Bill Richardson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bill Richardson
Illustration.
Bill Richardson en 2006.
Fonctions
30e gouverneur du Nouveau-Mexique

(8 ans)
Élection 5 novembre 2002
Réélection 7 novembre 2006
Lieutenant-gouverneur Diane Denish (en)
Prédécesseur Gary Johnson
Successeur Susana Martinez
9e secrétaire à l'Énergie des États-Unis

(2 ans, 5 mois et 2 jours)
Président Bill Clinton
Gouvernement Administration Clinton
Prédécesseur Federico Peña
Successeur Spencer Abraham
21e ambassadeur américain auprès des Nations unies

(1 an, 6 mois et 5 jours)
Président Bill Clinton
Gouvernement Administration Clinton
Prédécesseur Madeleine Albright
Successeur Richard Holbrooke
Représentant des États-Unis

(14 ans, 1 mois et 10 jours)
Élection 2 novembre 1982
Réélection 6 novembre 1984
4 novembre 1986
8 novembre 1988
6 novembre 1990
3 novembre 1992
8 novembre 1994
5 novembre 1996
Circonscription 3e district du Nouveau-Mexique
Législature 98e, 99e, 100e, 101e, 102e, 103e, 104e et 105e
Prédécesseur District créé
Successeur William T. Redmond (en)
Biographie
Nom de naissance William Blaine Richardson III
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Pasadena (Californie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université Tufts
Profession Diplomate
Consultant
Religion Catholicisme

Sceau du département américain de l'énergie. Grand sceau de l'État du Nouveau-Mexique
Secrétaires à l'Énergie des États-Unis
Gouverneurs du Nouveau-Mexique

William Blaine Richardson III, dit Bill Richardson, né le à Pasadena (Californie), est un homme politique américain.

Membre du Parti démocrate, il est représentant fédéral du Nouveau-Mexique entre 1983 et 1997, ambassadeur auprès des Nations unies de 1997 à 1998 et secrétaire à l'Énergie des États-Unis de 1998 à 2001 durant la présidence de Bill Clinton, puis gouverneur du Nouveau-Mexique de 2003 à 2011.

Il est l'un des candidats à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2008, renonçant le , après la primaire du New Hampshire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Bill Richardson est né le à Pasadena en Californie. Son père William Blaine Richardson Jr., né en 1891 et décédé en 1972 était un banquier né au Nicaragua, originaire de Boston par son père et du Mexique par sa mère ; il vécut et travailla pendant des décennies à Mexico. Sa mère, María Luisa López-Collada Márquez était une Mexicaine, née en 1914 en Espagne et dont la famille émigra au Mexique. La mère de Bill Richardson était venue en Californie juste pour accoucher car comme il l'expliqua, son père était complexé de ne pas être né aux États-Unis. Trois des grands-parents de Richardson sont donc mexicains ; il s'identifie lui-même comme étant de culture hispanique.

Bill Richardson passe son enfance à Mexico avant d'être envoyé dans une école secondaire à Concorde, à côté de Boston. Il intégra ensuite l’université Tufts, où il se fit remarquer par ses performances au baseball. Il faillit d'ailleurs être engagé en 1966 par la Ligue majeure de baseball). Il sortit de l'université diplômé en français et en sciences politiques, puis obtint une maîtrise de relations internationales et de droit de la Tufts' Fletcher School of Law and Diplomacy.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Bill Richardson travailla d'abord au département d'État des États-Unis avant d'être membre de la Commission des relations internationales du Sénat des États-Unis. En 1978, il s'installa à Santa Fe, où il finit par être élu député à la Chambre des représentants des États-Unis et où il fut durant quinze ans un spécialiste en relations internationales.

En 1997, Bill Clinton le nomma ambassadeur aux Nations unies puis en 1998, le nomma secrétaire à l'Énergie des États-Unis.

Gouverneur du Nouveau-Mexique[modifier | modifier le code]

En novembre 2002, Richardson fut élu gouverneur du Nouveau-Mexique avec 56 % des voix contre 39 % au candidat républicain John Sanchez. Il succéda au gouverneur républicain Gary Johnson en janvier 2003, devenant alors le seul gouverneur hispanique des États-Unis.

Il mit en place un programme de baisse d'impôts pour promouvoir, avec un certain succès, les investissements et la croissance économique d'un État relativement pauvre. En décembre 2005, il était le onzième gouverneur le plus populaire du pays, avec un taux d'approbation de 64 %, ex æquo avec les gouverneurs Janet Napolitano de l'Arizona) et Richard Codey du New Jersey[1]. En novembre 2006, Bill Richardson fut réélu avec 68 % des suffrages contre 32 % au républicain John Dendhal.

Le , le Nouveau-Mexique est le quinzième État des États-Unis à abolir la peine de mort.

Une ambition présidentielle[modifier | modifier le code]

En janvier 2007, Bill Richardson se déclara candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle américaine de 2008. Le , il officialisa sa candidature à l'investiture et sa course pour les primaires du printemps 2008.

Arrivé quatrième lors du caucus de l'Iowa et lors de la primaire du New Hampshire, au début de l'année 2008, avec des scores décevants de 2,1 % et 5 %, son entourage annonça son retrait de la course à l'investiture démocrate dans la journée du , faute de soutiens et de financements et bien que sa spin doctor soit l'une des plus renommées du milieu.

Le 3 décembre, le président élu Barack Obama annonça sa nomination dans le futur cabinet présidentiel comme secrétaire au Commerce des États-Unis. Le , il annonça qu'il renonçait à ce poste, en raison d'une enquête visant une société en affaires avec le Nouveau-Mexique, dont il est gouverneur[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Bill Richardson est marié à Barbara Flavin, qu'il a connue à l'école secondaire en 1972. Il n'a pas d'enfant.

Il a été mis en cause par Virginia Roberts Giuffre dans l'affaire Epstein pour avoir abusé d'elle sexuellement avec la complicité de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sondage SurveyUSA portant sur 600 résidents de chaque État réalisé du 9 au 11 décembre 2005. Marge d'erreur de 4 %
  2. « Le secrétaire au Commerce désigné par Obama renonce à sa nomination », sur romandie.com (consulté le 23 octobre 2019)
  3. « Les figures du système Epstein », sur Libération.fr, (consulté le 23 octobre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]