Madeleine Albright

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Madeleine Albright
Illustration.
Fonctions
64e secrétaire d'État des États-Unis

(3 ans, 11 mois et 28 jours)
Président Bill Clinton
Gouvernement Administration Clinton
Prédécesseur Warren Christopher
Successeur Colin Powell
20e ambassadrice américaine auprès des Nations unies

(3 ans, 11 mois et 25 jours)
Président Bill Clinton
Gouvernement Administration Clinton
Prédécesseur Edward J. Perkins
Successeur Bill Richardson
Biographie
Nom de naissance Marie Jana Korbelová
Date de naissance (83 ans)
Lieu de naissance Prague (Tchécoslovaquie)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Père Josef Korbel
Diplômée de Wellesley College
Université Johns-Hopkins
Université Columbia
Profession Diplomate

Signature de Madeleine Albright

Madeleine Albright
Secrétaires d'État des États-Unis

Madeleine Korbel Albright (prononcé en anglais :[ˈmædəlɪn ˈɔlbɹaɪt])[1], née Marie Jana Korbelová le à Prague (Tchécoslovaquie), est une diplomate, femme politique et femme d'affaires américaine. Membre du Parti démocrate, elle est ambassadrice américaine auprès des Nations unies de 1993 à 1997 puis secrétaire d'État des États-Unis entre 1997 et 2001 dans l'administration du président Bill Clinton.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Marie Jana Korbelová est née de parents juifs, convertis au catholicisme pour échapper aux persécutions antisémites. Son père, Josef Korbel était un diplomate tchèque. Marie Jana changea de nom pour celui de « Madeleine » lors de son inscription dans une école suisse, ce prénom étant une adaptation française de « Madlenka », le surnom tchèque que lui donnait sa grand-mère. En 1939, la famille Korbel s'enfuit à Londres après l'annexion de la Bohême et de la Moravie par l'Allemagne nazie. Ses grands-parents meurent en déportation dans les camps d'Auschwitz et de Theresienstadt. Après la Seconde Guerre mondiale, la famille s'installa à Belgrade où Josef Korbel était devenu ambassadeur de Tchécoslovaquie en Yougoslavie.

En 1948, après la prise de pouvoir par les communistes à Prague, la famille s'exila aux États-Unis[2], où Josef devint professeur en relations internationales à l'Université de Denver ; il aura ainsi Condoleezza Rice comme étudiante.

Études scolaires[modifier | modifier le code]

Après sa scolarité en Suisse, Madeleine Korbel sortit diplômée en science politique du Wellesley College dans le Massachusetts. Elle acquiert la citoyenneté américaine en 1957.

Elle poursuit ses études, apprend le russe et obtient une maîtrise et un doctorat en droit public de l'université Columbia. Elle parle alors couramment l'anglais, le français, le tchèque et le russe, tout en ayant des connaissances en allemand, polonais et serbo-croate.

Début de la carrière professionnelle et politique[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1978, elle est l'assistante parlementaire du sénateur démocrate Edmund Muskie. De 1978 à 1981, elle travaille à la Maison-Blanche dans l'équipe de Jimmy Carter et est nommée au Conseil de sécurité nationale ; c'est à ce poste qu'elle formule la politique étrangère du président Jimmy Carter.

Après la fin de la présidence Carter en 1981, elle travaille pour le Woodrow Wilson International Center for Scholars à la Smithsonian Institution, où elle écrit des articles sur le rôle de la presse dans les changements politiques intervenus en Pologne au début des années 1980. Elle travaille également pour le Center for Strategic and International Studies comme spécialiste de l'URSS et de l'Europe de l'Est. Elle cofonde également un centre de réflexion, le Centre pour la politique nationale (Center for National Policy), dont elle assumera la présidence. En 1982, elle est nommée professeur d'affaires internationales à l'université de Georgetown.

En 1984, Madeleine Albright est conseillère en politique internationale de la candidate démocrate à la vice-présidence Geraldine Ferraro puis en 1988 du candidat démocrate à la présidence Michael Dukakis. À partir de 1993, date du retour des démocrates au pouvoir, elle revient au gouvernement et entre dans l'administration Clinton.

Ambassadrice aux Nations unies[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée ambassadrice américaine aux Nations unies par le président Bill Clinton (avec rang au Cabinet présidentiel). À ce poste, il lui est reproché d'avoir tardé à intervenir lors du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.

