Samantha Power

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Power.
Samantha Power
Portrait officiel de Samantha Power, 2013.
Portrait officiel de Samantha Power, 2013.
Fonctions
28e ambassadrice américaine auprès des Nations unies

(3 ans 5 mois et 18 jours)
Président Barack Obama
Prédécesseur Susan Rice
Rosemary DiCarlo (intérim)
Successeur Michele J. Sison (intérim)
Nikki Haley
Biographie
Nom de naissance Samantha Jane Power
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Dublin (Irlande)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Cass Sunstein
Diplômé de Université de Yale
Université de Harvard
Religion Catholicisme

Samantha Power, née le à Dungarvan en Irlande, est une journaliste et écrivain américaine, ambassadrice des États-Unis aux Nations unies de 2013 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Irlande[1], Samantha Power suit ses parents qui émigrent aux États-Unis en 1979 et fait des études à Lakeside High School (en) et à l'université Yale.

De 1993 à 1996, elle travaille comme journaliste à U.S. News & World Report, The Boston Globe, The Economist et The New Republic, en tant que reporter sur les guerres de Yougoslavie. De retour sur le sol américain, elle reprend des études à Faculté de droit de Harvard dont elle est diplômée en 1999. Elle est fondatrice en 1998 et directrice jusqu'en 2002 du Centre Carr pour la politique des droits de l'homme.

En 2002, elle reçoit le prix Pulitzer de l'essai pour son livre A Problem From Hell: America and the Age of Genocide, une étude sur la réponse américaine face au crime de génocide. Elle essuie cependant les critiques de l'historien Howard Zinn pour son manque de mise en abîme des dommages collatéraux et intentionnels et de l'économiste Edward Herman pour le manque de traitement des massacres au Timor oriental et en Asie du Sud-Est.

En 2004, elle est citée par le classement du Times comme l'une des 100 plus éminentes chercheuses des États-Unis.

Militante des droits de l'homme à université Harvard, elle est enseignante à l'école d'affaires publiques John F. Kennedy de cette même université jusqu'en 2004.

En 2005 et 2006, elle travaille pour le groupe de soutien de Barack Obama lors de sa campagne pour devenir sénateur, puis pour sa campagne de 2008, jusqu'à ce qu'elle traite Hillary Clinton de « monstre ». Mais après l'élection d'Obama, elle entre dans l'équipe de cette dernière département d'État, et est adjointe au Conseil de sécurité nationale à partir de 2009.

Le , elle est nommée par le président au poste d'ambassadrice auprès des Nations unies, en remplacement de Susan Rice. Confirmée par le Sénat le suivant par 87 voix contre 10, elle prend ses fonctions le lendemain[2]. Elle est notamment remarquée en 2016 pour un discours fait face à Vitali Tchourkine, ambassadeur russe aux Nations unis, dans lequel elle affirme à propos de la guerre civile syrienne, la Russie étant accusée de crimes de guerre : « Il n'y a donc rien qui puisse vous faire honte? Aucun acte barbare, aucune exécution d'enfant qui puisse vous irriter? »[3].

Samantha Power est mariée à Cass Sunstein, juriste et philosophe, et mère de deux enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sheryl Gay Stolberg, « A New U.S. Player, Put on World Stage by Syria », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  2. Maxime de Valensart, « Samantha Power, nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU », 7s7,‎ (lire en ligne).
  3. Sophie Amsili, « Samantha Power, l'ambassadrice d'Obama qui bouscule l'ONU », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :