Grouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Grouche (homonymie)
Grouche
Image illustrative de l'article Grouche
Caractéristiques
Longueur 16,5 km [1]
Bassin ?
Bassin collecteur Authie
Débit moyen ?
Nombre de Strahler 2
Organisme gestionnaire EPTB Authie[2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source au sud du bois de Warluzel, dans le Fonds de Warluzel
· Localisation Coullemont
· Altitude 125 m
· Coordonnées 50° 13′ 17″ N 2° 29′ 09″ E / 50.2214, 2.4859 (Source - Grouche)
Confluence l'Authie
· Localisation Doullens
· Altitude 55 m
· Coordonnées 50° 09′ 16″ N 2° 20′ 07″ E / 50.1544, 2.3353 (Confluence - Grouche)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche la Neuville
· Rive droite Grouches-Luchuel
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Pas-de-Calais, Somme
Arrondissements Arras, Amiens
Cantons Avesnes-le-Comte, Doullens
Régions traversées Picardie, Nord-Pas-de-Calais
Principales localités Doullens

Sources : SANDRE, Géoportail

La Grouche est une rivière du nord de la France (départements du Pas-de-Calais et de la Somme), affluent droit de l'Authie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Grouche prend sa source sur le territoire de la commune de Coullemont dans le Pas-de-Calais, puis adoptant une direction nord-est/sud-ouest, s'écoule à travers le département de la Somme avant de rejoindre l'Authie à Doullens en rive droite. Elle est le principal tributaire de ce fleuve côtier, même si son cours ne mesure que 16,5 km[1]. La rivière a développé une petite vallée asymétrique présentant des vallons courts et pentus en rive gauche; le caractère verdoyant de cette dernière est lié à la prééminence du bocage[3].

La Grouche apporte, dans le cadre d'un régime pluvial océanique, un apport régulier à l'Authie, étant alimentée comme cette dernière, par un puissant aquifère qui assure un soutien aux étiages durant les périodes de basses eaux[4].

Départements, cantons et communes traversés[modifier | modifier le code]

La Grouche traverse les communes de Coullemont dans le Pas-de-Calais (canton d'Avesnes-le-Comte), et dans la Somme, de Humbercourt, de Lucheux, de Grouches-Luchuel et de Doullens (canton de Doullens), dans les deux arrondissement d'Arras et arrondissement d'Amiens.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Grouche a donné son hydronyme à la commune de Grouches-Luchuel.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'EPTB Authie a la responsabilité de gestion de l'Authie et de ses affluents, depuis juillet 2006[2].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Grouche a deux affluents référencés[1] :

  • la Neuville, (rg) 1,8 km sur la seule commune de Lucheux.
  • La Grouches-Luchuel, (rd) 1,1 km sur la seule commune de Grouches-Luchuel.

Son rang de Strahler est donc de deux (2).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le beffroi de Lucheux

La Grouche, dont la vallée a longtemps marqué la frontière mouvante entre la Picardie et l'Artois, n'arrose, à l'exception de Doullens, que de modestes communes. Parmi ses dernières se distingue la petite cité médiévale de Lucheux au riche patrimoine architectural dont le château, l'église et le beffroi illustrent la division en trois ordres de la société médiévale[5]. Le château, édifié en 1120 par Hugues II de Campdavaine, comte de Saint-Pol, est un puissant ouvrage militaire, régulièrement victime des nombreux combats se déroulant dans la région; détruit à plusieurs reprises par les troupes anglaises, bourguignonnes et espagnoles, il fut définitivement démantelé sous le règne de Louis XIII[5]. Il subsiste de la forteresse la porte du Bourg (du XIVe siècle) encadrée par deux tours à poivrière, la porte du Haut-Bois et les ruines du donjon du XIIIe siècle remarquable par sa grande salle aux fenêtres géminées sous arcatures[6]. L'église Saint-Léger, portant le nom de l'évêque d'Autun martyrisé en forêt de Lucheux au VIIe siècle[7], date du XIIe siècle et conserve de cette époque des voûtes d'ogives parmi les plus anciennes de France[5]. Le beffroi a été aménagé dans une des anciennes portes de la ville, Jeanne d'Arc y fut enfermée avant d'être conduite à Rouen[5]. De belles demeures picardes du XVIIIe siècle et un curieux arbre aux épousailles (en fait, deux vieux tilleuls emmêlés) sis sur la place du jeu de tamis[8] viennent compléter ce riche patrimoine.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Grouche (E5500650) » (consulté le 15 mars 2013)
  2. a et b « L'institution devient EPTB en juillet 2006 », sur http://www.eptb-authie.fr/public/, EPTB Authie (consulté le 24 avril 2013)
  3. Rapport sur l'environnement Picardie-Artois, Fédération Nord Nature, p. 21 Lire en ligne.
  4. Rapport de la fédération Nord Nature sur l'environnement des zones traversées par la future A 24, p. 9 Lire en ligne.
  5. a, b, c et d Guide bleu Picardie, Hachette, Ed. 2003, p. 113.
  6. Plan et descriptif du château sur morel.and.co.free.fr.
  7. « Eléments pour une étude sur la diffusion du culte de saint Léger par Roger Gazeau (1971) », sur http://www.stleger.info (consulté le 15 mars 2013)
  8. Les tilleuls du ménage sur morel.and.co.free.fr.