Secrétaire d'État[modifier | modifier le code]

Elle est nommée secrétaire d'État par le président Bill Clinton le . Après avoir été confirmée dans cette fonction par un vote unanime du Sénat, elle fut investie comme la 64e secrétaire d'État le .

Le , les Talibans prennent Kaboul, la secrétaire d'État Madeleine Albright déclare alors que « c'est un pas positif »[3]. Fort de son soutien politique, les fondamentalistes s'emparent dès lors du pouvoir à Kaboul.

Célébrée comme la première femme secrétaire d'État et comme la femme ayant accédé à cette date au plus haut rang politique de l'histoire des États-Unis, Madeleine Albright se fait l'avocate de la démocratie, des droits de l'homme, tout en faisant la promotion de l'approche américaine sur le travail, le commerce et l'environnement. Elle fait du renversement du président serbe Slobodan Milošević sa priorité, apportant des fonds considérables aux organisations d'opposition[4]. Son action est primordiale en Bosnie-Herzégovine et plus particulièrement lors de la guerre du Kosovo à l'encontre de la Serbie. En 2000, elle renouvelle sa promotion de la démocratie appelant à la création d'une « communauté de démocraties ». Néanmoins, ses détracteurs l'accusent de crimes de guerre et de crime contre l'Humanité à cause de son soutien aux sanctions internationales contre l'Irak ayant provoqué la mort de 500 000 enfants irakiens. Interrogée sur ce dernier fait par une journaliste, elle déclarera que c'était une « décision difficile » mais qu'en définitive cela « en valait le la peine »[5],[6].

En 2000, elle est le plus haut responsable américain en fonctions à se rendre en Corée du Nord depuis la fondation du régime[7].

Depuis 2001[modifier | modifier le code]

Après la fin du mandat de Bill Clinton en , elle fut approchée par le président tchèque Václav Havel pour prendre sa succession à la présidence de la République tchèque, proposition qu'elle déclina[réf. nécessaire].

En 2001, Albright créa l'Albright Group, un cabinet de conseil en stratégie internationale basé à Washington, D.C. Elle compta Coca-Cola, Merck, Dubai Ports World et Marsh & McLennan parmi ses clients.

En 2003, elle accepta une place au Conseil des Directeurs du New York Stock Exchange. En 2005, elle décida de ne pas solliciter un second mandat, à la suite des conséquences du scandale Grasso, dans lequel le président du Conseil des directeurs de la NYSE, Dick Grasso, perçut pour son départ une indemnité de 187,5 millions de dollars, avec une gouvernance faible du Conseil dans lequel Albright siégeait.

Professeur à l'université de Georgetown, elle participa en à une réunion à la Maison-Blanche de tous les anciens secrétaires d'État et secrétaires à la Défense pour discuter de la politique étrangère avec les membres du gouvernement de George W. Bush.

Elle préside le NDI (la branche du National Endowment for Democracy gérée par le Parti démocrate) ainsi que la fondation Truman qui accorde des bourses. Elle a, lors de l'élection présidentielle américaine de 2008, soutenu Hillary Clinton. Durant la période de transition, le président élu Barack Obama l'a chargée de le représenter à l'étranger.

Madeleine Albright copréside le groupe de travail chargé d'élaborer le nouveau concept stratégique de l'Alliance atlantique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1959, Madeleine Albright se maria avec Joseph Medill Patterson Albright, un journaliste de Chicago, neveu d'Alicia Patterson, fondatrice du Newsday, elle-même fille du magnat de la presse Joseph Medill Patterson. Le couple eut trois filles dont des jumelles, mais divorça en 1982. Madeleine Albright a un frère qui s'appelle John.

Controverses[modifier | modifier le code]

Sanctions contre l’Irak[modifier | modifier le code]

Le , alors qu’elle était ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Madeleine Albright accorde une interview à l'émission de CBS Sixty Minutes. Lors de l’interview, la journaliste Lesley Stahl lui pose une question à propos des sanctions contre l'Irak : « Nous avons entendu dire qu'un demi-million d'enfants sont morts. C'est plus d'enfants morts qu’à Hiroshima. Cela en valait-il ce prix ? ». En réponse Madeleine Albright affirme : « Je pense que c'est un choix très dur, mais le prix -- nous pensons que cela en valait le prix. » (« I think this is a very hard choice, but the price -- we think the price is worth it. »)[8],[9].

