Adlai Stevenson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stevenson.
Adlai Stevenson
Adlai Stevenson en mars 1953.
Adlai Stevenson en mars 1953.
Fonctions
31e gouverneur de l'Illinois
Prédécesseur Dwight Green
Successeur William Stratton
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Los Angeles (Californie)
Date de décès (à 65 ans)
Lieu de décès Londres (Royaume-Uni)
Parti politique Parti démocrate
Profession Diplomate
Religion Universalisme unitarien

Adlai Stevenson
Gouverneurs de l'Illinois

Adlai Ewing Stevenson II, né à Los Angeles le et mort à Londres le , est un homme politique américain membre du Parti démocrate. Il est notamment gouverneur de l'Illinois entre 1949 et 1953 et candidat de son parti aux élections présidentielles de 1952 et de 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Los Angeles, Aldai Steveson était le petit-fils d'Adlai Ewing Stevenson, 23e vice-président des États-Unis entre 1893 et 1897. Son père, Lewis Stevenson, fut secrétaire d'État de l'Illinois de 1914 à 1917.

Il a été gouverneur de l'Illinois de 1949 à 1953 avec comme lieutenant-gouverneur Dixon Sherwood. Renommé pour ses talents d'orateur et ses orientations progressistes le plaçant à la gauche du parti, Stevenson a été le candidat démocrate aux élections présidentielles américaines en 1952 et 1956. À chaque fois, il est battu par Dwight Eisenhower, gagnant respectivement neuf et sept États dans le Deep South traditionnellement démocrate. En 1956, lors des primaires démocrates, il instaure pour la première fois l'élection séparée pour la candidature à la vice-présidence. Jusqu'alors et depuis, les candidats à la vice-présidence ont été nommés par les candidats à la présidence.

Il est nommé ambassadeur des États-Unis aux Nations unies en 1961 par John F. Kennedy, après avoir convoité la fonction de secrétaire d'État à laquelle a finalement été nommé Dean Rusk. Il reste à ce poste jusqu'en 1965, s'illustrant notamment lors de la crise des missiles de Cuba en demandant des comptes à son homologue soviétique Valerian Zorine lors de l'Assemblée générale des Nations unies. Il décède d'une insuffisance cardiaque à Londres le 14 juillet 1965.

Ses adversaires républicains avaient coutume de brocarder son aspect d'intellectuel de gauche et le qualifiaient fréquemment de « crâne d'œuf », sobriquet inventé par Richard Nixon, lors de l'élection présidentielle de 1952. La rumeur de son homosexualité, alimentée par J. Edgar Hoover, a également été utilisée contre lui[1].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. K.A. Cuordileone, Manhood and American Political Culture in the Cold War, Routledge, 2012, p.92.

Liens externes[modifier | modifier le code]