Elihu B. Washburne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Elihu B. Washburne
Illustration.
Fonctions
Ambassadeur des États-Unis en France
Président Ulysses S. Grant
Rutherford B. Hayes
Prédécesseur John Adams Dix
Successeur Edward Follansbee Noyes
25e secrétaire d'État des États-Unis
Président Ulysses S. Grant
Gouvernement Administration Grant
Prédécesseur William H. Seward
Successeur Hamilton Fish
Représentant des États-Unis
Circonscription 3e district de l'Illinois
Prédécesseur Owen Lovejoy
Successeur Horatio C. Burchard
Circonscription 1er district de l'Illinois
Prédécesseur William Bissell
Successeur Isaac N. Arnold
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Livermore (Maine,
États-Unis)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Chicago (Illinois,
États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université Harvard

Elihu B. Washburne
Secrétaires d'État des États-Unis

Elihu Benjamin Washburne, né le à Livermore (Maine) et mort le à Chicago, est un homme politique américain qui a joué un rôle important dans la création du Parti républicain. Il est représentant de l'Illinois entre 1853 à 1869, secrétaire d'État des États-Unis en 1869 dans l'administration du président Ulysses S. Grant puis ambassadeur des États-Unis en France entre 1869 et 1877.

Biographie[modifier | modifier le code]

Représentant de l'Illinois de 1853 à 1869 à la Chambre des représentants, il est proche du président Abraham Lincoln. Originellement whig, il fait partie des premiers membres et des leaders du nouveau Parti républicain.

Réélu à la Chambre des représentants entre 1863 et 1869, il bénéficie de pots-de-vin des entreprises de chemin de fer en échange de contrats à l'avantage de celles-ci[1].

Il remplace William H. Seward en tant que secrétaire d'État du président Ulysses S. Grant pendant 12 jours, en mars 1869. Il est le secrétaire d'État demeuré le moins longtemps en fonction de toute l'histoire des États-Unis. Il est ensuite nommé ambassadeur des États-Unis en France, où il joue un rôle influent dans les négociations de l'armistice de la guerre franco-allemande de 1870.

Il se retire à Chicago en 1876, et son nom est plusieurs fois avancé comme candidat républicain à l'élection présidentielle. Il meurt en 1887.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 286

Liens externes[modifier | modifier le code]