Elle critiquera par la suite l’interview de Stahl comme « revenant à de la propagande irakienne », affirmant que la question était tendancieuse. Elle écrira : « Je suis tombée dans un piège et j'ai dit quelque chose que je ne voulais pas dire ». Elle a regretté de s’être montrée « cruelle de sang-froid », mais maintiendra tout son soutien aux principes des sanctions commerciales internationales[10]. L’interview a remporté un Emmy Award.

« Nation indispensable »[modifier | modifier le code]

Alors qu’elle était secrétaire d'État, Madeleine Albright s’est mise à utiliser fréquemment l'expression « La nation indispensable » en parlant des États-Unis d’Amérique Notablement en février 1998 lorsque, défendant la politique de diplomatie coercitive contre l'Irak, elle déclare : « C'est la menace du recours à la force [contre l'Irak] et notre déploiement là-bas qui va donner de la force à la diplomatie. Si nous devons utiliser la force, c'est parce que nous sommes l’Amérique ; nous sommes la nation indispensable. Nous sommes debout et nous voyons plus loin dans l’avenir que les autres pays, et nous voyons le danger pour nous tous »[11].

Allégations de discours haineux[modifier | modifier le code]

Fin octobre 2012, lors de la signature d'un livre dans la librairie de Prague Palác Knih Luxor, Madeleine Albright, recevant la visite d'un groupe de militants de l'organisation tchèque « Přátelé Srbů na Kosovu », qui avaient apporté des photos de guerre, dont certaines montraient des victimes serbes de la guerre du Kosovo de 1999, est filmée leur disant : « Sortez, Serbes dégoûtants ! »[12],[13].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Madame le secrétaire d'État : Mémoires [« Madam Secretary »] (trad. de l'anglais par Marie-France Girod, Josiane et Alain Deschamps et Renaud Morin), Albin Michel, (ISBN 2-226-14194-4 et 978-2-226-14194-1, OCLC 154661858)
  • (en) Fascism : a warning, Harper, .

Hommage[modifier | modifier le code]

Plaque d'une voie portant son nom à Pristina (Kosovo).

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Elle apparaît dans l'épisode 7 de la saison 6 de la série Gilmore Girls, titré 21 ans et le monde à conquérir (Twenty-One is the Loneliest Number), dans son propre rôle.

Elle fait également une apparition, toujours dans son propre rôle, dans l'épisode 8 de la saison 7 de la série Parks and Recreation, Ms. Ludgate-Dwyer Goes to Washington.

Elle fait de même une apparition dans le deuxième épisode de la seconde saison de la série Madam Secretary, titré À son corps défendant (The Doability Doctrine), jouant son propre rôle d'ancienne secrétaire d'État des États-Unis, ainsi que dans le premier épisode de la cinquième saison titré E pluribus unum au côté de Colin Powell et Hillary Clinton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Prononciation de « Madeleine Albright » en anglais américain retranscrite selon la norme API. Écouter sur Forvo.
  2. Madeleine Albright, interviewée par Olivier Royant et Régis Le Sommier, « Migrants, chance et menace pour l'Europe », Paris Match, semaine du 28 juin au 4 juillet 2018, p. 52-55.
  3. in Le Grand Jeu, op. cit., p. 162
  4. Ana Otašević, « Changements de régime clés en main », sur Le Monde diplomatique,
  5. (en) ttj1776, « Madeleine Albright says 500,000 dead Iraqi Children was "worth it" wins Medal of Freedom », (consulté le 10 août 2016).
  6. "Punishing Saddam", CBS News, 12 mai 1996
  7. « Parler ou pas avec Pyongyang, question sensible pour l'administration Trump », lepoint.fr, 2 octobre 2017.
  8. (en) « Madeleine Albright - 60 Minutes », YouTube, (consulté le 1er juin 2010).
  9. (en) « The mighty and the Almighty ... - Google Books », Google Livres (consulté le 1er juin 2010).
  10. (en) Česky, « Madeleine Albright - Wikiquote », En.wikiquote.org (consulté le 1er juin 2010).
  11. (en) Micah Zenko, « The Myth of the Indispensable Nation », FP, (consulté le 3 juillet 2021).
  12. « Madeleine Albright in Prague: "Disgusting Serbs!"- Vidéo youtube », sur Youtube (consulté le 7 mars 2021)
  13. (en) « Madeleine Albright's scrap with pro-Serbian activists », sur The Atlantic, (consulté le 7 mars 2021)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]