 1 du box-office annuel en France » en 2002, après sa sortie le 30 janvier, mais qui est aussi un succès critique : César des meilleurs costumes pour Philippe Guillotel, Tanino Liberatore et Florence Sadaune en 2003 et nominations dans les catégories : meilleur décor pour Hoang Thanh At et meilleur acteur dans un second rôle à la fois pour Gérard Darmon et Jamel Debbouze, toujours aux Césars 2003, ainsi qu'au European Film Awards 2002, dans la catégorie meilleur acteur cette fois pour Alain Chabat qui y jouait aussi le rôle de César[2].

Les personnages[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Goscinny et Uderzo ont eu l'idée de l'histoire après avoir vu ensemble le film Cléopâtre, de Joseph L. Mankiewicz, une superproduction sortie en 1963 et mettant en vedette Elizabeth Taylor dans le rôle-titre. L'album fait plusieurs clins d'œil au film :
    • La couverture de l'album (illustration et graphisme) parodie l'une des affiches du film[3] et fait un inventaire du matériel utilisé pour la réalisation de l'œuvre, à l'instar de la liste des moyens colossaux nécessaires à la réalisation du film[1].
    • Plusieurs éléments du décor du film sont reproduits dans l'album : le trône surmonté de la statue du dieu faucon Horus (p. 6), le gigantesque sphinx roulant qui sert aux déplacements « incognito » de la reine (p. 27), le trône à porteurs (p. 43) et la galère royale (p. 46-48).
    • La variété des tenues portées par Cléopâtre tout au long de l'album fait allusion aux très nombreux changements de costumes d'Elizabeth Taylor dans le film (pas moins de 65 robes, un record à l'époque), qui expliquent aussi l'exclamation de la reine en furie à un moment dramatique de l'album (p. 44) : « Je suis sortie du palais en courant, sans prendre le temps de me changer, quand j'ai appris ce qui se passait ! »
  • C'est sous les traits du scénariste Goscinny que le dessinateur Uderzo a représenté le scribe Misenplis.
  • La « situation accroupie » du scribe Misenplis (p. 12) fait référence au scribe accroupi, célèbre sculpture égyptienne exposée au musée du Louvre.
  • « La collation préférée de Cléopâtre : des perles dissoutes dans le vinaigre » (p. 11) : allusion à une anecdote rapportée par les auteurs romains (notamment Pline l'Ancien dans le livre IX de son Histoire naturelle) et selon laquelle Cléopâtre, pour impressionner Antoine par le luxe de ses repas, avait fait dissoudre une énorme perle de très grande valeur dans du vinaigre avant de le boire.
  • Cet album fait référence à la première grève répertoriée de l'Histoire, celle-ci ayant eu lieu en Égypte en l'an 29 du règne de Ramsès III (soit bien avant Astérix), à Deir el-Médineh. Les ouvriers chargés de la construction et de la décoration des monuments de la Vallée des rois protestaient contre le retard de ravitaillement[4].

Villes et lieux traversés[modifier | modifier le code]

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Alea jacta est !  : Le sort en est jeté
  • Ita diis placuit : Ainsi il a plu aux dieux

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Page de l'albulm sur le site officiel d'Astérix le Gaulois, consulté le 11 mars 2011.
  2. Awards for Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre sur l’Internet Movie Database, consulté le 1é mars 2011.
  3. Affiche du film
  4. DEIR EL-MEDINA sur 2terres.hautesavoie.net, consulté le 11 mars 2011.