Ladinhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ladinhac
Ladinhac
Château de Cances.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Canton Arpajon-sur-Cère
Intercommunalité CC de la Châtaigneraie Cantalienne
Maire
Mandat
Clément ROUET
2014-2020
Code postal 15120
Code commune 15089
Démographie
Gentilé Ladinhacois, Ladinhacoises
Population
municipale
464 hab. (2016 en diminution de 6,83 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 21″ nord, 2° 30′ 33″ est
Altitude Min. 320 m
Max. 794 m
Superficie 26,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Ladinhac

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Ladinhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ladinhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ladinhac
Liens
Site web www.ladinhac.fr

Ladinhac est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle ne doit pas être confondue avec Ladinhac, hameau dépendant de la commune de Thérondels, département de l'Aveyron.

Ses habitants sont les Ladinhacois et Ladinhacoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lafeuillade-en-Vézie Prunet Leucamp Rose des vents
N Murols
Aveyron
O    Ladinhac    E
S
Labesserette Lapeyrugue

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud-ouest du département du Cantal, à 580 km de Paris, 320 km de Lyon et 210 km de Toulouse à 26 km au sud-est d'Aurillac et à 7 km de Montsalvy.

La commune est proche du parc naturel régional des volcans d'Auvergne et du village classé de Conques. Ladinhac est également situé à proximité des plus beaux villages de France d'Estaing et Saint-Côme d'Olt au sud et de Salers et Tournemire au nord.

La commune de Ladinhac est limitrophe aux communes de Lapeyrugue au sud, Leucamp et Murols (12) à l’est, Prunet au nord, Labesserrette, Lacapelle-del-Fraisse et Lafeuillade-en-Vézie à l’ouest. Au carrefour de ces trois dernières communes, après le lieu-dit le Pouget, on trouve un lieu dénommé Rocher des Quatre Communes symbolisant le point de jonction de ces quatre communes.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Ladinhac est chaud et tempéré. De fortes averses s'abattent toute l'année sur Ladinhac. Même lors des mois les plus secs, les précipitations restent assez importantes. La température moyenne annuelle est de 10.5 °C à Ladinhac. Chaque année, les précipitations sont en moyenne de 784 mm.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une caractéristique majeure de Ladinhac est la présence de ruisseaux et rivières présentant un intérêt patrimonial important car elles abritent des espèces végétales rares, voire menacées. Commune bordée par Le Goul, elle fait notamment partie de la zone de sauvegarde naturelle Natura 2000. Historiquement, la commune de Ladinhac a ainsi vu fonctionner 15 moulins sur son territoire : il subsiste ceux des Cazottes, Labaylie, Le Lac, Vachand.

La commune est traversée d’est en ouest par une bande de terrain granitique dont la largeur peut aller jusqu’à 4 à 5 kilomètres. Les deux tronçons qui restent, du nord et du sud, sont du terrain schisteux.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches de Ladinhac se trouvent à Aurillac à 25,4 km, Maurs à 32,9 km et Laroquebrou à 43,9 km.

Les aéroports les proches de Ladinhac sont :

Urbanisme et habitat[modifier | modifier le code]

Elle fait partie de la communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne.

Ladinhac est constituée d’un bourg, situé dans une vallée, et de six villages principaux dispersés aux quatre coins de la commune : Brounhoux, Cances, Fraquier, Melzac, le Pouget, Trémouille (à ne pas confondre avec la commune de Trémouille au nord du département du Cantal).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La nécropole du Bouscailloux

Le site du Bouscailloux de Ladinhac, constitue la seule nécropole du haut Moyen Âge (VIe siècle) connue par l’archéologie en Châtaigneraie. Toutefois d’autres données, fournies par l’histoire ou bien par des découvertes anciennes, permettent d’esquisser un panorama des usages funéraires et religieux en Carladez au début du Moyen Âge. La nécropole fut découverte fortuitement en 1941, lors de l‘agrandissement d’une habitation principale. La découverte est relatée dans le livre d’or communal rédigé en 1945 :

« environ une demi-douzaine de sarcophages en granite, tuf et pierre calcaire, vides … aucune croix n’a été découverte sur le site. »

La parcelle (533) du cadastre du XIXe siècle, un bois de 32 ares, avait pour nom « cimetière ». Aucun chemin y conduisant alors n’est visible, signe d’un abandon ancien. La limite occidentale de cette parcelle perpétuait le tracé de l’enclos cimetéral, qui était peut-être flanqué, au sud, d’une construction rectangulaire orientée, dont la trace fossile était visible au XIXe siècle. Est-ce la trace d’une ancienne chapelle cimetérale ?

