Montsalvy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montsalvy
Chateau de Montsalvy
Chateau de Montsalvy
Blason de Montsalvy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Arpajon-sur-Cère
Intercommunalité CC de la Châtaigneraie Cantalienne
Maire
Mandat
Michel Puech
2014-2020
Code postal 15120
Code commune 15134
Démographie
Population
municipale
860 hab. (2015 en diminution de 1,71 % par rapport à 2010)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 42′ 29″ nord, 2° 30′ 03″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 822 m
Superficie 20,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montsalvy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montsalvy
Liens
Site web Site de Montsalvy

Montsalvy est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montsalvy

Les armes de Montsalvy se blasonnent ainsi :

d'argent à cinq roses au naturel d'or tigées et feuillées de sinople mouvant en bouquet autour d'un tourteau de gueules chargé d'une croix aussi d'or

Le blason originel de Montsalvy figurant à la Bibliothèque Nationale dans l'armorial du héraut du roi Charles VII, G.Revel,sous le N°22297 est:" Croix du Christ repérée sur globe cintré de gueule, semé de cinq roses et feuillées de sinople " dont la signification est: "Ici sur Terre se trouve le pied de la Croix du Christ". Les cinq roses figurent les cinq plaies du Christ.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montsalvy a été fondée vers 1070 comme monastère avec une sauveté par Bérenger de Millau, époux d'Adèle de Carlat.

Ancienne "capitale" du pays du Veinazès, elle a longtemps été le chef lieu du canton de Montsalvy. Aujourd'hui elle fait partie du canton d'Arpajon-sur-Cère et en constitue la deuxième plus grande commune de par sa population.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1988 Guy Descoeur RPR conseiller général
mars 1988 mars 1989 Raymonde Gaston-Crantelle    
mars 1989 mars 2001 Vincent Descoeur UMP conseiller général
mars 2001 mars 2008 Chantal Malvezin    
mars 2008 en cours Michel Puech[1] LR Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 860 habitants[Note 1], en diminution de 1,71 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
761 678 844 839 1 172 1 130 1 104 1 076 1 181
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 137 1 117 1 063 1 029 1 022 1 058 1 023 1 052 993
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 004 927 1 000 939 895 873 820 856 793
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
821 947 1 100 927 970 896 892 890 877
2015 - - - - - - - -
860 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

 Le château de Montsalvy
Le château de Montsalvy
  • Le puy de l'Arbre, site de l'ancien château de Mandulphe.
  • La chapelle du Reclus, dédiée à Marie-Madeleine, sur la route d'Entraygues
  • L'abbatiale : son église et son Christ juponné ; son cloître ; sa salle capitulaire (salle du trésor d'art cultuel cantonal) ; son réfectoire des moines.
  • L'ancien château prieural, devenu une maison de retraite, après avoir appartenu à Justin Delmas.
  • La croix Saint-Anne.
  • La croix du Cambon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marcellin Boule (1861-1942), paléontologue.
  • Justin Delmas (1796-1876), préfet de Toulouse, secrétaire général du Ministère de l'intérieur.
  • Pierre Benoit (1886-1962), Académicien français, situant l'action de son roman "Montsalvat" au sein de la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 19 juillet 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :