Boisset (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boisset
Boisset (Cantal)
Dans le bourg de Boisset.
Blason de Boisset
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Intercommunalité Communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne
Maire
Mandat
Dominique Beaudrey
2020-2026
Code postal 15600
Code commune 15021
Démographie
Gentilé Boissétois, Boissétoises
Population
municipale
638 hab. (2018 en augmentation de 5,63 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 00″ nord, 2° 15′ 16″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 688 m
Superficie 37,73 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aurillac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maurs
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Boisset
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Boisset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boisset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boisset
Liens
Site web http://boisset-cantal.fr

Boisset est une commune française, située sur le canton de Maurs, dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Boisset se trouve dans la Châtaigneraie cantalienne (Auvergne), plus précisément dans le canton de Maurs, aux confins des départements voisins du Lot et de l'Aveyron (Occitanie).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boisset est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aurillac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,4 %), forêts (43,4 %), prairies (6,3 %), zones urbanisées (1 %), terres arables (0,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le climat particulièrement tempéré, lié à son relief en cuvette, et son environnement forestier, accréditent l'idée de que Boisset tiendrait son nom de "Bois sec".

Histoire[modifier | modifier le code]

Un château aménagé en couvent existait au village de Boisset entre 1323 et 1625. Plus loin, demeure le château d'Entraygues en excellent état de conservation. Bien que située en Châtaigneraie, Boisset a longtemps été rattachée au bailliage du Carladès, dont le siège est à Vic, dans la vallée de la Cère. Sur cinq juridictions établies, Boisset hérite de la Prévôté.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Hugues Lac    
  1805 Alexis Capelle    
1805 1835 Jean de Pruines    
1835 1865 François Calmette    
1865 1878 Claude De Pruines    
1878 1928 Jean Antraygues    
1928 1935 Romain Ayguesparses    
1935 1941 Théodore Ayguesparses    
1941 1944 Edouard Bersagol    
1944   Théodore Ayguesparses    
avant 1981 1989 André Teulade    
1989 janv 2001 Claude Lacalmontie    
janv 2001 mars 2008 Élie Peyrissac    
mars 2008 avril 2018 Joël Lacalmontie[8] Les Républicains Conseiller départemental
juin 2018 mai 2020 Sandrine Cassan Divers Droite  
mai 2020 En cours Dominique Beaudrey UDI Conseillère départementale
(canton de Maurs)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 638 habitants[Note 3], en augmentation de 5,63 % par rapport à 2013 (Cantal : −1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8931 6501 8111 8001 8661 9092 0681 8551 952
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9831 8711 9461 9861 9901 9941 9601 9191 901
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7751 6941 6181 4201 4121 3341 3031 2761 105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 007896802756653653637601633
2018 - - - - - - - -
638--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le 1er dimanche d'avril se tient à Boisset une foire à la brocante, avec une centaine d'exposants professionnels et 10 000 chineurs. La manifestation fête sa 30e édition le 7 avril 2013 et s'enrichit d'un carré d'antiquaires.
  • La fête du sarrasin allie tradition et gourmandise, chaque premier dimanche d'octobre. Le « blé noir » y est battu toute la journée à l'ancienne, au son de « l'Escaufeto », groupe folklorique local.
  • Le premier dimanche suivant le 15 août a lieu la fête de la Saint-Roch. Lors de cette journée, Boisset, par l'intermédiaire de ses habitants, fête son saint patron ; à cette occasion, les conscrits (jeunes âgés de 18 ans dans l'année) sont à l'honneur.
  • Tous les vendredis soir de juillet et août ont lieu des concours de pétanque.
  • Quelques méchouis et bals rythment l'été de cette petite commune et permettent aussi bien aux touristes qu'aux habitants de se retrouver dans une ambiance conviviale.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune comptait encore 40 exploitations agricoles, huit commerces et une douzaine d'entreprises artisanales, dont une carderie qui travaille la laine sont installés sur ce territoire qui demeure essentiellement agricole (élevage ovins et bovins).

La fabrication de saucisson et de jambon sec fait partie des spécialités de la commune.

Tourisme et hébergement[modifier | modifier le code]

Les touristes apprécient particulièrement ce coin au climat doux et aux nombreuses promenades et activités de pleine nature : que ce soit à cheval, à pied, à vélo ou à moto, tout est bon pour venir découvrir ce magnifique petit village de la Châtaigneraie. En outre, Boisset est équipée d'une piscine ouverte tout l'été, d'un camping doté de 4 chalets tout confort, de nombreux gîtes ruraux et d'une auberge renommée.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Entraygues, datant du XVIe siècle, présente des plafonds peints d'époque. Il est ouvert à la visite les mois d'été.
  • L'église Saint-Martin de Boisset.
  • La chapelle Saint-Pierre (classée).
  • La chapelle du Pont (classée).
  • Le château de Lacarrière, appartenait à cette famille puis elle passa par mariage en 1734 dans celle de Pruines. Aujourd'hui, il n'en reste rien.
  • Fortement remaniée, la tour du château de Conquans intègre aujourd'hui une construction contemporaine.
  • Le couvent de Sainte-Claire, fondé en 1323 par Isabelle de Rodez, et dont on ne devine que quelques vestiges près de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Pompidou (vers 1717-1767), plus lointain ancêtre agnatique de Georges Pompidou, vivait à Boisset au milieu du XVIIIe siècle.
  • Jean-Baptiste Brayat (Merlet, Boisset 1779 - 1824), médecin, poète et conteur en langue auvergnate, maire de Boisset.
  • Jean Baptiste Caumel, en religion Frère Héribaud-Joseph, né à Boisset (1841-1917), enseignant et botaniste.
  • Antonin Malroux, écrivain régionaliste né en 1942, originaire d'Estarieu de Boisset ; présent le 24 mars 2016, lors d'un baptême républicain officiel, il laisse son nom à l'école communale de Boisset.
  • Thierry Vaubourgoin, peintre contemporain, né en 1944 à Paris, réside à Boisset.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Boisset Blason
D'or au chène arraché de sinople, au chef d'azur chargé de deux fleur de lis d'or
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Cinéma[modifier | modifier le code]

C'est à Boisset qu'a été tournée une scène du film Le Hobbit : Le Retour du roi du Cantal de Léo Pons avec la complicité des habitants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Annonce du décès du maire sur le site communal
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.