Les sépultures mises au jour en 1941 étaient au nombre d’une quarantaine. Les sarcophages (une dizaine) étaient concentrés dans la partie ouest de la nécropole, le fond de la limite parcellaire 533. Ils appartenaient à plusieurs types et aucun d’eux ne renfermait d’ossements.

Les sarcophages en granite, anthropomorphes à alvéole céphalique et coussinet, constituent le groupe le plus courant ; certains étaient recouverts de lauzes de schiste, alors que des cuves en deux parties étaient liées au mortier. Ces sarcophages ont été extraits de la carrière voisine. Deux d’entre eux sont conservés : le plus grand est de forme ovale à alvéole rond ; le plus petit à pans coupés côté tête, avec alvéole carré, composé de deux parties jointives. Deux demi-cuves inférieures ont été retrouvées.

Les sarcophages en brèche volcanique à pans coupés côté tête, étaient dépourvus d’alvéole céphalique et de coussinet ; l’un d’eux était simplement arrondi côté tête. Les couvercles, plats, étaient taillés dans la même roche. Le matériau provient du nord du bassin d’Aurillac, dans un rayon de 30 km au moins, ou du Barrez rouergat.

Un sarcophage en grès rouge du nord-Aveyron, à pans coupés côté tête, dépourvu d’aménagement céphalique, a également été découvert en 1941. Il est issu des mêmes ateliers que ceux découverts autour de l‘église de Conques. Des fragments de grès gris du nord-Rouergue indiquent le façonnage de sarcophages dans cette matière. Une inhumation en pleine terre, dont le squelette était recouvert de charbon de bois (coffre ?) et une tombe maçonnée (pierraille liée au mortier de chaux) constituaient des types exceptionnels.

Le type de sépulture le plus fréquent consistait en des coffres complets de lauzes de schiste, de plan rectangulaire ou trapézoïdal, couverts de dalles épaisses.

Un sondage mené en 1989 à la limite sud de l’enclos funéraire a permis de découvrir la partie inférieure de l’une de ces sépultures, de forme trapézoïdale, orientée est-nord-est/ouest-sud-ouest. Plusieurs d’entre elles ont également pu être observées hors contexte : elles sont rectangulaires, possèdent des angles arrondis et sont soigneusement taillées à l’exception des dalles de couverture, plus épaisses et plus grossières. Le gisement le plus proche de ce type de micaschiste se situe à cinq ou six kilomètres au nord du site.

Un second sondage mené en 1990 à la limite nord de l’enclos funéraire, a permis de préciser la stratigraphie du site. Les sépultures étaient implantées dans le sable détritique au contact du substrat rocheux. Au-dessus a pu être mis en évidence un remblai d’occupation gris-noir, paléosol correspondant à l’état mérovingien de la nécropole. Cet horizon a livré à l’état résiduel de la céramique de l'âge du fer et de la tégula (tuile romaine) tardive, le mobilier datant étant constitué par de la céramique mérovingienne grise caractéristique du faciès régional pour les VIe et VIIe siècles. Cette couche archéologique contenait également des éclats de lauzes appartenant aux inhumations en coffre, permettant de dater celles-ci.

Ainsi la première phase d’occupation de la nécropole (coffres de lauzes) est attribuable à l’époque mérovingienne. Les sarcophages sont évidemment postérieurs, les modèles dépourvus d’aménagements céphaliques pouvant être attribués à l’époque carolingienne. Les sarcophages en granite, fabriqués sur place, paraissent plus tardifs ; certains possédaient un couvercle fait de dalles de lauzes remployées.

La carrière de sarcophages se développe à quelques mètres au nord de la zone d’inhumation : il s’agit d’un affleurement de granite débité selon plusieurs fronts de taille, le plus large se développant sur plus de 8 mètres en suivant la diaclase de la roche. Des négatifs d’enlèvement de cuves sont visibles au nord de l’affleurement granitique, sur une surface rectangulaire de 2 x 4 mètres. Des traces de coins destinés à l’éclatement des blocs sont visibles. Le sondage archéologique de 1900 a permis de découvrir, en périphérie de l’affleurement, une couche d’éclats de granite en rapport avec l’exploitation de cette carrière. Celle-ci marque certainement la dernière phase d’utilisation de la nécropole, avant son abandon.

La comparaison typo-chronologique que nous avons pu effectuer concernant les sarcophages à réserve céphalique et pans coupés, nous incite à dater ceux du Bouscailloux autour des XIe-XIIe siècles au plus tard.

