Henry Lewis Stimson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry Lewis Stimson
Henry Stimson, Harris & Ewing bw photo portrait, 1929.jpg

Henry Stimson en 1929.

Fonctions
Secrétaire à la Guerre des États-Unis
-
Harry Hines Woodring (en)
Secrétaire d'État des États-Unis
-
Gouverneur général des Philippines (en)
-
Eugene Allen Gilmore (en)
Secrétaire à la Guerre des États-Unis
-
Jacob M. Dickinson (en)
Lindley Miller Garrison (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
HuntingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Henry Lewis Stimson (né le à New York, mort le ) était un homme politique des États-Unis. Il fut gouverneur général des Philippines (1927 à 1929), puis secrétaire d'État sous l'administration Hoover de 1929 à 1933, et Secrétaire à la Guerre de 1940 à 1945 sous l'administration Roosevelt puis Truman, mais également sous la présidence de William Howard Taft de 1911 à 1913.

Il dissout le Cipher Bureau en 1929, dirigé par Herbert Yardley car « Les gentlemen ne lisent pas le courrier des autres ».

La doctrine Stimson[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la conquête japonaise du Manzhouguo en 1931, Stimson formula la doctrine (« doctrine Stimson ») selon laquelle on ne pouvait reconnaitre diplomatiquement un État conquis par la force armée.

Le « sauveur » de Kyōto[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La « légende Warner ».

Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut l'un des promoteurs de l'utilisation de la bombe atomique contre le Japon mais s'opposa farouchement à la destruction de la ville de Kyōto ; une cité qu'il affectionnait tout particulièrement — pour y avoir passé sa lune de miel 30 ans auparavant — mais qui était en premier sur la liste des objectifs de largage de la bombe atomique de l'état-major[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mariko Oi, « The man who saved Kyoto from the atomic bomb » [« L'homme qui sauva Kyoto de la bombe atomique »], BBC News,‎ (consulté le 14 octobre 2016).
  2. (en) James Cahill, « An Alan Priest Story » [« Une anecdote d'Alan Priest »], sur jamescahill.info (consulté le 15 octobre 2016).

À voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]