Le site devait être en tous cas totalement abandonné dès le XIVe siècle, puisque plusieurs documents énumèrent les confronts de biens se situant dans les manses de Valette et de Brounhoux, et ne mentionnent ni domaine ni cimetière à l’emplacement du site. D’ailleurs le cimetière paroissial se situe vraisemblablement, depuis le XIIe siècle au moins, autour de l’église de Ladinhac. L’absence totale de textes concernant le site, milite également en faveur d’un abandon précoce. Toutefois une charte de Conques mentionne vers 1100, une série de possessions de Conques, dont « manos (…) ad Alboscarios », entre des possessions à Leucamp et Teissières. Il reste que l’identification n’est pas certaine.

La typologie des sépultures comme les matériaux employés, sont révélateurs de l’histoire politique et économique de la région. Les coffres de lauzes d’époque mérovingienne sont fréquents dans le nord-Aveyron, mais également attestés dans le nord-Cantal. Les sarcophages sans aménagement céphalique témoignent d’une double influence : le Rouergue (grès rouge et gris) et les flancs méridionaux du massif du Cantal au sens large (brèche volcanique). Est-ce le témoignage de la puissance des comtes de Rouergue, par l’intermédiaire de la vicomté de Carlat ? Cela prouve en tous cas l’exportation de sarcophages rouergats vers l’Auvergne-Rhône-Alpes, sur une distance de 40 km au moins. En revanche, les sépultures les plus récentes sont façonnées dans un matériau local.

La permanence de l’occupation du site, depuis la Protohistoire, est remarquable. La vocation funéraire de l’endroit a duré environ 500 ans, depuis l’époque mérovingienne jusqu’aux alentours du XIe siècle, fait rare pour les nécropoles isolées, de ce type.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1800 Etienne GASTON    
1800 1803 Jean-Pierre DELPRAT    
1803 1822 Jean Urbain DELZONS    
1822 1850 Joseph LIAUBET    
1850 1870 Jean-François MAFFRE    
1874 1879 Adrien LABORIE    
1879 1884 Urbain DELPRAT    
1884 1888 Achille VERSEPUECH    
1888 1892 Hippolyte MAFFRE    
1892 1896 Achille VERSEPUECH    
1896 1917 Géraud MAFFRE    
1917 1936 Jean VAURES    
1936 1941 Paul CRANTELLE    
1941 1945 Joseph MAFFRE    
1945 1959 Léon ESCARPIT    
1959 1971 Justin DELMAS    
1971 1995 Alfred CANTAREL SE Agriculteur
1995 2008 Pierre BONNET DVD Retraité
2008 2014 Marie-Antoinette DELAVAULT DVD Retraitée
2014 En cours Clément ROUET[1] DVG Chargé de mission Entreprises

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance d'Aurillac, du tribunal de grande instance d'Aurillac, de la cour d'appel de Riom, du tribunal pour enfants d'Aurillac, du conseil de prud'hommes d'Aurillac, du tribunal de commerce d'Aurillac, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand et de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d’assises du Cantal.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. La commune a souhaité maintenir une présence postale en assurant l'ouverture d'une agence postale communale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 464 habitants[Note 1], en diminution de 6,83 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0397939861 0291 1181 1081 1231 1311 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0861 0171 003972938946963950951
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
920914842765747721738736728
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
601603555523510465476498464
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Clermont-Ferrand (rectorat de Clermont-Ferrand) et son école maternelle dépend de la Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Cantal.

Elle compte actuellement 3 classes regroupant l'ensemble des niveaux de maternelle à primaire. Des projets de regroupements pédagogiques ont été menés, en vain, par la municipalité vers les communes de Lafeuillade-en-Vézie, Lacapelle-del-Fraisse ou Montsalvy.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Gorges du Goul.
  • Château féodal ruiné de Montlogis.
  • Château des Cazottes.
  • Église Saint-Aignan
  • Cascade de Vachand.
  • Nécropole du Bouscailloux, époque mérovingienne : le site du Bouscailloux occupe un petit mamelon granitique implanté a mi-hauteur de la vallée du ruisseau de Valette, entre les villages médiévaux de Valette et de Brounhoux. C’est sur la partie sommitale de cette éminence que se situait une nécropole médiévale, accompagnée d’une petite carrière de sarcophages et peut-être d’un bâtiment cultuel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt d' Auvergne-Rhône-Alpes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal sur le site de la préfecture (consulté le 25 octobre 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.